Partagez | 
 

 push and pull like a magnet do - Ft Rebecca

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 04/07/2017 à Miami. J'ai posté : 19

MessageSujet: push and pull like a magnet do - Ft Rebecca   Mer 5 Juil - 8:39

push and pull like a magnet do

I'm in love with the shape of you. We push and pull like a magnet do although my heart is falling too. I'm in love with your body. Last night you were in my room and now my bed sheets smell like you. -Ed Sheeran


Je ne m’attendais à rien de plus qu’à l’habitude. On m’avait mené à l’une des chambres supérieures, celles qui étaient réservées aux clients importants. Cela ne m’impressionnait plus : depuis que j’étais devenu l’un des favoris de mon père, j’étais presque toujours prêté à des personnes ayant plus d’argent, ou ayant tissé des liens avec l’organisation. J’avais vite compris que cela ne changeait absolument rien. Parfois, les personnes qui semblent les plus importantes ont les fantasmes les plu désagréables, voire les plus ridicules. Je pouvais me consoler d’une chose : cette chambre-ci étant complètement blanche, je ne devrais pas avoir affaire à un sadomasochiste violent. C’était la moindre des consolations. Je n’aimais pas avoir mal, mais il le fallait parfois.
Entendant des pas près de la porte, à l’extérieur, je replaçais le col de ma chemise et mes cheveux avant que quiconque n’entre. L’attente ne fut point, puisque celle-ci s’ouvrit sur nul autre que mon père lui-même. Je serrais inconsciemment les dents. J’espérais en mon fort intérieur que ce n’était pas lui qui venait prendre son pied aujourd’hui. Tous sauf lui. Lorsque j’aperçu quelqu’un derrière lui, j’aurais dû être soulagé mais la surprise prit le dessus. Avais-je bien vu? Sa réellement l’entendre, la voix de mon père résonna dans mes oreilles.

-Voilà. Un petit cadeau pour toi. Je n’ai pas besoin de te dire d’en profiter, il ne déçoit jamais personne.


Le compliment, habituel, passa à des centaines de mètres au-dessus de ma tête. J’étais bien trop occupé à dévisager la jeune femme qui se trouvait dans l’embrasure de la porte. Comment? Si jeune, si belle. Que faisait-elle dans un endroit comme celui-ci? Nos regards se croisèrent et je détournai le visage, conscient que je ne devais pas regarder les clients ainsi avant d’en avoir reçu l’autorisation. Je retenais ma respiration, alerte à tout ce qui se passait autour de moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 140

MessageSujet: Re: push and pull like a magnet do - Ft Rebecca   Mer 5 Juil - 17:39

Encore une fois me voilà devant le grand patron, mais cette fois, j'en ignore totalement la raison. Mon travail à été fait à la perfection et je n'ai pas rouspété lorsque l'on m'a donner ma cible, chose que je ne faisais plus depuis un bon moment maintenant. À vrai dire je ne parle tout simplement plus. On me dit ma cible et les informations que je dois savoir et je vais l'exécuter. J'ai découvert que c'est moins pénible ainsi et que j'ai la paix plus rapidement. Je déteste toujours autant ce qu'il me fait faire et encore plus lorsque je dois ramener un ou une prostitué puisqu'à chaque fois ses la même chose. Supplications, suivie de tentative de marchandage pour enfin qu'ils se mettent à hurler et à tenter de fuir jusqu'à ce que, à bout de patience, je les rendent inconscients. Ils le savent bien pourtant maintenant que peut importe ou ils sont, je vais les retrouver... J'entre donc dans le bureau et attend de savoir ce qu'il me veut. Reb, tu as bien travaillé dernièrement, et ta docilité mérite une récompense. Soutenant son regard, je ne dis rien, attendant avec méfiance la suite. Je savais qu'afin de garder son petit personnel docile, il avait tendance à récompenser, mais sa manière de le faire m'inquiétait. Un sourire apparaissant sur ses lèvres, il me dévisagea quelques secondes avant de ce diriger vers la porte. Suis moi. Comme un automate étant maintenant habitué d'obéir, je le suivie sans un mot. Il se dirigea à ma grande surprise vers les chambres, me faisant froncer les sourcils. Lorsqu'il s'arrêta devant une porte et l'ouvrit, je me figeai en y voyant une chambre totalement blanche avec, semblant attendre à l'intérieur, un jeune homme. Merde il ne voulait tout de même pas que je l'exécute ici? Mon regard restant river sur l'homme dans la pièce, j'entendit à peine la voix du patron, observant plutôt l'homme qui me dévisageait. Voilà. Un petit cadeau pour toi. Je n’ai pas besoin de te dire d’en profiter, il ne déçoit jamais personne. Lorsque nos regards se croisèrent, je le vis détourner le visage et compris enfin ce qui se passait. Sérieusement? Il m'offrait un moment avec un de ses esclaves sexuels? Ayant remarquer que le jeune homme m'avais dévisagé, le patron s'avança pour le corriger. Non! Merde! je venais de faire quoi là? Je devais rattraper le coup si je ne voulais pas moi aussi être dans la merde. Je vis notre patron se retourner vers moi et me dévisager, une lueur de colère passant dans son regard. Le cerveau tournant à une vitesse fulgurante, je soutins son regard et dit la première chose qui me passa par la tête et qui je l'espérais était ce qu'il voulait de moi. Laissez moi m'en occuper, après tout c'est mon cadeau, non? Je vis un demi sourire apparaitre sur ses lèvres avant qu'il hoche la tête et sorte de la pièce. À peine la porte fermé que je poussai un soupire de soulagement et me laissait tombé assise sur le lit. Merde, c'est pas passé loin...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 04/07/2017 à Miami. J'ai posté : 19

MessageSujet: Re: push and pull like a magnet do - Ft Rebecca   Ven 7 Juil - 22:31

push and pull like a magnet do

I'm in love with the shape of you. We push and pull like a magnet do although my heart is falling too. I'm in love with your body. Last night you were in my room and now my bed sheets smell like you. -Ed Sheeran


Je ne vis pas mon père qui allait très certainement me réprimander, voir me frapper s’il connaissait suffisamment la cliente pour se le permettre. Je regardais ailleurs. De toute manière, si le coup devait venir, il viendrait… Pourtant, j’entendis plutôt la voix de la jeune femme qui l’interrompais, lui intimant qu’elle préférait se charger de mon cas seule. Une dominatrice dans la chambre blanche? J’aurais définitivement tout vu. La porte se ferma et, à ma grande surprise, la noiraude s’assit sur le lit en soupirant. Pas passé loin. De quoi? Sans réellement s’attarder à ce détail, je tentais de rapidement deviner ce que je devais faire. Juger les envies des clients avant qu’ils n’ouvrent la bouche était habituellement ma spécialité, mais je ne savais à quoi s’attendre de cette nouvelle venue. Elle ne ressemblait à rien ni personne de ce que je connaissais. Malgré ses mots plus tôt, je ne la sentais pas dominatrice. J’avais l’étrange sentiment qu’elle avait surtout besoin d’affection, bien plus que de sexe. Si je faisais un pas sans sa permission et lui offrait maintenant le choix : elle pourrait soit me remettre à sa place, soit entrer dans le jeu. Peu importait. En sortant de cette chambre, elle aurait eu ce qu’elle voulait, quoi que ce soit… J’hésitais à retirer ma chemise, mais je me retins. C’était peut-être trop tôt pour elle.
Je fis un pas lent vers elle et mit un genou à terre, comme elle était assise sur les couvertures. Mes yeux bleus étincelants levés vers elle, lui offrant un sourire doux, léger, chargé de compréhension plus que de passion. Je plantais mes pupilles dans les siennes, mais je n’y lu rien. Cette femme avait un mur invisible qui la protégeait de mes instincts : je devais attendre qu’elle s’ouvre à moi. Pour le moment, je pouvais toujours faire connaissance avec cette jolie femme. Ses yeux foncés, ses cheveux de jais. Étais-ce moi qui devait la charmer ou l’inverse? Elle était si belle…

-Bonsoir. Est-ce que… je peux discuter avec toi un peu?


Une question définitivement à mille lieux de mes habitudes, mais définitivement la plus de mise vu les circonstances. Je souriais à nouveau à la demoiselle, me permettant de continuer d’une voix douce.

-Maintenant que la porte est fermée, tu n’es obligée de rien, mais tu as droit à tout. Prend le temps que tu désires.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 140

MessageSujet: Re: push and pull like a magnet do - Ft Rebecca   Sam 8 Juil - 1:11

J'avais réagit par impultion, protégeant le jeune homme. Ne lachant qu'un rapide non, avant de réalisai à qui je parlais. Je n'avais pas parlé depuis un certain temps à quelqu'un dans cette maison, je n'avais pas parlé du tout depuis un certain temps en fait. Rapidement, je me repris sachant que ce serait moi qui mangerait les coup si je ne disait pas quelque chose, aussi je lui dit de me laisser m'occuper personnellement de mon cadeau. Un sourir satisfait plus tard la porte se refermait, me laissant seule avec... Mon cadeau pour la nuit. Je me laissai tomber assise sur le lit en soupirant. Le jeune homme fini par s'avancer puis posai un genou par terre, ses magnifique yeux bleu rencontrant les miens. Je lui fis un petit sourire avant de lui répondre d'une voix douce. Tu n'as pas de permission à me demander fais ce que tu veux. Je regardai le jeune homme, mon sourire s'agrandissant légèrement en entendant ses mots. Tu n'es pas plus obligée de quelque chose, je sais que c'est une grande faveur que me fait le patron, mais je ne suis pas ce genre de femme, je ne t'obligerai à rien... Au fait comment t'appelles-tu? Je n'allais certainement pas forcer ce jeune homme à faire quoi que de soit. C'était peut être son boulot et il était terriblement séduisant, mais je n'allais certainement pas profiter du fait que c'étai ce que lui devait faire. Venant quand même de terminer un contrat je n'avais pour l'instant qu'une seule envie, aller sous la douche. Écoute, je reviens tout juste de mission, et disons que pour le moment mon plus grand souhait serait d'aller prendre une très très longue douche...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 04/07/2017 à Miami. J'ai posté : 19

MessageSujet: Re: push and pull like a magnet do - Ft Rebecca   Mar 25 Juil - 0:22

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 140

MessageSujet: Re: push and pull like a magnet do - Ft Rebecca   Lun 14 Aoû - 3:27

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 04/07/2017 à Miami. J'ai posté : 19

MessageSujet: Re: push and pull like a magnet do - Ft Rebecca   Jeu 14 Sep - 0:24

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 140

MessageSujet: Re: push and pull like a magnet do - Ft Rebecca   Dim 15 Oct - 0:13

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 04/07/2017 à Miami. J'ai posté : 19

MessageSujet: Re: push and pull like a magnet do - Ft Rebecca   Dim 15 Oct - 23:13

push and pull like a magnet do

I'm in love with the shape of you. We push and pull like a magnet do although my heart is falling too. I'm in love with your body. Last night you were in my room and now my bed sheets smell like you. -Ed Sheeran


Lawrence n’osait pas se lever : La jeune femme s’était endormie contre lui et s’il se levait, ça risquait de lui déplaire de ne pas le voir à ses côtés lorsqu’elle ouvrirait les yeux. Le garçon en profita pour réfléchir. Il n’avait presque rien eu à faire. La noiraude avait complètement nié de lui faire des avance ou d’exiger qu’ils couchent ensemble. Elle avait simplement profité du moment et… s’était endormi. Pour lui, il s’agissait presque d’un jour de congé malgré tous les efforts qu’il avait fait pour la mettre à l’aise. Pourtant, à la sentir contre lui, il se demandait s’il n’aurait pas préféré pouvoir gouter à sa peau. Law ne sut combien de temps passa puisque lui aussi, pris par ses pensées, finit par s’endormir. Le réveil vint toutefois rapidement lorsqu’il fut rapidement dérangé par la présence à ses côtés qui s’agitait, gémissait, parlait peut-être? Le londonien ouvrit les yeux et, d’un réflexe encore un peu endormi, il sera le corps fêle et pâle de la jeune femme dans ses bras, contre son torse. Faisait-elle un cauchemar? Devait-il la réveiller? Il n’oserait pas… mais si elle passait un mauvais moment dans cette chambre avec lui, il en serait certainement tenu responsable. Heureusement, en quelque sorte, elle s’éveilla rapidement. En sursaut.

Law se souleva sur un coude pour être face à elle, la fixant dans les yeux, comme s’il espérait voir ce qui se passait au travers de ses pupilles. Voyant bien qu’elle était désemparé et très loin de lui faire un roman sur ses terreurs, il lui fit un pâle sourire et la serra à nouveau contre lui. Une minute s’écroula, sans qu’il ne relâche sa poigne. Enfin, il l’embrassa sur la tempe et l’éloigna de lui pour la détailler un peu mieux. Il n’osait pas parler. Il aurait aimé lui proposer de discuter, de prendre un verre de vin, un massage, un baiser… peu importait, tant que cela lui change les idées. Tant que la terreur dans ses yeux la quitte. D’un soupir chaud, au coin de son oreille, il lui murmura un doux encouragement.

-Peu importe ce qui se trouve dans tes cauchemars ou à l’extérieur d’ici, tu es au seul endroit où il ne t’arrivera rien, Morigane. Dans mes bras.


Il ne lui sourit pas. Il se voulait sérieux. Cela n’avait rien d’une phrase pour l’amuser ou lui changer les idées : il désirait réellement qu’elle se sente bien avec lui, qu’elle n’ait plus peur de fermer les yeux. Lawrence savait bien que les gens qui passaient sous ses draps étaient des riches aux gouts particuliers ou des gens meurtris venant d’un milieu semblable au sien. Elle avait surement raison d’avoir peur, de vouloir fuir quelqu’un. Le sang tachait sa peau blanche lui revint à l’esprit et le jeune homme ne put s’empêcher de vouloir offrir tout le réconfort qu’il pouvait à ce joli chat noir sans défense. Il se pencha sur elle et, doucement, très doucement, il effleura ses lèvres des siennes. Ce n’était pas un baiser. Pas encore. Il oscilla de droite à gauche pour chatouiller ses lèvres, mais déposa finalement les siennes sur la pointe de son nez. Il n’avait pas envie de l’embrasser, il avait envie de garder cela précieusement. Elle ne le brusquait pas, de toute manière.

Et à ce moment, il lui fit un sourire. Presque trop vrai pour venir de lui, presque trop faux pour représenter ce qu’il ressentait à ce moment-là. Lawrence avait rarement eu une telle envie de cajoler une cliente, mais celle-ci lui faisait aimer ce qu’il faisait. Il pourrait rester ainsi au lit avec elle sans jamais la toucher et il savait qu’il y serait bien. L’avoir au creux de ses bras lui suffisait. D’un geste lent, Lawrence s’assit dans le lit, puis attira Morigane sur ses genoux. Il se permit de replacer une mèche noire de ses cheveux derrière son oreille et de caresser sa joue au passage.

-Qu’est-ce que je peux faire pour toi? Je peux remplir la baignoire, je peux aller chercher du vin dans l’armoire… Dit moi ce que j’ai besoin de faire pour te voir aller mieux.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 140

MessageSujet: Re: push and pull like a magnet do - Ft Rebecca   Mar 17 Oct - 0:51

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 04/07/2017 à Miami. J'ai posté : 19

MessageSujet: Re: push and pull like a magnet do - Ft Rebecca   Lun 30 Oct - 1:57

push and pull like a magnet do

I'm in love with the shape of you. We push and pull like a magnet do although my heart is falling too. I'm in love with your body. Last night you were in my room and now my bed sheets smell like you. -Ed Sheeran


Lui faire oublier le présent? Est-ce que cela devait être pris à un second degré? Désarçonné, Law ne put que la regarder sans rien dire. Il ne lui avait toujours pas touché et il ne pensait pas commencer aussi rapidement étant donné qu’elle n’avait pas détesté être cajolée, sans plus. Puis, elle lui parla de vin et il sourit. Si elle proposait si vite une seconde alternative, il était bien possible que ce n’était pas ce  qu’elle voulait dire. Aussi, il se leva pour se rendre à l’armoire et en sorti une bouteille de vin rouge. Il n’y connaissait rien, il n’avait aucune idée de ce qu’il lui servait. Ce vin pouvait tout aussi bien être du vinaigre, il ne le saurait pas sans l’ouvrir… mais comme il était dans la chambre blanche, il se doutait bien que la dite bouteille valait plusieurs dollars. Sans hésiter, il s’empara d’un ouvre-bouteille et l’ouvrit.. c’est armé de deux coupes qu’il revint vers le lit et s’assit sur le rebords, servant déjà la jeune femme d’une coupe respectant l’étiquette, soit remplie de moitié.

Il remplit la sienne, puis lui proposa de trinquer d’un geste. Après tout, s’ils n’avaient aucune occasion de trinquer, c’était tout de même plus agréable que de boire sans raison. Aussi, il lui murmura ses vœux.

-Aux quelques heures de cette réalité qui n’appartient qu’à nous.

Puis le tintement du verre congé ensemble résonna autour d’eux. Quelle heure était-il? Law ne le savait pas, mais il savait que d’un moment à l’autre, quelqu’un viendrait à la porte pour demander à Rebecca de sortir. Après tout, il ne pouvait rester plus d’une nuit dans la chambre de quelqu’un si cette personne ne payait pas à l’avance. Et de ce qu’il avait compris, cette rencontre était un cadeau, alors elle prendrait bientôt fin. Il ne lui restait qu’à faire de ces heures, voire minutes, un dernier bon moment pour la belle. Avec un peu de chance, elle reviendrait… Comme il était encore placé au bord du lit, il fit un mouvement pour s’approcher de sa compagne et se plaça derrière elle , ses jambes de chaque côté d’elle, pour coller son dos sur son torse. Il passa ensuite un bras autour de sa taille pour la tenir contre lui, s’appliquant aussi à rapprocher les couvertures pour qu’elle n’ait pas froid. Puis, d’une voix chaude, douce, il lui intima.

-Ferme les yeux Morigane.


Celle-ci obtempéra, puis, après lui avoir laissé le temps de prendre une inspiration ou deux, il commença à narrer.

-Imagine-toi que nous sommes dans une petite maison. Toute petite, d’à peine quelques pièces. Chez toi.  L’extérieur est en brique rouge parasité par le lierre et les vignes, et l’intérieur est tout en bois. L’air sent la cannelle d’un pain que j’aurais mis au four le matin même et qui cuirait tranquillement pour le déjeuner….


Et Lawrence continua ainsi, lui racontant ses uniques souvenirs de sa maison d’Irelande. Sa maison qu’il avait avec sa mère jusqu’à ses six ans. Il ne connaissait pas d’autres maisons, il n’y avait qu’elle. Mais il était bien d’accord de partager ce précieux souvenir avec la belle. Il raconta ce moment et fut perturbé de voir à quel point il aimait le revivre avec elle, silencieuse, mais attentive. Comme s’il partageait son âme avec elle. Et il lui raconta comme s’il lui donnait une partie de lui…. Complet. Sans cachotterie.

-Le chat est un peu méchant, parfois, à l’occasion. Mais il est là, ronronnant sur le coin du feu, pendant que…


On cogna à la porte, coupant l’histoire. Brisant le monde que Lawrence créait en racontant sa –autrefois- vie, si loin.  À contrecoeur, il murmura à l’oreille de sa compagne.

-Il faut t’habiller Morigane.


La laissant revenir à la réalité, dans le lit, le londonien se leva et alla chercher ses vêtements pour les lui rendre. Et c’est sans un mot qu’il la regarda quitter la pièce, conduite par un homme de main de son père qui allait la mener il-ne-savait-où.

***

Lawrence se fit à nouveau mener dans la chambre blanche. Il soupira en passant la porte. Il était revenu quelques fois au cours du dernier mois, mais toujours pour des clients réguliers. Jamais pour la belle noiraude qu’il avait rencontrée. Pourtant, sans comprendre pourquoi, il n’avait cessé de penser à elle. Ses yeux d’ébène l’avaient hanté, enchanté. Son temps avec elle n’avait été que plaisir une fois qu’il avait cessé de chercher milles mensonges sous ses indications. « Je ne t’obligerai à rien », c’était bien ce qu’elle avait dit et elle avait suivi cette ligne directrice sans faille. Le moment avait été agréable, si bon. C’était meilleur que du bon sexe et meilleur que le meilleur alcool. Mais peut-être ne la reverrait-il jamais.

Il terminait de remplir la baignoire alors qu’il entendit la porte s’ouvrir. Merde, il devrait déjà être devant la porte à attendre le client. Il avait trop rêvé, il avait perdu du temps… Mais en passant le paravent, Law ne put qu’être frappé par ce qu’il voyait. C’était elle. Elle. Sa Morigane. Et lorsque la porte fut refermée et qu’ils furent seuls, le prostitué ne put retenir les mots qui lui brulaient les lèvres.

-Bienvenu chez toi, Morigane.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: push and pull like a magnet do - Ft Rebecca   

Revenir en haut Aller en bas
 
push and pull like a magnet do - Ft Rebecca
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» we push and pull like a magnet do (jasia)
» I want you against me even though I stubbornly push you away pv Drake
» Push yourself. Don't Settle. Just Live Well. Just LIVE (s.d)
» Match ¤3¤ Serpentard <VS> Poufsouffle
» Chassa Bomba

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Endless Summer Life :: Chronosphère :: Revivre nos Histoires-
Sauter vers: