Partagez | 
 

 Don't touch.. my friend (@THEO)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 02/04/2017 à Miami. J'ai posté : 107

MessageSujet: Don't touch.. my friend (@THEO)   Lun 10 Avr - 3:57



Don't touch my friend
I cannot even imagine where I would be today were it not for that handful of friends who have given me a heart full of joy. Let's face it, friends make life a lot more fun.

Une journée plus que banale qui s’annonçait, les rayons du soleil qui pénétraient peu à peu dans ma chambre par les petits espaces dans les volets fermés de ma chambre. J’avais pas spécialement envie de me lever ce matin mais c’est surement le cas de tout le monde ça, j’avais remonter la couette jusque sur mon visage en fermant les yeux pour me rendormir mais cette fois c’est mon réveil qui retentit et me tira de mon lit. J’avais encore les cheveux en pétard et le regard endormie quand je descendis prendre mon petit déjeunez avec ma maman, mon papa était déjà parti. Je n’ai pas de difficulté particulière à l’école et je m’en sors plutôt bien du coup cela ne me dérange pas d’y aller mais c’est vrai que je préfèrerais rester au lit. Je profitais de déjeunez avec ma maman en se racontant pleins de choses, on rigolait bien toute les deux, je l’adore ma maman. Mais c’était bientôt l’heure de partir, juste le temps de m’habiller et de prendre mes affaires avant de prendre le chemin du lycée. Il faisait beau mais il y avait un petit vent frais qui ne permettait pas de se promener en t-shirt. Les petits oiseaux qui chantait sur les branches des arbres, les maitres qui promenait leur chien. C’était une ville vivante et chaleureuse, tout le monde disait bonjour ou presque.. mais bon je pense que ça doit dépendre des quartiers surement. Je ne connais pas bien les autres, je ne sors pas beaucoup. Je continuais mon chemin jusqu’a arrivée devant le lycée, devant les grands grilles grises ou se trouvaient déjà des centaines d’adolescent qui discutaient en groupe attendant de pouvoir rentrer dans ce grand bâtiment. Je rejoins ma meilleure amie, à part ça je ne connaissais pas grand monde. On finit par rentrer enfin, chaque petit groupe se dispersaient vers des salles de classes différentes. Aujourd’hui n’est pas une des journées les plus ennuyantes pour moi. J’adore les matières scientifiques et les matières littéraires car oui je rêve d’être écrivain mais secrètement je voudrais devenir comme mon papa. Je commençais ma journée par un cours de mathématiques suivit d’un cours de langues approfondis avant la première pause. Certes je n’ai aucune difficulté en langue mais cette matière est divertissantes, c’est pas un cours de langues normal, sinon je m’ennuierais.

La sonnerie retentit et tout le monde se dirigea vers la cours de récréation, avec Joan on avait un petit endroit rien qu’a nous, un petit recoin au bout de la récréation ou on aimait bien se mettre pour être tranquille et discuter des garçons notamment, on s’amusait à leur donner une note sur 10 car de là ou on était, on pouvait voir toute la cour de récréation. Mais ce jour là, une scène retient mon attention, elle se déroulait pas très loin de nous. Je connaissais ce garçon de vu, car je l’avais déjà vu se bagarrer dans la cour de récréation. Je mangeais un gâteau avec Joan tout en discutant avec elle mais je gardais toujours un oeil dans cette direction, je ne sais pas, surement un mauvais pressentiment.. le sentiment que quelque chose allait se passer.  
CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/03/2017 à Miami. J'ai posté : 726

MessageSujet: Re: Don't touch.. my friend (@THEO)   Dim 16 Avr - 13:36

Don't Touch ...my friends

Autumn

&

Théo

Je n'avais pas envie de me lever se matin lorsque la sonnerie de mon réveil avait retenti, d'ailleurs c'est Elizabeth qui est venu me réveiller, mais depuis que j'ai eu la lettre m'annonçant que mon père allait sortir de prison … Et aussi le fait que je sais que je risque de quitter Elizabeth un jour … Je crois que je n'ai plus envie de rien, enfin si d'une chose … Que la vie reprenne son dû … Je n'avais pas envie d'aller vivre avec mon père, je sais tout ce qu'il a fait et même si je dis toujours haut et fort que je ne lui ressemble pas … Je crois que je me trompe, enfin alors que je m'assois sur mon lit je regarde Elizabeth … Je soupire, mais elle m'oblige d'aller prendre mon petit-déjeuner et d'aller me laver, ce que je fais en l'espace d'une vingtaine de minutes, je sors alors avec mon sac sur le dos et Elizabeth qui monte dans la voiture. Depuis l'histoire de la bagarre et de ma fugue du lycée, elle ne veut plus me laisser prendre le bus ou même y aller a pied … ça m'agace un peu, mais au moins je sais qu'elle tient à moi et qu'elle veut que rien ne m'arrive.

Alors que je m'approche des grilles, il n'y avait déjà plus trop d'élèves, tous ceux sont déjà précipités dans les couloirs et j'avoue que je n'avais pas envie, mais alors que je tourne la tête, je vois qu'Elizabeth me regarde, je soupire, puis je m'enfonce alors dans les couloirs de ce maudits lycée, bizarrement pour le moment, il ne m'arrive rien d'extra-ordinaire … Ou du moins de normal, c'est une fois assis à ma place … Au fond, que je peux voir des élèves qui n'aiment pas trop se positionner tout en me regardant, je tourne légèrement la tête, j'avais mathématique et je dois bien avouer que ce n'était pas une matière que j'appréciais le plus. En plus, pour prouver que je n'ai pas de chance … j'ai deux heures, alors que je prends des notes, j'essaie de comprendre, mais rien ne veut entrer dans ma caboche.

Une fois la dernière heure de cours qui commence à retentir, je range lentement mes affaires, puis une fois que je commence à sortir le prof me dit de me dépêcher … Comme-ci il n'était pas au courant que je vis l'enfer, d'ailleurs je crois que ce lycée me fait bien comprendre que je dois partir, enfin bon, je me dirige alors vers la cour, de loin, je vois Joan … Une de mes amies avec une autre fille … Je crois qu'elle est nouvelle et que toutes les deux se sont assez vite entendu, mais je ne vais pas aller les déranger. Alors que j'allais me trouver une place, un des gars que j'ai pété le nez en me bagarrant se met en face de moi en me regardant, je sers directement le poing. « Fou-moi la paix !!! Sinon je serais obliger de te péter encore quelque chose. » J'avais prononcer mes paroles assez sèchement et le mec se met à rire, lorsque je sens que d'autres élèves se mettent autour de moi. « Tu as eu de la chance devant ce bar miteux … Puis aussi au Zoo … Mais tu n'en as plus là … Plus aucun adulte pour te défendre pauvre petite merde. » Oui, c'est vrai que c'est fois là j'avais eu du secours, je m'approche de lui. « Quoi ? Tu te crois plus fort parce que tu as une bande ? » Je me mets à le pousser, mais alors que j'allais lui donner un coup de poing dans la figure, je sens que d'autres élèves m'attrapent et commence à m'éloigner dans un coin … « Putain ! Lâchez-moi. » Puis le gars avec le nez pété, s'approche de moi et commence à me donner un grand coup de poing dans le ventre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 02/04/2017 à Miami. J'ai posté : 107

MessageSujet: Re: Don't touch.. my friend (@THEO)   Ven 28 Avr - 15:33



Don't touch my friend
I cannot even imagine where I would be today were it not for that handful of friends who have given me a heart full of joy. Let's face it, friends make life a lot more fun.

J’étais dans la cours de récréation avec Joan, ma meilleure amie. On était comme inséparable depuis plusieurs années maintenant. Je pouvais toujours comptée sur elle et inversement, elle pourra toujours compter sur moi si quelque chose ne va pas. On était en train de discuter de nos futurs vacances car pour la première fois, nos parents nous avaient autorisée à les passer ensemble, mes parents n’avaient pas le temps de partir du coup je partais avec le papa de Joan. On avait hâte quand même on était des enfants et même si on était mature pour notre âge, on avait encore notre âme d’enfant et passer nos vacances toutes les deux, pouvoir faire ce qu’on veut et s’amuser, c’est quand même génial. Je n’avais pas beaucoup d’amie mais alors avec Joan je sais que notre amitié durera toujours. Je sais que j’ai une santé fragile et que si je n’ai pas une greffe, d’ici quelque temps je finirais par partir alors je veux profiter de l’instant présent le plus possible et c’est ce qui se passe avec Joan. Je sais que c’est difficile pour elle, qu’elle a peur de me perdre mais pourtant, c’est la seule personne, sans compter mes parents et ma famille, qui arrive à me remonter le moral quand ça ne va pas et qui me redonne espoir sur mon état de santé quand je reviens d’un rendez-vous médicale. Quand je suis hospitalisée, elle vient me voir. Une amie en or. Je ne sais pas ce que je ferais sans elle.

Disons que j’ai du mal à aller vers les autres, non pas que je suis insociable mais surtout parce que je ne veux pas m’attacher à trop de gens pour pas leur faire de la peine quand je vais « partir ». C’est triste à dire mais je ne peux m’empêcher d’y penser quand je suis pas bien, comment ne pas y penser. Je ne veux pas que beaucoup de gens soit triste autour de moi, juste parce que je ne suis plus là. C’est surement mieux ainsi de toute façon vous me direz. Tout en continuant de discuter avec Joan, je ne peut détourner mon regard d’un petit attroupement qui venait de se former autour d’un jeune garçon, quand tout d’un coup… un coup de poing. Ni une ni deux, avec Joan nous nous sommes levée mais c’est moi qui suit intervenu. Je ne pouvais pas les laisser le battre comme ça dans la cours de récréation devant tout le monde, surtout que les surveillants et les professeurs semblaient en avoir rien à faire du coup. J’ai failli me recevoir un coup à mon tour en tentant de les séparer. Oui je n’avais peur de rien, j’avais un papa policier, je sais comment me défendre et défendre les gens. Je me tourna vers le jeune homme qui venait de se recevoir un coup de poing dans le ventre « Comment tu te sens ? Ca va ? Tu veux t’asseoir un peu » Je fis signe à Joan d’aller prévenir un surveillant alors que je me retourna vers celui qui jouait le grand bonhomme. « Tu crois que tu me fais peur ? Je t’ai vu faire avec ce jeune homme et tu mérite ce qui t’arrive, tu l’avais chercher. Et de toute façon on ne résout rien par la violence. Tu n’avais pas à répliquer à ton tour. » Je restais toujours entre les deux, alors qu’autour des gamins, surement des amis à l’autre tête d’andouille voulaient que la bagarre se poursuivre. Comme si c’était la seule occupation et action de la récréation. N’importe quoi quand même. J’espère que le jeune garçon n’a pas trop mal suite au coup de poing qu’il a reçu dans le ventre.   
CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/03/2017 à Miami. J'ai posté : 726

MessageSujet: Re: Don't touch.. my friend (@THEO)   Sam 29 Avr - 7:48

Don't Touch ...my friends

Autumn

&

Théo

L'heure de la récréation est toujours un moment difficile sauf quand j'arrive à esquiver, parfois je reste un peu plus longtemps, je fais semblant de poser des questions aux professeurs, mais parfois ça ne marche pas et eux aussi veulent profiter de leur pause, donc du coup, je me retrouve régulièrement dans la cour, j'essaie toujours de me trouver des cachettes pour être seul, je ne suis pas du genre à être quelqu'un de populaire, non, je suis même tout l'inverse, les gens m'évitent et je pense que ce n'est pas une mauvaise chose, comme ça je n'ai pas de conflits, il a fallu malheureusement que je tombe prêt de ces débiles, alors que j'ai poussé le gars, je me suis vite fait rattraper par les autres et mon amener dans un coin, alors que le gars a qui j'ai déjà pété le nez me donne un grand coup de poing dans le ventre et qu'ils me lâchent, je me retrouve à genou pour essayer de prendre une grande inspiration.

Finalement, je ne m'attendais pas à ce qu'il fasse autant mal, bon il a dû prendre un peu plus d'élan que prévu, mes mains posées sur le sol, je ferme les yeux tout en reprenant une bonne respiration, lorsque j'entends une voix … une voix féminine … je savais que ce n'était pas une surveillante, vu que généralement quand ça me concerne personne ne se mêle et tout le monde dit que c'est moi qui cherche, c'est alors que je lève la tête, je peux voir une des amies de Joan, la lycéenne qui était d'ailleurs entrain de lui parler, je me mets à sourire légèrement, comme-ci le coup que je venais de me prendre ne m'avait rien fait !!! Bon c'était surtout pour impressionner la jeune femme. « Non ça va aller, merci ... » Puis je relève un peu la tête et je me remets sur mes jambes, j'entends alors une nouvelle fois la jeune femme, je me mets donc à sourire, parce que je ne sais pas si elle savait que ce qu'elle disait, il allait rien à faire, je pose alors mes mains sur les épaules de la jeune femme. « T'inquiète … ce n'est pas la première fois … Et puis il se sent fort vu qu'il est avec son groupe. » C'est alors qu'il allait s'approcher pour me frapper, je vois qu'il a très mal viser, je place la jeune fille derrière moi et je lui donne un grand coup de pied dans le ventre ce qui l'a fait vite arrêter. « Maintenant barre-toi, parce que dès que je te vois dans la rue seul, tu vas pas comprendre ce qui t'arrive. » Je ne suis peut-être pas quelqu'un de bien, mais le fait qu'il allait frapper Autumn prouvait bien qu'il était la pire des ordures, puis ses potes le récupèrent puis je me retourne vers la jeune femme. « C'est gentil d'être venu, mais tu sais, tu ne devrais pas. » Je suis un habitué de ce genre de choses et je ne veux pas que quelqu'un se prenne un coup à cause de moi, surtout pas une fille, même si j'avoue qu'elle avait plus de couille que toute la bande qui vient de partir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 02/04/2017 à Miami. J'ai posté : 107

MessageSujet: Re: Don't touch.. my friend (@THEO)   Mar 2 Mai - 9:42



Don't touch my friend
I cannot even imagine where I would be today were it not for that handful of friends who have given me a heart full of joy. Let's face it, friends make life a lot more fun.


Je n’aimais pas les bagarres, surtout quand c’est un groupe qui s’attaque à un petit sans défense. Certes il avait l’air de s’y connaitre en bagarre car il avait quand même casser le nez à son adversaire mais bon, ce n’était pas une raison pour que je le laisse se faire battre en plein milieux de la cours de récréation alors qu’il n’avait rien fait ce pauvre garçon. Je n’aimais pas les injustices et ce groupe s’attaquait à lui juste parce qu’il était seul et donc moins fort qu’eux.. c’était inimaginable pour moi que je laisse faire un truc pareil. C’est la raison pour laquelle je suis intervenu entre les deux, laissant le jeune garçon reprendre son souffle sur le sol et tout en m’adressant au costaud, enfin il en avait pas tant que ça non plus, mais bon il se fait passer pour un costaud avec son groupe surement pour impressionner les filles mais ça ne marche pas pour moi. Le jeune garçon me faisait de la peine, j’avais mal pour lui, il avait quand même l’air de souffrir même si il essayait de pas le montrer. Quand il se remit doucement sur ses jambes, je l’aida du mieux que je pu en lui tenant le bras, je voulais vraiment m’assure qu’il aille bien.  « Tu es sure que ça va ? Reste assis un moment si tu sens que ça va pas.. » Pour le moment le costaud ne bougeait pas, mais son groupe ne cessait de réclamer une bagarre. Joan revient mais les surveillants en avaient rien à faire de ce qui se passait ici. Je soupira doucement en regardant dans leur direction avant de regarder de nouveau le jeune homme en lui souriant. Il posa ses mains sur mes épaules en me disant de ne pas m’inquiéter. Comment ne pas m’inquiéter après ce que je viens de voir, il venait de se faire battre et personne ne réagissait. C’est du n’importe quoi ici franchement. Mais d’un côté il n’avait pas tord, ce genre de garçon se sent fort juste parce qu’ils sont avec leur groupe. Je souris  « J’ai toute mes raisons de m’inquiéter tu sais, il vient te cogner alors que tu n’as rien fait, il cherche des coups sans aucune raison juste pour faire un spectacle dans la cours de récréation je pense. Il veut attirer l’attention des jeunes filles sauf qu’il ne se rend même pas compte que ça fait juste fuir les regards, c’est que les garçons que ça intéresse les bagarres, la plupart des filles s’en contre fiches. Il doit surement cacher un soucis dans sa vie en s’attaquant à n’importe qui ». Je parlais assez fort, pour que le costaud entende ce que je disais, je n’avais pas peur de lui mais c’est vrai que j’aurais du me mettre directement face à lui car je ne vis pas le coup qu’il manqua de me mettre. Heureusement que le jeune homme était là, il m’a protégée. Je fut néanmoins surprise car je ne m’y attendais pas du tout. Je lui souris pour le remercier, une fois que le groupe fut partie, il venait de me défendre en lui donnant un coup de pied dans le ventre.  « Merci beaucoup ». On a inversée la situation, j’étais venu pour le protéger et finalement c’était lui qui venait de le faire.

Je le regarda et sourit  « Si je devais, je ne pouvais pas le laisser te faire ça, puis je suis une Sutton et comme le dis mon père.. on a peur de rien les Sutton. Viens on va s’asseoir un peu, tu vas pouvoir récupérer un peu, tu as quand même l’air mal en poing ». Je lui pris la main et retourna m’asseoir avec lui et Joan près des buissons. Je retira ma veste pour la déposer sur le sol et aider le jeune homme à s’asseoir dessus.  « Comment tu te sens ? On ne s’est même pas présenter, moi c’est Autumn et toi, comment tu t’appelles ? » C’est vrai qu’on avait pas eux le temps de faire les présentations à cause de la bagarre. 
CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/03/2017 à Miami. J'ai posté : 726

MessageSujet: Re: Don't touch.. my friend (@THEO)   Mer 3 Mai - 12:20

Don't Touch ...my friends

Autumn

&

Théo

Je ne suis pas quelqu'un de normal, je pense que les gens le savent, la preuve pour eux, je ne suis qu'un futur meurtrier ou alors même un futur drogué, parfois j'aimerais avoir vécu dans une autre famille, sans histoire, comme la plupart des gens, mais non … Même si Elizabeth fait tout pour que je me sente comme un adolescent normal, à chaque fois que je fous les pieds ici, on me ramène à la dure réalité qu'est ma vie … Fils d'un meurtrier et d'une junkies morte, voilà a quoi les gens me résument, alors que je suis un être humain comme tout le monde, les erreurs de mes parents, ce n'est pas à moi de les avoir sur les épaules, mais non, on dit toujours que les adolescents sont toujours plus méchants envers les autres, et bah je confirme.

C'est alors que j'essaie de reprendre mon souffle après le coup de poing, je me suis retrouver par terre, j'avais un peu de mal à respirer, mais je n'allais pas non plus laisser la jeune fille prendre le pouvoir sur le groupe tout seul, après je sais aussi que c'est ma fierté qui en aurait prit un coup, je ne suis pas du genre à être macho, surtout a mon âge, mais je n'ai pas l'habitude que les gens me donnent un coup de main et ce n'est pas aujourd'hui que ça va changer. Enfin une fois que je me mets debout, je vois qu'elle a voulu me donner un coup de main, je me mets à sourire légèrement, je ne veux pas non plus qu'elle s'inquiète pour moi. Je fais un signe négatif de la tête lorsqu'elle me dit que je devrais rester assis un petit moment. « Oh non … t'inquiète ça va aller. » Je lui fais un petit sourire. Si j'ai eu le temps de parler, je crois que c'est parce que monsieur nez-cassé était sans doute abasourdi de savoir qu'il y avait quelqu'un qui me défendait et qu'il n'était pas avec lui, je sais que la plupart des gens ont peur de ce qu'il pourrait faire et pourtant j'ai démontrer à plusieurs reprises que ce n'était qu'un lâche. Lorsque Joan revient vers nous en expliquant clairement que les surveillant s'en foutaient, je me mets à sourire en coin … Cela ne me surprend pas, d'ailleurs je soupçonne qu'ils ont clairement vu que c'était nez cassé qui m'avait prit pour m'amener dans ce coin où personne ne pourrait voir quoi que ce soit. Alors que j'avais posé mes mains sur ses épaules, je souris légèrement, j'avais l'impression qu'elle n'avait jamais assisté ce qui vient de ce passé. « Oh tu sais !!! C'est l'habitude, toujours plus fort à plusieurs, mais une fois un a un … Ils se pissent dessus, parce qu'ils ont peur au final. » Je me mets à sourire lorsqu'elle me dit que les filles n'aimaient pas les bagarreurs … Je la regarde tout en respirant doucement. « Ouais, juste que c'est le lycée, c'est la loi du plus fort, quand on est plusieurs les gens se sentent fort c'est tout, c'est un rigolo, je l'ai déjà battu seul. » Voilà pourquoi moi je l'appelle nez-cassé, il m'a cherché, il était tout seul, il s'est prit une branlée, pourtant je ne suis pas du genre à vouloir me battre tout le temps. Le fiat qu'elle avait parler assez fort, le mec a voulu attaquer, je sais que c'est moi qu'il visait, mais si je ne réagissais pas rapidement, c'était la demoiselle qui allait se le prendre, c'est alors que je la bascule derrière moi et je donne rapidement un grand coup de pied dans le ventre pour le stopper net dans son élan avec un léger sourire, puis le groupe s'en va en récupérant son pote. « De rien, c'est normal, il allait te frapper, même si je pense que ce n'est pas toi qui visait vraiment. » Je me mets à sourire tout en regardant la jeune femme.

Alors qu'on se dirige prêt des buissons, et je m'assois je m'installe tout en respirant, c'est alors que je l'entends alors me rétorquer qu'elle ne pouvait pas laisser faire, puis elle me dit que c'était une Sutton … Je ne connais pas, je pense qu'elle vient d'arriver, je me mets quand même à sourire. « Tu sais les injustices dans la vie, il y en a beaucoup, je ne fais partie que d'une minorité de gens qui ne se laissent pas faire, même si la bataille est perdu d'avance … Je dois tenir ça de mes par...parents... » Je termine ma phrase, la jeune lycéene me toucher vu comment elle s'inquiétait pour moi. « Ne t'inquiète pas, ça va passer. » Une fois bien assis, je me mets à regarder aussi bien Autumn que Joan tout en souriant. « Je vais un peu mieux, merci. Enchantée Autumn … moi c'est Théo. » Je suis bien content qu'il y ait encore des gens bien sur cette terre, au final, Elizabeth a raison, il y a encore des gens bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 02/04/2017 à Miami. J'ai posté : 107

MessageSujet: Re: Don't touch.. my friend (@THEO)   Mar 16 Mai - 9:53



Don't touch my friend
I cannot even imagine where I would be today were it not for that handful of friends who have given me a heart full of joy. Let's face it, friends make life a lot more fun.


Je ne suis pas ce genre de personne qui regarde les scènes de bagarre sans intervenir, je suis même tout l’inverse. J’ai beau être une jeune fille toute mince et légère, ce n’est pas un groupe de garçon qui me fait peur à vrai dire. Je trouvais ça inadmissible qu’un groupe comme ça s’en prenne à pauvre garçon qui n’a rien demander. Après je ne le connais pas, je ne connais pas sa vie, je ne sais pas ce qu’il a endurer mais bon cela n’est quand même pas une raison pour s’en prendre à lui de la sorte et le frapper. C’est pour ça que je me suis levée et que j’ai repoussé du mieux que je pouvais le gars au nez cassé. En même temps, c’est toujours plus facile quand on est en groupe, le fait de se sentir observer nous rend plus fort alors qu’en réalité ce n’est pas le cas du tout pour la plupart des mecs. C’est surtout qu’ils se sentent protéger comme ça, en se disant que si la situation part trop loin, son groupe pourra venir le défendre et il se sentira le plus puissant alors qu’en réalité, c’est qu’une petite tache de saleté qu’on a sur nos verres de lunettes, elles disparaissent vite quand on s’attaque à elles.

J’avais mal pour lui, il avait beau faire le garçon courageux qui résiste à la douleur, ce prendre un coup de la sorte, il devait le sentir passé. Mes parents m’ont toujours appris à prendre soin et défendre mon prochain, tendre la main à autrui c’est toujours bon à prendre. Je n’allais pas le laisser comme ça sur le sol, je voulais l’aider à se relever doucement pendant que Joan était partis chercher un surveillant même si c’était peine perdu. Je souris doucement en regardant le jeune garçon qui me dis de pas m’inquiéter en me disant que ça allait. J’avais un peu du mal à le croire, il n’avait pas à jouer les dure avec moi, je sais très bien qu’un coup comme ça ne faisait pas du bien  « Tu sais, tu n’as pas à avoir honte d’avoir mal, je ne te dirais rien, c’est même normal tu sais, c’est normal que je m’inquiète ». J’avais tournée le dos à monsieur nez cassé car c’était pas de lui que je m’intéressais et il ne me faisait pas peur. Il pouvait me faire ce qu’il voulait, me frapper ou quoi, c’est lui qui prendrais cher car mon père est flics et il ne laisserait personne me toucher, déjà qu’il a du mal quand je traine avec des garçons de mon âge alors je vous dis pas si je me fais frapper. Puis j’étais courageuse, une battante, en même temps quand on a une maladie on apprend à se forger un caractère d’acier et tout ce qui peut se passer autour de vous n’est que accessoire et rien comparer à ce que vous pouvez endurer toute la journée. Je regarda le jeune garçon, oui je n’avais vu une telle bagarre dans la cour de récréation. En même temps je passais plus de temps dans les salles de cours ou dans un autre établissement pour rejoindre ma maman que dans la cours de récréation ici. Mais je ne pouvais pas laisser passer une telle injustice.  « Je vois ça, des mauviettes ces garçons de toutes façon. Mais même si c’est la loi du plus fort.. ce n’est pas juste, les surveillants et les dirigeants de l’établissement ne devrait pas pouvoir laisser faire ça, ils sont incompétents et c’est pour cela que l’établissement perd au niveau de la réputation. Tu l’as déjà battu seul ? Sérieux ? Et pourtant ça ne l’a pas calmer, c’est qu’il aime se faire humilier dis donc à ce que je vois ». Je me mis à rigoler, je n’avais pas peur et je parlais ouvertement, assez fort pour qu’il puisse entendre et comprendre ce que je disais sur lui. Si ça pouvait lui faire voir que c’était pas lui qui faisait la loi ici ce monsieur nez-cassé ça serait bien. Mais bon ça avait l’air de l’avoir plus mis en rogne qu’autre chose car il avait essayer de me frapper, enfin, il avait lever le poing en ma direction mais comme j’étais juste devant le jeune homme, il voulait surement le visée. Mais il avait été plus rapide que lui, il m’avait protéger en me plaçant derrière lui et en lui donnant un sacré coup de pied dans le ventre pour le faire partir. Je souris, en le remerciant gentiment  « Si il te visait toi.. vu que j’étais sur le chemin c’est sur qu’il m’aurait frapper ! » Je lui souris avant de regarder le groupe de morveux partir.  

Avec Joan, on alla tous les trois s’installer près des buissons pour être tranquille. Je lui avais déposer mon manteau par terre pour qu’il puisse s’installer dessus et reprendre son souffle pour se remettre doucement de ce qu’il avait enduré. Je ne comprenais pas trop ce qu’il voulait me dire, en même temps je ne le connaissais pas du coup l’allusion à ses parents…  « Comment ça la bataille est perdu d’avance ? Jamais rien n’est perdu d’avance tu sais.. il faut continuer de ce battre contre les injustices » Je souris avant de m’installer près d’eux en souriant et regardant Théo qui se présenta enfin  « Enchantée Théo, et si je m’inquiète, je suis comme ça. En tout cas si tu te sens mieux c’est le principal » Je sortis une bouteille d’eau de mon sac et lui tendit pour qu’il boive un peu. Je souris avant de le regarder de nouveau et de regarder Joan  « Parle moi un peu de toi le bagarreur » Je me mis à rigoler doucement.  
CODE BY MAY


PS : désolé du temps de réponses, je suis en plein dans mes examens depuis milieu de la semaine dernière du coup j'ai eux les révisions et tout ça, un peu dure, mais à partir de vendredi ça sera plus rapide :p désolé encore ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/03/2017 à Miami. J'ai posté : 726

MessageSujet: Re: Don't touch.. my friend (@THEO)   Jeu 18 Mai - 8:08

Don't Touch ...my friends

Autumn

&

Théo

Je ne suis pas du genre à me laisser protéger par une fille, c'est vrai que ce n'est pas leur rôle, depuis que je suis assez grand pour regarder les films, j'ai très bien vu que c'était les hommes qui devaient protéger les filles et pas l'inverse, bien sûr avec les séries des années quatre-vingt-dix, je n'étais pas né, mais ils repassent généralement sur le câble, bah les héroïnes ont prit le pouvoir, ça a commencé avec Buffy contre les vampires qui défends la ville, puis ensuite nous avons eu le droit aux sorcières les plus connues dans le monde les sœurs Halliwell qui se battent contre les démons … Bah les filles ont aussi une force en eux, je ne dis pas qu'elles peuvent faire des miracles, mais tout le monde reconnaît la force des femmes, mais cela dit, durant cette bagarre, je suis un peu gêné que la jeune demoiselle m'est défendu … Bon après je lui ai rendu la monnaie quand j'ai vu que nez-cassé allez lui donner un coup, sans doute avait-il mal visé, vu que c'était moi, mais j'ai préféré tout faire pour la protéger, sinon on m'aurait en plus de traiter de futur tueur ou drogué, que je laisse une fille se faire frapper à ma place et ça je ne le supporterais pas, ça aurait été une raison en plus de dire que j'étais comme mon père, même si dans le fond, ce n'était pas moi qui l'aurait frappé, ils auraient dis que c'était de ma faute.

Oui, je douille, mais je ne le montre pas, la douleur, je la connais assez depuis des années pour montrer un sourire rassurant, depuis que j'ai été dans cette famille que le père quand je ne faisais pas mes corvées me frapper, je montrais un sourire rassurant et puis je mentais parce que de toute façon, les gens ne me croyaient pas, d'ailleurs je ne suis pas sûr que quelqu'un me croirait avec le temps, je préfère me renfermer de toute façon avec mon père en prison, mais qui me fait suivre, le mieux que j'ai à faire, c'est de protéger tout le monde en étant pas proche des gens, mais c'est plus facile à dire qu'à faire, quand on parle à quelqu'un et qu'on fini par s'attacher. J'essaie de rassurer la jeune lycéenne en lui disant que j'allais bien, même si ce n'était pas vrai que j'avais mal, mais ce n'était pas le moment de pleurer devant les filles, vous imaginez la honte ? Je me mets à sourire lorsqu'elle me dit qu'elle ne dirait rien si je lui avouais que j'avais mal et qu'en plus de ça c'était normal qu'elle s'inquiète pour moi, je me mets à avoir un rictus. « Je t'assure, je vais bien. Pourquoi normal que tu t'inquiètes ? On ne se connaît pas tant que ça tu sais. » Nous étudions dans le même lycée, mais c'est tout, on ne s'était pas parler, même si je trouve ça sympathique de sa part de vouloir s'inquiéter pour moi, j'ai l'habitude que les gens me regardent comme un monstre, sans doute ils ont raison, parfois j'ai envie de tuer nez-cassé, mais surtout quand ils me cherchent et pourtant j'essaie de ne rien faire, même si c'est compliqué. J'essaie de lui faire comprendre que c'est la loi du plus fort, je me mets à sourire je hausse les épaules lorsqu'elle me dit que les surveillants et la directions sont des incompétents s'ils ne font rien. « Tu sais quand tu traînes un passé compliqué avec des parents qui ont montrés leur mauvais côté … Ils pensent que leurs enfants font pareils. » Ouais, c'est la vérité mon passé est et restera avec moi toute ma vie, je croiserais toujours quelqu'un qui se souviendra que je suis le fils d'un tueur et un vendeur de drogue, le Nom des Stevens est marqué. Je me mets à la regarder tout en souraint lorsqu'elle a l'air d'être surprise que je l'ai déjà battu seul. « Il est du genre à persévérer, mais j'ai l'habitude, ouais c'est pour ça qu'il a son nez cassé et que je l'appelle comme ça maintenant. » Je me mets à rire, mais une douleur survient, ce qui me fait arrêter de rire, je me tiens légèrement le ventre, le coup me fait plus mal que je le pense, mais je serre les dents. Alors que je l'ai protégé, je me mets à la regarder. « Il n'a peut-être pas de couilles, mais je suis sûr qu'il ne taperait pas une fille, c'est sur même. » Ouais, je ne vois pas que le côté mauvais des gens, il n'est pas aussi mauvais pour frapper une fille, sinon ça serait vraiment un lâche.

Je me mets à la regarder lorsqu'elle me dit qu'il faut toujours se battre contre les injustices, je ne connais pas non plus l'histoire de la jeune fille, mais je ne suis pas sûr que ce battre quand les gens pensent que je suis comme mon père ou alors que je terminerais comme ma mère, c'est difficile même si je montre que contrairement a ceux que les gens peuvent penser, je suis prêt à me battre, à avoir de bonnes notes, d'ailleurs même si les professeurs ne veulent pas me voir comme un bon éléments, mes notes prouvent que je suis quelqu'un d'assidus et qui apprend ses leçons. Je me mets donc à sourire en regardant Autumn et Joan. « Ce battre contre les injustices, c'est bien compliqué, tu sais il y en aura toute notre vie, il faut juste essayer de limiter la casse c'est tout. » Je ne veux pas dire que je suis un cas rare, je pense qu'il y en a d'autre, et c'est pour ça que je ne veux pas me battre contre un système qui m'a clairement mit dans la case de futur dealer ou meurtrier. « J'ai la forme, c'est le principal. » Dis-je en souriant, même si je mens un peu. Je prends sa bouteille d'eau et bois une petite gorgée pour lui rendre. « Hum, tu veux la version courte ou longue ? » J'avoue que je ne veux pas non plus qu'elle me demande toute ma vie, je ne serais pas capable de parler de mon histoire sans avoir les larmes aux yeux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 02/04/2017 à Miami. J'ai posté : 107

MessageSujet: Re: Don't touch.. my friend (@THEO)   Mar 13 Juin - 9:04



Don't touch my friend
I cannot even imagine where I would be today were it not for that handful of friends who have given me a heart full of joy. Let's face it, friends make life a lot more fun.

Je suis ce genre de fille qui aide son prochain, j’ai le coeur sur la main je suis comme ça que voulez vous. Je ne pouvais pas le laisser se faire taper dessus. Disons que depuis que je sais pour ma maladie, je suis encore plus du genre à sacrifier ma vie pour celle des autres alors me faire cogner dessus si cela devait arriver pour le défendre, je m’en fichais complètement. Oui c’est complètement bête vous avez raison mais c’est comme ça que voulez vous. Je suis casse cou et j’ai de qui tenir à la maison donc bon. Je sais prendre mon courage à deux mains dans n’importe quelle situation. Je m’étais donc intercalé entre les deux, le nez-cassé n’était pas très fiers car je pense qu’il aurait voulu en finir avec lui maintenant, ici dans la cours de récréation. Je soupira en voyant le groupe de gars qui réclamait à ce que la bagarre continue. Je n’aimais pas ce genre de gars, qui intervienne en bande contre une seule et unique personne. Je ne dis pas qu’il ne sait pas se battre le jeune garçon car la preuve il lui a quand même cassé le nez, mais c’est quand même pas juste de se retrouver tous seul contre un gars qui est encouragée par un troupeau de mouton qui admirait la scène en en redemandant encore et encore. Justement ça donnait de la force et du courage au nez-cassé tous cela alors qu’à mon avis, il a moins de couille que le jeune garçon qui lui a cassé le nez. Je ne le connaissais pas, je ne connaissais pas son histoire ou son passé, je ne savais pas qu’on le traitait d’enfant de tuer et de droguer, qu’il était comme son père et tout ce genre d’insulte stupide. C’est souvent que je le voyais certes mais je ne lui avais jamais parler, je suis assez timide et réservée parfois du coup pour aller faire le premier pas face à une nouvelle personne c’est un peu dure pour moi. Je le regarda, par terre il avait quand même l’air mal en point. Même si je ne le connaissais pas, je m’inquiète assez facilement pour quelqu’un et vu que je suis venu le défendre c’est normal que je m’inquiète, je me doute qu’il doit avoir mal mais il essaie de pas trop le montrer, surement pour paraitre « costaud » et gros dur qui résiste la douleur. Mais je ne suis pas là pour le juger, si il avait mal il pouvait me le dire, je ne vais rien lui dire. « Bien sur que c’est normal que je m’inquiète, tu sais les filles c’est souvent comme ça. C’est pas parce que je ne te connais pas que c’est une raison pour pas que je m’inquiète, sinon je ne serais pas venue essayer de te défendre de ce coup foireux et de cette injustice. Puis attend, tu as pas l’air bien en point comment tu veux que je ne m’inquiète pas ? En tout cas joli coup, ça l’a calmé pour le moment ! » Je souris en l’aidant quand même à se relever et le remerciant encore pour m’avoir protégée, un retour de bâton comme on dit, je venais de le faire pour lui, il l’a fait pour moi. Même si monsieur nez-cassé ne voulait pas me viser moi mais qu’il a juste très mal visé. C’est ça les mecs, ça se gonfle les muscles à l’hélium, ça se croit costaud mais quand il s’agit de faire les choses bien c’est trop compliqué. Ou alors c’est qu’il a des problèmes de vus, à voir. Je soupira doucement en remarquant que personne bougeait le bout de son nez, les surveillants en avaient rien à faire, c’était les pion au milieu de l’échiquier, ils servent complètement à rien ici. Je me demande pourquoi ils se mettent dans la cour de récréation si c’est pour même pas intervenir quand il y a un problème. C’était inadmissible mais je pense que ça doit être tout le temps comme ça car le jeune garçon ne semble pas surpris du tout. Il m’expliquait que c’était la loi du plus fort ici, oui mais bon la loi du plus fort ce n’était pas très équitable dans cette situation non plus, faut arrêter. La violence ne résout rien. Je l’écoutait, un peu surprise qu’il me parle d’avoir un passé difficile, le pauvre, ça ne devait pas être facile pour lui et en plus il se fait taper dessus, je commençais à avoir un peu de peine pour lui. C’est pas drôle de vivre avec un boulet accroché au pied, je sais ce que c’est. Lui c’est son passé qui le freine et moi c’est ma maladie, je pouvais le comprendre en quelque sorte même si je n’ai pas vécu ce que lui avait vécu dans son passé. « Et bien ils se trompent, on tient certes de nos parents mais leurs mauvais côté n’est pas inscrit dans les gênes de leur descendances, c’est la vie et leur façon de la vivre qui les a rendu comme ça, je ne connais pas ton passé mais je suis sure que tu es loin d’être comme tes parents ! » Je posa doucement une main sur l’épaule du jeune homme alors qu’il continuait de me parler, oui j’étais quand même surprise qu’il l’ait déjà battu tout seul, et franchement ça prouvait qu’il était quand même plus fort qu’il n’y paraît. Je souris « Je vois, ça lui va bien comme surnom » mais je perdis vite mon sourire quand je le fis souffrir et se tenir un peu le ventre, je me doutais bien qu’il avait mal, et lui qui me disait que ça allait. Tout en marchant avec lui et Joan en direction d’un petit endroit plus calme pour qu’il s’assoit et se repose, il regarda en m’affirmant que le nez-cassé ne m’aurait pas frappé car il n’était pas si méchant que ça, je souris doucement « D’accord, aller parlons d’autre chose c’est mieux comme ça » car oui, on n’allait pas parler de lui tout le temps quand même.
 
Doucement j’avais déposer ma veste sur le sol pour que le jeune homme puisse s’installer dessus et se reposer. Je souris en m’installant près de lui et Joan qui venait de s’asseoir aussi. On commença doucement à discuter pendant qu’il récupérait un peu des évènements qui venait de se produire. Je souris, je me sentais fière d’être intervenu quand même, pour une fois que j’ai pu me rendre utile en quelque sorte. Car oui je voulais faire comme mon papa et combattre les injustices comme il m’a appris à le faire, mais Théo n’avait pas tord, se battre contre les injustices c’est le combat de toute une vie. « Oui tu as raison, mais bon on ne va quand même pas se laisser faire, en tout cas moi je ne laisserais pas faire une chose pareil, j’ai été élevée comme ça ! » Car oui quand on est fille de flic, on reçoit une sacré éducation, que ce soit sur le fait d’être la pour les autres et veiller à ce que tout ce qu’on fait soit juste. Juste… Justice. Deux mots très importants pour moi, même si j’ai une vie courte, je me battrais toujours pour cela. Je souris doucement en regardant de nouveau mes deux camarades et demandant si Théo allait un peu mieux maintenant « C’est le principal oui c’est sur ! » Tout en lui tenant une bouteille d’eau pour qu’il se désaltère je voulu faire plus ample connaissance avec lui et donc je voulais qu’il me parle un peu de lui. Après il n’est pas obligé de toute me raconter, je ne le force en rien du tout mais juste assez pour qu’on le connaisse un peu mieux. Bien sur on fera pareil à notre tour, enfin si il veut connaitre notre histoire aussi. Je souris « Celle que tu veux Théo » Oui je ne voulais pas que ça soit trop dur non plus pour lui, ayant compris qu’il avait un passé difficile.
CODE BY MAY


PS : encore désolé du retard dans ma réponse Théo, promis je ne mettrais plus autant de temps
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/03/2017 à Miami. J'ai posté : 726

MessageSujet: Re: Don't touch.. my friend (@THEO)   Mer 14 Juin - 10:41

Don't Touch ...my friends

Autumn

&

Théo

Je ne veux pas que quelqu'un se fasse frapper à cause de moi, c'est vrai que je ne suis pas un exemple pour les gens, oui, dans le fond, le fait que mes parents soient des mauvaises personnes, enfin surtout mon père vu qu'il a tué quelqu'un, que c'est un vendeur de drogue, un dealer d'armer … Enfin en gros, ce n'est pas quelqu'un de très fréquentable et pourtant … Je dois bien avouer que je ne suis pas du genre à me plaindre le peu de souvenir que j'ai de lui … Je n'en garde pas que des mauvais, j'avais tout ce que je voulais, bien sûr c'était de l'argent sale, mais au moins je vivais bien, maintenant que je sais qui il est réellement, j'avoue que je ne veux pas le voir, je ne veux même pas avoir de lien avec lui en plus de ça, je suis bien maintenant chez Elizabeth qui fait tout pour moi. Je ne suis pas du genre à me poser en victime, si les gens me cherchent, alors ils me trouvent, mais là j'avoue que dans cette situation c'était assez compliqué plus de personne contre moi tout seul, le chef de la bande … Bah je lui ai déjà fracasser le nez, je sais qu'un jour, il arrêtera, mais je ne sais pas quand … Peut-être quand je l'enverrais à l'hôpital, quoi qu'il ne faut pas, parce que du coup, je lui prouverais que je ne vaux pas mieux que mon père … Je suis quand même surpris que dans toute la cour, c'est une fille qui s'est interposer entre moi et le gars, les gens ont vraiment pas de cerveau, mais que voulez-vous … C'est gentil de sa part, mais je ne veux pas qu'elle se prenne un coup à cause de moi, c'est pour ça que je suis encore plus vigilant avec l'autre crétin. Bon comme j'étais au sol vu que j'avais un peu mal, je regarde quand même les réactions. C'est alors que je lui dis qu'il ne fallait pas qu'elle s'inquiète pour moi, je me mets à sourire, elle n'avait pas vraiment besoin de s'inquiète pour moi, c'est vrai, je n'aime pas trop ça que les gens s'inquiète pour moi inutilement, je me mets à la regarder. « Ouais … c'est vrai que c'est un truc de filles de s'inquiéter, mais je t'assure ça va aller. C'est gentil quand même de vouloir t'inquiéter, mais tu n'es pas obliger hein. » Oui, je suis têtu et j'essaie de lui dire qu'il ne fallait pas que c'était ma vie comme ça et que je ne pouvais rien faire.

C'est alors qu'elle me remercie de l'avoir protégée. « C'est normal de protéger les filles non ? C'est le rôle des hommes. » Oui, c'est vrai que je ne me rends pas compte de suite que ma phrase est un peu macho, mais c'est e qu'on voit à la télévision, les hommes protègent les femmes, bon après cela dépend des films, le vendredi soir avec Elizabeth, nous regardons la télé ensemble et parfois il n'y a pas de films super, mais comme je ne veux pas dire à Elizabeth que je ne veux pas regarder de films de fille, je la laisse faire. Oui, je ne suis pas surpris de ne voir personne se déplacer pour m'aider, pour eux … Je ne suis qu'un chercheur d'embrouille, je ne fais que ça, mais non, pourtant je ne cherche pas, j'essaie de faire ma journée au lycée sans avoir de problème, mais pourtant … Je n'y arrive pas, les gens me cherchent et du coup je me bats, je passe au moins une fois par jour dans le bureau du proviseur parce que soit disant, c'est moi qui cherche la bagarre, mais je crois qu'aujourd'hui, tout cela va changer, je le sens, je sais que je ne dois pas faire une généralité, les gens ne sont pas tous mauvais et heureusement d'ailleurs. J'essaie de lui expliquer dans les grandes lignes que c'est à cause de mes parents, je me mets à sourire parce qu'elle me dit que les mauvaises choses ce n'était pas dans les gênes et si je lui disais que lorsque j'ai frapper Nez-cassé, j'avais l'impression de ressembler à mon père ? Je ferme les yeux tout en secouant la tête, je ne dois pas penser à cela. « Non … Enfin je veux dire, je pense qu'on n'est pas responsable, mon père est une saloperie, mais tu sais … Quand j'ai cassé le nez du chef de la bande, j'avais l'impression de ressembler à mon père, je pouvais ressentir un 'plaisir' de rendre les coups, je sais que ce n'est pas ce qu'il faut faire … Mais quand le vase est plein, il déborde et c'est ce que j'ai ressenti quand je l'ai fracasser. » Je ne dis pas que je suis fier … Mais un peu quand même, parce que je pensais qu'en le ridiculisant, il allait arrêter, mais je crois que ça a fait pire que mieux. Je sens sa main sur mon épaule et je me mets à sourire. « Oh oui … ça lui va très bien. » Ensuite, je la rassure en lui disant que nez-cassé n'était pas du genre à frapper une fille, ouais enfin je l'espère, parce qu'après ce qu'elle a fait pour moi, je vais veiller sur la jeune femme.

Une fois bien installer, je hoche la tête pour lui dire que j'étais d'accord pour parler d'autre chose, après tout … Il valait mieux ça ne servait à rien de passer du temps de parler de ce sujet et puis ça me fait du bien de parler d'autres choses. Ensuite, je lui dis que la bataille contre les injustices c'est une guerre de tous les jours jusqu'à notre mort … Oui, parce qu'il y en a tellement des injustice que c'est pas si facile de devoir tous les combattre, mais comme on dit, il suffit d'une personne pour faire venir une autre et une autre … On final on devient nombreux. « C'est vrai, nous ne pouvons pas laisser faire les injustices … Mais parfois il y a des guerres qu'on doit remettre à plus tard, parce qu'on ne peut pas tout comprendre même si on est déjà à l'adolescence. » Oui, je considère qu'on peut comprendre certaines choses, mais pas toutes. Je reprends alors petit à petit mon souffle et je dois bien avouer que ça faisait du bien. Je me mets à boire une gorgée de sa bouteille, puis une fois terminé, je lui tend une nouvelle fois. Je me mets à réfléchir. « J'ai perdu ma mère peu de temps après ma naissance, mon père est en prison depuis 7 ans, j'ai été en orphelinat, puis placé, battu par le père de ma famille d'accueil, puis à l'hôpital et au final j'ai été placé chez Elizabeth … elle devient un peu ma tutrice, si on veut … Et vous ? » Oui, je préfère ne pas insister trop sur mon histoire, je n'aime pas ça, me rappeler que je n'ai pas connu ma mère, que c'est mon père qui l'a tuer … Ce n'est pas facile.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 02/04/2017 à Miami. J'ai posté : 107

MessageSujet: Re: Don't touch.. my friend (@THEO)   Mer 19 Juil - 18:41



Don't touch my friend
I cannot even imagine where I would be today were it not for that handful of friends who have given me a heart full of joy. Let's face it, friends make life a lot more fun.

Je ne savais pas ce que c’était de vivre la vie qu’il avait eux le pauvre. Je ne le connaissais pas mais d’après ce qu’il laissait entendre. Moi j’ai toujours eux mes deux parents à mes côtés, couverte d’amour et de tendresse. Enfin sauf durant une période de notre vie, mes parents ne s’aimaient plus, mon papa avait trompée ma maman il y a 5 ans. Une mauvaise période comme me l’a expliquée mon papa mais bon je ne sais pas trop comment maman à pu vraiment lui pardonner. J’ai compris qu’ils étaient toujours ensemble à cause de moi et ma maladie qui s’est réellement déclenchée à cette époque, j’avais besoin d’eux mais je ne savais pas que avoir besoin d’eux entrainait le fait qu’ils étaient toujours ensemble peut être pas défaut.. ils ne s’aimaient peut être plus du tout et faisaient peut être semblant juste pour rester à mes côtés et quand je partirais, ils se sépareront. Je l’ai compris que récemment et disons que maintenant ça me travaille quand même, cependant je ne leur en parle pas. Cependant je sais que mes deux parents m’aiment et feraient tout pour moi. Chose qui devait être complètement différent pour le jeune garçon. Je n’ai pas hésiter à le défendre quitte à me faire frapper moi aussi, je m’en fichais, tant qu’ils arrêtaient de s’en prendre à lui c’était tout ce que je voulais il faut dire. Mais c’est vrai que pour une fille, c’est rare de venir en aide à un garçon. Les filles sont principalement assez peureuse, enfin surtout pour les adolescentes qui pensent qu’à leur physique et leur apparence, vous imaginez si elles se cassaient un ongle ? Non mais ça serait la fin du monde. Puis la majorité des filles ça ne sait pas de défendre toute seules, déjà que pour se battre elles se tirent les cheveux au lieu de coller à coup de poings dans la poire de la personne concerner. Heureusement je ne suis pas comme toutes ses filles, frapper les gens ça ne me dérange pas du tout mais là je savais très bien que j’en aurais pas spécialement besoin. Une simple discussion allait être suffisant, essayer de l’humilier par la parole est dès fois plus puissant que de vulgaire geste. Je m’étais donc intercalé entre nez cassé et le jeune homme à terre. Je m’inquiétais pour lui c’est vrai mais en même temps c’est normal il venait de se prendre un sacré coup et je voulais m’assuré qu’il aille bien et que ça ne recommence pas. Je souris en le regardant « Ahah oui un truc de fille tu as raison. Tu sais, même si je ne suis pas obligée je m’inquiète quand même, c’est dans ma nature je suis comme ça. Mais en tout cas si tu vas bien c’est le principal. Et ne me ment pas parce que je suis une fille hein, je ne suis pas spécialement plus faible que toi parce que je suis du sexe opposé, je sais que la plupart des garçons font ça pour leur égaux et tout mais bon, ne me ment pas ». Entre les mensonges et les injustices c’est vrai que mes parents m’ont assez fait de discours la dessus et tout, j’ai appris qu’il fallait que je me batte comme mon papa.

Je l’aida doucement à se relever ne m’attendant pas à ce que le nez cassé derrière moi s’apprête à lui en mettre une, mais comme je suis sur sa trajectoire j’allais me la prendre à place. Mais le jeune homme m’a protégée à son tour, je lui souris en le remerciant mais je fus surpris de sa réponse et fit une petite mine choquée avec un petit sourire « Pardon, j’espère que j’ai mal entendu. Tu sais les filles n’ont pas toutes besoin d’être protégée, enfin si les peureux et les fillettes oui, car à elles faut pas les touchers sinon ça crie et ça appelle papa et maman. Mais non c’est pas le rôle premier des hommes. En tout cas, c’est pas ton rôle à toi en tout cas » Je ne lui pas que c’était un macho, il a peut être pas voulu dire ça comme ça. Puis j’étais assez ouverte, je ne prenais pas mal de telle parole. Les hommes que je connais, mon papa, mon tonton, disent la même chose. Je souris doucement pour lui montrer que je ne lui en voulais pas du tout. Je ne sais pas pourquoi personne n’est intervenu, j’ai l’impression d’être la seule qui ai remarquée qu’il se passait quelque chose, enfin.. sauf les personnes qui soutiennent nez cassé bien sur. C’est dingue de voir à quels points les gens adorent regarder leur camarades se taper dessus mais n’ont pas le courage de faire de même. Des moutons, des poules mouillés en fait. Ce que je ne comprenais pas c’est qu’on laissait un imbécile et une brute s’en tirer comme ça sans rien faire. J’aurais bien été prévenir directement le directeur mais bon je pense que même lui n’interviendrais pas. Je ne connaissais pas trop l’histoire mais une chose est sure, je suis témoin que le jeune homme était la victime dans la situation présente et non pas un chercheur d’embrouille comme tout le monde à l’air de le croire d’après les échos que j’ai pu entendre pendant la bagarre tout à l’heure. Les gens sont aveugles ou alors on peur pour leur peau si ils ne soutiennent pas monsieur nez cassé. En tout cas moi je ne suis pas comme eux et je pris tout de suite soin du jeune garçon en m’assurant qu’il allait bien. C’est là qu’il m’expliqua qu’il traînait un passé compliqué, je ne savais pas tout ça, le pauvre ça n’avait pas du être facile tout les jours. Bien sur il ne me dit que les grandes lignes mais ce fut suffisant pour moi pour comprendre ce qu’il ressent au fond de lui. J’avais envie de le prendre dans mes bras mais je préférais déposer ma main sur son épaule en le laissant terminer pour ne pas lui couper la parole. « Tu sais, tu ne ressemble pas à ton papa, enfin je ne le connais pas mais je peux t’assurer que tu n’es pas comme lui. Toi tu ressens du « plaisir » parce qu’il n’arrêtait pas de te faire souffrir en te couvrant de coup et tu t’es venger. C’est cette vengeance qui t’a fait ressentir cette sensation de satisfaction, mais c’est à cause de nez cassé et non pas à cause de toi. Tu n’es pas responsable, tu as raison, et si il faut je serais là pour te rappeler » J’étais rassurée qu’il aille bien et toujours en gardant ma main sur son épaule je lui proposa qu’on change de sujet et qu’on aille s’installer dans un coin ou on pourra être tranquille.

Je déposa ma veste par terre et lui tendis ma bouteille d’eau pour qu’il puisse récupérer de ce qui venait de lui arriver. Je souris en m’installant près de lui et de ma meilleure amie. Je souris et passa une main dans mes cheveux quand on parla de la lutte contre les injustices, en étant fille de flic c’est vrai que j’ai été élevée de cette façon. Lutter contre les injustices était un grand principe à la maison il faut dire. Mais Théo n’avait pas tord à propos du fait qu’on est trop jeune pour certains combats. On est même pas majeurs et même si on est mature, on a pas l’âge pour être au courant de certaines choses de la vie que seules les adultes connaissent. Mais bon après c’est beau de rêver, rêver d’un monde dans la paix et l’harmonie ou la guerre et toute les injustices seraient éradiquer. Ca serait tellement beau mais totalement irréalisable aussi il ne faut pas se le cacher. « Tu as raison, malheureusement on ne peut pas tout régler d’un coup de baguette magique et même quand on sera adulte je pense qu’on pourra rien faire, même si on se donne corps et âme dans la bataille. Mais bon il ne faut pas lâcher comme on dit, et pour le peut de temps qu’il me reste, je ne lâcherais rien pour ma part, ça c’est sur. » Je lui souris, avant de sortir un paquet de gâteau de mon sac, ma maman m’en met toujours un avant que je parte. Malgré que je sois assez grande pour me débrouiller toute seule, elle adore être au petit soin pour moi. Je souris et partagea mon paquet de gâteau, oui j’adore partagée j’ai toujours été comme ça. Je souris en récupérant la bouteille d’eau soulagée de voir qu’il récupère et se sent mieux. Il fallait que je trouve un sujet de conversation, on allait pas rester là à se regarder sans rien dire non plus. C’est là que j’ai poser la question de sa famille, de son passé, je voulais apprendre à le connaitre un peu plus, même si il avait déjà commencer à parler de lui tout à l’heure, je voulais savoir pour comprendre surtout. Je ne voulais pas non plus le forcer, il n’avait pas besoin de tout me dire non plus, le minimum me suffit il faut dire. Je l’écouta attentivement, ne lui coupant pas la parole et le laissant avancer à son rythme. Le pauvre, perdre sa maman, un papa en prison et vivre un clavaire dans sa famille d’accueil… c’est pas une vie tout ça. Je le regarda sans trop savoir quoi lui dire au départ, j’étais un peu.. sous le choc on va dire, je ne pensais pas qu’il avait eux un passé si dur que ça. « Je suis sincèrement désolé Théo, je ne savais pas du tout. Toute mes condoléances pour ta maman même si ça fait maintenant quelques années mais bon, vaut mieux tard que jamais comme on dit. Au moins tu es chez quelqu’un qui ne te veux pas de mal c’est le principal, tu vas pouvoir te reconstruire petit à petit et puis on est là pour t’aider nous aussi. Tu peux venir nous parler dès que tu en ressens le besoin, moi je serais toujours là, jour et nuit. Moi.. disons que c’est difficile à expliquée. Je vis dans une famille aimante, c’est pas ça le problème, c’est juste que… depuis toute petite j’ai une malformation cardiaque qui s’est réellement manifesté il y a 5 ans.. j’ai appris à vivre avec, je prend des médicaments tous les jours mais bon je sais que mon état de santé n’est pas au top et que mes jours commencent à être compté, que je partirais bien avant vous, bien avant mes parents.. Ca ira bien mieux si je trouvais un donneur mais bon un donneur pour une greffe de coeur ça ne court pas tous les coins de rue » Il avait été honnête avec moi, je suis honnête avec lui. J’allais pas lui dire que tout allait bien alors que lui m’avait confier son passé difficile. C’est comme ça que commence une amitié solide, en étant honnête l’un envers l’autre. J’ai préférée lui dire que je risquais de mourir bien plus tôt qu’il ne le croyait. On sait jamais si on reste bon ami, je ne voulais pas qu’il souffre de mon départ précipiter quoi. Je préférais le prévenir tout de suite.
CODE BY MAY


PS : vraiment désolé je n'ai pas d'excuse, je suis impardonnable de toute façon.. ça va pas dans ma famille et disons que j'avais pas trop le moral mais bon, j'aurais pas du mettre autant de temps je suis désolé
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Don't touch.. my friend (@THEO)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Don't touch.. my friend (@THEO)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Goodbye my old friend...
» Theo Walcott [Arsenal]
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]
» Hey my friend [PV]
» 01. My friend, mes amis ♪ [Fe Brittany]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Endless Summer Life :: Miami dans sa splendeur :: Coconut Grove :: Coral Gable High school-
Sauter vers: