Partagez | 
 

 Le chat et la souris - John

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
John Malone
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 598 Pointage : 975

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Mar 18 Déc - 0:09



  On parla un peu, grignotant aussi un peu pour finalement s'endormir...enfin...ça c'est pas quand un ou lautre réveillait l'autre pour un petit round d'amour. Le lendemain matin ce fut un élancement dans l'épaule qui me fit ouvrir les yeux. Je me levai, mis un boxer et allai chercher mes cachets que j'avalai rapidement. Je pris le chandail et l'apporta avec moi. Je laissai tomber le chandail au pied du lit et allai la réveiller doucement en la becotant doucement et l'appelant doucement.

 - Allez paresseuse.... si tu te lèves et que tu me suis je te promet le meilleur café fais par le meilleur amant...

 Je glissai sur son cou doucement et remontai à son oreille 

 - Après j'ai tout plein de projets...

 Je me reculai et lui donnai le chandail avant de filer à la cuisine. Je mis la cafetière en marche et entreprit de fouiller le frigo pour trouver un truc bien à faire... et mis à part des oeufs et des rôties... ouais il faut que je fasse les courses. Bon alors faute de mieux. Je sortis donc les oeufs et lui donnai une tasse de café une fois qu'il fut  prêt. Je me penchai vers elle et l'embrassai avec envie loin dans notre petit monde juste tout les deux.

M - Ah bien visiblement tu vas bien...

B- Mary je te l'avais dit....

 Je me relevai rapidement me frappant la tête au luminaire. Putin mais... elle foutait quoi ici! J'étais encore en boxer... Je filai à ma chambre sans rien dire, me frottant la tête et revint à la cuisine vêtu au moins d'un pantalon de pyjama.

 - Putin de merde tu peux me dire ce que tu fous ici Mary? Et..  comment tu as entré?

 M- Un Bonjour.  Deux je suis venu voir si tu allais bien comme je n'avais pas de tes nouvelles et trois tu m'as prêter ta clé pour que je vienne te chercher des vêtements.

 Je fermai les yeux une seconde et poussai un soupir. Je leur fis signe de s'asseoir ne remarquant pas trop le regard de Ben alors que je sortais les tasses.

M- Oh puis comme il y avait cette... souris qui te trottait en tête... 

- Tu voulais voir qui c'était. 

 Je fini par poser les tasses devant eux et m'assied aux côtés de Becky. Bon bien remis à plus tard les projets visiblement. Je posai une main sur la cuisse de la jeune femme et tournai un regard vers elle.

 - C'est Mary une collègue et... Becky ça va?
Revenir en haut Aller en bas
Becky Reeves
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/02/2018 à Miami. J'ai posté : 400 Pointage : 945

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Mar 18 Déc - 1:12



Ont discuta un moment, finissant par grignoter avant de dormir... Enfin par moment. Le lendemain matin, il vint me réveiller doucement en me bécotant. Merde, mais il était quelle heure? Moi qui en temps normal me réveillait au aurore... Je fini par lui sourire.

- Un duo gagnant pour un bon début de journée.

Je fis un petit sourire à son idée de projets, avant de m'étirer et de me lever lentement. J'enfilai le chandail et allai finalement le rejoindre à la cuisine. Lorsque le café fut prêt, il m'en donna une tasse avant de m'embrasser avec cette envie qui nous caractérisait depuis la veille. Était on vraiment obligé de manger maintenant? Ce fut finalement des voix qui fit éclater notre bulle dans laquelle nous étions si bien. John ce redressa rapidement, ce frappant la tête sur le luminaire avant de filer à la chambre en se frottant la tête. De mon côté, je m'étais raidis, prête au combat, mes instinct en alerte, cependant je vis... Ho merde. Mon regard étais passé de la femme à l'homme que je connaissais. Mon regard dans le sien nous étions figés tous les deux. Il foutait quoi ici? Là c'était plus que clair, j'étais morte. Il allait dire aux autres que je m'étais amouracher d'un flic et on me prendrait pour une informatrice et ont me butterait. Je n'eux même pas conscience du retour de John, n'y même de ce qui ce dit jusqu'à ce qu'il me parle. Mon regard dévia sur la femme et ma panique atteint un sommet inégalé. Sa collègue? Je me sentis soudainement étouffée. Mon instinct premier me hurlait de liquider tout le monde et de fuir, mais hors de question que je ne fasse du mal à John. Je pensai ensuite à me lever et sortir en quatrième vitesse, ma camionnette n'était pas loin donc je partirais rapidement, mais mes clés étaient dans la poche de ma veste, dans la salle de bain ou il m'était impossible de sortir par la fenêtre. Je vis Ben lentement ce lever, attirant mon attention qui était maintenant braquer sur la femme.

B. - Byck, ne fait pas sa.

Mon regard sur lui, je me levai lentement à mon tour et me reculai dos au mur près de la porte. Il connaissait ce monde et avait du voir ce regard de nombreuse fois. Lentement Ben se placa entre la femme et moi.

B. - Elle est avec moi Byck, je sais ce que tu pense et crois moi elle ne parlera pas et moi non plus.

- Pourquoi je te croirais?

B. - Un par ce que John nous fais confiance et deux par ce que parler nous mettrait aussi en danger. Je suis chez un flic, avec une flic je te rappelle, je serais con d'aller te balancer. Et Marie est avec moi, elle se mettrait autant dans la merde que John en te balançant.

Mon regard paniqué allait des un aux autres, tendis que mon cerveau allait à plein régime.

B. - Byck je t'en supplie ne fait pas ça...

Soudainement je réalisai que Ben croyais que j'allais liquider tout le monde. L,air sortie d'un coup de mes poumons, tendis que mon regard resta planter dans le sien.

- Si vraiment tu es avec elle, tu sais qu'il m'est impossible de faire du mal à John! Je...

Je vis le regard de Ben s'adoucir tendis qu'il se rasseyait en soupirant. Lentement, mes sens restant en alerte, je retournai m'asseoir à côté de John.

B. - Si j'avais su que c'était toi, j'aurais prévenue avant notre arrivé... Mais tu vas devoir te préparer Becky, des trucs comme ça arrive assez fréquemment...

Il jeta un regard à Marie, un petit sourire aux lèvres.

B. - Mais sa en vaut la peine.

Je les regardai un moment avant de tourner mon regard vers John. Je demeurais tout de même stressée, mais oui il en valait la peine...
Revenir en haut Aller en bas
John Malone
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 598 Pointage : 975

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Mar 18 Déc - 2:14

Nous avions passé une bonne nuit... enfin pour ce que nous en avions dormi. Finalement un peu tard dans la matinée je fini par aller la réveiller doucement lui promettant tout pleins de projets pour la suite. Je m'assurai donc qu'elle soit bien réveillée avant d'aller à la cuisine et préparer du café et tenter de trouver un truc à manger. Une fois son café donné un un baiser plein dévié donné ce fut la voix de Mary qui me fit me relever trop rapidement et pour que je réalise que j'étais en boxer... devant ma collègue. Pas que j'étais pudique mais... bon c'était ma collègue quoi. Donc une fois revenu je lui demandai ce qu'elle foutait chez-moi avant de leur donner in café et d'aller à mon tour m'asseoir en posant ma main sur la cuisse de Becky et tenter de présenter tout ce beau monde. Mais à voir son regard je m'inquiétais. Elle se leva son regard dans celui de Ben. Lentement je me levai mais Mary me fit signe de m'asseoir. Elle était où ma toute belle souriante et des étoiles dans les yeux? Là elle semblait plus de la bête traquée et j'aimais pas ça.  Tout le temps que ça dura j'étais tendu comme un arc mais finalement elle revint s'asseoir à mes côtés sous mon regard inquiet. Mary et Ben échangèrent un regard tout tendre jusqu'à ce que je sente le regard de Becky sur moi. Lentement je tournai la tête vers elle et fouillai son regard. Oui elle en valait la peine mais merde.... qu'elle débarque plus ici comme ça! 

M- Je suis désolé...Becky c'est ça?  J'étais inquiète pour John et...

B-Tu étais surtout curieuse pourquoi il avait arrêter dans ce garage.

 Je posai mon regard sur ma collègue qui abdiqua en poussant un soupir.

M- Ok ok... j'avoue je suis une fouine. Oui ça m'intriguait. MAIS! Je vais me faire pardonner... j'ai apporté ceci!

 Elle posa une boite de muffin, croissant et autre truc a manger au centre de la table.

 - Avoir su je t'aurais jamais demandé conseil. 

 Je me tournai vers Becky qui était tendue encore. Je me penchai vers elle pour capter son regard. Une fois que je les je lui fis un sourire rassurant. 

 - Becky, Mary est la seule dans ce poste pour que je fais pleinement confiance. Elle ne dira rien pour toi. D'accord? Jamais je ne lui aurais parler de toi si je je lui faisais pas pleinement confiance. Tu ne risque absolument rien.

 Je pris sa main doucement et la portai à mes lèvres doucement mon regard brillant dans le sien. Je fini par lui sourire doucement.

 M- En plus tu es hyper craquant en boxer 

Je tournai un regard lourd vers elle alors qu'elle me faisait se sourire de gamine espiègle en croisant les bras et que Ben fermai les yeux d'exaspération.

 M- Quoi? Je t'ai vu dans bien des situation... mais yen a une que je n'irais pas voir. Je laisse le soin de ça a mademoiselle ici. Alors? Il t'a dis quoi finalement à ton garage? 

 En choeur moi et Ben on lui cria un " MARY!" Alors que ses grands yeux bleus se plantèrent dans les nôtres.

 M- Quoi? C'est bien moi qui l'ai conseillé non? Alors Becky? Il t'a dis quoi? Visiblement... il est totalement sous ton charme.

 Je pigeais dans la boite et me prit un croissant préférant me remplir la bouche au lieu de dire une connerie.
Revenir en haut Aller en bas
Becky Reeves
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/02/2018 à Miami. J'ai posté : 400 Pointage : 945

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Mar 18 Déc - 11:36

Je me sentais complètement prise au piège. Nos deux univer ce fracassait et pas qu'un peu. Mon regard dans celui de Ben, celui-ci tenta de me calmer, me certaifiant que ni lui ni elle ne pourrait me balancer. J'avais examiné toute les options qui s'offraient à moi, mais aucune ne marchait vraiment. Avoir été habillé j'aurais tout simplement fuis, mais je n'étais vêtue que du t-shirt de John. Lorsque je réalisai ce que Ben croyait que j'allais faire, c'est à dire liquider tout le monde, j'eux l'impression de recevoir une giffle en plein visage. D'une voix basse, presqu'un chuchottement, je lui fis savoir que jamais je ne ferais de mal à John. C'était désormais impossible, je m'étais donnée corps et âme à lui, je lui avait donné mon coeur, comment pourrais-je lui faire le moindre mal maintenant? Cela sembla rassurer le soigneur qui s'assis en soupirant. Lentement je fini par retourner m'asseoir moi aussi. Lorsque Ben dit que ça vallait la peine, je tournai mon regard vers John. J'étais toujours sur mes garde, toujours aussi nerveuse, mais j'étais d'accrord au moins la dessus, ça valait la peine. Marie fini par me parler, ma faisant légèrement sursauter. J'hochai simplement la tête lorsqu'elle me demanda pour mon nom et écoutai ce qui ce dit ensuite. Mon regard ce tourna vers John lorsqu'il dit avoir demander les conseils de Marie. c'était donc elle qui avait dit que je reviendrais... John fini par venir capter mon regard avant de me faire un sourire un de me parler doucement et de prendre ma main pour la porter à ses lèvres. Son regard brillant et son sourire fini par me détendre un peu, me faisant sourire légèrement. Je me raidis cependant en entendant la question que Mary me posa. Pourquoi voulait-elle savoir ça, ça ne la regardait pas? Mon regard ce tournant dans le sien, je vis du coin de l'oeil Joh piger dans la boîte et prendre un croissant, chose que Ben fini par faire aussi en soupirant. Ils me laissaient vraiment me débrouiller seule avec ça?

- Heu... Qu'il avait réfléchit et que ça lui allait.

Je voulais fuire, disparaitre... Je n'étais vraiment pas à l'aise. Ben semblait m'observer du coin de l'oeil et fini par sourire.

B. - Tu vas finir par t'habituer. Les premier temps ont ne sait pas trop comment réagir, mais... Ça fini par ce placer, je te le promet.

Parlait-il de la curiosité de sa copine ou de la situation? Peut être des deux finalement...

B. - Au fait, ton épaule c'est bien replacé?

Je hochai doucement la tête, les souvenirs de la dernière fois ou j'avais vue le soigneur me revenant en mémoire.

- J'ai eux une raideur pendant un temps, mais ça ses replacé.

Il me fit un petit sourire avant de prendre une bouché de croissant. J'avais encore le regard qui allait un peu partout comme une souris prise dans un piège, mais mon corps lui semblait ce détendre.
Revenir en haut Aller en bas
John Malone
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 598 Pointage : 975

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Mar 18 Déc - 12:29

Je n'aimais pas voir Becky ans alors que je l'avais vu... bien autrement en fait. Et je parle pas que de notre folle nuit. Même au poste elle avait l'air plus combative, féroce... là... ben elle avait clairement l'air d'une souris devant un chat. J'allais me lever mais mon amie m'arrêta alors que Ben avait visiblement les choses en mains. Quand elle revint s'asseoir je fini par échanger un regard avec elle lui faisant un petit sourire. Mais je voyais bien qu'elle était tendue comme pas possible alors je tentais au mieux de la rassurer, qu'elle me sourit un peu. Bon c'était pas à l'extrême mais déjà mieux. Mais c'était sans compter que Mary revint à la charge en lui demandant ce que je lui avais dit. Elle était une super inspecteur mais curieuse comme pas une. Quand Becky répondit je jetai un regard lourd à mon amie l'empêcher d'en rajouter. Heureusement Ben pris les devant. Cependant quand il lui parla de son épaule mon regard alla de un à l'autre alors que ma bouchée se figea dans ma bouche et que la tasse de Mary se leva me jetant un regard voulant dire " Je te l'avais dit"

- Attends vous vous connaissez? 

M-Je te l'avais dit que Ben bossait des fois des deux côtés. 

 Je relevai le regard vers l'homme qui me fit un sourire en coin et s'appuya sur le dossier de la chaise.

B - Ça remonte à loin. J'étais encore l'informateur de Mary

 - Euh... ah... Je... 
 
 Je jetai un coup d'oeil à Becky un peu perdu. C'était la rencontré de deux monde qui prenait un café tranquille. C'est moi ou je trouvais ça irréel. 

M- Comme Ben a dis on s'habitue. Tu vas voir ti-loup on apprend vite. N'est-ce pas mon poussin?

 B- Sérieux? Devant lui? Et elle? Je viens de perdre toute crédibilité la...

 Je fis un petit rire en mettant un morceau de croissant dans ma bouche. 

 - C'est clair que tu as l'air inoffensif.

M- Puis toi tombeur de ses dames? Comment ça va? 

- Oh... ça va. Sensible un peu ce matin mais sinon....

M- Hum... j'imagine que Becky à bien pris soin de toi...

 Je vis Ben fermer les yeux en secouant lentement la tête.

 -  Euh... elle... ouais...

M-Je veux dire dans le sens de te reposer, reprendre  du mieux. 

 Je tournai une regard vers Becky et fit un sourire à la rouquine et pris sa main en la serrant doucement dans la mienne.

- Disons que j'ai une très bonne infirmière. N'est-ce pas Becky?

 Oui bon la nuit dernière était très loin d'être tranquille et reposante au sens théorique du terme. Mais on avait super bien dormi.
Revenir en haut Aller en bas
Becky Reeves
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/02/2018 à Miami. J'ai posté : 400 Pointage : 945

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Mar 18 Déc - 13:40

J'étais mal, je voulais disparaitre plutôt que de parler de ce qui c'était dit entre John et moi ou encore de mes sentiments que je ne comprenais pas trop. J'étais encore un peu perdue dans tout ça. Je savais que je voulais être avec lui, mais pour le reste, j'étais complètement perdue dans tout ce que je ressentais. Ben sembla le comprendre et me questionna plutôt sur mon épaule, voulant changer de sujet. Lorsque John parla je le regardai et hochai simplement la tête. Ce que dit Ben cependant me fit me figer.

- Quoi? Tu étais...

Ben tourna le regard vers moi et son sourire disparut en voyant la panique revenir dans le mien. Il leva les deux mains dans les airs en me regardant.

B. - Je n'ai jamais parlé de toi. Je ne donnais des infos que sur le club. Je voulais me tirer de là.

- J'étais leur... C'est moi qui faisait leur sale boulot...

B. - Peut être mais tu as fini par voir leur jeu et t tirer toi aussi.

- Tu te rend compte que j'aurais pus avoir a m'occuper de toi?

B. - Et tu l'aurais fait? Allons Byck, tu aurais fait comme tu as fais pour plusieurs qui ne méritaient pas sa. Des papiers de l'argent et fou le camps.

Je baissai le regard un moment, réfléchissant.

- Probablement...

B. - Ses pour sa que je n'ai pas parlé de toi, tu n'étais pas pourris comme eux. Tu savais que ses Mia qui a prit ta place.

Je me raidis avant de pousser un soupir.

- Mon téléphone ne devrait pas tarder à sonner alors...

Ben ne me connaissait pas assez pour savoir que Mia était ma soeur, donc celle qui avait tiré sur John. C'était quoi cette mâtinée? Un café et des grignotines partagé entre les gentils et les méchants... Mary fini par prendre la parole et je regardai John en entendant le surnom qu'elle lui donnait. Un loup? Oui, petit? Non... Je fini cependant par lâcher un petit rire en entendant le surnom de Ben et en l'entendant ce défendre. Une souris, un poussin, un... Loup et elle? La suite de ce qui ce dit me fit rougir légèrement et baisser le regard avant que je ne relève le regard en entendant John pour échanger avec lui un sourire, ma main dans la sienne.

- Je fais mon possible...

Après un petit sourire en coin, je fini par prendre un croissant à mon tour. Je commençais à me détendre, quoi que j'avais déjà été plus présentable. Couverte d'un simple t-shirt et les cheveux en bataille, ça en disait long sur notre nuit. Après un moment à discuter, je regadai Ben.

- Tu bosse encore comme soigneur parfois?

Il me fit un petit sourire avant de hocher la tête.

- Et tu n'es plus avec le club?

B. - Non. Pourquoi?

- Jessie est parfois trop loin pour venir me soigner. C'est toujours bon de connaitre un deuxième soigneur dispo.

Il me fit un petit sourire en coin. Ma soigneuse voyageait beaucoup donc elle n'était pas toujours disponible pour venir me soigner en cas de besoin. Je baissai le regard un moment en me mordant la lèvre.

- Ben, je voulais te dire, pour tout à l'heure... Je ne serais pas passé à l'attaque. Je...

B. - Byck, tu as paniquée ses normal. Merde, deux flic et moi qui d'un seul mot peu te faire buter dans la même pièce, il y avait de quoi paniquer.

- Tu as vraiment cru que j'allais buter tout le monde?

B. - J'ai préféré prendre mes précautions.

Je lui fis un minuscule sourire en coin.

- Et en bon petit poussin tu as vraiment pensé pouvoir protéger Mary?

Ben me regarda un long moment, semblant surpris de m'entendre dire une connerie.

B. - Va te faire voir!

Je rigolai doucement avant de prendre une gorgée de café.
Revenir en haut Aller en bas
John Malone
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 598 Pointage : 975

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Mar 18 Déc - 15:02

Bon ok je devais me rendre à l'évidence on pouvait vivre ensemble sans problème. Suffisait d'éviter d'être à la même place au même moment. Mais la surprise que j'ai eu en apprenant que les deux se connaissaient ne fut en rien celle de Becky qui appris que le soigneur était informateur. Je ne dis rien écoutant leur échange. Je remontai un regard vers Mary qui se passa une langue sur les lèvres en baissant la tête dans son café. Je fronçai les sourcils mais reportai mon attention sur la conversation. Je haussai les sourcils en entendant ça. Donc c'était une justicière de l'ombre. Je fis donc un sourire tendre en entendant ça. C'était donc de ça qu'elle voulait parler, elle était une gentille dans un monde de méchant. On était pas si différent finalement. Mary était Étrangement silencieuse mais je savais bien que si elle voulait parler elle le ferait.

M- Jamais je n'ai entendu parler de toi si ce qui t'inquiète. Jusqu'à ce que John s'occupe du dossier " petite souris". Il m'avait parlé des risques et je lui avait même offert de le cacher et même partir avec lui s'il le fallait. 

 Je la regardai longuement alors qu'elle tripotai son anse de tasse. Son regard bleu tomba dans le mien alors que je fouillai son regard.

M- On ferait beaucoup de choses par amour. Des choses que parfois on ne comprend pas trop mais qui pour nous on un sens. On est prêt à prendre tout les risques pour être ensemble. 

 Je la regardai un moment me demandant si elle savait pour ce que j'avais demandé à Becky. Mais elle coupa le contact visuel avec moi pour se tourner vers Ben et lui faire un sourire tendre et complice. Elle était pas fouine bordel... elle était télépathe carrément.  Mais finalement Mary vint couper court à tout ceci en faisant une petite pique humoristique en entendant le nom qu'elle donnait à Ben. Alors là! Je ne verrais plus cet homme de la même manière. Puis elle ajouta que Becky avait dû prendre soin de moi. Pendant un moment je la regardai perdu dans son regard oubliant que nous avions des invités. Donc on discuta de tout de rien. Je laissai Ben et Becky discuter ensemble en les écoutant attentivement. Je rigolai en l'entendant dire que en poussin il pouvait protéger Mary. Ah ouais... Je vous ça d'ici moi. 

M- Qu'est-ce qui te fais rigoler toi?

- Parce que c'est clair que... 

M- Non! John je t'interdit!

- Une petite fleur du désert à besoin de la protection féroce de son poussin. 

M- Je t'emmerde sale connard!

 Elle me jeta un bout de muffin en rigolant. Et voilà!  Bien fait pour toi! Alors nous discutions encore un moment mais je voyais bien que Mary avait quelque chose à me dire. Je m'excusai auprès de Ben et Becky, non sans lui avoir donné un baiser. J'allais au dans mon bureau et fermai la porte. La belle blonde s'assied sur le coin de mon bureau et planta son regard bleu dans le mien.

 - Alors tu vas me dire la vraie raison de cette visite soudaine? Tu voulais me surprendre au lit?

Un petit rire et elle secoua la tête. 

M- Non Ben l'a dit je voulais voir qui étais cette mystérieuse petite souris. Et j'avoue qu'elle est très très belle. Puis si je ne me trompe pas elle semble éperdue de toi.

- Je... euh... c'est difficile à expliquer en fait....

M- Un feu brûlant entre vous qui vous attire? Tu sais que un feu si intense est... enivrant et plaisant. A un point qu'on en perd le contrôle,  ses repères mais dieu que c'est plaisant!

- Euh... ouais... euh...tu voulais me voir pourquoi?

M- Ah oui! En fait il font enquête savoir qui t'a tiré dessus. Et ils ont peut-être...

- Tu clos cette enquête. Tout de suite.

M- Ok.... mais... il vont se demander pourquoi....

Je fis un pas en avant et plantai mon regard dans celui de mon amie. Ils ne devaient pas remonter à Becky. Mary pourrait arrêter tout ça. 

 - Écoute tu sais bien que je ne te dirais pas tout. Mais tu dois clore ça. Tu es leur supérieure tu peux leur dire que c'est classée. Je t'en prie... ferme le dossier.

Mary me regarda longuement ouvrant la bouche de surprise. Jamais je n'avais été aussi implorant. 

M- Elle est impliquée c'est ça? 

- Mary... pose pas de questions D'accord?  Je te le demande au nom de notre amitié. 

M- Parfait. Je vais clore le dossier, ne t'inquiète pas. Il sera vite archivé. Tu lui appartient totalement toi. 

 - Je lui ai promis que rien ne lui arriverais. J'ai donné ma parole que je ne changerais pas d'idée. 

Elle me fit un sourire et on sortit du bureau. Une fois leur café avalé ils quittèrent non sans que je leur promette de prendre soin de moi, que Becky veille à se que je me repose. Finalement je refermai la porte et poussai un soupir. Je me retournai vers Becky et me rapprochai d'elle et l'enlaçai. 

- Desolé pour tout ça. Elle était curieuse de voir qui était dans ma tête.  Tu vas voir c'est une chouette femme. Ça va toi?
Revenir en haut Aller en bas
Becky Reeves
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/02/2018 à Miami. J'ai posté : 400 Pointage : 945

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Mar 18 Déc - 15:55

J'étais le mouton noir de ma famille, celle qui ne liquidait pas les gens bien, celle qui ne faisait pas son job que pour l'argent. Je ne savais pas comment Ben avait fait, mais il l'avait deviné. Le fait qu'il est été informateur cependant me mis mal à l'aise. Mary fini par parler me certifiant que jamais elle n'avait entendue parler de moi.Ce qu'elle ajouta alors me fit alors accélérer le coeur. Des choses qui n'ont aucun sens... Ont fini par changer de sujet, discutant tout bonnement comme si tout était normal. Comme si le fait de ce retrouver tous les quatres dans la même pièce sans qu'un combat n'éclate était normal. Puis je fini par sortir une connerie à Ben, le surprenant. J'avais une certaine réputation dans le milieu et m'entendre dire une telle connerie semblait l'avoir sur le cou surpris, mais il fini par m'envoyer promener. La connerie ce tourna ensuite entre Mary et John. À ben voilà pourquoi ont ne cherchait pas à ce tuer les uns les autres, avec de tel surnom on ne ferait pas grand domage... Après un moment à discuter, John s'excusa et après un baiser il sortie de la pièce avec Mary, nous laissant seul Ben et moi.

B. - Je sais que ce sera encore plus difficile pour toi que cela ne l'a été pour moi, mais tu trouveras ton équilibre avec lui.

- Je ne sais pas comment je vais faire Ben. Si ont me vois avec lui, je ne donne pas cher de ma peau.

B. - Tu trouveras. Après avoir goûté à ce feu interdit si grisant, tu ne peux plus reculer. Si tu tente de t'en éloigner, ça te consume et ses là que tu risque vraiment ta peau.

Je le regardai un moment, réfléchissant, Non je ne pourrais plus reculer, plus après ça.

B. - Tu lui as dit pour ton père?

- En partie. Le plus important.

B. - Mais tu ne lui as pas dit qui était le flic en question ses ça?

Je secouai la tête en soupirant.

B. - Ses comprenable, mais dit lui. Tu dois le faire par ce que si ce flic apprend qui tu es, il va tout faire pour que tu aille rejoindre ton père, et autant John que Mary ne pourrons rien faire...

- Je sais... Comment fais-tu pour gérer tout ça? Pour jouer comme ça sur deux tableau?

Ben me regarda un moment avant de me faire un sourire.

B. - On ne parle pas boulot, sauf si ont est obligé et surtout ont profite de chaque moment. Tu n'es pas une vrai méchante Becky, tu ne fais qu'aller rendre la justice ou eux ne le peuvent pas.

Il me fit un petit clin d'oeil en souriant. John et Mary revinrent et une fois leur café terminés, ils finirent par partir. Une fois la porte refermé, John s'approcha de moi et vint m'enlaçer. Je me laissai aller dans ses bras avec plaisir, lâchant un petit soupire.

- Elle en a l'air oui... Ça va oui, simplement un peu secoué par tout ça.

Ça en faisait beaucoup d'un coup. Sans compté que je ne savais foutrement pas quand n'y comment apprendre à John que son patron était le flic pourris qui avait trahis son informateur... Je fini par remonter mon regard dans le sien, un petit sourire en coin aux lèvres.

- Ti-loup hein? De ce que j'ai vue hier soir et cette nuit, je ne trouve pas que ce surnom convient...
Revenir en haut Aller en bas
John Malone
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 598 Pointage : 975

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Mar 18 Déc - 16:39

Dire que j'avais toujours été un flic droit, en contrôle luttant contre le mal et repoussant tout pot de vin et la je me retrouvais avec une tueuse à gage, une justicière des temps moderne. Celle qui pouvait aller la ou la loi m'empêchait d'aller. Je m'eclipsai avec Mary pour parler du dossier d'enquête sur moi. Je la priai donc de fermer le dossier. Je crois que si elle refusait je me serais jeter à genoux pour l'implorer. Seulement elle me donna sa parole et j'en fus reconnaissant. Je savais que je pourrais reprendre le boulot la semaine suivante et je devrais m'occuper d'archiver ou même faire disparaître le dossier sur Becky. Donc une fois revenu et un dernier café ils quittèrent alors que je refermai la porte en poussant un soupir et allant enlacer Becky. Enfin la paix... tranquille. Je lui certifiai que Mary était pas méchante juste un peu trop curieuse. Elle en avait eu beaucoup en même temps et je comprenais qu'elle soit un peu perdue. Je lui fis un petit sourire tendre. 

 - Qui a dit qu'on s'ennuyait dans mon monde? 

 Enfin...là c'est clair qu'on ne trouverais pas ça ennuyant. Que du piquant même. Je rigolai en l'entendant. Ouais... bien... hier soir c'était une perte de contrôle et un acte de possession totale. Je la tirai au canapé ou je m'assied.

 - Ça date de longtemps ce surnom débile. On a fait de la patrouille ensemble quand elle est arrivée. Je sais pas pourquoi mais ça lui est venue comme ça. Puis j'ai monté en grade et là on est tout les deux inspecteurs, on a nos bureaux voisin un de l'autre mais elle a encore ce surnom pourri. 

 Je secouai la tête en souriant. J'adorais cette femme, bien que nous ayons bossé ensemble nous avions jamais été ensemble ou même couché ensemble. Parce que oui ça existe l'amitié homme/femme. Je relevai le regard vers Becky et.. Dieu qu'elle était belle malgré ses cheveux en broussailles. 

 - Tu sais qu'il y a eu des rumeurs que moi et elle on étaient plus que des collègues? Bien on les as jamais démentis et en prime on en rajoutait. Jusqu'à ce qu'elle nous présente Ben. Ça me fait pensé... il était pas très bavard non plus. 

 Je me glissai vers elle et mon regard se posa sur sa jambe nue et je fis glisser le bout de mes doigts jusqu'à la limite du chandail et lentement je remontai le regard vers elle en me mordillant la lèvre. 

 - Mais pour le moment...

 J'allai à son oreille chuchoter doucement.

 - J'ai bien envie de capturer une petite souris...
Revenir en haut Aller en bas
Becky Reeves
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/02/2018 à Miami. J'ai posté : 400 Pointage : 945

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Mar 18 Déc - 17:21

Enfin seule avec lui. Ce n'avait pas été si terrible, mais tout de même, javais besoin de souffler un peu. Je fini par lui faire un sourire en coin en parlant du surnom donné par Mary qui ne lui allait pas du tout selon moi. Il me tira jusqu'au canapé ou ont s'assis avant qu'il ne m'explique d'ou cela venait. Il m'expliqua ensuite les rumeurs qui avaient circulé sur eux, finissant par parler de Ben. Je lui fis un petit sourire.

- Je me demande bien pourquoi...

Ce n'était pas très évident, ont ne savais pas trop ce que l'on pouvait dire ou pas. De plus la confiance dans notre milieu était difficile à gagner. John ce glissa vers moi, ses doigts glissant jusqu'à la limite du chandail me faisant frissonner. Une lueur s'alluma aussitôt dans mon regard et lorsqu'il vint chuchotter à mon oreille, un petit sourire apparut sur mes lèvres.

- Tu l'as capturé depuis un moment cette souris, ne te reste qu'à décider de ce que tu en fais...

Et ce fut repartie pour un autre round, qui fut suivie de quelques autres durant la journée. Le soir venue, je fini par retourner chez moi, complètement épuisée. À peine entré que mon téléphone sonnait. Elle me demanda si j'avais des nouvelles de Mia, me disant qu'elle n'en avait pas depuis trois semaines et qu'elle s'inquiétait. Cela, comme toujuors me fis un pincement au coeur, sachant que je n'avais pas parlé avec ma mère depuis plus de six mois. Retenant un soupire et fermant les yeux, je lui répondis que je ne l'avais pas vue. Elle mit rapidement fin à la conversation en me disant simplement de lui dire de l'appeler si je la voyais.Je filai donc sous la douche pour ensuite aller me laisser tomber dans mon lit ou je dormis jusqu'au levé du soleil le lendemain matin. Un entrainement, un café et un petit déjeuner plus tard, me voilà allant à mon garage. Ce fut le soir venue, lorsque Lucio fut partie et que je m'apprêtais à fermer que je reçu un visiteur indésirable. C'étais le chef du club accompagné de trois de ses gars.

- Tu me veux quoi Bull?

B. - Tu le sais très bien. Tu as buté ta conne de soeur, ton père est en taule et ta mère n'est plus capable de ce servir d'une arme, tu dois prendre la relève.

- Hors de question!

B. - Tu n'as pas compris Byck. Ta famille a toujours travaillé pour nous et tu es la dernière, tu n'as pas le choix.

- Tu sais très bien que je ne suis pas comme eux. Lorsque je suis partie c'était pour de bon et je t'avais prévenue de m'oublier.

B. - Tu vas devoir changer alors, car je le répète tu n'as pas le choix. Je te laisse de quoi y réfléchir comme il faut.

Sur quoi, ses trois gars me fonçèrent dessus. J'eux beau me défendre, trois colosse qui te rentre dedans ça fait des dommages. Bull fini par mettre un terme à tout ça en disant que j'en avais assez pour réfléchir comme il faut et les gars quittèrent le garages. Le souffle court, je me relevai péniblement, j'allai dans la salle de bain et nettoyai rapidement ma lèvres et mon sourcil fendues. J'avais aussi reçue un bon coup dans les côtes, je ne pensais pas en avoir de casser, mais je ne pourrais certainement pas retourner à moto ce soir. Je soupirai en réalisant que Lucio était partie avec la camionnette. Soupirant je regardai mon téléphone un moment, finissant par me mordre la lèvre. Je n'avais encore jamais demandé d'aide ou même quoi que ce soit finalement... Un élancement dans mes côtes suivie d'un étourdissement me fient prendre conscience que je n'avais pas vraiment le choix et que je devais faire vite si je ne voulais pas que Lucio me retrouve demain matin sur le sol. J'appelai donc John, lui demandant s'il pouvait venir me chercher au garage et me ramener chez moi. J'écrivis ensuite un mot à Lucio expliquant que je devais m'absenter quelques jours, mais que je restais joignable. J'allais devoir prendre quelques jours molo chez moi pour me soigner...
Revenir en haut Aller en bas
John Malone
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 598 Pointage : 975

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Mar 18 Déc - 18:35

Je ne pouvais pas comprendre exactement ce qu'elle ressentais.  Quoique moi aussi propulsé dans leur monde je serais assez silencieux. Mais bon je l'aiderais. Suffisait de se parler un minimum. Enfin pour le moment mes doigts glissèrent sur sa jambe et à sa phrase je me reculai et la regardai un sourire en coin.

 - J'ai des tas d'idées. 

 Une journée à ne succomber qu'à cette pulsion intense ou à parler un peu...ou dormir. Quand elle du partir j'eus du mal à la laisser aller lui faisant promettre de se revoir le soir suivant. Je fini donc par aller me coucher tard dans mon lit ou mes drap portait encore son odeur. Le lendemain matin je finissais mon café en lisant le journal quand mon téléphone sonna.

 - Salut maman... ouais ça va toi? Oui bien sur que je vais y aller tu sais que je n'y manquerais pas. Euh... bien...justement.... 

 Je reculai le combiné de mon oreille quand j'entendis ma mère hurler que j'avais une copine. Je roulai des yeux alors que je tentais de lui parler. Mais elle était tellement contente que je ne pus m'empêcher de sourire.

 -M'man... arrête écoute moi... oui est-ce que tu me permet de lui en parler avant? Oui je te téléphone aussitôt que j'ai sa réponse. 

 Je passai ma journée tranquille pour finalement faire un tour au poste ou Mary me confirma qu'elle s'occupa du dossier. Donc le soir j'étais avachi dans mon canapé un bol de macaroni au fromage dans les main, et un film nul en prime, quand mon téléphone sonna. Je fis un sourire en voyant son numéro. Bon elle en aurait pour plus longtemps. 

 - Salut toi...Becky?

 Je posai le bol sur la table basse et aussitôt j'étais sur mes pieds enfilant mes baskets et prenant mes clés. Je raccrochai et sautai dans ma voiture et prendre la direction du garage. Une fois arrivé je me ruai à l'intérieur e courant. Quand je la trouvai je me figeai une seconde en la voyant.

 -Putin de merde... Allez viens.

 Je l'installai dans la voiture le plus confortablement possible et pris la direction de chez-elle. Je l'aidai à entrer et l'installai sur son canapé alors que je m'agenouillai à ses côtés.

 - Laisse-moi voir...

 Je n'attendit pas de réponse de sa part que je relevai son chandail. Bon ça n'avais pas l'air trop grave. Je me levai et allai fouiller son congélateur sans un mot et lui fit un sac de glace que je lui donnai. J'étais inquiet, en colère. Je remontai un regard noir sur elle.

 - Qui t'a fait ça? 

 Je la regardai prêt à battre une armée de démons s'il le fallait. Putin on tapait pas une femme! Même si elle était une dure on ne tapait pas une femme.

 - Qui? Je te jures qu'ils vont payer pour ça. On ne fait pas mal à une femme merde!
Revenir en haut Aller en bas
Becky Reeves
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/02/2018 à Miami. J'ai posté : 400 Pointage : 945

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Mar 18 Déc - 21:46

Jesavais que tôt ou tard j'aurais à parler au chef des motards pour qu'il me foute la paix, mais bien franchement, je ne croyais pas que ce serait si rapidement, n'y que ça se passerait ainsi. Lorsqu'ils partirent enfin, j'avais l'impression qu'un camion m'avait roulé dessus. Je devais être couverte ecchymoses, mais ce qui me faisait le plus souffrir était mes côtes. Me relevant péniblement je me rendis à la salle de bain et vérifiai ma lèvre et mon sourcil. Je nettoyai le tout rapidement en me disant que j'allais devoir probablement me faire un point ou deux à la maison. Un long moment ensuite j'hésitai sur qui téléphoner. J'aurais pus appeler un des deux soigneurs, mais ce n'étais pas eux que j'avais envie de voir et j'étais capable de me soigner seule. Un élancement dans les côte suivie d'un étourdissement me fit finalement me décider à téléphoner à John. La conversation fut très brève, ma voix devant trahir que ça n'allait pas... J'écrivis un mot à Lucio afin qu'il tienne le fort, mais précisant qu'il pouvait me téléphoner en cas de besoin. Je m'assis ensuite dans la chaise, me tenant tranquille en attendant que John arrive. Lorsqu'il arriva, je me levai lentement et plongeai mon regard dans le sien en le voyant ce figer.

- Ça l'air pire que ce que ses...

Je le laissai m'aider à m'installer dans la voiture après avoir fermé le garage et ont alla chez moi. Une fois chez moi, il m'aida à entrer et à m'installer sur le canapé avant de me dire de le laisser voir. Je n'eux même pas le temps de parler qu'il relevait mon chandail pour voir mes côtes. Je poussai un soupire en le regardant aller dans le congélateur et faire un sac de glace.

- Ça va John, je t'assure.

Il revint et me donna la glace avant de planter un regard noir dans le mien et de me demander qui avait fait ça. Figée, je le regardai un long moment. Ce qu'il ajouta ensuite n'était en rien pour me plaire. Je le regardai un long moment sans rien dire avant de me lever lentement et de me diriger vers la salle de bain.

- Ses sans importance. Je vais régler ça moi même.

J'attrapai la trousse de soin et en sortie ce dont j'avais besoin pour mon sourcil. Il était hors de question que John ce trouve mêlé à cette histoire. Déjà que j'avais du lui demander de l'aide pour simplement revenir chez moi... Avant de m'occuper de mon sourcil, j'enlevai mon chandail afin de voir les dégâts. J'étais couverte ecchymose, le pire étant celui sur mes côtes. Je gardai la glace un moment sur celles-ci afin d'engourdir la douleur le temps que je soigne mon sourcil. Ils allaient tellement le regretter...
Revenir en haut Aller en bas
John Malone
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 598 Pointage : 975

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Mar 18 Déc - 22:58

Moi qui pensait avoir une petite soirée toute relax, juste tout le deux à faire... Je sais pas quoi... enfin si... enfin on serait tout les deux. Enfin j'attendais son appel si elle passait ici ou c'est moi qui allait la voir. Donc en voyant son numéro je souris mais je compris immédiatement que c'était bien autre chose. Je m'étais ruer à son garage cm me j'avais couru pour la trouver. Mais je figeai dans la porte en la voyant. Ça l'air pire que c'est... ouais c'est ça et moi je suis un lutin bordel!  Mais je l'aidai à s'installer dans la voiture pour finalement l'aider à se coucher sur le canapé et sans même lui donner l'occasion de parler je vérifiai rapidement ses côtes avant de lui faire in sac de glace.

 J'étais fou d'inquiétude, de rage... d'incompréhension. Son monde venait de fracasser le mien et j'étais perdu. J'étais inspecteur pas membre de l'escouade tactique. Je lui demandai un peu sèchement qui lui avait fait ça. Cependant quand elle me dit que ça n'avait pas d'importance et qu'elle allait régler ça elle-même. Je pinçai les lèvres.  J'allai la rejoindre et la regardai. Mais bordel! Pourquoi? Qui? Je relevai le regard vers elle.

 - Ça en a pour moi de l'importance Becky! Dis-moi qui t'a...

 Je suspendit ma phrase comprenant qu'elle avait eu affaire à des gens du club dont elle m'avait parlée. Mon regard fouilla le sien. Je secouai la tête comprenant enfin que son monde a elle venait de frapper le mien. Je senti le souffle se coincer dans mes poumons alors que je reculai d'un pas.

- Ils t'ont fait ça a cause de moi? Parce que... Je t'aime? Je... j'appelle Ben. Il va te soigner... 

 Je fouillai mes poches et prit mon téléphone et composait son numéro... enfin tentai de le composer. 

 - Lui il saura quoi faire... ouais... lui il saura. 

 J'étais perdu. J'étais dans un tourbillon d'émotions diverse... enfin je ne comprenais plus rien. Mais je n'étais qu'un flic... juste un homme qui aimait cette femme.
Revenir en haut Aller en bas
Becky Reeves
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/02/2018 à Miami. J'ai posté : 400 Pointage : 945

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Mar 18 Déc - 23:35

Il était hors de question que John ne soit mêlé à tout ça. Cela ne leur ferait qu'un moyen de pression de plus pour que je travail pour eux ou alors ils... Non je ne devais pas penser à ça. John vint cependant me rejoindre en me disant que pour lui ça avait de l'importance. Il ne fini cependant pas sa phrase, la laissant en suspend et fouillant mon regard. Soudainement tout parte en vrille alors que je voyais la panique gagner son regard et qu'il reculait d'un pas. Ce qu'il dit par contre me scotcha. Il m'aimait? Il venait vraiment de me dire cela là? Je n'eux pas vraiment le temps de me poser plus de question ou d'y penser plus qu'il sortait son téléphone pour appeler Ben. Posant la glace, je m'approchai de lui et mis doucement ma main sur son téléphone pour l'arrêter.

- Ça va John. Calme toi ça va, je t'assure.

Je tentai de capter son regard et une fois que je l'eux je lui fis un petit sourire.

- Viens, ont va retourner s'asseoir et je vais t'expliquer, mais n'appelle personne je n'ai pas besoin de soigneur.

J'avais connue bien pire sérieusement. J'allai chercher la glace et lui prenant doucement la main je retournai au salon avec lui. Une fois assis, je plongeai mon regard dans le sien, ma main toujours dans la sienne et parlai d'une voix douce.

- Oui ce sont eux, mais ça n'a rien à voir avec toi. Ils ont fait ça par ce qu'ils me veulent comme tueuse à gage et que je refuse. Ils n'ont toujours pris que des membres de ma famille pour ce job et maintenant que mon père est en prison, que ma mère est... Enfin elle n'est plus apte à faire le boulot et que ma soeur est...

Je baissai le regard un moment avalant difficilement ma salive avant de reprendre sur moi et de retourner mon regard dans le sien.

- Il ne reste que moi. Mais crois moi, ce n'est rien. Dans quelques jours ça ne paraître même plus. Je me suis soignées pour des blessures bien pire que ça, alors calme toi d'accord?

Je lui fis un sourire rassurant avant de baisser le regard en me mordant la lèvre. Avait-il simplement dit cela sur le coup ou il le pensait vraiment? Et moi alors? Poser la question ne me donnerait qu'un retour de question et je ne voulais pas discuter de sentiments, je n'étais pas doué pour ça et pour être honnête je comprenais pas grand chose à ce que je ressentais moi-même, aussi je remontai le regard dans le sien.

- Je vais aller soigner ce sourcil et ensuite prendre un bain. Tu m'accompagne?
Revenir en haut Aller en bas
John Malone
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 598 Pointage : 975

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Mer 19 Déc - 0:00

Ça allait, elle allait se soigner elle-même et en prime j'eus droit à un ça n'a pas d'importance?  Bordel mais on formait un couple non? Oui ça en avait de l'importance! D'ailleurs j'allais la rejoindre à la salle de bain lui faisant comprendre qu'elle était importante. Cependant je compris immédiatement qu'elle avait eu affaire à des gens du club. Mon cerveau se figea et je secouai la tête en Reculant d'un pas. Il ne pouvait pas lui faire ça par ma faute? Secoué, cherchant quoi faire, remettre de l'ordre dans ma tête je pris mon téléphone pour appeler le soigneur. Mais la main de Becky se posa sur mon téléphone alors que je relevai un regard ver elle. 

NON! ÇA N'ALLAIT PAS! Elle avait eue une raclée pour... pour je sais pas quoi. Je hochai la tête et rangeai mon téléphone et la suivit pour m'asseoir à ses côtés. Elle allait m'expliquer. Je m'assied donc et l'écoutai. Je fronçai des sourcils en l'entendant me parler que sa mère n'était plus capable. Quand elle termina son récit elle me dit simplement qu'elle allait se soigner et prendre un bain. Pendant un moment je restai ma main dans la sienne mon regard encore perdu dans le sien. Je la retint avant qu'elle ne se lève. 

 - Il va arriver quoi si tu continue de refuser? Il vont faire quoi?

 J'avais presque peur de la réponse. Mais je devais savoir. Je savais que ce monde était loin d'être une promenade tranquille mais je ne voulais pas qu'elle ai pire non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Becky Reeves
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/02/2018 à Miami. J'ai posté : 400 Pointage : 945

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Mer 19 Déc - 0:31

Je devais le calmer, le rassurer, mais pour être franche je ne savais pas vraiment quoi dire. J'avais toujours été seule, jamais eux personne à qui expliquer quoi que ce soit, jamais eux personne à rassurer sur mon état ou encore sur ce qui allait ce passer. Mettant ma douleur de côté, je retournai donc au salon avec lui et une fois assis, je parlai d'une voix douce. Lui disant que ça allait, que j'avais connue pire et que j'étais apte à me soigner après lui avoir expliquer ce que le club me voulait. La phrase qu'l avait dit me tournait en tête, mais je préférai me taire, n'étant même pas capable d'expliquer ce que moi même je ressentais. Je lui dit donc à la place que j'allais aller me soigner et lui demandai s'il voulait venir prendre un bain avec moi. Je rêvais de me plonger dans l'eau brûlante qui apaiserait ma douleur, cependant il me retint et en voyant son regard, je compris que c'était loin d'être terminé et que j'étais mieux de mettre ce projet de côté. Je le regardai dans les yeux un long moment avant de répondre.

- Je ne te mentirai pas, ça ce n'était qu'un petit avertissement. Mais! Il ne me connaisse pas encore. Comme Ben l'a dit, j'ai aider des gens plutôt que leur faire du mal, je...

Je baissai le regard un moment mal à l'aise.

- Ont me doit beaucoup de services. Je vais simplement passer quelques coups de fils et le problème sera réglé avant même qu'ils ne tentent quoi que ce soit d'autre.

Soupirant je relevai le regard dans le sien m'y perdant un moment avant de glisser ma main sur sa joue.

- Je n'aurai probablement même pas à bouger d'ici et si sa peu te rassurer, reste avec moi jusqu'à ce que j'ai passé tous mes coups de fils pour savoir ce qui va se passer.

Ma main toujours sur sa joue, je me perdis à nouveau dans son regard noir espérant le calmer un peu. Je sentais encore ce fichu étourdissement qui me prenait, mais n'en tint pas compte, me concentrant pour calmer John.

- Maintenant que je compte pour quelqu'un qui compte tout autant pour moi, je ne vais certainement pas me laisser avoir comme ça. N'oublie pas qu'une petite souris ses aussi très malin pour ce sortir du pétrin.
Revenir en haut Aller en bas
John Malone
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 598 Pointage : 975

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Mer 19 Déc - 0:55

Si mes histoires d'avant c'était terminé de façon foireuse celle-ci promettait d'être mouvementée et piquante. Oui j'étais prêt à tout pour elle même à comprendre son monde, son environnement. Mais présentement c'était une méchante claque. Donc une fois assis sur le divan elle m'expliquait ce qui en était mais je restai un moment silencieux la regardant finissant par la retenir en lui demandant ce qu'il arriverait si elle continuait de refuser. Je me doutais de la réponse et j'avais presque peur de l'entendre. Le fait qu'elle reste silencieuse un moment ne fit qu'accroître mon sentiment d'inquiétude. Je fronçai les sourcil une seconde. Un PETIT avertissement? Bordel il faisait quoi quand c'était un gros? Non j'ai pas envie de savoir. Ok je devais me calmer... pour ce soir je veillerai sur elle, je ferais mon travail de flic et de petit copain, c'est à dire veiller sur celle qu'il aime. Mais la main sur ma joue suffit à apaiser ce tourbillon de tout ce que je ressentais. 

- Je reste avec toi cette nuit.

 Ce n'étais même pas une question, même pas une suggestion. Je resterais avec elle. Je comptais pour elle? Mon regard s'alluma et je fini par faire un petit sourire en entendant sa dernière phrase. Si moi j'avais eu du mal à la coincer...

 - Mais fait attention quand même. Allez va te soigner je te rejoins.

 Je me penchai vers elle et l'embrassai doucement avant de la laisser aller. Je restai au salon tentais de remettre un peu d'ordre dans ma tête. Je me levai quand j'entendis l'eau du bain. Je fis un sourire en la voyant et je me dévêtir pour aller la rejoindre. Je me glissai derrière elle et allai prendre sa main et me retint de la serrer contre moi. 

 -  Desolé pour tantôt... Je me suis laissé emporter. Mais j'ai jamais aimé qu'on fasse mal au femmes ma belle...

 L'eau chaude me faisait du bien. Ceci détendit les muscles tendus par l'émotion. Je ne comprenais pas tout mais j'essaierais...pour elle... pour moi... pour nous. Je préférai rester silencieux ne sachant pas trop quoi dire.
Revenir en haut Aller en bas
Becky Reeves
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/02/2018 à Miami. J'ai posté : 400 Pointage : 945

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Mer 19 Déc - 11:35

Lorsque John me retins, je vis à son regard que je n'avais pas réussi à le rassurer plus que ça. Je fini par répondre à sa question, lui expliquant que cela n'avait été qu'un simple avertissement. Cependant, je savais déjà comment régler le problème et lui expliquai. Ça me mettait mal de parler que je n'étais pas complètement méchante au fond. C'était ce qui faisait de moi le mouton noir de ma famille et cela avait toujours été vue comme un défaut plutôt qu'une qualité. Pour eux, j'avais trop de moral, j'étais trop gentille. Je fini donc par expliquer à John que j'allais faire quelques téléphone à des gens qui me devaient des services et que probablement je n'aurais même pas à bouger de chez moi pour que tout ce règle, lui disant même qu'il pouvait rester avec moi afin de savoir ce qui allait ce passer. Sa réponse ce fit aussitôt entendre et je lui fis un petit sourire avant de me perdre dans son regard. Mes côtes élançaient et un étourdissement me repris, mais je n'en tint pas compte, finissant plutôt par dire à John que maintenant qu'il était dans ma vie je ne me laisserais pas avoir aussi facilement. Son regard s'alluma et il fini par me faire un sourire, me disant de faire attention et d'aller me soigner. Un doux baiser plus tard, je retournai à la salle de bain et m’agrippai au comptoir attendant que la tête cesse de me tourner pour faire le point sur mon sourcil. Je pris des cachets pour la douleur, et fini enfin par me dévêtir en grognant après avoir commencé à faire couler l'eau. John venant me rejoindre me fit un sourire avant de ce glisser derrière moi et de prendre ma main. L'espace d'un moment j'espérais qu'il n'avait pas en tête de passer un moment aussi mouvementé que ceux que l'ont avait passé chez lui. Passionné comme nous l'avions été, j'en serait bien incapable en ce moment.

- Ça va ne t'en fais pas, comme Mary et Ben l'ont dit ont va finir par s'habituer et trouver notre équilibre à nous.

Je fermai les yeux, ma tête appuyé sur son torse et relaxai un moment. Le silence régnait dans la pièce et l'eau chaude me faisait un bien fou. Cependant son petit bout de phrase ne cessait de me tourner en tête, entraînant avec elle plusieurs questions. Je m'étais donnée à lui corps et âme, mais lui avais-je aussi donné mon coeur? Je repensai à l'état ou j'avais été après qu'il m'ai demandé de partir à l'hôpital, au rêves qui avaient hanté mes nuits, aux moments que nous avions passés ensemble jusqu'à présent, à la réaction que mon coeur avait juste en le voyant, à ce qui se passait en moi lorsque je me perdais dans son regard... Un long moment, je restai ainsi silencieuse, hésitante à poser ma question avant de finalement me lancer.

- Ce que tu as dit tout à l'heure... que tu m'aime... Le penses-tu vraiment ou tu l'as dit sur le coup?
Revenir en haut Aller en bas
John Malone
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 598 Pointage : 975

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Mer 19 Déc - 12:34

Je devais savoir. Elle devais me dire ce qui m'attendait si elle disait non encore une fois. Je la cacherais au pire, je connaissais des planque ou on gardait les témoins protégé, j'irais la porter là sans problème si c'était pour être pire. Mon cerveau allait à cent à l'heure... comme on peut aller à cent à l'heure dans la mélasse. Je gardais mon regard dans le sien finissant par lui dire que je resterais avec elle... sans lui donner le choix finalement. Je savais bien que je dormirais à peine mais au moins je serais rassuré...du moins j'espère. Je fini par lui dire qu'elle pouvait aller se soigner et que j'irais la rejoindre. Je restai un moment dans le salon les coude sur les genoux et les mains croisées devant ma bouche tentant de trouver un ordre logique dans tout ça. J'étais en contrôle d'habitude mais là... j'étais.... dans un épais brouillard ne comprenant rien finalement. Pourquoi ils avaient fait ça?  Pourquoi a elle? Quel était le but? L'eau me tira de ma réflexion alors j'allais la rejoindre me glissant derrière elle. Je pris sa main et m'excusai du comportement que j'avais eu. 

 Je gardai le silence mon regard fixant un point dans le vide maid ce qu'elle m'avait expliqué me tournant dans la tête. Est-ce que j'avais mal compris cette partie de ce monde? Pourtant je pensais en avoir vu des truc moches... mais en même temps... j'ai jamais été en couple avec quelqu'un de ce monde non plus. De ma main libre je me massai le front espérant donner une pause à ma tête.  La question de Becky me tira de ma rêverie. Alors que je fronçai les sourcils.

 - Quoi? Je t'ai pas...

 Je me remémorai rapidement ce qui c'était passé depuis mon arrivée ici et je compris ce qu'elle voulait dire. Je me redressai lentement ne pas la faire grimacer de douleur. 

 - Disons sur le coup mais je le pense. Je suis pas du genre à dire quelque chose auquel je ne pense pas.

 Oui bon il y avait d'autre manière plus mignonne de dire ses deux mots aussi important et puissant mais bon... Je les avaient dit là sous le coup de l'émotion mais aussi parce que je le pensais. Je penchai ma tête vers elle pour aller chercher son regard.

 - Je t'aime petite souris. 

 Je lui fis un sourire et déposai un long baiser sur son front avant d'aller chercher ses lèvres tout aussi doucement. Je fini par la relâcher après un moment.

 - C'est mieux comme ça non?
Revenir en haut Aller en bas
Becky Reeves
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/02/2018 à Miami. J'ai posté : 400 Pointage : 945

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Mer 19 Déc - 13:32

Tentant de me détendre contre lui dans l'eau chaude, mes pensées tournaient dans ma tête. Est ce qu'il avait réellement dit cela par ce qu'il le pensait ou c'était sortie sur le coup de l'émotion? Et moi, Est ce que ce que je ressentais pour lui était de l'amour? Je repensai à tous ce qui était arrivé entre nous depuis le début. Tou ce que j'avais pus ressentir, tout ce qui c'était passé en moi, combien j'étais devenue presqu'une épave lorsqu'il avait demandé du temps pour réfléchir... Je pensai un moment à ce que je ferais s'il ressortait de ma vie et aussitôt mon coeur s'emballa, une panique soudaine s'emparant de moi. Je l'avais laissé entrer dans ma vie et beaucoup plus que ce que je pensais. Je lui avais donné beaucoup plus que ce que je croyais. Je fini par lui poser ma question, mon coeur battant à une vitesse folle sans vraiment que je ne comprenne pourquoi. Sa première réaction me fit ressentir un pincement au coeur. D'accord c'était simplement sur le coup de l'émotion, je m'étais poser toutes ses question pour rien finalement. Je le sentis cependant doucement ce redresser avant qu'il ne reprennne la parole. Mon coeur repartie cependant au galop à plein régime en l'entendant s'expliquer. Relevant le regard lorsqu'il pencha la tête pour me regarder, j'eux l'impression pour la première fois de ma vie respirer réellement lorsqu'il me dit qu'il m'aimait avant de déposer un baiser sur mon front, pour finalement chercher mes lèvres avec douceur.

- Beaucoup mieu oui.

Je me perdis un long moment dans son regard un doux sourire sur les lèvres, le regard brillant.

- Je t'aime aussi loup.

Je venais vraiment de dire ça à voix haute? J'étais perdue dans son regard, me sentant comme si plus rien ne pouvais m'arriver. Dieux que j'étais bien, jamais je crois je ne m'étais sentis aussi bien. Je fini cependant par décrocher mon regard du sien soupirant de bien être. Je ne pouvais cependant laisser les choses aller, pas passionné comme nous l'étions ensemble, j'en étais incapable pour le moment. Au bout d'un moment cependant mon corps me fit comprendre que nous étions mieux de sortir de là. Lentement je me redressai pour me lever.

- Ont sera mieux dans mon lit...

En grimaçant, je me levai et sortie du bain, je donnai une serviette à John avant de m'essuyer lentement. Ont fini donc par aller dans ma chambre ou je regardai mon lit un moment. Il fallait que je m'étende, mais je savais que ce ne serait pas facile vue la douleur. Je me tournai donc vers John et allai chercher ses lèvres le plus doucement du monde, allant y puiser du courage pour les mouvement que j'avais à faire avant de m'étendre et de ne plus bouger pour un moment...
Revenir en haut Aller en bas
John Malone
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 598 Pointage : 975

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Mer 19 Déc - 14:10

Je tentais de donner une pause à ma tête juste à ne rien dire. Je fini par me masser le front de ma main libre les yeux fermés. J'étais rarement silencieux mais la c'était assez intense disons et j'étais un peu désemparé, perdu dans tout ce qui me tournait en tête. Becky me tira de mon mutisme en me posant une question. Je fronçai les sourcils une seconde en allant lui dire que je ne lui avait pas dit ça. Cependant les événements me frappant un après l'autre je me rendis compte que oui je lui avais dit. Je me redressai donc pour lui dire que oui c'était sous le coup de l'émotion mais que si je l'avais fait c'est que je le pensais. J'allais chercher son regard et lui dit de meilleure manière. 

 - J'aime mieux que ti-loup.

 Elle se replaça alors que je refermai mes bras autour d'elle en soupirant d'aise. Non je n'avais pas à m'en faire. Ça irait bien... tant que nous serons ensemble ça irait bien. Donc après un moment à tremper dans le bain  ou sortîmes et c'est là que je rendis compte que c'était mon tour de ne pas avoir de vêtements de rechange. Bon bien... se sera ça. Je nouai la serviette autour de mes hanches et la suivit mon linge sous le bras. En arrivant je la vis se figer. Je posai mes vêtements sur le bureau.

 - Allez, je vais t'aider à te coucher. 

 Avec mille précautions, beaucoup de temps et de petites pause elle se coucha alors que j'allais enfiler au moins mon boxer une fois ma serviette au sol. J'allais la rejoindre me couchant le plus doucement possible et remontant la couverture sur nous. Je fini par remonter mon regard dans le sien et la regarder un long moment. Je souriait tendrement mon regard se perdant dans le sien. 

-  Quand je jouais au football et que j'étais blessé ma mère me faisais tout mes plats préféré le temps que je guérisse. Mon père et moi on regardai chaque partie de sport. Football, hockey même le baseball. Puis ma soeur... ben elle me rapportait mes devoirs, me parlait de sa vie me chantait des chansons. Elle a une très belle voix... j'ai toujours aimé l'entendre chanter.

 Je ne parlais pas fort. Comme si avec mon ton de voix je pouvais apaiser ses blessures. Comme si en lui parlant doucement ça la ferait guérir plus vite. Je lui fis un sourire mes doigts glissant sur sa ligne de sa mâchoire, son menton.

 - J'ai eu tellement de blessures au football que je crois que j'ai épuisé les talents culinaires de ma mère. Disons que pour eux ce n'était pas une surprise que je choisisse d'être policier. 

 Je ne sais pas pourquoi je lui racontais ça mais si ça me permettait de ne plus penser... Je lui raconterais ma vie entière tiens...

 - Je parle mais... as tu besoin de quelque chose?
Revenir en haut Aller en bas
Becky Reeves
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/02/2018 à Miami. J'ai posté : 400 Pointage : 945

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Mer 19 Déc - 15:54

Lentendre me dire je t'aime me chamboula comme jamais je ne l'aurais crus et sans vraiment m'en rendre compte, complètement perdue dans son regard, je lui répondis. Je haussai une épaule en l'entendant dire qu'il aimait mieu simplement loup que ti-loup.

- C'est ainsi que je te vois.

Je fini par me replacer contre lui en soupirant de bien être. J'étais bien, simplement comme ça à barbotter dans ses bras, laissant les bien fait de l'eau chaude agir. Mon corps fini cependant par me faire comprendre que je serais peut être mieux étendue, aussi ont sorti du bain. Après m'être essuyée lentement, j'allai me planter devant mon lit, sachant que m'y coucher ne serait pas facile et sans douleur aussi j'allai chercher du courrage en allant embrasser John. Il fini par m'aider à me coucher, non sans quelques pauses, et vint s'étendre doucement à mes côtés. Pendant un long moment nos regards ce perdirent dans celui de l'autre. Dieu que j'aimais son regard sombre, ce qui j'y trouvais vallait toute la fortune du monde. Jamais plus je ne serais capable de me passer de son regard ou de son sourire. Il avait bel et bien capturé sa souris et maintenant il pouvait bien en faire ce qu'il voulait temps qu'il la garde près de lui... Au bout d'un moment, sa voix douce ce fit entendre, me racontant comme c'était dans sa famille. Je l'écoutais réalisant combien l'univers dans lequel nous avions grandis était différent. Moi lorsque je revenais blessée, mon père me donnait un entrainement encore pire que les autres, ce moquant de ma douleur et de mes blessures, les rempirant même la plupart du temps. Mia profitait du fait que je sois faible et blèssée pour venir m'en foutre une et ma mère... Ma mère s'en moquait complètement. Je fini par lui sourire, chassant les mauvais souvenirs concernant ma famille.

- Pour le moment, ta présence simplement.

John était tout ce dont j'avais besoin pour le moment. Je ne voulais pas qu'il arrête de parler, je voulais entendre encore sa voix qui pour le moment ce faisait le meilleur des anti-douleur.

- Quels sont tes plats préférés? Et mis à part le sport, qu'est ce qui te passionne?
Revenir en haut Aller en bas
John Malone
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 598 Pointage : 975

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Mer 19 Déc - 16:55

Loup. Elle me voyait comme ça. J'aimais ça... quoique je ne me voyais pas tant comme un prédateur... enfin peut-être un peu. Je refermai mes bras autour d'elle et nous passion donc un moment ainsi en silence alors que je la regardai barboter dans l'eau. Quand vint le temps de sortir je la suivis pour aller l'aider à se coucher après qu'elle m'eut embrassé. Une fois mon boxer mit j'allais m'étendre à ses côtés doucement et pendant un moment je me perdis dans son regard avant de commencer à parler comment allait mon rétablissement quand je jouais au football. Bien que je ne le faisais pas exprès jamais ça. Enfin on était très proche un de l'autre quand un allait pas on se regroupait autour de lui comme un petit peloton de soldat. Je fini par lui demander si elle voulait quelque chose comme je parlais un peu trop. A sa réponse je lui fis un sourire et me tournai sur le côté un bras sous ma tête. 

 -Alors je reste.

 Je fronçai les sourcils songeur à sa demande. 

 - La lasagne j'adore. Un bon steak frites ou un hamburger bien graisseux. Ceux de mon père son excellent! Ensuite..  qu'est-ce que j'aime... hum... le sucre à la crème de ma grand-mère, le gâteau au chocolat et ma soeur fait les meilleurs cookies. 

 Ok... j'étais clairement un gourmand. J'aimais essayer pleins de trucs, j'avais une bonne fourchette comme on disait. Puis est-ce qu'il y avait meilleur bouffe que celle de sa famille? Les femmes de ma famille étaient de très bonnes cuisinières. 

 - Je ne fais plus autant de sport que jen faisais. De la course, un peu de muscu sinon..  Qu'est-ce qui me passionne... tu veux dire à part bosser comme un malade? J'aime lire... me perdre dans un livre ou même écouter un bon film. Je me perds dans l'histoire, j'embarque totalement dedans. Et dernièrement il y a bien une passion qui prend le pas sur toute les autres.... toi.

 Je lui fis un sourire tendre et allai prendre sa main doucement. Je m'étirai pour aller l'embrasser comme si c'était l'élixir à toutes ses blessures. Après un très long moment je détachai mes lèvres des siennes et aussitôt mon regard tomba dans le sien. 

- De toutes les filles que j'ai connue ou aimé... jamais je n'ai ressenti ça ici... c'est... indescriptible en fait. Je sens que si je reste avec toi je pourrais aller chercher la lune si tu me le demandais.
Revenir en haut Aller en bas
Becky Reeves
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/02/2018 à Miami. J'ai posté : 400 Pointage : 945

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Mer 19 Déc - 19:29

Sa voix était le meilleur des anti douleur. John semblait avoir ce super pouvoir de me captiver et m’hypnotiser par son regard, de me projeter complètement dans un autre monde simplement par le son de sa voix. La prison de ses bras semblait être la meilleure des protections contre tout ce qui pourrait m'atteindre. Alors qu'il me parlait de sa famille, j'avais l'impression qu'il me racontait un conte de fée. Il venait d'une famille soudée et aimante, alors que je n'avais jamais eux droit à ça. Lorsqu'il arrêta de parler pour me demander si j'avais besoin de quelque chose, je lui répondis que pour le moment je n'avais besoin que de sa présence. Ma réponse le fit sourire tendis qu'il ce tournait sur le côté, fronçant les sourcils en entendant mes questions. Je voulais le connaitre un peu mieux, mais aussi simplement entendre sa voix qui apaisait mes pensées et me faisait oublié ma douleur. J'écoutai alors qu'il me disait ce qu'il aimait, un petit sourire aux lèvres tendis que je découvrais à quel point il était gourmand et avait la dent sucré. Il me parla ensuite de ce qui le passionnait, me faisant redresser un sourcil de surprise lorsqu'il me dit sa passion du moment. Un sourire tendre aux lèvres, il prit ma main et vint m'embrasser un très long moment. Un doux sourire apparut sur mes lèvres lorsqu'il reprit la parole. Un long moment je me perdis dans son regard, espérant lui faire comprendre tout ce que j'étais incapable d'exprimer par les mots.

- Je n'ai jamais ressentis ça non plus, mais personne ne m'a approché d'assez près pour que je ressente quoi que ce soit de toute façon.

Je me mordis la lèvre un moment, cherchant mes mots.

- Tu es le seul à avoir réussi à me faire voir autre chose que de la méfiance. Tu es le seul à m'avoir regarder autrement que comme une patronne ou encore un... Tu n'as pas eux peur de moi ou de ce que je pouvais faire, tu es venus me voir seul dans mon garage sans même avoir peur de ce que j'aurais pus te faire. Tu...

Je fronçai les sourcils un moment, avant de plonger mon regard dans le sien.

- Tu m'as fait découvrir la chaleur, tu m'as prouvé que mon coeur battait toujours et dieu que tu as le tour de le faire battre à une vitesse incroyable. Tu as mis de la couleur dans ma vie terne. Je n'imagine même plus de poursuivre mon chemin sans toi... Je...

Tout doux la grande là... Depuis quand j'étais aussi cucul moi? Un simple je t'aime et un baiser aurait pus suffire non? Il ce passait quoi avec moi? Je retournai à ses lèvres dont je ne pouvais plus me passer. Occuper ma bouche pour arrêter de parler était probablement la meilleure des idées.
Revenir en haut Aller en bas
John Malone
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 598 Pointage : 975

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Mer 19 Déc - 20:36

Parler de ma famille était normal pour moi. J'adorais ma soeur qui était un petit pétard de vie. Ma mère était un amour, elle était la douceur même. Mon père... c'était un homme fier de sa famille et ses enfants un bon vivant. Je  lui parlais de ma famille et même des plats que j'aimais. Bon j'aurais été plus bref en lui disant que j'étais une poubelle mais bon... ça faisait moins joli. Je lui énumérait mes passion en finissant que maintenant c'était elle ma passion. Je lui fis savoir également que jamais de ma vie je n'avais senti ce que je ressentais pour elle. J'en profitai pour aller l'embrasser un très long moment. J'étais accroché à ses prunelles dans une bulle ou rien ne pourrait nous atteindre. Mon sourire s'élargit quand elle me.dit qu'elle non plus elle n'avait jamais senti ça. Cependant en entendant la suite mon sourire descendis. J'étais donc un " privilégié"?  Elle se mordit la lèvre un moment, je ne dis rien là laissant aller.

 Quand elle reprit la parole je lui fis un petit sourire tendre. Plus elle parlait plus je souriais, plus je sentais mon coeur s'emballait. Mince.... j'étais plus que ce que je pensais finalement. Je retournai son baiser jusqu'à ce que le souffle nous manque. Encore une fois j'allais me perdre dans la mer de son regard la regardant avec tout cet amour qui me remplissait le corps. D'une voix douce, presque chuchoter je repris la parole.

 - Je peux te dire qu'il bat très bien ton coeur. Puis... Je n'ai jamais cru le pourquoi je t'ai interrogé. Et si je n'ai pas eu peur....

 Je me redressai sur un coude et la surplombai un petit sourire en coin.

 - Parce que j'ai senti que tu n'étais pas celle que tu montrai. 

 Je l'embrassai pour je ne sais plus la combientième de fois avant de me recoucher à ses côtés en soupirant de bien-être. J'allais collé ma tête à la sienne en me.disant que j'étais à la meilleur place au monde, à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le chat et la souris - John
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Je suis le chat, Jack la souris et toi Jenna ? [Pv: Jenna et Jack]
» Le Chat et la Souris. Et le Poulet.
» [Moment fort 17] : Quand le chat dors les souris dansent
» Le chat et la souris
» Quand le chat n'est pas là, les souris dansent... OU PAS !! [Pv Bulle et Flamme]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chronosphère :: passer - futur - alternatif :: Changeons notre histoire!-
Sauter vers: