Partagez | 
 

 Il suffit que je parle... - Jack

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 123

MessageSujet: Il suffit que je parle... - Jack   Ven 30 Juin - 14:45

Une semaine. Une semaine que nous sommes arrivés Lawrence et moi et j'attend encore le moment ou je me réveillerai et qu'il sera à nouveau disparut. Il l'avais déjà fait il y à dix ans, je ne voyais pas vraiment ce qui pourrait le retenir cette fois. Une semaine aussi que cette fichue blessure par balle m'en faisait voir de toute les couleurs. Au moins Lawrence avait réussi à retirer la balle, mais la plaie refusait toujours de se fermer. Me voilà donc roulant à vive allure pour me rendre à la pharmacie, pour aller encore une fois chercher des pansements et de quoi désinfecter la plaie. Depuis une semaine aussi que je ne dort plus très bien, me réveillant au moindre bruit, vérifiant à chaque fois si cela vient de Law qui fou le camp ou de quelqu'un qui vient pour ce que j'ai fais à Londres. Je dois donc avouer qu'après une semaine à dormir peut et perdre du sang, je me retrouve donc assez affaiblie et beaucoup moins alerte qu'à la normal. C'est donc probablement pourquoi je me suis retrouvé avec un policier me signalant de me garer. Merde! Sachant très bien que je n'arrangerais rien en tentant de fuir, je me garai en soupirant. Je m'attendais à recevoir une contravention, mais au moment même ou j'enlevai mon casque et que je vis le regard du flic, je compris que je ne m'en tirerais pas aussi facilement. J'aurais pus simplement repartir en trombe et fuir, mais je savais très bien que je n'en avait pas la force, plus maintenant... Aussi je ne dis pas un seul mot et coopérai et sans vraiment comprendre ce qui ce passait, je me retrouvai menotté et assise à l'arrière du véhicule de police, réfléchissant à toute vitesse. J'étais recherché? Comment ce pouvait être possible? Le plus gros problème restait surtout à savoir pourquoi j'étais recherché... On m'emmena au poste ou après quelques mots échanger avec l'agent à la réception, l'agent m'ayant arrêté m'emmena dans une salle ou on me menotta à une table. J'attendis un moment avant que finalement un homme entre dans la pièce, dossier à la main. Toujours sans dire un mot j'arquai simplement un sourcil en lui montrant les menottes. Demandant silencieusement si c'était vraiment utile. Il était hors de question que je prononce un seul mot avant de savoir dans quel merde j'étais. Dans 48h il serait obligé de me relâcher de toute façon, se qu'il devait avoir contre moi ne devait certainement pas être bien solide...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 164

MessageSujet: Re: Il suffit que je parle... - Jack   Ven 30 Juin - 15:47

UNE SEMAINE PLUS TÔT

Je m'apprêtais à quitter plus tôt pour arriver avant mes petites femmes et leur préparer un repas digne de ce nom. Revenu de notre escapade en Polynésie j'étais quand même assez détendu et quand je revins on me demanda pourquoi ces vacances subite et j'eus nombre de félicitations pour ma nouvelle paternité. Enfin tout allait bien mes dossiers étaient à jour, mes expertises envoyées en gros on voyait le dessus de mon bureau jusqu'à ce jour. J'étais à prendre mon manteau quand il arrive. Mon superviseur entra dans mon bureau et en voyant sa mine je sus que je ne quitterais pas aussi tôt que je le pensais.

- Jack, faut que je te parle.

- Ah pas maintenant. Je vais gâter mes petites femmes alors...

- On a besoin de ton expertise

- Ça peut pas attendre demain, j'ai vraiment pas le temps.
dis-je un peu dépité

- Pas vraiment... je suis désolé.

En poussant un long soupir découragé je pris le dossier pendant qu'il me fit un topo. Une explosion à Londres, assez spectaculaire en fait, avait réduit une maison en cendres et nombres de victimes qui avait péri par les balles et les corps tellement calcinés que plusieurs était en identification. Bon bien... une autre soirée que je voulais parfaite qui serais reportée.

- Tu peux jeter un oeil?

- Tu veux le rapport pour quand?

- Hier. Fait le plus vite que tu peux.


Il quitta mon bureau pendant que je me maudissais de ne pas avoir déguerpi plus tôt. Je m'appuyai sur mon bureau découragé et en tournant le regard vers le téléphone. Je savais que ma belle serais déçue et ma fille tenterais de faire l'agente de police avec moi. Un téléphone plus tard à Nolène j'enlevai mon manteau et le balançai sur le dossier de ma chaise.

AUJOURD'HUI


Nom de dossier: "Twinkle little star". Pendant une semaine je planchais sur ce putin de dossier ne trouvant pas le nom de cette femme. Elle avait attiré mon regard car elle quittait la scène de crime simplement comme ça au volant d'une voiture volée. Plusieurs clichés des débris, des corps, mais quelques-uns fourni par les caméra de la ville de Londres et toujours cette même femme. Ses tatouages étaient un peu ce qui m'attira le regard. Ok... ce dossier était rempli de défi. Elle était à moi, c'était la mienne. Même si mon supérieur voulait que je fasse vite moi je voulais avoir cette femme ici, devant moi. Alors j'avais émis un avis de recherche à mes patrouilleurs avec la mention "dangereuse" et comme nom "Jane Doe" je mentionnai dans l'avis de recherche 2d'agir avec rapidité et prudence et je prendre la force nécessaire pour la maîtriser" Aussitôt qu'il l'avait de référer l'agent Jack Sutton à cette personne. Personne ne devait l'avoir, simplement moi.

J'étais encore sur d'autres dossiers penché et concentré quand on toqua à ma porte en toussotant. Je relevai un regard lourd à ce policier qui venait me déranger alors que je rédigeais un rapport. mais son simple "On l'a monsieur" fit stopper le temps. Lentement je me levai et regardai le jeune homme, il l'avait eu? Elle était là? Un signe de tête je pris mon dossier dans mon tiroir barré et me dirigeai vers le salle d'interrogatoire. Mon coeur battait à tout rompre, je serrais les doigts sur le dossier peu fourni que j'avais. Arrivé devant la porte je stoppai quelques minutes et pris une inspiration avant de l'ouvrir. Quand elle me montra ses menottes se demandant probablement si c'était utile je fis un petit sourire en coin. Elle me demandait vraiment ça? Putin elle était recherché et elle pensait vraiment qu'on ne la menotterait pas? C'est beau le rêve.

- Je voudrais bien vous les enlever mais... quand on a fait pété un truc aussi gros, on a pas le choix.

Je m'assied devant elle et remontai mon regard vers elle. Ce que je fis passer dans ses yeux me dit que j'aurais du mal à la faire parler. Pas grave j'ai 48 heures pour trouver des preuves contre toi ma jolie.

- Alors. On a quoi. Ah oui! Une maison explosée avec les explosifs de base. Une bombe relié à un minuteur assez basique même à ce que j'ai pu observer. dis-je en sortant les photos unes à unes, des victimes, dont on tente encore de savoir le nom, tués par balle et la cerise... une voiture volée avec quelqu'un à son bord. Cependant....

Je remontai lentement les yeux vers elle un léger sourire narquois sur le visage et croisant mes mains sur la table. J'étais étrangement calme, très calme. Peut-être pour savourer le fait que je l'avais enfin entre me mains.

- Vous devriez savoir que les rues de Londres sont truffées de caméras. De là cette magnifique photo de vous se préparant à quitter les lieux du crimes.

Dis-je en glissant un cliché d'elle. Bien que de loin cette photo on voyait bien que c'était elle. Et au vu de la coulisse sombre sur son épaule elle devait être blessée.

- C'est pas votre meilleur profil mais bon. J'imagine que vous avez quelque chose à dire pour votre défense.

J'avais un ton calme mais narquois en même temps. Un chat jouant avec une souris en quelque sorte avant de porter le coup de grâce... mais ça faudra que je le trouve dans les 48 heures de détention.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 123

MessageSujet: Re: Il suffit que je parle... - Jack   Ven 30 Juin - 16:33

Je laissai l'homme parler et jetai un rapide coup d'oeil lorsque celui-ci me montra les clichés. Au moins Law n'était visible sur aucune photo c'était déjà ça de gagné. À la vue de la tache sombre sur l'épaule je voulu passer mes doigts sur celle-ci, mais fut arrêté par les menottes attaché à la table. J'y avais reçu un léger coup de couteau, cadeau d'un des gardes du corps du père de Lawrence. Ce n'avait par contre pas été me pire blessure. J'avais beaucoup plus perdu de sang par ma blessure par balle à la cuisse. Fronçant les sourcils, je remontai le regard vers le policier face à moi et l'écoutai sans broncher. Il n'avait aucune preuve contre moi pour la maison donc, mise à part pour vole de voiture il n'avait strictement rien contre moi. Je pourrais donc facilement partir d'ici dans les 48 heures s'il ne trouvait rien de plus concret pour me garder. Je devais donc gagner du temps. Lorsqu'il cessa de parler, je le regardai un petit sourire aux lèvres avant de simplement me mettre à lui parler doucement et calmement... En italien. Tout d'abord me garder ici menotté est totalement inutile. Ensuite si tu n'as rien de mieux contre moi tu devrais me laisser partir au lieu de nous faire perdre notre temps à tout les deux. Je soupirai et m'adossant ensuite à la chaise, fixant un point au dessus du policier. Nous avions maintenant 48 heures lui et moi à passer ensemble. Ce qui allait peut être me causer problème cependant était ma blessure à la cuisse. J'allais devoir tôt ou tard changer le pansement sans quoi, une tache sombre finirait bien par apparaitre sur mes jeans... Une mèche de cheveux me tomba alors dans le visage, me chatouillant le nez par la même occasion, voulant la pousser, je me retrouvais à nouveau bloqué par les menottes. Soupirant je retournai mon regard sur l'homme face à moi et sachant très bien que tout était enregistré et que ce serait traduit je posai ma question en parlant toujours en italien et toujours d'une voix calme et douce. Sérieusement, vous croyez que ses vraiment nécessaire? Je détestais devoir porter ses bracelets, je les avais en horreur. J'avais l'impression d'être prise au piège, d'être prisonnière, d'être retourner dans cette fichue école de redressement...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 164

MessageSujet: Re: Il suffit que je parle... - Jack   Ven 30 Juin - 17:23

Je glissai les photos une à une vers elle parlant lentement avec cette pointe de sarcasme dans la voix car durant mes recherches je n'avais rien trouvé sur elle. Ni au FBI à la CIA et même Interpol n'avait aucune trace d'elle je vous dit pas comment j'ai ragé pour avoir UN putin d'indice juste un! Mais non rien. Donc quand je mis fin à mon monologue. Elle me regarda un petit sourire aux lèvres et se mit à me parler en italien. L'avantage d'avoir une femme prof de langue c'est qu'on sait les reconnaître... bon ok les parler c'était tout autre. Pas de problème mon petit chaton... j'en ai qui seront près à m'aider.

- Hum... je vois vous ne comprenez pas notre langue. Attendez.

Sans la quitter des yeux je hélai le jeune policier à la porte.

- Donnie? Tu peux aller nous chercher l'agent Bonnano? Je pense que je vais avoir besoin de lui. Oh! Et apportez-moi un café, je pense que nous avons beaucoup à parler.

Le jeune policier quitta pendant que je restai immobile les mains croisées sur la table quand je la vis tenter de chasser une mèche de son visage mais fut arrêter par ses menottes. Elle me parla une nouvelle fois en italien.

- Manque de bol... je ne comprends pas ce que tu dis. Mais ça ne devrais plus être long.

Quelques minutes plus tard le jeune policier entra avec l'agent demandé. Je sorti de la pièce attrapant la tasse et allai derrière le miroir sans tain avec lui.

- Alors tu as quoi?

- Pas grand choses. Mis à part un vol de voiture j'ai absolument rien. Mais là elle me parle italien alors...

- Encore heureux que je sois italien...

- Écoute je t'ai fait venir mais... je sais pas il y a un truc qui colle pas. Elle a pu me dire n'importe quoi.

- Des insultes?

- Non... ça j'en connais un peu.

- Une chance que tu as une femme en langues toi. Ok je vais voir ce que je peux en tirer.


Nous revenions donc dans la salle et je m'assied devant elle encore un petit sourire sur le visage.

- Voici l'agent Bonnano qui m'aidera à te comprendre. Alors que faisais-tu sur les lieux du crime?

L'agent traduit pour moi pendant que je gardai mes yeux sur elle. Il y avait un truc qui me chiffonait et je comptais bien le trouver.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 123

MessageSujet: Re: Il suffit que je parle... - Jack   Ven 30 Juin - 17:57

Après avoir parler en italien au flic de l'autre côté de la table, je fixai un point au dessus de sa tête un moment alors qu'il demandait à ce que l'on aille chercher un autre agent. Je fis un léger sourire en coin lorsqu'il prononça le nom de l'agent. Sérieusement? Il n'avait pas compris que je me foutais de lui? Jamais je ne me serais laisser emmener jusqu'ici, si je n'avais pas compris les paroles lors de mon arrestation... Il allait vite comprendre alors lorsque l'autre agent serait là... Voulant chasser une mèche de mon visage, je fut à nouveau stoppé dans mes mouvements par les menottes. Je lui demandai à nouveau en italien de m'enlever les menottes, puis le regardai sortir de la pièce. Me poussant au bord de la chaise je penchai mon visage à mes mains pour chasser mes cheveux puis me radossai et attendis son retour. Lorsqu'il revint avec l'agent Bonano, je le regardai sourire en coin et écoutai les paroles que l'agent me traduit. Toujours d'une voix douce et calme je lui répondis, mais cette fois... Avec quelques mots russe. Je peux avoir un café? Puis laissant échapper un petit rire, je plantai mon regard dans celui de l'enquêteur face à moi. S'il n'avait pas compris que je me moquait de lui, maintenant ce devait être clair. Grace à mes voyage et mes contrat à travers le monde, j'avais apprit la base de plusieurs langues, donc je pouvais continuer ainsi encore très longtemps... Afin qu'il le comprenne je poursuivis avec quelques mots en français. Je suis désolé, mais je n'ai rien à te dire. Sur quoi, je lui fis à nouveau un sourire en coin et m'adossant je retournai mon regard sur un point au dessus de lui. Je savais bien qu'en agissant ainsi je n'aurais pas de café et que je ne me ferais certainement pas enlever ces foutu bracelets, mais au moins, je gagnais du temps. Je fini par baisser mon regard sur ma cuisse et poussai un soupire en voyant une tache rouge se formé lentement. Relevant le regard sur l'enquêteur dont je venais de me moquer, je lui parlai cette fois d'une voix sérieuse et dans un anglais impeccable. Serait-il possible que j'ai du désinfectant et un grand pansement et que je me rende avec sa à la salle de bain s'il vous plait? Sur quoi je retournai mon regard sur ma cuisse et attendit d'avoir ce que je demandais. S'il ne le faisait pas, sachant très bien qu'il ne pouvait pas me laisser me vider de mon sang sur cette chaise.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 164

MessageSujet: Re: Il suffit que je parle... - Jack   Ven 30 Juin - 22:50

J'avais un doute sur le fait qu'elle me comprenait sinon elle aurait fini par parler, dire quelque chose pour se défendre et demander ce qu'elle faisait ici. Non rien et quand elle me parla en italien je ne la quittai pas du regard en demandant au jeune policier d'aller me chercher un agent italien pour m'aider. Quand il arriva je parti avec lui derrière le miroir sans tain et lui exposai la situation. Il accepta de bonne grâce en lui demandant la question que je lui posai. Ce fut son sourire en coin qui me confirma mon doute. Elle comprenait parfaitement l'anglais, elle se foutait de moi. Après qu'elle m'eut dit quelque mots... en russe je suppose, moi et l'autre agent nous nous regardions et d'un regard nous nous avions compris.

Ok madame voulais jouer? Parfait, je pouvais être joueur aussi et j'étais un coriace. Depuis une semaine je dormais peu, je bossai en malade donc disons que j'étais assez en forme pour tenir tête. Vraiment je choyais avoir une femme enseignante en langue. Bon j'en savais pas des masses mais assez pour me débrouiller. D'ailleurs quand elle me parla en français, je haussai un sourcil et lentement un sourire se dessina sur mes lèvres et l'autre agent porta une main à sa bouche. Donc dans un bon français un peu cassé, je lui répondis.

- Parfait, je suis pas pressé.


Mon sourire s'élargit et fini par passer une langue sur mes lèvres. Je m'adossai moi aussi en croisant les bras. Je pouvais être TRÈS patient quand je le voulais. L'agent Bonnano se tourna vers moi disant qu'il devait partir et je le remerciai et en me levant pour aller reconduire l'agent quand elle me dit qu'elle avait besoin de choses pour se soigner. Je fis un petit rire sarcastique.

- Tiens tiens... on a retrouver sa langue.


Je me tournai et vis la tache sur son jean. Oh putin de merde! J'ouvris la porte à la volée et demandai un agent.

- Je ne te laisse pas aller seule à la salle de bain tu oublie. Pour ce qui est de te soigner... Je vais demander à une policière. Allez toi grouille! Va me chercher ce qu'on a besoin!

J'attendis que le jeune homme revienne avec la trousse de secours et une policière. Je donnai mes ordres tout en passant d'autres menottes à ses mains pour qu'elle puisse se mouvoir.

- Agent Sutton... c'est que elle doit être allongée sinon debout elle saignera plus.

Je poussai un soupir et tournai un regard vers la policière.

- Apportez-la en cellule de détention provisoire. Il y a un lit on la soignera là.

Je remontai mon regard brun-vert dans le sien.

- Tu ne fait rien compris? Ou bien tu aimes mieux une autre langue?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 123

MessageSujet: Re: Il suffit que je parle... - Jack   Sam 1 Juil - 1:23

Je m'étais vraiment amuser avec le policier en parlant différente langue et fut ravie de l'entendre me réponde en français. Mon petit sourire en coin s'étira un peu, je retournai mon regard sur un point au dessus de lui, avant de lui parler à nouveau en français. On va bien s'entendre toi et moi. Je ne voulais pas dire par là que nous allions devenir ami et que je lui dirais tout de qu'il voulait savoir. Non, j'aimais simplement les gens avec du répondant et bon joueur. Finissant par baisser le regard sur ma cuisse, je vis une tache sombre commençant à apparaire sur ma cuisse. Poussant un soupire devant l'évidance que je devais lui parler pour me faire comprendre, je lui demandai le plus poliement du monde si je pouvais avoir de quoi changer mon pansement et aller à la salle de bain pour me soigner. Je fronçai les sourcils en entendant son rire. Mon ton fut sec et tranchant. Pas trop le choix si je ne veux pas mourir. Le regard du policier changea cependant lorsqu'il vit la tache sur ma cuisse. Je me retins de lui balancer un, et oui mon vieux je ne met pas fin au jeu pour rien. J'écoutai les échange entre lui et les agents et me tint tranquille lorsqu'il changea mes menottes. Je me raidis cependant en l'entendant dire qu'on allait me soigner. Holà! Personne ne me touche, JE me soigne toute seule! Qu'une policière ou même vingt si tu veux vienne avec moi, je m'en fiche, mais personne ne me touche! J'étais même prête à faire ça devant tous les policiers s'il le fallait, mais jamais personne d'autre que Law ne me soignerait. Les seuls fois ou quelqu'un m'avait soigné j'en avais payé le prix fort don il était hors de question que l'un d'entre eux ne me soigne. Son regard se plantant dans le mien et il me dit de ne rien faire. Je lâchai à mon tour un rire sarcastique. Même si je voudrais faire quelque chose je m'effondrerais au bout de quelques secondes à peine... J'avais perdue beaucoup trop de sang pour tenter de faire quoi que ce soit, mais je préférais mourir au bout de mon sang plutôt que de les laisser me soigner.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 164

MessageSujet: Re: Il suffit que je parle... - Jack   Sam 1 Juil - 1:56

Malgré mon accent cassé en français et ma phrase, bien que courte, frappa la jeune femme. Sa réponse cependant alluma mon arrogance et me fit hausser un sourcil. Oh que oui madame! J'ai toujours ce que je veux... toujours. Mais bon je reconduis l'agent à la porte quand elle me parla en anglais je lui fit une phrase avec une pique mais sa réponse me fit tourner vers elle. Mais quand je vis sa cuisse mon regard changea. Hé merde! Ok il fallait la soigner et rapidement. D'ailleurs en me dirigeant vers elle avec une nouvelle paire de menottes donnant mes ordres. Quand elle s'exclama je plantai mon regard dans le sien.

- Hé! Tu n'as aucun choix ici... Ah si... c'est elle ou c'est moi qui te soigne. Personnellement, tu es mieux de la choisir elle.dis-je fermement

Je plantai mon regard dans le sien lui sommant de ne rien faire de plus. Sa réponse en elle-même ne me rassura pas du tout. Putin elle saignait depuis quand?

- Raison de plus pour que tu m'écoute.

Je fermai la dernière menotte mon regard planter dans le sien. J'ordonnai qu'on amène la jeune femme à la cellule provisoire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 123

MessageSujet: Re: Il suffit que je parle... - Jack   Mer 5 Juil - 22:25

Moi qui voulais simplement changer mon pansement je m'étais figé en m'appercevant qu'il voulait que ce soit une policière qui me soigne. Heu... Hors de question que quelque ne me touche! Tu n'as pas compris, personne ne va me toucher! Je n'allais pas me débattre, je ne le pouvais pas, j'allais m'éfondrer si je tentais de le faire, mais je n'allais pas non plus les laisser me toucher. Ils me soigneraient et après ce sera quoi? Non, personne ne me touche, un point ses tout! Alors qu'il fermai la dernière menotte, je soutins son regard. La tête me tournant déjà légèrement je me levai et reculai maintenant effrayer à l'idée que quelque ne me touche, dans un coin au fond de la pièce. Une fois adossé au coin du mur, mon regard paniqué rencontra celui de l'agent. S'il te plait agent Sutton, je promet de simplement désinfecter et changer le pansement, je peux même le faire avec les menottes et ici devant toi si nécessaire... Oui j'en étais à supplier. je ne voulais pas que l'on me touche, je voulais simplement changer ce foutu pansement moi même. Je me laissai glisser contre le mur pour m'asseoir et étendre ma jambe. Un marcher, mon prénom contre la trousse et que je me soigne moi même.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 164

MessageSujet: Re: Il suffit que je parle... - Jack   Jeu 6 Juil - 1:08

La réaction de la jeune femme me surpris, je voulais simplement changer un pansement pas couper une jambe. Les policier derrière moi échangèrent un regard inquiet pendant que je toisai la jeune femme en refermant la menotte. Je plantai mon regard dans le sien.

- C'est pas une suggestion que je te fais Twinkle.

La menotte refermée elle se leva en reculant, et boitant, me faisant froncer les sourcils. Putin c'est juste un pansement. Je me redressai lentement me demandant sérieusement se qui se passait je fouillai ses prunelles. Putin mais elle paniquait solide! Les policiers derrière se mirent en garde en cas que ça dégénère. J'avançai lentement vers elle voulant la rassurer quand elle arriva adossé au mur le regard paniqué. Ouais bien là j'avais plus la femme frondeuse et arrogante mais une femme apeurée et je sais la seule fois où je voyais ce genre de regard.

- Twinkle... allons calme-toi...

Je m'avançai la main devant moi tentant de me faire rassurant en lui parlant doucement. Oui bon il fallait que je la rassure avant de faire quoique se soit mais si je tardais trop elle allait finir par perdre conscience. En me retournant je vis les deux policiers avec une main sur leur arme. Je me relevai comme une balle et les toisai durement.

- Vous me foutez le camp!

- Jack...

- Laisse-moi la trousse.


Sans un mot je retournai à la jeune femme et m'accroupi devant elle croisant mes mains entre mes genoux. Je plantai mes yeux brun-vert dans les sien et adouci mon ton.

- Calme-toi tu veux? Dis-moi ton nom si ça te chante mais je dois suivre la procédure sinon c'est moi qui sera dans le pétrin. Je te laisserais pas crever au bout de ton sang, je suis pas comme ça.

Je fis un pas minuscule dans sa direction. Je ne la touchai pas, ne fit même pas un geste pour lui faire penser que je pourrais être un abuseur.

- Si tu as peur que je te touche je te promet que je ne ferais rien. La poste est truffé de caméra de surveillance. Je change le pansement et je ne fait rien d'autre que le pansement. Parole de Jack Sutton.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 123

MessageSujet: Re: Il suffit que je parle... - Jack   Jeu 6 Juil - 17:36

Sa dernière phrase en refermant la menotte à mon poignet, son regard planté dans le mien me fit complètement paniquer. J'étais prise au piège, faible, menotté et seul contre beaucoup trop de gens. Je me levai, mais plutôt de suivre docilement et de me diriger docilement vers la porte comme il voulait, je me mis plutôt à reculer tel un animal effrayer, pour finalement me retrouver adossé au mur, dans le coin de la pièce. Non je ne les laisserais pas me toucher. Je regardai l'agent que je narguais quelques minutes à peine plus tôt. Twinkle? Me calmer? Merde ses lui qui ne voulais pas me laisser me soigner seule. Regardant derrière lui je vis les policiers mains sur leurs armes prêts à tirer au moindre signe. Évidemment, si je ne me laissais pas faire, il allait terminer le travail... Un petit rire sarcastique me monta aux lèvres. Mon regard revint cependant sur lui lorsque je l'entendis dire aux deux autres de sortir. Surprise je le regardai s'approcher et s'accroupir devant moi. Prenant une grande respiration, je tentai de me calmer, ne le lâchant pas des yeux. Un petit rire cynique s'échappa de mes lèvres. Ouais ses sa et je devrai faire quoi ensuite pour te remercier? C'est pas la première fois que l'on me fait ce genre de promesse tu sais et chaque fois j'ai payer le prix pour avoir fait confiance... Je lui avais cracher cette question, sachant bien désormais que personne ne faisait rien sans attendre quelque chose en retour. Je ne voulais pas lui devoir quelque chose à lui aussi... Je sentais cependant les brumes rassurantes vouloir m'envelopper, mais je tentais d'y résister. Mon ton ce radoucis un peu, devenant presque lasse vers la fin de ma phrase. Pourquoi est ce que tu serais différent? Pourquoi est ce que je devrais te faire confiance? Il y a une époque ou je l'aurais laissé me soigner, une époque ou je lui aurais accordé ma confiance en voyant la gentillesse que l'on pouvait voir briller dans son regard, mais maintenant je savais que personne n'était complètement honnête, que personne n'avais cette incapacité à mentir comme moi. Je tentais de soutenir son regard, mais mes yeux cherchaient eux à vouloir se fermer. Mon corps encore une fois semblait vouloir me lâcher. S'il te plait, ne me touche pas... Je ne veux plus rien devoir à personne, j'ai assez payé... Je poussai un soupir avant de sombrer dans l'inconscience.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 164

MessageSujet: Re: Il suffit que je parle... - Jack   Jeu 6 Juil - 18:33

Elle était paniquée et moi je ne voulais pas qu'elle crève au bout de son sang. Normalement je n'aurais rien dit je l'aurais laissé faire avec supervision mais je ne savais pas justement ce qu'elle serait capable de faire alors je devais suivre la procédure pour ma propre sécurité, je tenais toujours la promesse fait à Nolène. revenir toujours en vie, et aujourd'hui ne ferait pas exception. Donc une fois sa menotte attachée elle se leva mais recula me demandant de ne pas lui toucher, de la laisser faire. Une seule genre de personne faisait ça supplier ou marchander comme elle le faisait je lui promis que je ne toucherait à rien d'autre que son pansement mais ce qu'elle me dit ensuite me scotcha un peu. Ok alors des beaux parleurs il y en avait mais je n'étais pas un beau parleur J'étais droit et honnête mais bon pour ça elle devra se fier à moi ou son instinct parce qu'elle ne me connaissait pas.

- Rester en vie sera déjà pas mal je pense. Je ne te ferais rien ni te demanderais rien simplement parce que je ne suis pas comme ça.

Pourquoi elle devais me faire confiance? LA question qu'un personne pose quand elle n'a confiance en rien ni personne. Je n'avais pas le temps merde de débattre de ça! Bon mais là je disais quoi? Plus ça allait plus elle clignait des yeux et moi j'étais en état d'alerte.

- Écoute il y a des caméras ici je ne ferais rien d'autre que de changer le pansement. Je pourrais débattre longtemps mais on a pas le temps.


Je rageai je voulais foncer sur elle voyant la tache rouge sur son jean s'agrandir. Putin de merde!! Sa voix se fit presque un murmure pendant qu'elle sombra dans l'inconscience. Je hélai mes collègues pour qu'ils viennent m'assister mais quand un s'approcha je lui servit un regard noir. Personne d'autre ne lui toucherait sauf moi. Je coupai son jean et enlevai un pansement. Une blessure par balle? Pas le temps. Je désinfectai le tout affairé comme jamais, mais surtout en sachant quoi faire pour avoir eu quelques balles dans le corps par le passé. Je lui fit donc un bandage bien en place, propre et un peu plus serré pour arrêter le saignement.

- Transportez-la en cellule. Elle aura besoin de repos.

Je regardai l'heure et vit que mon quart était fini depuis un bon bout quand même. Je poussai un soupir en baissant le regard. Un autre souper manquer avec ma famille. Je me relevai et suivit les agents qui installait la grande brune. La porte de la cellule se referma dans un bruit métallique pendant que je me demandais ce qu'elle avait bien pu subir pour qu'elle me dise qu'elle ne voulait plus rien devoir à personne.

- Jack?

- Euh... oui écoutez elle dormira probablement jusqu'à demain matin. S'il arrive quelque chose vous m'appelez personnellement. Personne d'autre compris? Oh Sanders, sors moi les enregistrement du changement de pansements je te prie.


Je leur souhaitai bonne soirée avant de regagner mon bureau et prendre ma veste. Ouais... j'allais avoir droit à un interrogatoire de ma femme moi ce soir et ÇA personne ne voulait se frotter à une Nolène enceinte et furax dans ces cas là
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 123

MessageSujet: Re: Il suffit que je parle... - Jack   Ven 7 Juil - 2:00

Pourquoi je lui ferais confiance? La seule fois ou j'avais laisser quelqu'un prendre soin de moi en dehors de Lawrence, ils m'avaient ensuite laissé le choix entre devenir une prostituée ou une femme de main comme ils aimaient le dire. Lorsque je lui demandai ce qu'il allait me demander si je le laissais me soigner me fit lâcher un rire cynique. Ce serai si simple, non? C'est tellement facile à dire... J'aurais aimer pouvoir le croire, pouvoir croire ce que je voyais dans ses yeux, mais pour cela, il aurait fallu que je sois quelqu'un d'autre, que j'ai un autre passer, que je n'ai pas été aussi souvent trahis. Je fini par lui demandai pourquoi je devrais lui faire confiance? La panique m'affaiblissant un peu plus, je fini par perdre conscience, lui demandant dans un murmure de ne pas me toucher. Je ne sais pas combien de temps je restai dans le confort de la brume dans laquelle mon cerveau m'avait projeter dû à la faiblesse, mais mon corps en profita pour reprendre des force.

Lorsque je me vis au centre du cercle je compris que mon fidel cauchemars profitait de cette faiblesse pour me rendre visite. Je vis la première silhouette venir vers moi et en apercevant le jeune homme je baissai le regard. Non... Pas ça... Relevant le regard je vis un petite fille s'avancer vers le cercle. Jenny... Une à une plusieurs silhouettes d'enfants s'avancèrent. Je suis tellement désolé... James, Xavier, Marie... Je les regardais s'avancer connaissant le nom de chacun. Josh, Chris, Ariane... Des larmes coulant sur mon visage je laissais ses 16 silhouettes m'encerclé et me regarder, me juger et me reprocher de ne pas être devenue le monstre que j'étais devenue plus tôt. Puis arrivèrent les adules. NON JE VOUS EN PRIS PAS ÇA! J'ouvris grand les yeux, me redressant rapidement dans le lit... Tellement rapidement que la tête me tourna. Regardant autour de moi, je me souvins soudainement d'où je me trouvais et réalisais que j'avais dormis, ce qui signifiais deux choses. Petit un, quelqu'un m'avait soigné, et petit deux... J'avais dormis en étant à jeun... Donc j'avais probablement parler. Merde!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 164

MessageSujet: Re: Il suffit que je parle... - Jack   Ven 7 Juil - 3:05

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 123

MessageSujet: Re: Il suffit que je parle... - Jack   Sam 8 Juil - 2:25

Si je me réveillai, cela voulait dire que quelqu'un m'avait soigné, donc que je devais quelque chose à quelqu'un. Que j'avais encore une fois une dette à payer... Si je me réveillais cela voulait dire autre chose aussi... J'avais certainement parlé. Restais à savoir se que j'avais dit maintenant et à quel point cela me mettait dans la merde. On me servie à manger, puis on me ramena dans la salle d'interrogatoire. Lorsque l'enquêteur arriva dans la salle je le toisai du regard. Il avait laissé quelqu'un me toucher, l'espace de quelques secondes alors que je perdais conscience j'avais espéré qu'il m'écouterait, qu'il respecterait ma demande... J'aurais préféré qu'il me laisse me vider de mon sang plutôt que quelqu'un ne me touche. Sa question et son ton me surpris, mais je ne bronchai pas. Qu'il aille se faire voir. Je clignai des yeux quelques secondes cependant lorsqu'il demanda un café, mais je serrai les dents sans rien dire. Je savais très bien que je terminerais cette journée avec une migraine si je n'avais pas de café, mais je ne dis rien. Je laissai passer les heures, ne disant rien et fixant un point au dessus de lui, alors qu'il bossai sur ses dossiers.

Ce devait maintenant faire un bon 24 heures maintenant que j'avais été arrêter et plusieurs heures que l'on passait dans cette salle ou l'atmosphère était pesante et silencieuse. Je fini donc par me lever, les jambes engourdis, c'est alors qu'il se mit à me nommer... Les enfants... Chaque noms, chaque choses qu'ils avaient vécus étaient comme un coup de poignard au cœur. Je me laissai lentement retomber sur ma chaise, le regardant. Soudainement je compris la raison de sa colère et pourquoi il me nommait chacun d'eux ainsi. NON ARRÊTE! Je respirai profondément afin de me calmer. Ce n'est pas moi qui... Jamais je n'aurais... JAMAIS JE NE TOUCHERAIS UN ENFANT! JAMAIS! Je plantai mon regard dans le sien, cherchant ce que je pouvais dire sans me couler mais c'était impossible... Soupirant, je baissai le regard, réfléchissant quelques minutes avant de me décider. Il était hors de question que je passe pour... Que je le laisse penser que j'aurais pus... Écoute, la seule chose qui me rende coupable envers ses enfants est de ne pas être devenue... Qui je suis, assez tôt pour les sauver. J'étais loin d'être claire et je le savais. Soupirant de nouveau je plantai un regard sérieux dans le sien, ma voix devenant douce, presqu'un murmure à la fin. Si je serais devenue le monstre que je suis plus tôt, j'aurais tué le salopard qui leurs a fait subir sa avant qu'il ne s'en prenne à eux... Jack, jamais je ne m'en prendrait à un enfant, pas après ce que moi j'ai vécu...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 164

MessageSujet: Re: Il suffit que je parle... - Jack   Sam 8 Juil - 3:09

J'étais dans un tel état de rage que je devais me contenir pour ne pas exploser devant elle. Mes quelques heures de sommeil avec ce que j'avais dans son dossier mélangez tout ça et vous avez un cocktail magnifique pour que j'explose à la moindre remarque. D'ailleurs à mon arrivée je lui fit clairement comprendre que je n'étais pas de bonne humeur. Mon regard, mon ton mon corps tremblait de cette rage que j'avais. Comme elle décida de ne pas parler je demandai les deux trois dossiers sur mon bureau et un grand café pour au moins me réveiller un peu. Même si les café de poste étaient clairement dégueulasse il avait l'avantage inouï de réveiller un mort. Pendant des heures rien ne se dit dans la pièce. Seul le bruissement des feuilles ou mon stylo sur le papier ou encore la gorgée de café que je prenais brisait ce silence lourd. Quand je la vis se lever pour je ne sais qu'elle raison et surtout ne tenant plus, je commençai à énumérer les nom d'enfants, leurs âge et leur sévices. Son cri me fit planter les yeux dans les siens.

Et voilà... encore le "jamais je n'aurais pu..." "Jamais je ne toucherai à un enfant" phrase que j'avais entendu mille fois dans ma vie de flic. Elle pensait quoi là? que j'allais la croire sur le champ? Oui parce que c'est clair que j'avais l'air d'un con oui. Je croisai les bras sur mon torse et m'adossai à la chaise mon regard sur elle comme un prédateur sur sa proie.

- Ah oui? Et je fais comment MOI pour te croire?

Elle baissa le regard ce qui ne fit me conforter dans ma pensée qu'elle était coupable. Cependant ce qu'elle me dit ne me fit pas broncher. Les sauver? Les sauver de quoi? il y avait mille et une façon que les tortionnaires d'enfants m'avaient sortis. Le salopard? Son complice. celui qui l'avait "forcée" une autre de plus dans le dossier.

- Les sauver de quoi? De ton complice qui c'est laisser emporter? Et souvent les tortionnaire ont été victimes de sévices plus jeunes.... ils ne font que reproduire. Alors dis-moi comment je devrais te croire?

Je me penchai sur la table croisant mes mains surtout pour éviter de lui mettre autour du cou et l'étouffer. Oui ok j'avais aussi des caméras qui me regardaient et j'avais aussi un badge, une carrière et une famille que je pouvais perdre. Mon coeur me martelait la poitrine et mes yeux étaient rivés dans les siens.

- C'est quand même drôle que les meurtres de ces gamins ai été fait à Londres... là ou tu as fait pété une maison et te sauver dans une bagnole volée. Une merveilleuse coïncidence Twinkle. Maintenant essaie de me dire que tu n'as pas toucher à un cheveux de ses gamins.

J'étais à deux doigts de sauter de l'autre côté de la table tellement mon état de rage état à son paroxysme. Si elle pensait venir faire la même chose sur MON territoire alors là.... elle se plantait solide je lui collerais au cul comme une merde.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 123

MessageSujet: Re: Il suffit que je parle... - Jack   Sam 8 Juil - 3:55

Me dire que je toucherais à un enfant que je pourrais faire le moindre mal aux seuls êtres qui en qui l'on pouvait avoir confiance dans se monde me répugnait. Je cherchais un moyen de lui prouver que je lui disais la vérité et que jamais je ne toucherais un enfant, mais chaque fois cela revenait à tout lui dire. Je fronçai finalement les sourcils lorsque je réalisai qu'il n'avait pas compris un traitre mot de ce que je lui avais dit. Un complice? Ce penchant sur la table, ses yeux se rivèrent aux miens. Je le laissai aller au bout de sa pensée, soutenant son regard. Si j'aurais répété ce que l'on m'a fait... Je secouai la tête, j'allais vraiment devoir parler de sa? Je le regardai quelques instants me disant que cette fois c'étais ça le prix à payer pour m'avoir soigné. Je savais que je payerais le pris fort cette fois... Bon alors voila en premier lieux, si je tentais de te mentir, tu le saurais immédiatement puisque je suis la plus mauvaise menteuse de ce monde. Ensuite, regarde la date du premier meurtre, j'ai l'air si vieille que ça? Troisièmement, pourquoi est ce que j'aurai arrêté aussi soudainement ce genre de... Enfin, ça aussi soudainement? Et enfin... Pourquoi m'appelle tu Twinkle? Le regardant, je m'adossai sur la chaise, en l'observant. Je me mordis la lèvre inférieur quelques secondes. Tu ne me croiras pas temps et aussi longtemps que je ne t'aurai pas raconter cette histoire hein? C'est donc sa le prix à payer pour m'avoir soigné, je dois te raconter comment je suis devenue celle que je suis? Je le regardai, le regard, mais surtout le coeur lourd. Je savais qu'une fois cette histoire raconté, je devrais raconter ce qui l'à précédé et ce qui l'à suivie, et par le même fait me condamnée...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 164

MessageSujet: Re: Il suffit que je parle... - Jack   Sam 8 Juil - 12:10

Présumé innocent jusqu'à preuve du contraire selon la loi mais avec des faits aussi.... dégoûtant difficile de la croire innocente. D'ailleurs dans mon métier c'est justement ceux qui ont l'air tout à fait inoffensif qui sont les pires. D'ailleurs elle semblait découragée du constat mais présentement... il m'en faudrait pas mal pour croire le contraire. Je l'écoutais énumérer ce qui pourrait la disculper. Mais le fait de "payer le prix fort cette fois" me fit froncer des sourcils. Ça voulait dire quoi ça?

- Ok... peut-être que tu es une mauvaise menteuse on va dire que ça se peut. Non tu n'as pas l'air si vieille mais des ado tueurs j'en ai vu plus qu'à mon tour malheureusement. Pourquoi tu as arrêter soudainement, je haussai les épaules, je sais pas peut-être que tu as senti la soupe chaude, que tu allais te faire chopper et je ne sais quoi d'autre encore. Twinkle... les étoiles comme la berceuse d'enfant "Twinkle twinkle little star." C'est le prix à payer quand on se faire chopper par la police,

Je restai ainsi immobile tentant de calmer la fureur qui faisait rage dans mon corps. Moi qui combattait le crime et qui voyait horreur par-dessus horreur voilà que j'avais seize rapports de coroners qui étaient tous aussi plus écœurant les uns que les autres. Je les avaient tous imprimés et glissé dans son dossier. Elle fini par pousser un soupir en plantant son regard dans le mien. La vérité... est-ce que je la croirais LÀ c'était la question.

- Tu peux toujours essayer on verra. Et je t'ai dis que je ne demanderais rien pour t'avoir soigné, je t'ai dis de rester en vie et je pense avoir pas trop mal réussi. Pour le reste... ça t'appartient mais si tu pense que je pourrais te croire un iota, vas-y je ne demande que ca.

Je me redressai et croisai les bras sur mon torse bien adossé sur ma chaise et la toisant durement. Allez explique-toi...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 123

MessageSujet: Re: Il suffit que je parle... - Jack   Sam 8 Juil - 15:53

Je ne pouvais supporter que quelqu'un crois que je pouvais ne serais ce que lever le petit doigt sur un enfant. Cependant, je pouvais comprendre les réticences de l'enquêteur face à moi à me croire, ne faisant moi même confiance en personne. Je lui énumérai plusieurs raisons qui faisait en sorte de mettre un énorme doute sur ma culpabilité, mais il répondit à chacune d'elle. Sa réponse pour le surnom qu'l m'avait trouvé me fit me figer. S'il savait... Désolé je ne connais pas cette berceuse... N'y aucune d'ailleurs. Haussant les épaules je baissai à nouveau les yeux avant de remonter le regard et en me mordant la lèvre prendre ma décision. D'une façon ou d'une autre j'étais prise. J'allais devoir mettre en branle le plan que j'avais préparé pour le cas ou je me ferais prendre. Seulement je voulais avant tout lui prouver que jamais je n'avais toucher à un enfant. Par habitude, je voulu aller passer le doigts sur les étoiles sur le côté de mon visage, mais les menottes stoppèrent mon mouvement, me faisant grogner légèrement. Stan Grant. C'est le nom de celui qui à fait tout ça aux enfants. Rien ne presse pour ta recherche il est mort depuis très longtemps. Ça fait 14 ans en fait qu'il est mort. Il est mort d'une balle entre les deux yeux. La meurtrière n'a jamais été retrouvé. Je baissai à nouveau les yeux et soupirai. Je n'ai jamais seulement vu ses enfants. La seule fois ou j'ai vue ce gros pervers, il était dans un sous-sol et suppliait la jeune fille de 18 ans que j'étais de ne pas le tuer. Je remontai le regard et le plantai dans celui de l'homme face à moi. Se que tu dois comprendre Jack, ses que... Moi aussi j'avais un flingue de pointé sur moi et que si je ne tirais pas... Lorsque ses ta vie ou celle d'un monstre tel que cet homme, le choix n'est pas difficile à faire. Je baissai à nouveau le regard, laissant une larme couler sur ma joue. Je suis peut être devenue un monstre ce jour là, mais jamais je n'ai touché un enfant et jamais je ne le ferais. Je n'ai que vengé ses 16 enfants... Mes 16 étoiles...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 164

MessageSujet: Re: Il suffit que je parle... - Jack   Sam 8 Juil - 16:25

Je répondis à chacune de ses questions avec la même fermeté et le même ton frondeur que je pouvais avoir quand on faisait des femmes et des enfants victimes d'acte criminel. Le regard bien planté dans le sien à deux doigts de faire voler cette table qui mettait une sécurité pour elle. Ah ouais... je pouvais pas le faire elle était vissé au sol. Heureusement pour elle. Cependant le fait qu'elle me dise qu'elle ne connaissait pas la berceuse ni aucune autre me fit froncer des sourcils légèrement. Mais... tout les enfants entende une berceuse une fois dans leur vie! Bon ok chez-moi c'était Nolène qui s'occupait des berceuse parce que bon... je chantais comme une merde et je voulais pas traumatiser ma fille non plus moi c'était les histoires, les contes, les fables enfin rien de chanté quoi. Ok faute de savoir chanter je dansais super bien... oui bon fallait que je compense par autre chose mais revenons à cette grande noire devant moi.

Elle me parla d'un homme mort depuis 14 ans, bien sûr je notai le nom si elle pensait que j'allais la croire sur parole alors là elle se plantait solide. Quand elle remonta le regard dans le mien je sentis mes doutes fondre lentement. Merde... me disait-elle la vérité? Étrangement je ne me sentis plus aussi rébarbatif à ce qu'elle voulais me dire.

- Tu comprends que je devrais vérifier tes dires.

Je fronçai les sourcils un peu plus quand elle me dit être devenue un monstre il y a de cela 14 ans. Si je faisait un calcul rapide elle avait... elle avait mon âge? Quand elle parla de ses étoiles je lâchai son regard et les remontai à ses tatouages. J'espérais vraiment qu'elle me dise la vérité

- Donne-moi deux minutes pour aller faire cette recherche je te prie. Oh et tu vas voir un enregistrement, j'ai vraiment juste changer ton pansement.

Je me levai pris mes dossier et jetai mon verre de carton vide avant de sortir sommant un policier de lui apporter l'enregistrement de la veille. Je me dirigeai dans mon bureau sans un mot et pianotai rapidement sur mon clavier. J'espérais vraiment que...Oh... putin... de merde... Elle avait dit vrai. Je lisais l'article de journal, fouilla les rapport de police. En effet tout ce qu'elle m'avait dit était là. Je m'adossai à ma chaise en me frottant les lèvres totalement sonné. Je m'étais planté et pas qu'un peu! J'imprimai le tout quand un policier passa devant ma porte.

- James! Va enlever les menottes de la femme dans la salle d'interrogatoire et apporte-lui un café s'il-te-plaît.

- Euh... monsieur...

- Elle ne fera rien. J'arrive dans quelques minutes.


Le jeune homme parti me regardant curieusement alors que je finissais de ranger les feuilles dans son dossier. Et une nouvelle fois je pris la direction de la salle et entrai beaucoup plus calme que ce matin.

- C'est cet homme? dis-je en glissant une photo vers elle.

J'attendis qu'elle réponde avant de prendre une inspiration et croiser mes mains sur la table en me passant une langue sur les lèvres.

- Je suis désolé, je me suis planté. Je suis un homme de parole et tu ne me dois rien. Seulement la vérité c'est tout. Et comme je t'ai dis je t'ai promis que personne ne te toucherais, et personne ne t'a touché sauf moi c'est pourquoi j'ai coupé ton pantalon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 123

MessageSujet: Re: Il suffit que je parle... - Jack   Sam 8 Juil - 17:08

Parler de se monstre, de ses enfants que j'avais venger. Parler de mon premier meurtre, du jour ou la vie à fait de moi un montre ou comme mon patron aimait dire lorsque je pus commencer à refuser des contrats, l'ange vengeur. J'hochai simplement la tête lorsqu'il me dit devoir vérifier se que je venais de dire. Je savais qu'il trouverait rapidement, qu'il comprendrait son erreur. Son regard passa de mes yeux à mes étoiles avant qu'il ne sorte en me parlant d'un enregistrement. Je lui fis un petit sourire en coin, aimant le fait qu'il me prouve lui aussi ses dires.

Je visionnai l'enregistrement les dents serrés. Il m'avait dit la vérité, personne d'autre que lui ne c'était approché, sauf un policier que Jack c'était empresser de rembarer d'un regard. Il n'avait rien fait d'autre non plus que de changer le pansement, mais maintenant j'avais une dette envers lui et les gens avaient tous eux tendance à me faire payer très cher pour ce qu'il m'avait donné. Comme je terminais de visionner l'enregistrement, un policier entra dans la salle avec un café, qu'il déposa devant moi. Je le regardai curieuse alors qu'il détacha mes menottes. L'agent Sutton va revenir dans quelques minutes. Merci. Me frottant les poignets je ne quittai pas le policier du regard jusqu'à ce qu'il soit sortie. Au moins maintenant il me croyait... Lorsqu'il entra dans la salle, beaucoup plus calmement que dans la matinée, il me glissa une photo sur la table que je n'eux besoin de regarder que quelques secondes pour reconnaître l'homme sur le clicher avant de retourner l'image, ne voulant pas revoir son visage plus longtemps que nécessaire. Oui c'est lui... Enfin c'était lui. Je relevai cependant rapidement le regard sur lui, surprise, lorsque je l'entendis s'excuser et me dire que je ne lui devais rien. Je ne comprenais plus trop ce qui se passait, je venais de lui dire tout de même que j'avais tuer un homme, non? Pour ce qui est de te dire la vérité, je l'ai dis je suis incapable de mentir. Tu ne peux cependant pas me dire que je ne te dois rien, car tôt ou tard je suis certaine que tu auras quelque chose à me demander, une réponse, une information, un service et tu utiliseras le fait que tu m'as soigné pour l'obtenir. Je ne t'en voudrai pas, l'être humain est fait ainsi, il est incapable de donner sans demander en retour, c'est la vie... Je le regardai avant de prendre une gorgé de café, et de lui faire un petit sourire. Je m'attendais à pire comme café, mais il est... Pas trop mal. Merci au fait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 164

MessageSujet: Re: Il suffit que je parle... - Jack   Sam 8 Juil - 19:05

J'étais plus calme mais surtout coupable de l'avoir soupçonné d'avoir tué des gamins. J'avais demandé à ce qu'on la détache et qu'on lui apporte un café le temps que je finisse d'imprimer les feuilles. D'ailleurs une fois arrivé je lui glissai la photo lui demandant si c'était bel et bien lui. Quelques secondes c'est tout ce que ça lui pris pour reconnaître cet homme. Je repris la photo et la remis dans le dossier. Alors ainsi elle me disait la vérité d'ailleurs elle me réitéra qu'elle ne savait pas mentir. ce que je dus reconnaître d'ailleurs. Je poussai un soupir quand elle me dit que inévitablement j'allais finir par lui demander un service pour qu'elle paye sa dette. Je me penchai sur la table en prenant une inspiration.

- Je ne suis pas comme ça Twinkle. Tu étais blessée, je t'ai soigné c'est tout et c'est tout. Maintenant... tu te doutes que je dois te demander certaines choses non? Et non ce n'est pas un service, c'est mon job.

Je pris une autre inspiration passant une langue sur mes lèvres.

- C'est pour ça que tu as fait péter la maison à Londres? Il y avait quoi là-dedans?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 123

MessageSujet: Re: Il suffit que je parle... - Jack   Sam 8 Juil - 19:31

J'avais retourner le cliché rapidement après avoir reconnue le visage de l'homme qui avait contribué à faire de moi celle que j'étais, peut importe ce que j'étais. Je lui confirmai donc que c'était le bon gars avant de lui dire qu'étant un humain, il finirait tôt ou tard par vouloir que je paie ma dette. Je le regardai en entendant sa réponse un sourire septique aux lèvres. Nous verrons bien... Lorsqu'il me reparla de la maison de Londre je baissai les yeux. C'était maintenant que je devais sortir mon as pour pouvoir ressortir d'ici, mais je doutais que ça plaise à l'enquêteur face à moi. Je peux te dire ce qu'il y avait dans cette maison, ainsi que ce qu'il y a dans beaucoup d'autre maison, mais pas maintenant. Je le regardai droit dans les yeux, mon café entre les mains. Je veux passer un marcher. Je vais te dire tout ce que tu veux, et même plus que tu ne peux l'imaginer. Tu n'as pas idées de la personne que tu as devant toi. Je t'ai parler tout à l'heure de mes 16 étoiles, si ses 16 étoiles représentes les 16 enfants, que représentes le reste de mes tatouages à ton avis? Mon regard toujours braqué sur lui je lui laissai quelques secondes pour comprendre à quel point il avait frapper le gros lot. De toute façon je n'avais plus rien à perdre. En voyant que je ne revenais pas Lawrence devait déjà avoir disparut. Je vais tout te dire, j'en ai marre et je veux prendre une retraite bien mérité. Je peux te donner des noms et des preuves qui feront de toi un enquêteur renommé, mais je veux l'immunité.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 164

MessageSujet: Re: Il suffit que je parle... - Jack   Lun 10 Juil - 23:30

Elle avait pris que quelques secondes pour reconnaître l'homme sur la photo avant de la retourner face contre table. J'étais pas expert en profilage ou en synergologie mais ce signe était un évident qu'elle l'avait tuée et qu'elle ne voulait pas voir son regard. Je ne dis rien reprenant la photo et la glissant dans le dossier mes yeux remontant sur elle lentement quand elle me dit que un jour ou l'autre j'allais lui demander quelque chose et que à ma réponse, que non, elle verrait bien.

- Tu ne sais pas qui je suis alors...

Je lui reparlais de la maison de Londres, de celle qu'elle avait fait sauter. J'attendis qu'elle me réponde mais sa réponse ne me satisfaisait pas. Elle ne pouvait rien me dire? Oh que non ma jolie! Ici t'a aucun choix! Je fis un petit rire ironique mais elle me dit... un marché? Je l'écoutai attentivement me braquant tout de suite pour cette connerie de marché. Cependant quand elle me parla de ses étoiles mon regard remonta lentement à celles-ci mais mes yeux bruns-verts revint rapidement se planter dans les siens. Pendant quelques minutes je la dévisageai avant de détailler son corps... enfin de se que je pouvais voir. Lentement je me redressai sur ma chaise mes doigts se décroisant pour finir à plat de chaque côté du dossier pour finir complètement redressé et appuyé sur ma chaise.

Quand elle me dit qu'elle voulais prendre sa retraite et qu'elle voulait l'immunité je fis un petit rire sarcastique. Ah bien sûr! Je lui donnerait comme ça!

- D'abord je ne fais pas ce métier pour être un enquêteur renommé sinon... je me suis planté comme carrière. Deuxièmement pourquoi je te donnerais l'immunité? Tu pense que les flics distribue ça comme ça parce qu'on le demande? Tu te trompes.

Je pris une gorgée de mon café froid et reposait lentement ma tasse. le regard baissé en repensant à son marché. En même temps si je voulais avoir les informations elle devait être apte à parler.

- Et qu'est-ce qui me garanti que tu ne me duperas pas? Tu veux l'immunité? Il va te falloir me donner quelque chose en signe de bonne foi...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 123

MessageSujet: Re: Il suffit que je parle... - Jack   Mer 12 Juil - 0:19

En effet je ne sais pas qui tu es, à toi de me le montrer. Sa question sur la maison de Londre me fit parler du marché que je voulais passé. De tout façon, il était temps pour moi que j'arrête. Sa réaction lorsque je parlai de marché me fit fronçai les sourcils, mais je poursuivis. Je lui laissai quelques secondes, le temps qu'il réalise tous ce que je pouvais avoir à dire avant de lui dire exactement ce que je voulais. Son petit rire sarcastique me fit relever un sourcil, mais un petit sourire me monta aux lèvres en l'entendant dire qu'il ne faisait pas sa pour être renommé. Je ne suis que plus heureuse d'être tombé sur toi si tu ne fais pas ton boulot pour être renommé car ça veut dire que tu ne sauteras pas au conclusions trop rapidement lorsque je commencerai à parler et que tu écouteras la suite pour savoir exactement la vérité. Ensuite je ne suis pas dupe au point de demander l'immunité sans rien avoir à donner en retour et crois moi j'ai largement de quoi donner. Je le regardai et bue la dernière gorgé de mon café, reposant la tasse en grognant légèrement. Je fronçai les sourcils et réfléchit quelques instants à ses questions et à sa demande. Je comprenais ce qu'il me disait. La confiance ou plutôt le manque de confiance dans notre cas allait dans les deux sens. Je comprend... Voici ce que je peux te donner en guise de bonne foi de ma part. Je me nomme Rébecca Miiller et je suis née à Milan et malheureusement n'étant pas un garçon j'ai dû devenir tueuse à gage à mes 18 ans pour survivre. Attention Jack, je sais que sa parait épouvantable, mais repenses aux étoiles et ne saute pas tout de suite aux conclusions s'il te plait. Je me doutais qu'il devait déjà avoir deviné ce que je faisais, mais le confirmer sur enregistrement revenait à me jeter moi même en prison s'il ne m'accordait pas ce que je demandais. Je sais que ce que je viens de dire équivaut à me jeter moi même en prison donc penses-y bien. Je ne suis certainement pas assez bête pour dire ça si je n'ai rien à donner pour me sauver la mise. Je peux vous donner le nom de personne qui m'ont engager dont vous ne soupçonneriez même pas qu'ils ai pu faire quelque chose dans le genre. J'ai aussi des preuves, numéro de compte et numéro de confirmation de transaction pour appuyer mes dires. Je le regardai quelques instant. Je n'avais plus rien à perdre. Law était désormais libre, en sécurité et probablement partie depuis un bout, donc peut importait que je croupisse en prison. Mon regard se planta alors dans le sien. Cependant, sans marcher je ne déballerai jamais mon sac et deviendrai muette à jamais. Je l'ai été pendant deux ans ce ne sera donc pas très difficile. Mon avenir est entre tes mains Jack, à toi de me prouver que je peux te faire confiance maintenant que j'ai fait preuve de bonne foi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Il suffit que je parle... - Jack   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il suffit que je parle... - Jack
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Technique du Jeune Jack
» rescue Jack Russel
» Texte qui parle d'un scandale autour du colloque de Montreal VRAI OU FAUX!!!
» Haiti en Marche parle du voyage de Preval dans le Centre
» Il fallait bien qu'on en parle [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Endless Summer Life :: Miami dans sa splendeur :: Coconut Grove :: Miami police departement-
Sauter vers: