Partagez | 
 

 Une surprise sur le pas de la porte (PV Hayden.♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 13/03/2017 à Miami. J'ai posté : 1135

MessageSujet: Une surprise sur le pas de la porte (PV Hayden.♥)   Mer 5 Juil - 9:41



Une surprise sur le pas de la porte.


Hayden M. Hopkins Δ Carolina Fitzgerald


“A Daughter is just a little girl who grows up to be your best friend”



Le 26 juillet 2017.

La soirée a été relativement calme ici. Après le boulot, j'ai laissé Emilia jouer un peu dans sa chambre alors que j'ai préparer le repas pour nous deux. Nous avons manger et beaucoup discuté. Oui, cette petite tête blonde est une vraie bavarde ! Elle raconte absolument tout : sa journée, ce qu'elle a fait, ce qu'elle a dit, tout ! Elle a ensuite prit une douche avant regarder un film Disney que j'ai bien évidemment regarder avec elle. Viens ensuite l'heure du dodo, direction son lit. Je l'ai bordée, j'ai également lu le livre de son choix jusqu'à ce qu'elle s'endorme. C'est ensuite que j'ai quitté sa chambre dans un silence des plus total afin de ne pas la réveiller. Cela fait un moment que je n'ai pas lu un livre, ça me manque terriblement. J'ai toujours adoré la lecture et vu cette soirée paisible, je vais en profiter. Je saisis un livre que j'ai acheté il y a peu et le lit. Je suis totalement plongée dans l'histoire jusqu'à ce que j'entendes qu'on frappe à la porte. Cette fois-ci, je n'ai rien commander pour le repas puisque j'ai cuisiner. Je n'attends pas non plus qui que ce soit. Peut-être mon frère qui a décider me faire une surprise ou encore la voisine qui a besoin de quelque chose ? Je mets un marque page dans mon livre avant de le poser sur la table basse du salon. Je me lève et me dirige vers la porte que j'ouvre. Devant moi, une adolescente qui ne doit pas avoir plus de 15 ou 16 ans. Je suis certaine d'une chose, elle n'est pas majeure. En tout cas, je suis sûre et certaine de ne pas l'avoir vu avant même si...Elle a quelques traits qui me rappelle quelqu'un, mais qui? Telle est la question. Bon, je lui adresse un sourire poli et rassurant avant de prendre la parole.

Bonsoir, tu cherches peut-être quelqu'un ou quelque chose? Je peux peut-être t'aider si tu le désires? Tu n'as pas l'air d'être sûre de savoir où tu es...


par humdrum sur ninetofive



_________________

Always
“Où est le temps ou l'on croisait un regard parmi des milliers d'autres, instant magique, coup de foudre qui faisait s'emballer les coeurs.”


Dernière édition par Carolina Fitzgerald le Lun 14 Aoû - 1:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 28/06/2017 à Miami. J'ai posté : 43

MessageSujet: Re: Une surprise sur le pas de la porte (PV Hayden.♥)   Ven 21 Juil - 17:54



Une surprise sur le pas de la porte
CAROLINA FITZGERALD Δ HAYDEN M. HOPKINS  ♥
A DAUGHTER IS JUST A LITTLE GIRL WHO GROWS UP TO BE YOUR BEST FRIEND

Je venais d’arrivée ici depuis quelques semaines, j’avais trouver un petit boulot minable avec un patron pas très très sympa mais bon c’était déjà pas mal pour commencer il faut dire. J’étais venu ici pour retrouver la trace de ma maman biologique. J’avais après que depuis quelques mois que j’avais été adoptée, d’un coté je comprenais mieux les relations que j’avais avec cette famille adoptive qui me détestait. Je préférais mille fois quitter cette famille et tout faire pour retrouver ma maman biologique, j’avais même hâte de la rencontrer mais d’un coté j’avais un peu peur qu’elle me rejette. En même temps après 15 ans, elle m’avait peut être oubliée et ne voulait plus de moi, on ne sait jamais même si j’espère de tout coeur que ce n’est pas le cas en tout cas. Tous les soirs depuis mon arrivée je relisais la lettre et j’admirais la photo que je gardais toujours sur moi, elle était belle ma maman sur la photo, j’espère que je ne vais pas me tromper de personne. Déjà un bon point, j’étais dans la bonne ville d’après l’adresse que ma maman biologique m’avait laisser pour la retrouver mais étant nouvelle, trouver le bon quartier et la bonne rue n’était pas si facile que ça. Chaque jours après le travail je faisais un peu le tour, me renseignant avant d’enfin trouver la bonne demeure. Les personnes à qui j’ai demander mon chemin étaient assez gentil pour la plupart, d’autre ne pris même pas la peine de me répondre comme quoi ça dépend des quartiers et des pâtés de maison. J’avais le coeur qui battait fort dans ma poitrine, je serrais contre moi la photo tout en regardant la demeure les larmes aux yeux. Je passais de longues minutes devant, pas juste devant la porte non plus, je ne me faisais pas voir, mais j’admirais, j’espérais la voir avant pour être sure que je ne me suis pas trompée. Elle avait une énorme habitation il n’y a pas à dire.. une grande villa avec de grandes baies vitrée, un jardin qui a l’air aussi énorme que la maison.. j’étais estomaquée, j’avais vraiment l’impression d’être dans un rêve. Ma maman biologique vivait dans une maison de luxe ! J’arrivais pas à y croire. Mais je ne sais pas si j’allais avoir le droit à tout cela, on sait jamais, peut être qu’en me voyant elle me renverra d’où je viens. Une chose est sure je ne retournerais pas chez mes parents adoptifs, puis à comparée je préférais mon petit logement miteux que ceux de cette famille de malheur qui était beaucoup moins luxueuse que celle de ma maman biologique. Je ne voulais rien lui imposer, je ne voulais pas vivre chez elle, je ne voulais pas être un poids pour elle, elle qui n’avait pas pu me garder il y a 15 ans. Je ne lui en voulait pas, je ne pourrais pas lui en vouloir, sa lettre m’a beaucoup fait pleurer, je pleure tous les soirs en la lissant d’ailleurs. C’était très émouvant et je la comprenais, en fait je lui en voulait surtout de m’avoir laisser dans une famille comme celle-là mais je pense qu’elle ne pouvait pas le savoir malheureusement. Je l’avais retrouvée, ma maman biologique. J’ai mis beaucoup de temps avant de me décider à franchir le pas. Les premiers soirs je regardais les ombres à travers la baie vitrée en étant assise sur le muret du mur d’en face de chez elle. Je l’ai vu une seule fois, rapidement, en fait je suis arrivée devant chez elle plus tôt que d’habitude car c’était ma journée de congés et c’était pile au moment ou elle rentrait chez elle. Elle venait de sortir de sa voiture et montait doucement les marches pour atteindre sa porte d’entrée. Elle avait de long cheveux roux avec des reflets bruns et blonds en fonction des rayons du soleil. Je ne put voir son visage qu’une fraction de seconde quand elle se retourna pour fermer la porte derrière elle. Avec les années, je n’étais pas sure que c’était la bonne personne, elle ressemblait à la personne sur la photo c’est sur mais bon, le cerveau peut nous jouer des tours dans ces cas là, surtout que j’ai vu son visage de loin. Il fallait vraiment que j’aille sonner, au moins pour en avoir le coeur net… j’étais venue ici pour ça de toute façon il faut dire. D’un côté j’avais peur, mais d’un autre j’avais hâte de la rencontrer.

C’était décidée, c’était le grand soir. Je venais de terminée le travail enfin, aucun pourboire comme d’habitude, c’était le prix à payer pour avoir le logement que le patron me louait. C’était comme ça, je ne disais rien, au moins je ne vivais pas dans la rue. Je monta me préparer, j’étais stressée, mais un bon stresse car à la clé j’allais rencontrer ma maman, ma seule et unique maman, ma maman adoptive ne compte pas. Il faisait quand même frais quand le soleil se couchait sur la ville de Miami. J’avais pas beaucoup de vêtement avec moi, je mis une petite robe noire et je pris aussi mon manteau noir ou dedans j’avais la lettre de ma maman biologique. J’étais prête, mon coeur battait fort, j’étais impatiente. Doucement je marcha dans la rue, la musique dans les oreilles tout en regardant la photo de ma maman et moi. J’avais envie de pleurer, je ne sais pas pourquoi en fait. Je fini par arriver dans le quartier ou habitait ma maman biologique, franchement les demeures étaient toutes aussi belles les unes que les autres. Je ne pensais pas qu’un jour je verrais d’aussi belle maison franchement. Pleins de familles qui vivaient heureuses, avec une belle maison, une belle voiture et souvent avec un animal de compagnie quelqu’il soit. J’ai toujours voulu avoir un chiot, un berger australien, la voisine de mes parents adoptifs en avaient un et j’avais le droit de jouer avec quand mes parents me laissaient sortir, ce qui était rare. Je soupira doucement en continuant de marcher avant de m’arrêter devant la maison de ma maman biologique.. ça y est, le grand moment est arrivé. Doucement je fis des petits pas, un pied devant l’autre, jouant avec mes doigts nerveusement avant de croiser les bras nerveusement. J’étais la, devant la porte, hésitant encore une dernière fois à toquer à la porte. Je regarda la photo une dernière fois avant de prendre une grande inspiration avant de toquer à la porte doucement. C’était silencieux, on pouvait entendre les mouches voler, mais la lumière venant de la maison était le seul signe de vie tellement c’était calme. Des bruits de pas se fit entendre et je fis doucement un pas en arrière en voyant la poignée de la porte se baisser et la porte s’ouvrir. J’étais maintenant nez à nez avec elle.. elle avait le même regard que sur la photo, je suis quasiment sure que c’est elle, je ne me suis pas trompée. Je cherchais mes mots, avalant bruyamment ma salive, ne savant pas trop quoi dire. J’étais là, devant elle à la regarder sans rien dire pendant de longues secondes avant qu’elle décide de briser le silence en prenant la parole en premier. Je passa une main dans mes cheveux nerveusement avant de la regarder et de lui faire un léger sourire un peu nerveux quand même. Doucement je sortis l’enveloppe qui contenait la lettre et la photo qui avait été laisser pour moi par ma maman biologique et je sortis doucement la photo avant de la regarder doucement. « Bon.. bonsoir madame. Oui je suis à la recherche de quelqu’un. Je.. je ne sais pas trop comment m’y prendre. Je.. vous.. Excusez moi vous allez me trouver bizarre mais vous n’auriez pas eux un enfant il y a de ça une quinzaine d’année ? » C’était peut être un peu brutale en fait, je baissa la tête doucement un peu perdu et surtout prise pas l’émotion. J’avais peur qu’elle me dise non et qu’elle me claque la porte au nez, j’aurais pas du lui demander comme ça, mais je ne savais pas du tout par quoi commencer. Je releva doucement la tête vers elle, espérant qu’elle ne me prenne pas pour une folle « Je.. je suis à la recherche de ma maman biologique » Voilà c’est dis.. j’ai pris mon courage à deux mains faisant de nouveau un pas en arrière m’attendant à entendre la porte claquée. J’avais même fermer les yeux pour anticiper le coup.  
CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 13/03/2017 à Miami. J'ai posté : 1135

MessageSujet: Re: Une surprise sur le pas de la porte (PV Hayden.♥)   Ven 21 Juil - 19:12



Une surprise sur le pas de la porte.


Hayden M. Hopkins Δ Carolina Fitzgerald


“A Daughter is just a little girl who grows up to be your best friend”



Chaque jour, chaque nuit, chaque heure qui passe je pense à elle. Ce petit être que j'ai laissé contre mon envie malgré ce désir puissant de vouloir l'élever même si son père n'était pas là. J'ai essayé de me trouver un petit boulot pour subvenir à nos besoin, mais plus le temps passait et plus ça devenait difficile. Pourquoi engager une femme enceinte? Au bout d'un moment je ne pouvais plus cacher ce petit être qui grandissait en moi. C'était inévitable. Cette famille avait l'air géniale, avec une grande soeur pour ma fille que j'avais prénommée Rebecca sur cette fameuse lettre laissée. J'ai réellement imaginé qu'elle serait plus heureuse là bas qu'avec une mère qui n'aurait pas parvenu à joindre les deux bouts. Si j'avais su... Si seulement j'avais pu me projeter un seul instant dans l'avenir et voir la vie que j'ai mené malgré tout, je n'aurais même pas songé à cette éventualité de faire adopter mon enfant. C'était tellement difficile émotionnellement parlant, j'ai été incapable de rester à New York. J'ai bougé et j'ai fini par arriver à Miami, dans cette merveilleuse ville. Heureusement, j'actualisais régulièrement mon adresse auprès de l'agence d'adoption si jamais, je gardais tout à jour pour être certaine que ma fille puisse me retrouver si elle le désirait tout autant que moi. Je rêve du fait qu'elle puisse me retrouver, je n'ai jamais voulu m'imposer dans sa vie surtout que ses parents adoptifs semblaient bien réticents à cette idée il y a quinze ans. J'étais jeune, pourtant... Beaucoup trop jeune à mon goût et pourtant il n'y a pas un seul instant où j'ai regretté ma décision. C'est à cause de mon acte que j'ai sombré en France, que j'ai bu et que j'ai touché à la drogue pour la première fois de ma vie. C'était de vilaines addictions de mon passé, des choses dont je n'ai plus jamais parlé une fois que j'ai quitté le pays. Je me suis bien gardée de discuter de ces erreurs qui ont bien failli me détruire. Disons que ma vie n'a jamais été très facile, ma mère m'a beaucoup manipulée. J'aurais tant voulu que mon père soit là pour voir ça et pour l'empêcher d'être ainsi. J'étais tellement heureuse avant que mon père ne s'en aille à sa manière. C'est à ce moment là qu'elle a changé. Heureusement qu'il y avait Alexander, mon frère tant aimé. Je luttais pour lui, parce que je l'aimais d'un amour surpuissant et ça n'a jamais changé. Même durant ma grossesse malgré qu'il était plus jeune que moi, il m'a aidée et soutenue. Il a joué le rôle qu'aurait dû jouer son père si il n'était pas parti, si ne n'avait pas rompu avec lui à cause de cette femme qui m'a mise au monde et que j'appelais "maman". Je l'aimais pourtant, c'était mon premier amour et j'espérais surtout qu'il soit le dernier. Certains diront que ce n'était qu'une amourette de jeunesse mais non, c'était bien plus que ça. J'en était éperdument amoureuse et je n'ai plus été capable d'aimer autant quelqu'un que le père de ma fille. Si je suis retombée amoureuse ensuite? Oui, mais je suis tombée de très haut. Quelle déception d'apprendre qu'en réalité il était un voleur, un criminel qui souhaitait piller les comptes de mes clients ainsi que le mien pour des raisons X et Y qui n'étaient qu'une belle couverture. Qu'est-ce que j'ai pu être stupide d'y croire. Enfin... Il a quand même fini par fuir quand j'ai su toute la vérité, il n'a pas su toucher à quoi que ce soit de mes clients et j'ai récupéré ce qui m'appartenait. Le pire, c'est que nous étions occupés à planifier notre mariage...Enfin, je m'en suis remise et heureusement même si cela n'a pas été facile. Même lui était au courant pour ma fille, de ce que j'ai pu faire et du regret éprouvé. Quinze longues années de remords, de regrets et pourtant la peine ne s'atténue pas pour autant.

Pourtant, ce soir était différent de mes habitudes, différent de ce que j'espérais. Pas au premier abord, c'est vrai. La journée de boulots, les bons et mauvais moments à passer, m'occuper d'Emilia et tout ce qui s'en suit est une vie normale pour moi mais j'adore cette vie. Bien évidemment, elle pourrait être mieux mais je me contente de ce que j'en ai au présent, l'avenir me réserve toujours quelque chose que ça soit positif ou négatif de toute manière. C'était le calme absolu chez moi et c'est pour ça que j'en ai profité pour lire un peu. Emilia dort paisiblement dans sa chambre et je n'ai pas envie d'aller me coucher de bonheur. Je ne regardes jamais la télévision hors de films ou de séries mais jamais les nouvelles. Disons que cela ne m'intéresse pas et qu'en prime, j'aime savoir la vérité quitte à apprendre quelque chose, pas des informations qui peuvent être contredites, mais je n'ai jamais été très tournée vers la télévision. Une fois de temps en temps j'apprécie mais ce n'est pas un passe temps ou une occupation quotidienne pour moi. Rien ne vaut un bon livre, une sortie ou une activité quelconque. Enfin, vu l'heure qu'il est on va plutôt oublier la sortie, surtout avec Emilia qui se repose de sa longue journée d'école. J'étais tranquille chez moi et je n'attendais absolument personne, c'est d'ailleurs pour cette raison qu'entendre qu'on frappe à la porte me surprend en premier lieu. En prime, je ne m'attendais pas à voir une adolescente sur le pas de ma porte. Je la regarde quelques instants. Elle est très jolie, magnifique même. J'évite quand même de la fixer longuement afin de ne pas paraître pour une psychopathe, une folle furieuse sortie de l'asile psychiatrique ou autre. Non, j'essaie d'avoir l'air normale malgré cette impression plus que présente de la connaître alors que je suis certaine de ne pas l'avoir vue à Miami auparavant. Vient le moment où elle parle, cet instant où elle me demande si je n'ai pas eu d'enfant il y a une quinzaine d'années. Cette question me fait l'effet d'un électrochoc, je sens mon coeur battre à tout rompre dans ma poitrine comme si il souhaitait en sortir. Je ne veux pas me réjouir trop vite mais comment a-elle su ? Comment a-elle pu le savoir si ce n'est pas elle ? Si elle n'est pas ce bébé à qui j'ai donné naissance ? Si elle n'est pas ma fille, tout simplement ? Je ne veux pas faire de conclusion hâtive, je ne veux pas me faire de faux espoirs trop rapidement. Je... Si. J'ai accouché d'une petite fille le 15 janvier 2001 pour être plus précise. Je lui ai donné naissance à New-York. Lui dis-je en répondant avec sincérité. C'est vrai, jamais je n'aurais oublié ce jour, pas même un instant. Cet instant où j'ai posé le regard sur ma fille même si je le savais, ça n'allait pas durer. Je suis très émue en y repensant mais si en plus il s'agit bien de ma fille, je ne sais pas si je vais être capable de contenir mes émotions. Ensuite, elle m'annonce être à la recherche de sa mère biologique. Je la regardes avec douceur, lui offrant un léger sourire. Aurais-tu quelque chose avec toi ? J'avais écris une longue lettre à ma fille lorsque je l'ai fais adoptée, j'ai laissé une photo du jour de sa naissance mais je ne sais pas si elle l'a reçue. Si tu as quelque chose avec toi, je pourrais te confirmer si il s'agit de moi. Secrètement, au fond de moi j'ai de l'espoir. J'espère qu'elle a bien quelque chose avec elle qui puisse confirmer qu'elle est ma fille. J'ai tant attendu ce jour, j'en ai tant rêvé. Plutôt que d'en discuter sur le pas de la porte, je préfères en parler à l'intérieur de ma villa. Entre donc, ne reste donc pas dehors. C'est plus convivial d'en discuter à l'intérieur. Sur ces paroles, je me décale pour la laisser entrer.


par humdrum sur ninetofive



_________________

Always
“Où est le temps ou l'on croisait un regard parmi des milliers d'autres, instant magique, coup de foudre qui faisait s'emballer les coeurs.”
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 28/06/2017 à Miami. J'ai posté : 43

MessageSujet: Re: Une surprise sur le pas de la porte (PV Hayden.♥)   Ven 28 Juil - 11:52



Une surprise sur le pas de la porte
CAROLINA FITZGERALD Δ HAYDEN M. HOPKINS  ♥
A DAUGHTER IS JUST A LITTLE GIRL WHO GROWS UP TO BE YOUR BEST FRIEND

J’avais pas eux une vie facile il faut dire mais je n’en voulais pas à ma maman biologique, elle y étais pour rien elle, elle ne pouvait pas savoir dans quel enfer j’étais tombé. Mais bon c’est vrai que dans le fond j’avais quand même cette petite bouille au ventre, cette petite once.. non pas de colère.. je ne serais pas trop comment expliquer d’ailleurs mais une sorte de rancoeur sur le fait qu’elle m’a laisser dans une famille pareil. J’en veux surtout à ma famille adoptive de m’avoir traiter comme ils l’ont fait. Pour eux j’étais comme un chien quoi, j’aurais pu avoir une laisse et un collier autour du coup c’était la même chose. Je n’avais quasiment pas le droit de sortir, quand des invités étaient là je devais me cacher et le plus souvent c’était dans la cave pour qu'ils soient tranquille. C’est pas une vie.. tout ça pourquoi ? Juste parce que je ne leur ressemble pas du tout et que leur histoire de petite fille biologique ne peut plus marcher aux yeux de tous, pourquoi ils ne veulent pas avouer que j’ai été adopté hein ? Ca leur changerais quoi ? J’aurais préféré le savoir avant dans ses cas là pour partir bien plus tôt et surement vivre une meilleure vie auprès de ma maman biologique. Je ne l’avais découvert que très récemment malheureusement, en nettoyant la maison sur demande de ma mère adoptive. Cette lettre avec marqué dessus Rebecca… c’était qui cette Rebecca ? Je n’en connaissais pas dans la famille mais c’est vrai qu’avec tout ce qui m’arrivait en ce moment je ne me suis pas fait prier pour jouer ma curieuse et garder le lettre dans ma poche pour essayer d’en savoir plus, qui sait, ça aurait put être une autre petite qui a vécu le même calvaire que moi, une autre petite fille qui aurait vécue ici mais qui elle aurait malheureusement eux un destin tragique comme on voit dans les enquêtes policières à la télévision. On ne sait jamais ? Mais quand j’ai fini par ouvrir l’enveloppe le soir dans la chambre j’ai compris que c’était pas une autre jeune fille.. mais moi.. je me suis reconnu sur la photo et puis il n’y avait pas photo, la dame sur la photo, je lui ressemblais quand même. J’avais quand même du mal à y croire c’est sur, en même temps vous apprenez comme ça d’un coup que votre famille en fait n’est qu’une famille d’adoption et que vous avez une maman biologique toujours en vie qui vous à laisser son adresse pour que vous puissiez la retrouver. C’était quand même un peu surréaliste au départ. J’ai eux besoin de quelques jours de réflexion quand même, pas beaucoup mais un peu, je lisais la lettre tous les soirs depuis ce jour, la photo je l’ai toujours sur moi. J’ai même pas chercher à en discuter avec ma famille d’adoption, qu’est ce qu’ils en ont à faire de toute façon ? Je pris l’argent nécessaire pour faire le voyage et commencer un début de nouvelle vie. J’avais voler pas beaucoup d’argent c’est sur, je n’étais pas riche malgré que ma famille d’adoption soit bourgeoise pure et dure mais j’avais rien. J’ai coupé les ponts avec eux, sauf avec ma grande soeur, même si c’était une grande soeur d’adoption, elle restera ma grande soeur, elle a toujours été là pour moi elle. A me soutenir, m’écouter quand j’avais besoin de me confier, c’est d’ailleurs la seule qui est au courant pour le fait que je sois partie retrouver ma maman biologique, je lui avais donné l’adresse, elle savait ou j’habitais la bas.. elle connaissais tous, et j’avais confiance en elle, je savais qu’elle n’en parlerais pas à ses parents qui d’ailleurs n’ont même pas pris bon de savoir ou j’étais passé. Preuve qu’ils s’en fichent de moi.. si ils se sont inquiétés de leur argent manquant mais c’est tout. En même temps c’était une délivrance pour eux en quelque sorte, ils pouvaient continuer leur fête sans avoir à trouver une solution pour me cacher. Mais bon je m’en fichais, il pouvait faire ce qu’ils voulaient, ça m’était complètement égal maintenant que j’étais arrivé à Miami, ville ou habitait ma maman biologique. J’allais tout faire la retrouver. J’espère juste qu’elle ne me mettra pas à la porte après tout ce temps, elle a peut être reconstruit sa vie et ne veut pas que j’en fasse partie. J’en avais un boule au ventre, du stresse, du bon stresse car justement ça me donnais la force de continuer mes recherches et d’attendre avec impatience ce jour ou on se retrouvera face à face toutes les deux. Miami était une ville immense et pleine de vie, et pour retrouver une personne parmi cette foule de population ça n’allait pas être de la tarte c’est sur. Trouver le bon quartier, trouver la bonne demeure.. c’était pas si évident que ça quand c’est la première fois qu’on découvre la ville. Heureusement des personnes assez bien attentionnés qui m’ont indiqué le chemin bien gentiment. Car oui je ne connaissais rien du tout ici, j’avais à peine trouver un petit boulot et un toit sur la tête, mais franchement j’avais pas encore pris le temps de jouer ma touriste et visiter la ville. Puis ça ne m’intéressais pas vraiment pour le moment, je n’étais pas là pour ça. J’avais enfin trouver la bonne demeure, une énorme villa magnifique.. j’étais assez envieuse il faut dire mais d’un autre côté j’avais vraiment un doute, j’avais vraiment peur de m’être trompé complètement. Je passais devant tous les soirs après le travail pendant plusieurs jours, à observer le moindre geste, le moindre mouvement dans la maison pour essayer de la voir et avoir la confirmation en quelque sorte. Je l’ai vu qu’une seule fois il faut dire, mais je suis rester discrète pour ne pas me faire voir. Elle était belle et ressemblait bien à la femme sur la photo mais bon j’étais quand même un peu loin, c’était peut être pas elle.. j’avais encore des doutes mais c’est sur que si je ne vais pas franchir le pas, je ne saurais jamais. Je suis venu ici pour ça, je dois me faire violence et aller toquer à la porte de cette femme qui est surement ma maman biologique.

Ce soir, je savais que c’était le bon soir, je le sentais au plus profond de moi, j’allais enfin franchir le pas. Je venais de finir ma journée de travail, ennuyeux et surtout sous les réflexions de mon patron ou des clients du restaurant sur mon physique ou autre. Mais bon je ne répond pas, j’ai appris à laisser couler, puis bon on est pas dans une boite de strip-tease non plus faut qu’ils arrêtent. Les répliquent sur le fait que je suis jeune et autre. Mais bon c’est comme ça. Je me commanda un petit truc à manger, que je paya bien sur mais je ne mangeais pas dans le restaurant mais dans mon petit appartement miteux juste au dessus. C’était pas non plus très fameux il faut être honnête mais bon c’est pas grave, au moins j’avais quelque chose dans le ventre. Il me restait plus qu’a me préparer pour aller rencontrée ma maman biologique pour la première fois. Vêtue d’une belle petite robe et par dessus mon manteau, je me mis en route avec de la musique dans les oreilles comme pour me donner du courage. Il faisait bon mais bon je ne sais pas quand j’allais rentrer chez moi et quand le soleil se couche il fait tout de suite plus frais, c’est la raison pour laquelle j’ai décider de mettre mon manteau sur moi, puis comme ça je pouvais apporter l’enveloppe avec moi avec les coordonnés de ma maman biologique, la lettre qu’elle avait écrite et aussi une photo d’elle et moi au moment de ma naissance. J’étais à la fois stressée et impatiente de faire sa connaissance je ne vais pas vous le cacher. J’espère juste qu’elle ne va pas me rejette tout de suite et me mettre à la porte. Qui sait, elle avait peut être d’autres enfants et ne voulaient plus me revoir malgré qu’elle m’ai donner ses coordonnées. On ne sait jamais il faut dire. Une fois dans sa rue, je m’arrêta devant sa maison, immobile pendant un petit moment, dernière réflexion, dernières questions dans ma tête avant que je me motive à faire quelques pas en avant, me dirigeant le plus doucement possible vers la porte serrant contre moi la photo. Encore quelques pas et me voici devant la porte, lentement je leva le bras pour pouvoir toquer, dernière petite hésitation avant de frapper trois coups. Instinctivement je fis deux pas en arrière en fixant la porte, entendant les bruits de pas qui se dirigeait vers l’entrée et je rangea rapidement la photo en voyant la clanche de la porte se baisser et la porte s’ouvrir enfin. J’étais face à elle, sur le coup j’étais subjuguée et je ne savais pas du tout quoi dire. On se regardait toutes les deux, silencieusement, je fini par baisser la tête, elle était belle et j’étais certaine de ne pas m’être trompée, je ne sais pas je le savais au plus profond de moi. C’est quand je lui posa la question du fait de savoir si elle aurait pas eux une fille il y a 15 ans que je compris. Elle me dis ma date de naissance, au jour près, ma ville de naissance. Je la regarda les yeux brillant « Pour vous dire la vérité, je suis effectivement née le 15 janvier 2001 à New York.. j’ai appris que très récemment que j’ai été adoptée et je.. » Oui je suis à la recherche de ma maman biologique, mon coeur battait très fort dans ma poitrine, extrêmement fort que j’avais l’impression qu’il voulait en sortir. Je jouais avec mes doigts timidement tout en tripotant la photo que j’avais dans la poche, j’étais emplie d’espoir de la retrouvée enfin. Je souris doucement quand elle me demanda si j’avais quelques chose avec moi, me disant qu’elle avait écris une lettre pour sa petite fille à cette époque pour lui expliquer sa raison. J’ouvris doucement ma veste en baissant la tête vers la lettre et m’apprêtant à la sortie « C’est une enveloppe adressée à une certaine Rebecca que j’ai, c’était le prénom que vous aviez donné à votre petite fille ? J’ai lu la lettre des dizaines de fois et je garde toujours la photo sur moi d’ailleurs » Je lui tendis doucement l’enveloppe avant de sortir la photo et de lui tendre aussi pour avoir confirmation. De tout mon coeur j’avais envie qu’elle me confirme que c’était elle, que je n’ai pas chercher pour rien et surtout que j’ai enfin trouver ce que je cherchais. Elle m’invita à rentrer, ça serait bien plus simple pour discuter et on serait plus à l’aise à l’intérieur c’est sur. Doucement je rentra, timidement en regardant un peu tout ce qu’il y avait dans l’entrée, je n’osais rien touché de peur de casser quelque chose. C’était une villa magnifique que ce soit d’aspect extérieur que par sa décoration intérieur. Cette femme avait très bon gout il faut dire. Je retira mes chaussures pour pas salir cette maison que je ne connaissais pas et retira lentement mon manteau que je gardais dans mes mains ne sachant pas ou le mettre. Il faisait bon et chaud ici. Je ne quitta pas du regard cette femme. Je pense qu’on va avoir beaucoup de chose à se raconter c’est sur. On avait plus de 15 ans de vie à rattraper en même temps. Je voulais tous savoir sur elle, comme je lui dirais tous ce qu’elle aura à savoir sur moi. Je fis quelques pas dans l’entrée, doucement avant de rentrée dans le salon, un grand salon chaleureux. Je souris doucement à cette femme attendant qu’elle me dise quoi faire, j’étais pas très à l’aise, en même temps c’est pas évident de rencontrer une personne pour la première fois et qui plus ai.. sa propre maman qu’on a pas vu depuis 15 ans et surtout qu’on a jamais connu.  
 
CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 13/03/2017 à Miami. J'ai posté : 1135

MessageSujet: Re: Une surprise sur le pas de la porte (PV Hayden.♥)   Ven 28 Juil - 13:44



Une surprise sur le pas de la porte.


Hayden M. Hopkins Δ Carolina Fitzgerald


“A Daughter is just a little girl who grows up to be your best friend”



Cette famille avait l'air géniale pour ma fille. Ils avaient de quoi subvenir à ses moindres besoins et en prime ils avaient déjà une jolie petite fille. Je l'avais vue en photo lorsque je les ai rencontrés la première fois. Je voulais rencontrer la famille où vivrait ma fille et c'était très important pour moi de voir leurs visages, de discuter un peu avec eux malgré tout. L'adoption n'a jamais été facile, j'ai toujours très mal vécu cette période de ma vie et j'ai très souvent regretté. Pour être sincère, j'ai regretté cette décision chaque minute de ma vie. J'ai sombré dans l'alcool, dans la drogue et dans les mauvaises fréquentations pour dire ça de façon plus "jolie" que la réalité. C'était pas beau à voir, pas du tout même. Je n'ai jamais été fière de cette année passée à Paris. Pourtant il a fallu que je m'en sortes pour devenir ce que je suis devenue à cet instant précis. Ça n'a jamais été facile et ça ne le sera jamais, je le sais. Chaque jour est un combat que je réussis ou que je perds mais je me relève à chaque fois. Ainsi va la vie. Comme mon père me le disait tant lorsque j'étais enfant "Tomber est permis mais se relever est ordonné." et il n'avait pas tord. C'est en quelque sorte devenu ma philosophie de vie, disons ça ainsi. Je suis presque certaine que si il était encore là, ma vie ne serait pas la même. Je sais que lui m'aurais épaulée dans ma grossesse et m'aurais soutenue même si il n'aurait probablement pas appuyé mon choix. Lui voulait mon bonheur, ma mère voulait ce qu'elle pensait être le mieux pour moi mais malheureusement le mieux s'éloignait souvent de ce qui pouvait me rendre vraiment heureuse. Ce qui m'aurait réellement rendue heureuse c'est d'élever ma fille malgré mon jeune âge, de lui donner tout l'amour que je pouvais lui apporter mais je me suis laissée manipulée. J'ai été si stupide de croire ma mère, je regrette tellement de ne pas m'être écoutée. J'aurais du fuir tant que j'en avais encore l'occasion avec ma fille, j'aurais dû partir lorsque j'étais encore enceinte et aller voir ailleurs. C'est ce que je souhaitais faire et pourtant je ne me suis pas écoutée. Malheureusement le mal est fait et je ne peux pas retourner en arrière même si ce n'est pas l'envie qui m'en manque. La seule chose que je peux espérer c'est de la voir, de pouvoir la toucher et la serrer dans mes bras comme j'en ai tant rêvé ces longue dernières années. Après tout, c'est ma fille biologique, je me sentirais toujours reliée à elle d'une manière ou d'une autre. Comment oublier les échographies où je la voyais ? Lorsqu'elle a donné ses premiers coups ? Cet accouchement que j'ai vécu et aussi cette magnifique bouille d'ange avec ses si jolis yeux ? Je ne pourrais pas laisser ces souvenirs si merveilleux derrière moi comme si rien ne s'était passé et vivre ma vie de façon paisible et calme. C'est justement parce que j'avais besoin qu'elle sache tout ça que j'ai laissé une lettre bien détaillée lui expliquant pourquoi j'ai agis ainsi, que j'avais pourtant tant envie de la garder à mes côtés et que j'ai pourtant tant essayé d'assurer seule. En prime de cette lettre, j'ai aussi mis cette si jolie photo que j'ai moi aussi gardé dans un cadre posé sur la table de chevet de ma chambre. Ça peut sembler stupide ou insensé mais j'en avais besoin. Ce n'était pas une décision que j'ai prise de garder cette photo, c'était plutôt instinctif et pour moi, ça coulait tout simplement de source qu'il me fallait ce souvenir. La seule chose qui me manquait vraiment sur cette photo dans le fond, c'était son père. Cet homme que j'ai tant aimé et que j'ai quitté suite aux manipulations de celle que j'appelais "maman". Elle ne l'appréciait pas, elle aimait encore moins le fait que j'ai pu tomber enceinte de lui malgré l'amour que nous nous portions et elle était bien déterminée à tout détruire. Le pire c'est qu'elle a réussi et moi ? Bien, je n'ai rien vu venir, quelle imbécile... Je m'en veux tellement, c'est en partie de ma faute si on en est arrivés là. Je me demande où j'en serais maintenant si j'avais pris mes cliques et mes claques et si j'étais bien partie avec ma fille comme je le désirais tant.. Si c'était à refaire, une chose est sûre : je m'y prendrais autrement, je prendrais pas les mêmes décisions et advienne que pourra.

Pourtant, ce soir, il y a des probabilités qu'elle soit là et qu'elle m'aie retrouvée après toutes ces années. Je suis départagée entre mes émotions, j'ai envie de pleurer de joie et de tristesse à la fois mais j'ai aussi envie de la prendre dans mes bras et de la serrer fort contre moi. Pourquoi pleurer de joie et de tristesse ? C'est simple. De joie parce que je la retrouves enfin, qu'elle entre dans ma vie à sa demande mais de tristesse parce que quinze ans, c'est long. Très long même et toutes ces années auraient dû se passer avec elle. On était supposées vivre de merveilleux moments et pourtant nous n'en avons pas eu l'occasion. En me levant ce matin je n'aurais jamais pu imaginer qu'en cette journée je verrais ma fille que j'espérais tant. Il est indéniable que physiquement, elle et moi avons beaucoup de ressemblances. Je suis presque sûre que c'est bien elle, que c'est mon bébé en posant mon regard sur elle. Quand elle me dit qu'elle est bel et bien née à New-York le 15 janvier 2001, je sens mon coeur se serrer dans ma poitrine. J'ai comme l'impression de manquer d'air, qu'on va m'annoncer que non, ce n'est pas elle ma fille et que ça va me mettre plus bas que terre et pourtant non. Elle arrive à me dire le nom que j'ai donné à ma fille et là ... Je verse ma petite larme, je n'arrives pas à la retenir. Oui, c'était le prénom que je lui ai donné. Mon père adorait ce prénom et c'était une manière pour moi de lui rendre hommage à ma manière. Je prend l'enveloppe pour commencer, j'y reconnais mon écriture même si cette enveloppe a bien pris la poussière. Normal après quinze ans. Je regarde cette photos qui me tire un petit sourire en coin, je me souviendrais toujours de cette joie que j'ai éprouvé lorsque je suis devenue maman même si cela n'a pas vraiment duré. Je finis par la regarder, m'approchant doucement d'elle. Et bien... Tu peux arrêter tes recherches, tu as réussi à me retrouver. C'est moi sur cette photo, c'est moi qui t'ai écris cette lettre... Je l'invite à rentrer gentiment, accrochant sa veste au porte manteaux alors que je la dirige vers le salon. Une magnifique baie vitrée donne sur l'extérieur, sur la plage plus précisément. Quant à la décoration j'ai fais confiance à la meilleure dans le domaine même si je savais plus ou moins ce que je voulais mais surtout ce que je ne voulais pas. Installe toi, tu es chez toi ici maintenant. Tu peux même remettre des chaussures si tu le désires, ne t'en fais absolument pas pour ça. Je ramène deux verre ainsi que des boissons diverses et variées pour qu'elle puisse choisir ce qu'elle désire. Je ramène aussi de quoi se nourrir un peu si jamais, majoritairement des pâtisseries faites maisons que j'ai fais avec l'aide d'Emilia la veille après-midi. Étonnemment, il en reste encore mais tant mieux. Je m'installe dans le canapé à ses côtés alors que je lui souris. Je suis stressée, mais dans le fond je suis aussi tellement heureuse de la voir. Elle est devenue si jolie, si adorable même si pour moi elle était déjà magnifique en étant bébé. Je meurs d'envie de la serrer dans mes bras, de lui faire part de mon bonheur et pourtant j'ai un peu peur qu'elle le prenne mal. Je caresse son visage du bout des doigts comme si j'avais peur que d'un instant à l'autre, elle ne soit pas là. Un peu comme si j'éprouvais cette crainte qu'elle soit éphémère ou même que je la brise. Tu es si jolie, tu sais... Tu me ressembles beaucoup lorsque j'avais ton âge. Là encore je lutte, l'envie est si présente que ce n'est pas facile de lutter contre ça. Je meurs d'envie de te prendre dans mes bras, tu n'imagines pas à quel point. Je n'ai jamais cessé de penser à toi, pas un seul instant. Depuis ce fameux jour je regrettes ma décision... Finis-je par lu avouer. Je n'ai pas réellement réfléchis, c'est sorti tout seul. Peut-être parce qu'il fallait que ça sorte ou peut-être était-ce mon instinct, je n'en sais rien. Je dois me ressaisir et c'est ce que je fais après avoir respirer un bon coup. Je me doute que tu dois avoir un tas de question à me poser, des choses que tu as envie de savoir ou que tu as peut-être envie d'entendre de vive voix ? Demande moi tout ce que tu veux, absolument tout et je le ferais avec honnêteté et sincérité. Après ça j'aimerais savoir tout ce je dois savoir si ça ne t'ennuie pas...? Je pense que nous avons des choses à nous dire toutes les deux. Il y a des choses dont je ne me sens pas forcément prête à parler  mais ce n'est pas n'importe qui. Si elle me le demande, j'y répondrais avec honnêteté comme elle le mérite. Je ne me sens pas très bien à cet instant mais c'est sûrement normal. Ne voulant pas l'inquiéter, je lui demande simplement. Voudrais-tu quelque chose à boire avant de commencer ? D'ailleurs si quelque chose te tentes, n'hésite pas à te servir. C'est pour ça que tout est mis à ta disposition. Je lui offre un petit sourire alors que je me serre déjà un jus de fruit. Je me dis que ça va passer et pourtant, je suis loin de me douter de la vérité qui se cache en dessous de tous ces petits signes. Pour moi, c'est juste le mélange d'émotions qui me rend ainsi et en même temps je ne suis pas en conditions pour penser à ce genre de questions alors que je retrouves seulement ma fille, elle est la seule chose à laquelle je m'intéresse pour la soirée et probablement jusqu'à la fin de ma vie d'ailleurs. Heureusement que je n'ai "que" 35 ans, ça me laisse beaucoup de temps pour faire ma maman poule envers elle même si elle a déjà 15 ans et qu'elle n'est plus un bébé. Dans le fond, elle restera toujours mon bébé et je le sais. Là, ce qui m'intéresse c'est d'apprendre à la connaître, qu'elle apprenne aussi à me connaître. J'espère tout au fond de moi qu'on nouera un vrai lien mère et fille même si il nous faudra du temps. Dans tous les cas, ma porte lui sera toujours ouverte et maintenant je ne compte plus la laisser partir.

par humdrum sur ninetofive



_________________

Always
“Où est le temps ou l'on croisait un regard parmi des milliers d'autres, instant magique, coup de foudre qui faisait s'emballer les coeurs.”
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 28/06/2017 à Miami. J'ai posté : 43

MessageSujet: Re: Une surprise sur le pas de la porte (PV Hayden.♥)   Lun 14 Aoû - 0:39



Une surprise sur le pas de la porte
CAROLINA FITZGERALD Δ HAYDEN M. HOPKINS  ♥
A DAUGHTER IS JUST A LITTLE GIRL WHO GROWS UP TO BE YOUR BEST FRIEND

J’étais sur de ne pas faire le chemin pour rien, j’avais cette adresse, cette ville dans l’enveloppe comme coordonnées, pourquoi m’aurait t’elle laisser une fausse adresse si c’était pas le cas ? Non c’était sur elle était ici, à Miami.. me restait plus qu’a la retrouver et c’est sur que cela n’allait pas être chose simple vu l’immensité de cette ville encore inconnu pour moi. Je n’en revenais toujours pas d’avoir été adopté, je ne lui en veut pas du tout mais je ne comprend pas pourquoi mes parents adoptifs me l’avaient cacher, j’aurais pu retrouver ma maman biologique bien plus tôt que ça. J’y repensais chaque soir, le comportement de mes parents adoptifs avec moi.. le fait que je ne leur ressemble pas et autre, c’était des signes, j’aurais du les voir et m’en rendre compte bien avant. J’étais encore jeune et bête il faut dire, on croit juste qu’on a fait quelque chose de mal, que si on ne leur ressemble pas c’est que les gènes ont du sauter une génération et que je ressemble à mes grands-parents ou arrière grands-parents.. mais en fait pas du tout. La raison est toute simple, si je ne leur ressemble pas, c’est parce que je ne suis pas leur fille tout simplement.  Je pense que si je ne serais pas tomber sur cette lettre ce jour là.. jamais j’aurais su que je n’étais pas leur enfant biologique, j’aurais eux des doutes à la longue c’est sur mais ce qui est sur aussi c’est que jamais ils m’auraient dis la vérité sur mon existence je pense. J’étais en droit de le savoir depuis le début et jamais ils me l’ont dit. Pourquoi ? C’est si grave que ça dans leur niveau de classe social d’adopter un enfant ? Juste parce qu’on est une famille bourgeoise on se doit d’avoir deux enfants et comme la femme ne pouvait plus en avoir ils m’ont adopter et cacher à leur amis et leur famille que c’était le cas ? C’est ça que je ne comprend pas. J’avais surtout jouer le rôle de leur petite domestique cachée qui devait obéir sans jamais se montrer ou sortir de la maison en public. Rien du tout, si je le faisais ça allait très mal pour moi, c’est la raison pour laquelle j’ai été scolarisée à domicile, ma maman adoptive me faisait les cours de temps en temps sinon je me débrouillait toute seule et heureusement que je suis assez intelligente et que je comprend vite sinon je pense que je serais très rapidement arrivé à un niveau d’incompétence tel que je serais à la ramasse dans toutes les matières. J’adorais ça étudier, ça me permettait d’une certaine façon de m’évader du monde dans lequel je vivais et c’est pour ça je pense que j’ai jamais rien lâcher et que j’a réussi tous mes examens que j’ai passé haut la main. Bien sur ma famille adoptive n’en avait rien à faire mais bon pour moi c’était comme une victoire quand même, je réussissais quelques chose et des personnes extérieurs me félicitait d’une certaine façon avec les notes que je recevais et les commentaires que je recevais sur mes copies. C’est souvent comme ça en fait, on reçoit plus de compliments de la part d’inconnu que de la part de ses propres parents. Heureusement que j’avais ma soeur avec moi, enfin ma soeur d’adoption. Elle était toujours là pour moi et c’est grâce à elle que je garde la tête sur les épaules et que je suis surement toujours là car elle a toujours su trouver les mots pour me faire retrouver la joie de vivre malgré ce que je vis dans cette famille qui ne m’aime pas et me laisse de coté juste parce que je ne leur ressemble pas. C’est pas une vie pour une enfant, une enfant à besoin d’amour, de soutiens mais j’ai jamais connu ça il faut dire. Mais maintenant ça allait peut être changer qui sait. Peut être que ma famille biologique n’est pas comme ça et m’apportera l’amour et l’affection que je n’ai jamais reçu ? Je ne vais pas dire non plus que je l’espère mais je pense que je ne peux pas tomber sur pire que ma famille adoptive, sauf si ma maman biologique me ferme la porte au nez quand je vais aller toquer chez elle pour la première fois. C’était vraiment ma hantise depuis que je suis monter dans l’avion pour Miami, de faire le trajet pour rien, qu’elle ai reconstruit sa vie, qu’elle avait une meilleure vie sans moi et qu’elle ne la voyait pas maintenant avec une fille de quinze ans qui débarque comme ça du jour au lendemain dans sa vie. Bah oui, on ne sait jamais… la vie n’est pas toujours rose comme on dit, mais j’ai tellement connu des jours gris que je m’attendais toujours au pire maintenant. J’étais ici, à Miami avec un petit boulot, un toit sur la tête même si c’est sure que c’est pas le top du top mais bon c’est quand même largement acceptable car j’aurais très bien pu me retrouver SDF à dormir dans des cartons dans les ruelles de la ville. Car oui n’ayant plus d’argent sur moi je ne pouvais pas me louer une chambre d’hôtel alors heureusement que j’ai rapidement trouver un endroit ou j’ai été accueilli. Un restaurant un peu misérable, pas très fréquenté ou alors seulement par des petits vieux, des habitués et aussi des pervers par moment, j’ai été embauché ici rapidement avec en contrepartie d’être payer une misère qui était seulement assez pour payer le loyer du petit logement qu’il me louait au dessus du restaurant. Un petit appartement ridicule d’une seule pièce, mal entretenue mais bon. J’avais tellement peu d’argent que je saute certains repas. C’est grâce au peu de pourboire que j’arrive à me mettre de coté que j’arrive à survivre. Mais bon je m’en fichais, je pouvais vivre dans la misère la plus totale, tant que je pouvais retrouver ma maman biologique, c’est tout ce que je demande. Bon par contre c’est vrai que la retrouver dans cette ville immense n’a pas été évident mais grâce à l’aide des habitants qui passaient dans la rue, j’ai pu arriver jusque devant chez elle.. mais aller toquer pour me manifester n’était pas chose facile.

Mais bon aujourd’hui c’était décidé, j’allais enfin aller frapper à sa porte après ses quelques jours passer devant chez elle à observer, comme pour me donner la certitude que c’était bien elle et pas une personne complètement inconnu qui n’a rien à voir avec cette maman qui n’as pas eux d’autre choix que de me faire adopté il y a tant d’années. Je pris avec moi la photo que je ne cachais jamais depuis que j’ai ouvert cette fameuse enveloppe et aussi la lettre qu’elle contenait, lettre que j’ai du lire des bonnes dizaines de fois, je la lis tous les soirs de toutes façon malgré qu’elle soit assez longue. Je ne vous dis pas la panique et surtout l’émotion quand j’ai enfin franchi le pas et que j’ai poser la main sur sa porte pour toquer, c’est comme si mon coeur allait sortir de ma poitrine tellement il battait fort. Je ne vous dis pas dans quel état j’étais quand cette femme ouvrit la porte devant moi et que je croisa son regard pour la première fois depuis tellement d’années, c’était intense et magique. Sur le coup, je ne sais pas, je me suis dis que c’était pas elle, pourtant elle ressemblait énormément à la dame sur la photo que je tenais dans la main sous mon manteau mais les années sont passés, je peux me tromper. J’ai un peu baissé les yeux pour pas être trop insistante non plus, elle a d’ailleurs fait de même je crois car quand je releva la tête pour prendre la parole, elle avait regarder un peu le sol elle aussi. Je me « présenta » donc en annonçant que je recherchais ma maman biologique et lui demandant si elle aurait pas eux un bébé il y a quinze ans le 15 janvier 2001 précisément. Je sentis mon sang qui ne faisait qu’un tour quand elle me confirma ma demande en me disant que c’était à New-York, exactement mon lieu de naissance, il n’y avait plus de doute possible, encore plus quand je lui tendis cette fameuse lettre adressée à une Rebecca et cette photo d’elle et un petit bébé dans les bras. Je la laissais parler, ne l’interrompant pas et ayant la gorge nouée par le stresse et l’angoisse pour le moment, c’est comme si on était en train de m’étrangler, j’avais même un peu de mal à respirer mais je restais quand même maitre de moi même, j’étais juste un peu rouge et les yeux brillant d’émotion encore plus quand elle me dit que je pouvais arrêter mes recherches, et que j’étais celle que je recherchais. Je dois me l’avouer, j’ai pas réussir à contenir mes larmes bien longtemps tellement j’étais soulagée, j’avais enfin retrouver ma maman biologique, personne avec qui j’aurais du passer ces quinze ans de ma vie. Je la regarda dans les yeux avant de sécher mes quelques larmes qui ont glisser petit à petit sur ma joues et je n’osais pas bouger, je ne sais pas, j’étais comme paralyser par l’émotion et le choc aussi surement. « J’aurais préférée gardée ce prénom dans ce cas, Rebecca, c’est jolie et maintenant que je sais que c’est autant symbolique pour… toi… j’en veux à ma famille adoptive de m’avoir appelée Hayden. Toutes mes condoléances pour ton papa, papy ? Ce.. c’est incroyable, pour être honnête j’avais une peur bleu que si je te trouvais tu me mette à la porte et que tu ne veuille pas de moi dans ta vie après tant de temps. J’aurais tellement préférée te retrouver bien plus tôt mais malheureusement j’ai découvert la lettre que très récemment et j’ai pas pu commencer mes recherches bien avant. Je suis sincèrement désolé. Mais je suis tellement heureuse de t’avoir retrouvée enfin, ça fait quelques jours que je m’arrête devant chez toi, que j’observe un peu sans trouver le courage de venir frapper à ta porte mais je ne regrette pas de l’avoir enfin fait. Je n’ai pas fait tous ce voyage pour rien et honnêtement, je suis tellement heureuse, tu ne peux pas imaginer comment je suis contente de t’avoir enfin retrouver mais bon avec toutes ses années… je pense qu’on va avoir beaucoup de choses à se raconter. » J’étais honnête avec elle, le plus possible, jamais je ne pourrais mentir à ma maman biologique même si je venais à peine de la rencontrer mais c’est comme ça. C’est une question de principe. Elle m’invita à entrée dans sa demeure, une énorme villa, ça me changeait de ma petite maison bourgeoise ou je vivais avec ma famille adoptive. Je retira mes chaussures par politesse et pour ne pas salir le sol et sourit quand elle me pris mon manteau pour l’accroché au porte manteau. Doucement je fis quelques pas en direction du salon avant de m’arrêter en plein milieu de la piège et observer un peu bouche bée je dois vous l’avouer la beauté de la maison de ma maman biologique, cette baie vitrée qui donne sur la plage en contrebas.. et cette décoration.. c’est sublime. Je tourna la tête vers elle quand elle pris la parole et je lui souris doucement quand elle me dit que je pouvais m’installer et que je suis ici chez moi maintenant. Je rougie avant de répondre « Merci beaucoup c’est très gentil. Et.. euh.. non je préfère retirer mes chaussures.. c’est une question de politesse puis je ne voudrais pas salir la maison qui est impeccablement propre en plus d’être magnifique » Je lui souris avant de m’asseoir doucement sur le canapé et continuer d’observer ce qui se trouve autour de moi, il y a quelques photos, évidemment je ne connais pas les personnes qui se trouve dessus, enfin si je reconnaissais ma maman biologique, mais les autres.. pas du tout c’est normal. J’admirais la pièce en attendant son retour et lui sourit quand elle revient avec un plateau contenant deux verres, des boissons et de quoi manger aussi. Je la remercie du regard pour tout ça avant de la regarder dans les yeux en souriant sans trop savoir quoi faire à vrai dire. Je ne bougeais pas d’un centimètre, posant mes mains sur mes genoux, mes mains tremblaient un peu tellement j’étais stressée il faut dire. Je rougis quand je sentis les doigts de ma maman biologique se poser sur mon visage et lentement je fini par posé ma main sur la sienne. Je devais avoir les mains froides car il faisait pas très chaud dehors quand le soleil se couche sur la ville mais par contre elle, avait les mains douces et chaudes, son geste était adorable et c’est pour ça qu’avec ma main je lui laissais la sienne sur ma joue. J’avais pas connu beaucoup de contact charnel comme ça, des signes de tendresse de cette façon, c’était tout nouveau pour moi et franchement j’adore. Je souris en baissant la tête quelques secondes en rougissant en l’écoutant, trop de compliment que j’avais pas l’habitude d’entendre. « C’est vrai tu trouves ? Je prend ça pour un compliment alors, ressemblée à une femme aussi belle ça ne peut être que un compliment il faut dire. Tu sais, tu peux me prendre dans tes bras, c’est pas moi qui vais te repousser tu sais, j’attend ce moment depuis que j’ai trouvée cette lettre et un câlin je ne peux pas dire non. C’est adorable tu sais, et sache que je ne t’en veux pas du tout tu sais, je ne peux pas t’en vouloir de toute façon » Je souris et je m’approcha un peu plus d’elle, comme pour la faire se sentir un peu plus à l’aise, non pas que je l’aurais tout autant mais bon. Je l’entendis respirer un bon coup et juste avant qu’elle prenne la parole je lui fis un petit câlin, posant ma tête contre son épaule comme pour lui montrer qu’elle pouvait sans problème me serrer dans ses bras. Encore un signe d’affection que j’avais très peu eux pendant mon enfance. Je me recula doucement et la regarda pendant qu’elle m’expliqua que je pouvais lui demander tous ce que je voulais, tous ce que je voulais savoir, elle me répondrais, mais avec une condition qu’elle puisse faire la même chose pour qu’elle puisse savoir ce qu’elle à savoir sur moi, ce qui est normal. Je lui souris car c’était normal, on allait pas rester là à se regarder dans le bleus des yeux, on allait apprendre à ce connaitre et rattraper le temps perdu petit à petit. Je m’apprêtais à lui répondre quand elle me proposa quelque chose à boire avant de commencer « C’est gentil merci ! » Je me servis un verre de jus doucement, en veillant bien à ne pas en mettre partout avec ma main qui tremblait un peu et je bus doucement une gorgée avant de regarder de nouveau ma maman biologique en gardant le verre dans ma main, passant mon doigt sur le rebord du verre, cherchant par ou commencer en fait. Je voulais tous savoir d’elle, je voulais la connaitre, connaitre cette maman que j’avais perdu il y a si longtemps. « Je ne sais pas par ou commencer, j’ai tellement de question qui me passe par la tête à vrai dire, je voudrais tous savoir de toi, enfin tous ce que je suis en droit de savoir hein. Parle moi un peu de toi, que ce soit quand tu étais enceinte de moi ou même maintenant, ce que tu fais dans la vie, de ta famille. Tu n’es pas obligée de tout me dire non plus hein, c’est pas parce que je suis ta fille biologique que je dois tous savoir non plus hein, déjà commencer par là… je voudrais aussi savoir après qui sont ses gens sur les photos là bas avec toi ! Après tu pourras me poser toutes les questions que tu veux c’est tout à fait normal, je serais moi aussi sincère et honnête avec toi » Je me mis en tailleur sur le canapé, posant mon verre entre mes jambes, replaçant une mèche de mes cheveux derrière mes oreilles et je la regarda, posant une main sur la tienne et l’écouta attentivement. Certes ma demande était vague mais comme ça elle pouvait me parler de ce qu’elle désirait sans non plus se sentir forcer de raconter des détails de sa vie qu’elle ne se sentait pas encore prête à me raconter. J’étais attentive et silencieuse, serrant sa main à chaque parole qu’elle pouvait prononcer. Elle et moi.. ici.. ce soir… qui aurait pu imaginer ça possible. J’avais tellement hâte qu'on rattrape le temps perdu et qu’on vive un vrai lien mère/fille toutes les deux.
 
CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une surprise sur le pas de la porte (PV Hayden.♥)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une surprise sur le pas de la porte (PV Hayden.♥)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une visite surprise qui porte bien son nom... [Ewan]
» Porte étendard orque
» Aucun prisonnier n'a pu s'échapper, d'après le porte-parole de la PNH
» Surprise en flagrant délit... [Natasha & Luna]
» Utilité du bouclier lorsque l'on porte une armure légère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Endless Summer Life :: Miami dans sa splendeur :: Miami beach :: Quartier résidentiel Miami Beach-
Sauter vers: