Partagez | 
 

 Le chat et la souris - John

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Becky Reeves
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/02/2018 à Miami. J'ai posté : 400 Pointage : 945

MessageSujet: Le chat et la souris - John   Jeu 13 Déc - 21:14

Une autre journée passée au garage ou avec Lucio et les quelques gars travaillant pour moi avions réparer quelques voitures et motos. Jetant un regard à l'ancien receleur travaillant pour moi, je lui fis signe qu'il pouvait partir. Un bonne soirée plus tard il sortie du garage, me laissant seule pour verrouiller et retourner chez moi. J'avais quelques recherches à faire sur un mec qui tabassait sa femme depuis un moment. La pauvre avait bien tenté de le faire arrêter, mais la lois est parfois trop facile à piéger et cet ordure avait semblerait-il un super avocat. Je fermai donc les lumière et enfourchant ma moto, je pris le chemin menant chez moi. Comme j'arrêtais ma moto dans mon allée, une voiture de police arriva derrière moi. Quelques minutes plus tard, je me retrouvais assise dans la voiture menotte aux poignets, ne comprenant foutrement rien à ce que je faisait là. Un fois au poste, ont me fit asseoir dans une salle d'interrogatoire et ont me menotta à la table. Un inspecteur arriva quelques instant plus tard.

- Je peux savoir ce qu'ont me reproche?

I. - Un témoin vous à vue sortir d'un domicile ou un meurtre avait eux lieu.

- Sérieusement? Et bien dite moi ou et quand.

Le coeur me débattait, je n'avais pas prit de contrat depuis au moins un mois avant de prendre celui dont je faisait présentement les recherches.

I. - La semaine dernière, une femme du nom de Cristie James.

Je fronçai les sourcils alors que l'inspecteur me montrait des photos du corps d'une femme ensanglantée. Le travail était bâclé, la scène même pas nettoyée... Cela ne ressemblait en rien à ce que je faisait.

- Et vous croyez que moi, j'aurais pus faire ça?

I. - J'en suis même certain et nous avons même un témoin pour le prouver.

- Vous devriez aller parler aux mécaniciens qui travail pour moi, ils vous diront tous que je passe le plus clair de mon temps à mon garage.

Il me posa plusieurs questions, mais voyant qu'il n'y avait rien à faire avec cette tête de mule, je fini par me refermer. Peut importe ce que je dirais, il ne me croirait pas et semblait tenir plus que tout à me faire porter le chapeau. Promouvoir sa carrière peut être. Au bout d'un long moment, un changement d'inspecteur eu lieu, puis un autre, puis encore un autre... Je tentais de faire comprendre au deux suivant que je n'étais pas impliqué dans cette merde, mais cela semblait en être à celui qui me ferait craquer et non à celui qui découvrirait la vérité, aussi je fini par ne plus répondre du tout, même à ceux qui entrait dans la pièce pour la première fois. Bras croisés, j'attendais qu'enfin quelqu'un réalise que je n'avais pas commis cette merde.
Revenir en haut Aller en bas
John Malone
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 598 Pointage : 975

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Jeu 13 Déc - 21:52

Des mois entiers je bossais comme un dingue sur cette personne qui avait, semble-t-il, commis plusieurs meurtre. Si mes informations étaient exactes elle serait tueuse à gage et à voir les note que j'avais... elle était plutôt petite, minuscule. Mais qui a besoin d'être balise quand il avait un flingue entre les mains? Promu inspecteur à la criminelle je ne voulais pas que personne étaient ne vienne toucher à ce dossier. J'y veillais comme on surveille une proie. Les prétuvés arrivaient au compte-goutte et on passait soit quelques heures ou quelques jours après son passage. Un jour en arrivant sur la scène de crime je fis le tour, silencieux mon regard se portant sur tout ce qui pourrait être susceptible d'être une preuve. Ce fût un de mes collègue qui releva un regard sur moi.

C- Tu en pense quoi?

- On trouvera rien comme d'habitude. Des témoins? 

C- La voisine à entendue une moto mais quand elle a regarder la moto s'éloignait.

 Je poussai un soupir et secouai la tête. 

C- On va l'attraper John...

- Ouais... mais en attendant elle est aussi rapide qu'une souris bordel.

Mais ce jour là je bossais sur un autre dossier ne me doutant pas qu'il l'avait prise. Ce fût des coups à ma porte qui me firent lever la tête de mes papiers.

- On a besoin de toi.

- Je peux savoir pourquoi chef? J'ai des...

- On l'a.

 Je fronçai des sourcils en m'adossant à ma chaise et croisant les bras sur moi.

- Vous avez qui? Je sais pas si vous avez remarqué mais j'en ai des masse de dossier.

- La souris.

-Quoi? Elle est ou?

- En salle d'interrogatoire. 4 ont tenté de la faire parler.

- J'ai dis qu'elle était à moi!

Le chef me plaqua le dossier sur le bureau alors que je me levai. Je l'ouvrit et le regardai rapidement. C'était pas elle ça... 

- Fais la parler. Des témoins l'ont vu.

 Je hochai la tête et pris la direction de la salle d'interrogatoire. J'ouvris donc la porte toujours plongé dans le dossier et finissant par m'asseoir et enfin relever le regard vers elle. Surpris je relevai un sourcil en la voyant. Non putin on se foutait de moi là! C'était pas ce Tom Pouce qui était celle après qui je courais? Ouais on devait se foutre de moi. Ce petit bout de femme de rien du tout était celle que je devait faire parler? Je posai le dossier sur la table et étalai les photos devant elle sans rien dire. Finalement je relevai le regard froid vers elle.

- Alors? Comment tu as fait? Et surtout pourquoi?
Revenir en haut Aller en bas
Becky Reeves
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/02/2018 à Miami. J'ai posté : 400 Pointage : 945

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Jeu 13 Déc - 22:20

C'étais du gros n'importe quoi cette histoire. Je me faisais arrêter pour un meurtre que je n'avais pas commis et bien franchement, c'était très loin de mon travail habituel. Cela faisait des heures maintenant que j'étais assise sur cette chaise, menotte aux poignets pour me retenir à la table et que un après l'autre des inspecteurs tentaient de me faire avouer. Si au départ je tentais de me défendre, je fini par me refermer, réalisant qu'ils ne cherchaient même pas la vérité, mais plutôt juste à me faire dire que cette merde avait été commise par moi. Un cinquième mec fini par entrer dans la pièce, étalant les clichées sur la table sans un mot avant de relever un regard froid sur moi et de me poser les même questions stupides. Soupirant, je relevai le regard dans le sien. Au moins il avait l'avantage d'être mignon...

- Pour la centième fois, je ne suis pas bouchère je suis mécanicienne... Allez voir mes mécanos ils vont dirons tous ou j'étais ce jour là.

Non mais merde, c'était quoi cette connerie? Encore un qui ne cherchait pas à savoir si c'était moi, mais plutôt à me faire porter le chapeau. Croisant à nouveau les bras sur la table, du moins comme je le pouvais avec ses fichus menotte, je soupirai de frustration.

- Et pendant que vous perdez votre temps avec moi, le responsable de ce carnage court toujours...

Et sincèrement, je lui souhaitais que les flics lui mettent la main dessus avant moi...
Revenir en haut Aller en bas
John Malone
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 598 Pointage : 975

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Jeu 13 Déc - 22:55

Ils se foutaient de moi c'est clair! Ce ne pouvais pas être ce mini bout de femme après qui je courais et qui me donnais des migraines et des nuits d'insomnies. J'étais assis devant elle étalant les photos devant elle et relevai le regard sur elle. Bon ok Tom Pouce peut-être et elle était vachement jolie. La réponse à mes questions elle le fit en soupirant.

- Oh mais j'ai déjà une équipe en route Mlle. Reeves. Nous saurons bientôt si vraiment vous y étiez.

 Je croisai les mains sur la table en soupirant doucement. Je la regardai longuement. Elle n'avait pas broncher en voyant les photos. Elle n'avait même pas plisser le nez, même pas un mouvement de recul de dégoût...rien. Je fis un petit rire en l'entendant et me penchai sur la table plantant mon regard dans le sien.

- Pourquoi se ne serais pas vous? Après tout si on regarde... c'est bien des couteaux.

 Je poussai les photos vers elle sans broncher, sans la lâcher du regard.

 - Puis qui sait. Peut-être avez vous fait ce carnage parce que..  je sais pas moi vous étiez pressée, vous avez entendu quelque chose ou avez eue peur d'être prise au piège comme une souris. A vous de me dire si je me trompe mademoiselle.
Revenir en haut Aller en bas
Becky Reeves
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/02/2018 à Miami. J'ai posté : 400 Pointage : 945

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Jeu 13 Déc - 23:18

Est ce que j'allais moisir là encore longtemps? Comme si moi j'étais capable de faire un tel massacre... Bon oui j'en serais capable, mais pas comme ça. Jamais je ne laisserais un endroit dans cet état, De toute façon, cette femme avait clairement été torturée et je ne faisais pas dans la torture, sauf en cas de nécessité. J'avais à peine regardé les clichées, la vue de ce travail bâclé me répugnant. Soupirant aux questions répéter par cet inspecteur-ci, je fini par lui dire à lui aussi d'aller voir mes employés.

- Parfait, vous allez enfin avoir la preuve que vous vous êtes plantés en beauté!

Sérieusement, les flics étaient mieux de mettre la main sur le ou la responsable de cette connerie avant moi. Lâchant un petit rire, l'inspecteur me posa une question, me faisant hausser un sourcil lorsqu'il mentionna les couteaux.

- Et alors? Tout le monde possède des couteaux non? Et ce n'est pas moi par ce que si comme me l'à dit l'autre inspecteur cela ses produit la semaines dernière, j'étais à mon garage. Je ne le quittais que pour aller dormir puisque l'ont avait du boulot à la pelle.

Je soupirai en entendant ses théories avant de repousser les clichées vers lui.

- En effet vous vous trompez puisque ce n'est pas moi. C'est dégoûtant...

Sur quoi je me refermai. À quoi bon tenter de dire quoi que ce soit s'il était pour être comme les 4 autres et vouloir simplement me faire porter le chapeau sans même tenter de voir si cela était vrai ou non. On tentait de me piéger ça c'était clair, maintenant ça restait à prouver...
Revenir en haut Aller en bas
John Malone
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 598 Pointage : 975

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Jeu 13 Déc - 23:38

Plus je la regardai plus je la trouvais jolie. Entêtée, chiante, bornée mais jolie. Bien sûr que l'équipe n'était pas en route la dans la seconde mais ça elle n'avait pas à le savoir. Mais d'ailleurs c'est une bande de con de ne pas y avoir pensé plus tôt. Enfin toujours est-il qu'à sa remarque je haussai un sourcil nullement impressionné. Je m'étais frotté à plus gros, plus menaçant. Alors c'est pas cette naine de jardin qui crachait comme un chaton qui me faisait peur. Mais je lui dis que c'était bien des couteaux, qu'elle aurait pu être pressée par le temps pub autre connerie qui fait qu'on bousille un boulot.

 - Ah oui j'en ai des couteaux. Tartiner mes rôties,  couper mes steak. J'en ai même pour couper des légumes mais du genre à tuer des gens..  non ça j'en ai pas.

 Je fini par me passer une langue sur les lèvres. 

-  Mais vous quittiez pour dormir... que vous dites. Vous avez quelqu'un pour corroborer vos dire?  Parce que que votre parole... disons que ça ne pèse pas lourd petite souris.

Elle repoussa les clichés et se referma. Peut importe ce que je disais elle ne disait rien. Bon bien tant pis. Si elle voulait être muette. Je sortis et hélai un collègue pour un café. Je retournai m'asseoir m'adossant à la chaise silencieux la regardant.

- Vous savez que je peux vous garder jusqu'à 48 heures en cellule. Mais comme vous semblez vous en foutre on va faire comme ça. Vous en dites quoi?
Revenir en haut Aller en bas
Becky Reeves
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/02/2018 à Miami. J'ai posté : 400 Pointage : 945

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Ven 14 Déc - 0:09

Mais merde, ils allaient me lâcher oui? Je fis remarquer à l'inspecteur que tout le monde possédait des couteaux, mais sa réponse me fit soupirer.

- Et j'imagine que vous supposez que moi oui?

La suite ne me plus pas du tout. Quelqu'un pour corroborer? Merde, mais pour une fois que j'allais dormir tranquille et non pas faire la fête ou me ramasser un mec... Et pourquoi diable m'appelait-il petite souris? Je poussai un profond soupire.

- Non, je vis seule...

Repoussant les clichées je fini par me refermer. À quoi bon parler puisque personne ne voulais me croire. Si au moins c'était un de mes contrats, si au moins c'était par ce que j'avais merdé... Au bout d'un moment il alla demander un café avant de venir se rasseoir face à moi et de me regarder en silence. Je soupirai en entendant ce qu'il me dit.

- Génial... Si sa peut faire en sorte que vous fassiez votre boulot correctement et que vous trouviez qui à réellement commis ce meurtre... Est ce que je peux au moins appeler mon employé afin qu'il tienne le garage en mon absence?

Je fini par pouvoir parler à Lucio et lui expliquai que j'étais prise au poste et que pour les prochaine 48h il était responsable du garage. Fidèle à son habitude, il ne me posa pas de questions, me disant simplement de l'appeler en cas de besoin. Je le remerciai et raccrochai en soupirant. Maintenant ne restait plus qu'à attendre et voir si cet inspecteur allait réellement faire son boulot ou faire comme les 4 autres et juste tenter de tout me mettre sur le dos. Je fini donc par me retrouver en cellule, voyant passer policiers et prisonniers. Je passais mon temps soit couché sur le dos a regarder le plafond ou encore à faire de la course sur place ou des redressement assis. C'était génial cette minuscule cellule pour quelqu'un d'hyperactif, mais au moins je n'avais plus les fichus bracelets...
Revenir en haut Aller en bas
John Malone
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 598 Pointage : 975

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Ven 14 Déc - 1:07

Si je supposais.... Je tendais des perche disons pour qu'elle dise un truc qui me mettrait la puce à l'oreille. Finalement je lui demandais si elle avait quelqu'un qui pourrait corroborer ses dites et quand elle me répondit qu'elle vivait seule avec un grand soupir j'eus presque envie de lui dire que je la comprenais. C'était lourd être seul, sans qu'on sente qu'on compte pour personne. Mais je me la fermai. Repoussant les clichés elle se montra encore plus butée et silencieuse que jamais. Je me fis apporter un café et restai un long moment mes yeux sur elle.  Je fini par lui dire que je pouvais la garder 48hres si je voulais. Quand elle me demanda si elle pouvait appeler son collègue je lui fis signe que oui. Je la laissai donc téléphoner et je la fis poireauter un moment avant de la faire amener en cellule. 

 Pour ma part je retournai dans mon bureau plaquant le dossier sur mon bureau, m'adossant à ma chaise et fermai les yeux me massant le front.

 -Alors?

- Alors rien.

-- Comment ça rien?  Tu es mon meilleur John.

Je relevai la tête et poussai un long soupir. 

- Meilleur peut-être mais vous ne lui collerai pas cette connerie sur le dos. 

- Je peux savoir pourquoi?

- Parce que c'est pas elle! Depuis le temps que je suis sur ce putin de dossier je sais que ce n'ai pas sa technique, ce n'est pas.... ce carnage. Tu veux voir? J'en ai des caisses pleines!

 Je me levai et plaquai mes dossier les un sur la autre sur le bureau sortant les photos.

 -Tu vois? Ce n'est pas son genre. Elle est rapide, minutieuse, discrète et surtout ses scène de crime on ne trouve jamais rien. Pourquoi ça maintenant?

 - C'est pour ça que je te paie John. Tu vas trouver.

 - CE N'EST PAS ELLE!

 Je lui criai ça comme il s'éloignait. Je me laissai tomber dans ma chaise me disant que la nuit allait être vachement longue. Je passai donc la nuit à éplucher chaque dossier, photos pour tenter de trouver la moindre ressemblance. J'étais tellement à bout que je m'appuyai sur mes bras en poussant un soupir et fermer les yeux. Je ne me rendit pas compte que je tombai endormi. Ce fût au matin tôt qu'un enquêteur vint me réveiller alors que je me retrouvai courbaturé. 

 - On a été vérifié auprès de ses employés... ils disent comme elle. Elle a été au garage pendant tout le mois.

 - Alors on a rien pour la retenir. 

 Je fouillai dans une penderie et mit une chemise propre et allai me passer de l'eau au visage. Ce fût en levant les yeux dans le miroir que je me vis les trait tirés et une barbe de 3 jours. Cette affaire allait finir par me tuer. Je la fis revenir dans la salle d'interrogatoire un café pour elle et quelques beignets. J'attendis donc qu'elle revienne patiemment. Une fois assise devant moi je relevai un regard plus doux. 

 -Vous avez dis vrai. Ce n'est pas vous. Il semblerait que vous ayez été victime d'un coup monté.

 Je pris une gorgée de mon café et reposai ma tasse sur la table tripotant mon anse. Je tirai un dossier à moi et l'ouvrit. 

- N'empêche petite souris, que cette personne utilisé quand même les même technique que vous...

 Je glissai un cliché d'une de ses victimes vers elle.

 - Mais votre... travail est plus propre, minutieux. Ce que je vous demande mademoiselle c'est un collaboration de votre part si nous avons besoin de vous. 

 Je griffon n'ai sur un bout de papier mon nom et mon numéro de téléphone et le poste. Je relevai un regard vers elle.

 - Si un détail pourrais nous guider sur l'auteur de ce carnage. 

 Ce fût du brouhaha qui me parvint mais je ne détachai pas mon regard d'elle et ce malgré la porte entreouverte de la salle.
Revenir en haut Aller en bas
Becky Reeves
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/02/2018 à Miami. J'ai posté : 400 Pointage : 945

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Ven 14 Déc - 1:34

Dans ma cellule, je tournais en rond comme une lionne en cage lorsque je n'étais pas simplement couchée à attendre que le temps passe ou a courrire sur place ou encore à faire des redressement assis. C'était d'un ennuie mortelle... Lorsque l'ont fini par m'emmener à nouveau dans la salle d'interrogatoire, ce fut sans les menottes. L'inspecteur m'attendait un café et des beignets posés sur la table pour moi. Je le regardai en relevant un sourcil alors qu'il avait un regard plus doux à mon égard.

- Enfin vous avez compris...

Je pris une gorgée de café avant de poser ma tasse et de remonter le regard dans le sien.

- La même technique que moi?

Je jetai un rapide coup d'oeil au cliché qu'il me montra avant de le repousser vers lui sans un mot. Jacob Jansen, un salopard qui violait, torturait et tuait des prostitués. Attend là, une collaboration? Et puis quoi encore? Je mis la main sur le bout de papier qu'il me tendit, mais des son venant de l'extérieur de la pièce me fit tourner le regard. Lorsque je vis le mec, mon regard devint noir et mon corps ce tendis. Je retournai mon regard dans celui de l'inspecteur.

- Prouvez moi d'abord que vous savez faire votre job en faisant en sorte que ce mec reste en cellule avant qu'il ne finisse par tuer sa femme.

Je savais très bien que aussitôt que son avocat arriverait il serait libéré. C'était toujours ainsi avec la justice. Les flics voulaient qu'ont leur fasse confiance, mais ils n'arrivaient jamais a faire leur boulot avant qu'une personne ne meurt. Ça devait faire une bonne dizaine de fois qu'elle appelait pour le faire arrêter après qu'il lui ai donné une raclé et chaque fois il revenait à la maison en même pas 24 heures. Mon regard brillant de colère restait rivé à celui de l'inspecteur. Il voulait ma collaboration? Parfait, mais qu'il me prouve que ça en valait la peine.
Revenir en haut Aller en bas
John Malone
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 598 Pointage : 975

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Ven 14 Déc - 10:44

Je détestais quand on me disait comment faire mon boulot. Surtout que je savais que cette rouquine n'avait pas fait cette boucherie. Je ne disais pas qu'elle était un ange mais ça... non c'était pas elle. J'avais passé une partie de la soirée, et le début de la nuit à tenter de trouver ne serait-ce qu'un iota de ressemblance.mais mis à part les entaille faite au couteau... c'était pas mal ça. Je fini par m'endormir sur mes bras à bout, épuisé. Au matin l'enquêteur vint corroborer ce que je croyais. Elle disait vrai, je n'avais pas la moindre infime trace de preuve donc rien pour la retenir ici. Je mis une chemise propre, me passai de l'eau au visage. Un café et une boite de beignet plus tard j'étais assis devant elle. Sérieusement avec son petit air de dur elle me faisait penser à un enfant gâté à qui on aurait retirer une sucette. Malgré que je reconnaissais mon... non LEUR erreur, n'empêche que je lui glissai les clichés d'un homme lui montrant pourquoi je ne trouvais pas de ressemblance. Je griffonnai mon nom et mon numéro et lui glissai en lui demandant un collaboration. Je ne pouvais pas clairement lui dire " Je sais que tu n'as rien fait. Alors tu peux y aller mais aide moi en retour" pas avec la bande de curieux qui devait déjà être planté derrière la vitre sans tain. 

 Avec le brouhaha qui faisait rage, et le regard dur qu'elle releva par-dessus mon épaule je me retournai pour voir... ah putin de merde... encore lui? À peine je serais entrer et déjà il serait sorti. Je tournai mon regard dans celui de la jeune femme qui n'avait plus cet air de gamine gâtée mais celui de la vengeresse.  Je me levai serrant un poing et plantai mon regard dans le sien.

 -  Je vais tout essayer. 

- John... on a besoin de toi...

 Je fermai les yeux en serrant les mâchoires. J'y allai pour rien... Je savais que je perdais mon temps. Je demandai à un collègue de la ramener dans sa cellule comme je n'avais pas fini de lui parler. Je suivis donc le policier et Becky passa dans mon champ de vision. Je lui fis un petit signe de tête comme si je concluais notre entente. Je demandais ou étais la femme et m'avisa qu'elle arriverais dans quelques minutes. 

 - Tu n'y vas pas?

- Si j'entre la dans l'état où je suis je lui défonce la gueule. J'aimerais voir sa femme avant. 

-John... tu sais si son avocat arrive... 

Je plantai un regard noir dans le sien.

 -Il attendra le temps que JE veux. 

 Quand la femme arriva j'allais la voir et je cachai la peine que j'avais de la voir ainsi. Cette fois il y était pas allé de main morte. Cette femme que je devinais jolie malgré les blessures, tremblais de peur et sous le choc. Je pris sa déposition,  allant à son rythme, prenant le temps qu'elle reprenne sur elle. Un café entre les mains elle parlait sa voix entrecoupé de sanglots et de peur. Je me montrai compatissant et empathique mais mon devoir de flic était assez limité.

 - Madame, pour que je l'arrête il faut que vous portiez plainte contre lui et ne pas la retirer. Je peux vous trouver un refuge pour votre sécurité. Ces endroits se tenu inconnu de tout le monde.

 - Monsieur... il va me retrouver... se sera pire s'il me retrouve....

 - Il sera tenu en cellule. Je ne le laisserais pas s'approcher. 

 - Vous ne comprenez pas. Il connaît des tas de gens... il a de l'argent beaucoup.

 Je m'appuyai sur la table et la regardai longuement.

 - Madame, si vous restez là il va finir par vous tuer. On vous déménage dans une autre ville, avec une nouvelle identité jusqu'à son procès. 

 Je la laissai réfléchir en la laissant avec une collègue, pour aller voir son connard de mari. A peine entre que l'avocat m'abreuva de terme juridique. Je m'assied lentement répétant ce que la femme m'avait dit. 

- John...

- Inspecteur Malone...

- C'est les phrases d'une femme provicatrice, imbibé d'alcool... vous savez que c'est irrecevable comme preuve.

 Je plaquai les photos sous le nez de l'avocat. En plantant mon regard dans le sien.

 -  Et j'imagine qu'elle c'est tapé la gueule tout seule? Comme à toute les putin de fois?! Desolé mais cette fois votre client sera mis en cellule. Tu ne t'en sortiras pas cette fois.

A- Inspecteur... vous savez que si vous n'avez pas de preuve solide c'est un maximum de 48 hres. 

 Donc on le mis en cellule loin alors que j'avais envie d'aller le cogner moi-même. Ma collègue était encore avec la femme. Je pris donc le chemin des cellules pour aller voir Becky. L'homme étant dans l'aile des hommes j'aurais la paix discuter avec elle. Je fis donc sortir le policier et m'assied devant sa cellule et poussai un soupir las.

 - Je ne peux que le garder 48hres. Tant que sa femme ne porte pas une plainte formelle je ne peux rien faire.

 Je remontai mon regard dans le sien un peu déçu de la tournure que ça prenait. Si c'était comme d'habitude elle finirait par retirer sa plainte.

- Si elle retire sa plainte... 

 Je poussai un long soupir en me passant une main au visage finissant par m'appuyer sur mes genoux tripotant mes doigts. Je secouai la tête lentement et me passai une langue sur les lèvres. 

- Il va s'en tirer encore et ça va recommencer. 

 Je la regardai un moment un peu plus intensément voulant qu'elle comprenne que peut importe ce que je pouvais faire...j'avais les mains liées. Je fouillai mes poches et me levai pour ouvrir la cellule.

 - Je n'ai rien contre vous. Vous êtes libre. 

 Je la laissai passer mais avant qu'elle quitte je l'arrêtai une main sur son épaule. 

 - Rester tranquille. Pas de vague surtout.

 Je me penchai à son oreille pour lui chuchoter.

 - J'irais vous voir à votre garage ce soir. Je serais plus libre de parler.

 Je me relevai relâchant son épaule.
Revenir en haut Aller en bas
Becky Reeves
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/02/2018 à Miami. J'ai posté : 400 Pointage : 945

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Ven 14 Déc - 11:32

Collaborer avec un flic, et puis quoi encore? Il ne pouvait rien faire pour rien. Chaque fois c'était la même chose, les vrais connard et salopard entraient et sortaient de cellule comme dans une auberge. Il suffisait d'un bon avocat et le tour était joué. Lorsque je vis ma cible entrer, mon regard ce durci et aussitôt je le retournai dans celui de l'inspecteur. Il voulait une collaboration de ma part? Qu'il me prouve qu'il n'abandonnait pas comme les autres flics et qu'il faisait bien son job. Il me fit retourner dans la cellule ou je poirotai un bon moment en tournant en rond. Maintenant, même si cet pourriture sortait je venais de me tirer dans le pied en agissant aussi spontanément. Ont ferait immédiatement le lien avec moi si je le butait... L'inspecteur revint finalement et après avoir fait sortir le policier il s'assied devant ma cellule.

- Et ça te surprend?

C'était toujours ainsi malheureusement. Je soupirai en l'entendant continuer. Il fini par me laisser sortir avant de mettre une main sur mon épaule. J'hochai la tête et enfin pus sortir de ce trou. Je sortais comme la femme du connar sortait aussi. Je la regard un long moment avant d'avancer doucement vers elle.

- Avez-vous retiré votre plainte?

Elle hocha la tête.

- Et si je vous promettait de vous protéger moi aussi?

Elle haussa un sourcil curieuse.

Femme. - Mais je...

- Je sais, mais je suis maintenant prise au piège et je ne peux plus rien faire pour lui. Retournez à l'intérieur et demandez à parler à l'inspecteur...

Je sortie le papier de ma poche afin de lire son nom.

- Malone. Il vous fera protéger et de mon côté, je m'assurerai que personne ne tente quoi que ce soit. Vous serai en sécurité.

Elle me regarda un long moment avant de hocher la tête et de retourner à l'intérieur. Je retournai donc chez moi, pris une bonne douche avant d'aller à mon garage. Connaissant Lucio, je savais qu'il avait fait le ménage chez moi et au garage, cachant tout ce qui pouvait m'incriminer en cas de mandat pour fouiller. Aussitôt que j'entrai dans le garage Lucio vint à ma rencontre.

L. Ça va?

- Oui, mais je vais devoir me tenir tranquille un moment j'ai l'impression.

J'allais probablement être surveillé un bout de temps...

- Tu sais qui a tenté de me faire plonger?

L. - Non, il sait bien ce cacher.

- Je vais dans mon bureau.

Aussitôt assise mes doigts ce mirent a pianoter sur le clavier. J'avais déjà une petite idée de la personne qui avait fait le coup, mais je devais d'abord m'en assurer. Au bout d'un long moment de recherche je soupirai. C'était bien ce que je pensais, elle était en ville... Le soir venue, je donnai congé à mes employés et restai seule dans le garage, travaillant sur une bécane que le proprio avait négligé. J'attendais l'arrivé de l'inspecteur. J'avais réglé son problème pour la plainte de la femme, ne restait maintenant plus qu'à attendre de voir si lui ferait correctement son job maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
John Malone
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 598 Pointage : 975

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Ven 14 Déc - 12:20

Ça me gonflait. Le trois quart des plaintes finissaient par être retirées soit parce que la victime avait peur, soit elle ne ne voulait pas s'embarquer dans un long et pénible processus judiciaire. Je pouvais les comprendre en un sens mais si tout le monde faisait dans les règles on aurait moins de cas de ce genre. Je pris donc le chemin des cellules pour aller parler à la jeune femme lui disant que je ne pouvais faire plus que ce que la loi me permettait. A sa phrase je haussai les épaules en soupirant.

 -  Il n'y a plus grand chose qui me surprend maintenant.

 Je lui jetai un regard triste sachant que cette femme était habité par la peur. J'ouvris donc la porte pour la laisser sortir lui disant que j'irais la voir. Un signe de tête plus tard et elle sorti alors que je retournai à mon bureau attendant qu'on me dise la suite des choses. Ma collègue vint me dire qu'elle avait retiré sa plainte me faisant pousser un soupir.

- John... j'ai tout essayé...

- Je sais Mary. Aller la-bas et ramasser le plus de preuves et de témoignages possible. Il faut le coffrer. Il ne doit pas s'en sortir cette fois c'est une question de vie là.

 Elle acquiesça hélant d'autres partenaires alors que je me levai pour aller me planter devant la fenêtre  les mains sur les hanches. Qu'est-ce que je pouvais faire de plus? Parfois j'aimerais être de l'autre côté de la loi...

 - Inspecteur? 

 Je me retournai et haussai les sourcils en voyant la jeune femme. Je l'invitai à s'asseoir et allai fermer la porte.

F- Si... si je porte plainte vous me promettez de me cacher loin de lui?

- Il n'y a que moi qui saurai ou vous êtes et la responsable du Centre. 

F- Personne d'autre? Je veux dire... il ne pourra pas...

 - Non il ne pourra pas vous atteindre. 

 Elle hocha lentement la tête alors que mon coeur me debattait dans la poitrine. Je lui re-expliquai les procédure judiciaires, qu'en tout temps elle pourrait communiquer avec moi. J'appelai un centre dans une autre ville et on m'assura qu'on pourrais venir la chercher demain matin à la première heure. Je lui dis donc de se préparer une valise pendant qu'une patrouille monierait la garde chez-elle. La noirceur tombant je fermai mes dossiers et quittai le poste. J'allai chez- moi me changer et revêtir un jean et un t-shirt. J'arrêtai dans un resto prendre un truc à manger et un pack de bière. Une fois derrière le volant je pris la direction du garage ou elle bossait. Je me stationnai et coupai le contact.

 J'entrai donc dans le garage et la vit plus loin. C'était vraiment mignon une femme qui n'avait pas peur de se salir les mains.

 - Hé petite souris? 

 J'attendis qu'elle se retourne et lui montrai le repas et le pack de bière. 

 - Chinois et bière. 

 Je posai le tout et me décapsulai un bière et en en prit une longue rasade. Déjà je me sentais moins coincé, plus détendu. 
 
 - Elle a reporter plainte. Une dame d'un centre ira la chercher demain matin mais rien n'es joué encore. Elle a la nuit pour revenir sur sa décision.
Revenir en haut Aller en bas
Becky Reeves
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/02/2018 à Miami. J'ai posté : 400 Pointage : 945

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Ven 14 Déc - 13:31

Dans mon bureau, je fis des recherches de malade pour confirmer mes doutes. C'était bien elle, j'en étais certaine. Il n'y avait qu'elle pour faire des trucs aussi tordue. Je fis aussi quelques recherches sur cet inspecteur, histoire de savoir à qui j'avais affaire. Selon ce que je trouvai, c'était un mec correct, rien à lui repprocher vraiment. Soupirant, je fini par donner congé à mes employés travaillant seule sur une bécane beaucoup trop négligé par son proprio. Je priais d'avoir bien fait de parler à la femme, qu'il allait bien la protéger. J'allais bien sûr y veiller aussi, gardant un oeil ouvert pour être certaine qu'elle ne court aucun danger. Je tentais de me concentrer sur ce que je faisais, tentant de me vider la tête et de ne pas penser à ce flic qui c'était montré différent des autres et qui m'intriguait. Ce fut finalement sa voix qui me sortie le nez de ce que je faisais. Me retournant, je hochai la tête pour le saluer et un petit sourire en coin apparut sur mes lèvres en voyant ce qu'il me montrait.

- Et bien, je dois vous donner ce point, vous savez parler aux femmes.

J'allai me laver les mains avant d'aller le rejoindre. Il était beaucoup mieux comme ça, en simple jeans et t-shirt, il semblait plus détendu et je devais avouer que ça lui faisait beaucoup mieux.

- Elle ne reviendra pas sur sa décision. J'espère ne pas avoir à regretter de lui avoir parlé...

Je pris une bière et après l'avoir ouverte j'en bue une longue rasade. Je le regardai un petit moment avant de poser une question qui me tracassait depuis un bon moment maintenant.

- Pourquoi petite souris?

Bon oui j'étais petite, mais quand même... Je le regardai en haussant un sourcil, curieuse. J'allais ensuite lui demander pourquoi il voulait me parler en dehors du poste, mais le son d'une moto me fit froncer les sourcils et regarder par les fenêtres flous de la porte du garage.

- Merde...

Je regardai John et sérieuse, je parlai rapidement.

- Vous voulez savoir qui a fait ce carnage? Allez dans mon bureau et surtout pas un bruit.

Je m'assis sur le comptoir maudissant la situation et attendit de voir Mia entrer. Chose qui ne tarda pas.

M. - Bonsoir Becky.

- Mia. Qu'est ce que tu veux?

M. - Tu le sais très bien ce que je veux! Comment as-tu fais pour sortir de là?

- Par magie. Maintenant fou le camps de mon garage.

Je ne voulais surtout pas qu'une bagarre éclate avec John dans mon bureau, si elle le voyait elle allait aussitôt le flinguer.

M. - Donc, tu es parvenue à te sortir de là, mais je présume que tu as du cacher toutes tes armes? Donc tu n'as rien pour te déffendre contre moi.

- Si tu es si brillante, tu dois sans doute réaliser aussi que je dois être sous surveillance. Ce ne serait pas brillant de faire un autre carnage miantenant...

Elle figea un moment avant de me sourire tendis que je me levais pour aller m'adosser à mon coffre à outils.

M. - Un seul flic qut tu cache dans ton bureau. Deux corps plutôt qu'un ses tout.

- Mia, tu crois vraiment que je ne suis surveillé que par lui?

Je vis l'hésitation ce lire dans son regard et sus aussitôt que j'avais gagné.

- Allez, fou le camps de mon garage maintenant.

M. - ce n'est que partie remise Byck.

- Et Mia? Ne t'avise plus jamais de me faire un truc pareil, si non flic ou pas, tu sais ce qui va t'arriver.

M. - Depuis quand protèges-tu un flic?

Je me figeai mon regard dans le sien.

- Pardon?

M. - Tu le protège, ça se voit à ta posture. Je suis certaine que si je fais un pas vers la porte, tu me saute à la gorge, mais tu me laisse t'approcher sans problème.

- Sort d'ici Mia, ses ton dernier avertissement.

Riant, elle sortie du garage. Je poussai un soupire en me passant la main sur le visage. Et il devait avoir tout entendue...

- Désolé pour ça, mais maintenant tu sais qui à fait ce carnage...

Ne me restait qu'à espérer qu'elle ne s'en prenne pas à lui maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
John Malone
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 598 Pointage : 975

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Ven 14 Déc - 14:04

Je n'étais pas du genre à fricoter avec l'autre côté de la loi mais parfois ça devenait nécessaire. Soit une information, soit une piste ou dans ce cas-ci à veiller sur une femme qui avait besoin de protection. Donc une fois changé et repas en main j'entrai dans le garage la voir affairé sur une moto et les mains sales de cambouis. Je lui montrai ce que j'avais apporter en l'interpellant. Son petit sourire la changeai vraiment de la bouille de bébé gâtée que j'avais eu droit au poste. 

 - Je fais mon possible.

 Je pris donc une bière et en pris une rasade. Finalement je lui rapportai ce que la femme m'avait dit. Je fronçai les sourcils en l'entendant. 

 - Vous en semblez certaine. Mais je vous avait dit d'être tranquille. 

 Je lui fis un petit sourire en coin. Puis bon qu'est-ce qui se passait dehors dans le parking... ce n'était plus du ressort de la police...tant que ça restait dans le légal.  Quand elle me demanda pourquoi je l'affublais du surnom de petite souris. Je lui fis un petit sourire en baissant la tête et fit un petit rire. Je remontai un regard en coin vers elle.

- C'est évident non? Vous êtes  petite et depuis le temps que je cours derrière vous... vous etes aussi rapide qu'une souris. De la petite souris.

 Je pris une autre rasade de ma bière. En fait ya que moi qui l'appelait comme ça. Pour les autres c'était un numéro de dossier ou " Ta salope à encore frappé". Elle ouvrit la bouche mais aussi elle me dit d'aller me cacher dans le bureau. Je disparut donc ma bière à la main et m'appuyai au mur écoutant ce qui se disait. Mia...ce nom m'était familier... pourquoi? Je tendais l'oreille casant les informations à mesure qu'elle arrivaient. Bon alors je m'étais pas planté totalement... elle avait des armes. Par lui? Putin j'étais si connu dans ce milieu moi? Encore heureux que je n'avais pas de copine qui sait ce qui aurait pu arriver?  Quand la dite Mia lui demanda depuis quand elle protégeait un flic je me redressai lentement près à me défendre prenant mon arme à ma cheville, doucement. Bon c'était pas un 9mm mais ça ferait le travail si besoin était. Elle finit par quitter alors que je remis mon arme à sa place comme Becky entrait. Je relevai un regard vers elle.

 - Il faudra me donner le plus d'information sur elle. Si tu ne veux pas qu'un jour elle te colle un truc sur le dos. Je suis prêt à t'aider à te debarasser d'elle. 

 Je fini ma bière et la posai sur le bureau. Je lui fis signe d'attendre et allai chercher le repas pour en revenir. Si elle n'avait pas faim moi je mourrais de faim. Je pris un casseau, les baguettes et même m'asseoir et relever le regard sur elle.

 - Alors tu compte veiller sur cette femme non? 

 Je ne lâchai pas son regard du sien et m'essuyait la bouche de la main. 

 - Tu compte faire comment si même toi ne sais pas où elle est?
Revenir en haut Aller en bas
Becky Reeves
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/02/2018 à Miami. J'ai posté : 400 Pointage : 945

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Ven 14 Déc - 14:37

Le voir sourire changeait complètement son allure. Je haussai les épaules lorsqu'il me dit m'avoir dit de rester tranquille, un petit sourire en coin apparaissant sur mes lèvres.

- Mais je suis restée tranquille, je n'ai fait que lui parler.

Je fini par lui demander pourquoi il me surnommait ainsi et un sourire apparut sur mes lèvres en le voyant sourire et en l'entendant rire.

- Je vois.

Je ne tentai pas de le convaincre que ce n'était pas moi, mais ne confirmai rien non plus. J'allais ensuite le questionner sur sa venue ici, mais le son d'une moto m'interrompis. Heureusement il ne ce fit pas prier pour aller dans mon bureau. J'eux toute la difficulté du monde à me retenir de ne pas tout simplement sauter sur Mia afin de me débarasser d'elle. J'étais allé m'adosser à mon coffre à outils pour au moins avoir de quoi me défendre. Je ne m'apperçue même pas que chaque regard qu'elle jetait vers le bureau me faisait me tendre, prête à passer à l'attaque. Cependant elle, le remarqua, ce qui n'était vraiment pas bon. Déjà qu'il était connue dans le milieu comme étant un bon flic, si en plus le fait que je l'avais protéger ce faisait savoir, des conneries allaient s'imaginer et ont tenterait de le faire disparaitre pour m'atteindre. Voila pourquoi j'étais seule, que je n'avais même pas seulement un ami.Je fini par aller le rejoindre dans le bureau lui disant qu'au moins il savait qui avait foutue cette merde. Je le regardai un long moment en entendant ce qu'il me dit. Nous avions une vision très différente de ce qu'était de ce débarasser de quelqu'un... Me faisant signe d'attendre, il alla chercher le repas et revint. Lui laissant la chaise, je m'assis en tailleur à même le bureau et pris un casseau et des baguettes.

- Oui.

Son regard restant dans le mien, sa question me fit sourire.

- Je n'ai pas besoin de savoir ou elle est. Ce n'est pas sur elle que je vais garder un oeil, mais sur les personnes qui risque de la chercher.

Je commençai à manger lentement. Déjà juste le fait de savoir qu'elle était sous ma protection éloignait de beaucoup le danger d'elle. Au bout d'un moment, je relevai le regard sur lui.

- Tu n'as surement pas fais ce chemin simplement pour me poser cette question? Pourquoi vouloir me parler en dehors du poste?

Il savait ce que je faisais et risquait sa peau en venant me voir ainsi seule. Ne pas avoir été celle que je suis, j'aurais pus en profiter et le faire disparaitre une fois pour toute. Il devait certainement avoir une autre raison pour être venue jusqu'ici...
Revenir en haut Aller en bas
John Malone
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 598 Pointage : 975

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Ven 14 Déc - 15:02

Petite souris... elle avait la rapidité et la discrétion mais elle était farouche, prêt à bondir comme une lionne. Et dans le bureau je ne pu que le constater. Elle aurait pu me dire de rester là mais elle avait préférer me protéger et visiblement la dite Mia s'en était aperçut elle aussi. Ce n'était pas bon pour elle comme pour moi. J'étais pas un de ses flic ripou j'étais juste avec les gens, je leur donnais une chance et habituellement on me le rendait bien. Mais là... si elle voulait s'attaquer à moi... Je devrais me montrer vigilent. Donc une fois que je tombai seul avec Becky je lui demandais un maximum d'informations sur elle pout au moins coffrer la bonne qui faisait des truc sur son dos. 

 Prenant un casseau et commençant à manger je lui parlai de cette femme qu'elle voulait surveiller. J'écoutai sa réponse lui faisant un sourire. 

 - Alors elle sera bien protéger alors. 

 Je me calai dans le fauteuil et pris une autre bouchée qui se figea dans ma bouche. Encore heureux que l'équipe tactique ne soit pas venu mettre des micros ici. Je mâchai lentement pour finalement poser le tout. Je relevai un regard sur elle.

 - D'abord je tiens à dire que je n'ai jamais cru que c'est toi qui avait fait ce meurtre. Mais effectivement j'ai un truc à te demander. Ce sera... disons délicat. 

 Je me mordis la lèvre réalisant comment je pouvais plonger avec elle si ça venait à se savoir. Mais elle et moi savions qu'il ne s'arrêterait jamais et ce peu importe avec qu'elle femme il serait.

 - Cet homme, vous savez comme moi qu'il ne s'arrêtera jamais et ce peu importe avec qui il sera. Vous l'avez vu comme moi il a presque tué cette femme.

 Je me levai et fis les cent pas pour trouver une façon intelligente de lui apporter ça. Je fini par me planter devant elle.

 - Pouvez-Vous le faire.... disparaître? J'ai un dossier épaisseur comme ça au poste juste pour lui. Je sais que je vous ai dis de vous tenir tranquille et se ne serait pas pour tout de suite. Mais....

 Je penchai la tête un instant en fermant les yeux. Je relevai la tête et plantai mon regard dans le sien.

 - Je ne peux aller la ou la loi me dit d'arrêter. Et j'ai vu comment ça vous faisait chier. Vous avez les connaissances mécaniques un bris de voiture et voila ou peut importe ce que se sera. Je... 

 Je me passai une main dans les cheveux en prenant une inspiration.

 - Je vous demande votre aide pour elle. Elle doit avoir l'esprit tranquille.
Revenir en haut Aller en bas
Becky Reeves
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/02/2018 à Miami. J'ai posté : 400 Pointage : 945

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Ven 14 Déc - 15:50

Qu'est ce qu'il pouvait bien me vouloir pour venir jusqu'ici plutôt que de me parler au poste? Cela m'intrigueait. En fait, il m'intriguait tout bonnement. Mangeant en silence pendant un moment, je fini par lui poser la question. Ce figeant un moment, il fini sa bouchée avant de poser son repas et de relever le regard sur moi. Je relevai un sourcil lorsqu'il commença à parler. Délicat? Quelque chose me disait que je n'aimerais pas ce qu'il avait à me demander... Je fronçai les sourcils lorsqu'il me parla du mec contre qui j'avais convaincue la femme de faire une plainte. Il allait plongé non? Donc il ne pourrait plus faire de mal à aucune femme. Je le regardai faire les cents pas, jusqu'à ce qu'il ne vienne ce planter devant moi. Plus il parlait et plus mon regard ce durcissait. Il était en train de me dire que ce salopard allait s'en tirer malgré tout?

- Pardon? Il ne va pas aller en prison, même avec ton dossier épais et la plainte de cette femme? C'est ça que tu me dis?

Et après cela ont nous dit de faire confiance en la justice... Il savait que cet ordure allait s'en tirer et me demandait de le liquider. Je me figeai un moment en le regardant. Un flic me demandait de...

* Flash back *

- Si tu veux rester libre et en vie, ne fais jamais confiance à personne Becky.

Du haut de mes 10 ansje regardai mon père, un tueur à gage dont le nom n'était plus à faire.

- Mais papa, les policiers sont gentils, ils nous protègent.

Mon père ria doucement.

- Ils ne pensent qu'à faire monter leur carrière...

- Mais ils arrêtent les méchants.

- Seulement ceux qui n'ont rien à leur offrir. Ils sont rusés, tu ne dois jamais faire confiance à un policier.

* Fin du flash back *

Mon regard dur dans le sien, je réfléchissais à toute allure. Il devait y avoir des micros. Les micros ne devaient pas avoir été posé dans le garage si non Lucio l'aurait su, donc soit ils étaient sur lui, ou sur quelque chose qu'il avait apporté. Il me suffisait d'accepter et j'allais me retrouver en tôle. Lentement je me levai, sans dire un mot. Je regardai d'abord sous les casseau puis dans le sac avant de m'approcher de John. Sans rien dire je fis courir mes doigts sur lui, le fouillant à la recherche d'un micro ou de quelque chose, mais mis à part son arme à la cheville je ne trouvai rien. Me redressant, je plantai mon regard surpris dans le sien.

- Tu es vraiment sérieux?

Lui, le flic réputé pour être un des plus droit me demandait ça. Je me reculai incertaine. Il devait y avoir un piège... Je me mordis la lèvre un moment en retournant m'asseoir sur mon bureau.

- Comment je sais si je peux avoir confiance?

Là je me sentais vraiment comme une souris, mais une souris prise dans un piège...
Revenir en haut Aller en bas
John Malone
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 598 Pointage : 975

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Ven 14 Déc - 16:24

Quand elle me demanda ce que je voulais je me figeai une seconde pour finalement exposer mon idée. Je me montrai assez clair pour qu'elle comprenne. Mais je savais comment il était bourré de fric, comment il pourrait facilement réduire sa peine également. Le regard de Becky se fit plus dur et noir alors qu'elle le planta dans le mien. Je poussai un petit soupir en penchant la tête sur le côté. 

-Ce n'est pas à toi que je vais expliquer comment marche le monde. Il est bourré de fric. Il va faire quoi... 3 ans de taule un an s'il est gentil. Tu sais comme moi que plus tu as de fric et de contact plus grande sont les chance de t'en sortir.

 Je rêve là elle ne me demandait pas ça sérieusement. Je la laissai ruminer l'idée. Je savais que c'était saugrenu de ma part. J'étais un bon flic, droit et je ne compte plus les pots de vin que j'ai refusé en carrière. Mais ça faisait tellement longtemps qu'il entrait et sortait du poste et presque autant que sa femme retirait sa plainte que je crois que je lui devais bien ça: la paix. Quand je la vis farfouiller je roulai des yeux.

 - J'ai pas de micros...

 Elle me tâta à la recherche d'un micro. Sérieux je me sentais piqué dans mon ego de mâle là. J'étais pas con à ce point quand même!  Quand elle me demanda si j'étais sérieux je haussai un sourcil.

 - Très sérieux Becky.

 Comment elle faisait pour me faire confiance... Je pris un longue inspiration et mis les main dans mes poches. Je hochai la tête lentement en me mordant la lèvre. 

 - Parce que d'abord je t'ai pas collé cette boucherie sur le dos. Pour la simple et bonne raison que je savais que ce n'était pas toi et que... j'ai disons pris ta défense hier soir.

 Je plantai mon regard dans le sien.

 - J'ai dis à mon chef que ce n'était pas toi. Puis si je ne te faisais pas un peu confiance je ne risquerais pas ma carrière. 

 Je la regardai longuement fouillant son regard. Si je me faisais prendre j'étais bon pour la taule pour meurtre prémédité, complot de meurtre et j'en passe. Je sais que c'était mince comme preuve de confiance. Je fouillai ma poche de veste et lui tendis une enveloppe. 

 - Disons que c'est un départ.  Tu as là tout les endroits où il aime aller. Ces resto préféré, les bars ou ils va, son boulot, même ce club de golf à la con ou il est membre. Plus une avance sur le boulot. 

 Je m'assied lentement dans le fauteuil et repris mon casseau et chipotai dedans. 

 - Tu sais qu'il finira par la retrouver et ce malgré tout ce qu'on pourra faire. 

 Je remontai un regard vers elle et la regardai un moment.

 - Il a un but et il va tout faire pour l'atteindre. Tu le sais aussi bien que moi.
Revenir en haut Aller en bas
Becky Reeves
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/02/2018 à Miami. J'ai posté : 400 Pointage : 945

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Ven 14 Déc - 17:10

J'aurais du fermer ma gueule et m'en occuper moi même de ce mec! Il allait avoir toute les chances de s'en sortir et même avec le dossier et la plainte officiel. Et après ça il voulait que je l'aide à faire coffrer Mia? Non merci j'allais m'occuper moi-même de cette garce. Ayant soudainement un doute, je me levai et fouillai ce qu'il avait apporter avant de le fouiller lui à la recherche de micros que je ne trouvai pas. Surprise, je lui demandai alors s'il était sérieux. Comment voualit-il que je lui fasse confiance? Il était du bon côté et moi... Dans la zone grise. Je ne voayais pas le monde blanc ou noir comme la plupart des gens, je savais qu'il y avait aussi du gris et de différentes teintes en plus. Je relevai un sourcil, un peu surprise lorsqu'il me dit avoir pris ma défense la veille. Je pris l'enveloppe en écoutant ce qu'il me disait, réfléchissant. Un long moment après qu'il eut terminé de parler je ne dis rien, faisant tourner l'enveloppe dans mes mains, mon regard sur lui. Je fini par soupirer et lui redonner son enveloppe.

- Je sais déjà tout ça. Je sais même qui travaillent pour lui, qui est sa maitresse et toutes ses petites cachettes.

Prenant mon casseau, je pris une bouchée avant de relever à nouveau le regard sur lui.

- Il est déjà ma prochaine cible.

Je me levai et allai nous chercher chacun une bière. À mon retour, je lui tendis la sienne et le regardai un long moment.

- Soit très prudent à partir de maintenant. Mia va probablement tenter de s'attaquer à toi pour m'atteindre... Ne tente rien contre elle, je vais régler ça moi-même.

Il était hors de question qu'elle se retrouve en tôle pour en ressortir dans quelques années sans que je ne m'y en attende et me tombe dessus. Ça c'était si elle ne ce faisait pas descendre après avoir tiré sur des flics.

- Deux questions maintenant. Est ce que je risque une descente ici ou chez moi? Et, comment crois-tu maintenant que je pourrai faire quoi que ce soit contre ce connard sans que ça ne me retombe dessus?

La plupart des tueurs avaient un flic de confiance pour les aider ou leur refiler des tuyaux. Même mon père en avait eux un et ses la raison pour laquelle je n'en avait pas. Si mon père était en tôle c'était justement à cause de ce flic qui l'avait trahis pour propulser sa carrière. Aujourd'hui ce flic était le chef du détective assis justement devant moi... Et moi je m'apprêtais à m'associer avec lui pour un pauvre tarré bouré de pognon...
Revenir en haut Aller en bas
John Malone
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 598 Pointage : 975

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Ven 14 Déc - 18:34

Je voulais lui prouver toute ma bonne volonté, qu'elle pouvait avoir une pleine confiance en moi. Je lui tendit donc une enveloppe contenant les informations au dossier elle ne l'ouvrit même pas et me la retendit. Je posa ma main sur la sienne et la repoussai vers elle. Mon regard dans le sien.

 - Tu sais peut-être tout ça mais il y a un plan de sa maison, le code de son système d'alarme et même celle de ses bagnole. De plus je t'ai dis qu'il y avait une avance en argent pour toi dedans.

 Elle retourna sur le bureau prenant une bouchée de son plat. Je la regardai un instant.

 - Il ÉTAIT ta prochaine cible. Jusqu'à ce que je te dise de bouger. 

 Je retournai m'asseoir et chipotai dans mon plat quand elle me dit d'être très prudent pour ne pas croiser la dite Mia. Je hochai la tête une bouchée dans la bouche. Elle ne me faisait pas peur au contraire. 

 - Je vais être prudent. Je ne la chercherais pas mais si elle croise ma route... Je me défendrai je veux que se soit clair.

 Je posai mon casseau vide et pris une longue rasade de ma bière. Je fini par l'avaler lentement.

 - Présentement c'est vrai que tu ne pourras rien faire. Je t'ai promis de te dire aussitôt qu'ils ne surveilleront plus. Je te couvrirai pour les preuves... que tu laisse jamais ça je peux te donner cette qualité. Puis non tu ne risque aucune descente. Pour ça... Je dois donner mon accord et je ne le donnerais pas. 

 Je pris une gorgée de ma bière en remontant un regard moqueur en coin.

 - Après tout... Je n'ai aucune preuve valide contre toi petite souris. A mon tour, qu'est-ce qui me garanti que tu n'enverra personne me liquider? Ou même aller balancer ce que je t'ai demandé
Revenir en haut Aller en bas
Becky Reeves
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/02/2018 à Miami. J'ai posté : 400 Pointage : 945

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Ven 14 Déc - 18:59

Lorsque je voulu lui redonner l'enveloppe, il posa simplement sa main sur la mienne et la repoussa, me faisant froncer légèrement les sourcils. Je soupirai en l'entendant et pliai l'enveloppe avant de la mettre dans ma poche. J'avais déjà la plupart de ses renseignement et ce n'était pas l'argent qui me manquait ou même qui me motivait, mais bon, je verrai ça plus tard. Je l'avisai ensuite d'être prudent. Je savais déjà ce que Mia devait s'imaginer par mon comportement protecteur et je me doutais qu'elle tenterait de s'en prendre à lui pour m'atteindre.

- J'espère bien que tu te défendra, mais soit vigilent, elle sait très bien ce battre.

Travailler avec lui ne serait pas facile, après tout c'était un flic qui avait envoyé mon père en prison. Comment est ce que je pouvait bien être certaine de pouvoir lui accorder ma confiance? Mais c'était vrai que nous risquions tous les deux énormément pour le moment donc, je pouvais bien mettre cette question de côté. Je lui en posai deux autres. Je voulais savoir si je pouvais reprendre mes armes et partir en traque de Mia au moins en attendant, mais pour cela j'avais besoin de mes armes... Aussi comment voulait-il que je m'occupe de ce pauvre con sans qu'immédiatement je ne sois suspecté? Je hochai la tête en entendant sa réponse, finissant par cacher un sourire en coin derrière une gorgée de bière en entendant à nouveau le surnom dont il m'avait affublé. J'avalai ma gorgé et le regardai un moment en entendant ses questions.

- Et bien, pour te balancer, je devrais moi aussi me dénoncer, ce qui serait un peu stupide. De toute façon tu irais en prison quoi? Quelques années sur quoi tu serais relâcher pour avoir été gentil et là je serais dans la merde.

Je lui fis un petit sourire moqueur avant de poursuivre.

- Ensuite et bien... Je ne fais pas faire le boulot par les autres. Je n'ai confiance en personne et comme tu as surement remarqué, je ne touches pas aux gens du bon côté.

Sur quoi je me levai en m'étirant. Une bonne nuit de sommeil dans mon lit ne me ferait pas de tord.

- Les matelas dans vos cellule sont vraiment de la merde, avoir eux confiance en la propreté du planché j'aurais dormi directement sur le sol...

Je lui fis un petit sourire en coin avant de soupirer.

- Je me tiendrai tranquille, mis à part pour Mia, en attendant de tes nouvelles. Fait en sorte de ton côté que cette femme soit bien caché et moi je garderai l'oeil ouvert pour éviter que quelqu'un ne la traque.

C'était tout ce que l'on pouvait faire pour le moment malheureusement...
Revenir en haut Aller en bas
John Malone
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 598 Pointage : 975

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Ven 14 Déc - 19:39

Elle savait se défendre. Ça tombait bien moi aussi. Mais je ne relevai pas. Je ferais attention c'est clair mais qu'elle ne vienne pas se frotter à moi... Je suis assez combatif dans min genre. Je lui repoussai l'enveloppe contenant une avance sur le travail qu'elle allait faire avant d'aller m'assoir et finir de manger. Quand elle me posa ses deux question je lui répondit le plus franchement du monde. Je savais que ce nous mettais tout les deux dans l'embarras. Je lui retournai la question. Je haussai les sourcils en l'entendant. 

 -  Un flic en taule... ça n'a aucun passe droit. Mais merci.

 Je fini ma bière en une longue rasade et me levai je fis un petit rire en l'entendant. 

 - On fait ça pour que personne ne revienne. Allez, je te recontacte. Attend...

 Je pris un stylo et gris sonna deux numéro. 

 - Le premier chez-moi le deuxième mon cellulaire. Hésite pas. Bonne soirée petite souris. 

 Les jours passèrent et je m'assurai que la femme soit partie et bien en sécurité. La propriétaire du gîte me donnais des nouvelles régulièrement ainsi que la femme. Elle avait toujours peur mais elle reprenait du mieux. De mon côté j'étais attentif à savoir quand on allait relâcher la surveillance.

- Alors John tu as quelque chose sur ce carnage 

 - Desolé chef... absolument rien. Il va devoir le mettre de côté pour le moment. 

- Et si on la mettait sur écoute? 

 Je relevai la tête de mon dossier, le coeur ratant un battement alors que je fronçai les sourcils.

-Non on obtiendrais rien vous le savez. Puis si elle parle en code le temps qu'on dechiffre le tout elle sera déjà à l'autre bout du monde.

 - Ouais.   Ta raison. Alors on arrête la surveillance alors. Tu me le dis s'il y a du changement.

 - Comme toujours chef.

 Comme la porte se referma je poussai un soupir en fermant les yeux. C'était moins une. Je continuai de bosser et une fois que j'eus terminé je quittai composant le numéro de son garage. Je fis un petit sourire en l'entendant répondre. 

 -Alors petite souris, tu travaille fort? Écoute il relève la surveillance mais reste tranquille encore une semaine. Après tu pourras aller chercher ce que tu as besoin .

 Après une semaine, et mon quart terminé je débarquait à son garage après l'avoir appelé. Encore une fois bouffe et bière alors que je lui dis que les patrouilles ne la surveillait plus et qu'elle serait tranquille. Je fini ma pointe de pizza et relevai un regard dans le sien.

 - Je sais que tu as tes méthodes Becky mais... essaie de faire passer ça pour un accident ou un bris mécanique. Juste pour ne pas que les soupçons revienne sur toi. 

 Je me mordis la lèvre un moment en baissant le regard. Je fini par le remonter vers elle.

 - J'ai pas envie qu'il t'arrive quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Becky Reeves
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/02/2018 à Miami. J'ai posté : 400 Pointage : 945

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Ven 14 Déc - 20:28

Une fois que John fut partie je regardai longuement le bout de papier avec ses numéros.

- Dans quoi je mets les pieds moi?

Soupirant je fini par fermer le garage et retournai chez moi ou je pris le plus long bain qui soit avant d'aller me coucher. Les jours passèrent et j'attendais, ce qui n'était pas mon fort. Je devenais irritable à tourner en rond, allant de mon garage à chez moi à tous les jours. Cela en était qu'un matin Lucio m'attendait dans mon bureau.

L. - Byck, trouve toi quelque chose à faire.

- Pourquoi?

L. - Tu es tellement grognonne que même les clients ont peur.

Je poussai un soupire lasse.

- Je déteste tourner en rond.

L. - Ont a eu une commande si ça t'intéresse. Le gars veut une bécanne que l'ont monterait nous même, ça te tiendrait occupé.

- Le gars ou toi?

Il me fit un petit clin d'oeil et sortie du bureau. Je commençai donc à monter une moto, cela me tenait au moins l'esprit occupé. Un soir John me téléphona me faisant à nouveau sourire en m’appelant petite souris.

- Comme toujours oui. Parfait Merci pour l'info.

Lorsque je raccrochai, je vis un petit sourire en coin sur les lèvres de Lucio avec qui j'étais seul encore dans le garage.

L. - Et bien, au moins un qui parviens à te faire sourire.

Je lui lançai la guenille avec laquelle je venais de m'essuyer les mains.

- Normal que je souris, j'ai enfin la paix.

L. - Tu es certaine que ses ça qui t'a fait sourire en premier?

Je soupirai avant de replonger le nez dans le montage de la moto qui prenait forme tranquillement, sous les rire de Lucio. Une semaine plus tard, John vint me trouver au garage. Encore une fois il apporta bière et bouffe, me faisant sourire.

- Je risque de m'habituer.

Riant doucement je repris place sur mon bureau, lui laissant ma chaise. J'hochai la tête en mangeant lorsqu'il me fit savoir que j'allais enfin être tranquille et que je pouvais reprendre mes armes. Finissant sa pointe de pizza, il me parla alors de mes méthodes et du fait que les soupsons reviendraient sur moi.

- J'ai mon idée t'inquiète.

Je le regardai baisser le regard en ce mordant la lèvre et allais prendre une bière lorsqu'il reprit la parole. Je figeai un moment, le goulot au bord des lèvres avant de redescendre lentement la bouteille.

- Il ne m'arrivera rien.

Je le regardai un moment, me demandant s'il jouait la comédie pour endormir ma méfiance. Si c'était le cas il était un fichu bon comédien. Il s'inquiétait réellement pour moi? Je fini par lui faire un sourire rassurant.

- Je n'utiliserai aucune de mes lames sauf en cas de nécessité.

Je le regardai un long moment, cherchant à comprendre ce qui pouvait faire en sorte qu'il s'inquiète ainsi pour moi. Voulant dissiper le malaise, je me levai et allai chercher deux autres bières.

- Personne dans le milieu n'a encore oser faire de recherche pour la trouver. Ils savent qu'elle est sous ma protection en plus de la votre donc ils ont la trouille.

Je lui fis un petit sourire avant d'ouvrir ma bière.

- Pour le moment la seule qui m'inquiète ses Mia, elle est trop tranquille. Tu n'as rien vue de suspect?
Revenir en haut Aller en bas
John Malone
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 22/03/2017 à Miami. J'ai posté : 598 Pointage : 975

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Ven 14 Déc - 21:06

J'avais bossé en malade en plus de veiller à ce que la jeune femme soit en sûreté. Je rageais car je ne pouvais aller plus vite que le système judiciaire et il était d'une lenteur à faire peur. J'avais été d'un silence de mort sur ce que j'avais demandé mais surtout je protégeais chaque bribes d'information que j'avais sur Becky. Comme si je protégeais un trésor.  Je l'avais contacté quelques fois et à chaque fois j'aimais entendre sa voix. Donc quand j'eus l'information qu'on relâchais la surveillance je téléphonai à la jeune femme lui disant de se tenir tranquille encore une semaine.

 Au bout de la semaine j'arrivai avec pizza et bière je fis un petit rire quand elle me dit qu'elle pourrait s'habituer.

 - Alors profite pendant que ça passe.

 Je pris donc une part lui disant qu'elle pourrait reprendre ses armes. Lui disany de faire bien attention pour ne pas que les soupçons reviennent sur elle. Je hochai lentement de la tête quand elle me dit qu'elle avait son idée. Je fini néanmoins de lui dire que je ne voulais pas qu'il lui arrive quelque chose. 

 - Fais attention quand même. 

 Je ne détournai pas le regard le gardant dans le sien. Je savais que c'était jouer avec le feu mais je ne pouvais m'empêcher de m'inquiéter pour elle. Et... puis bon de la trouver jolie. Dangereusement attirante même.  Je répondis à son sourire alors qu'elle me dit qu'elle n'utiliserai pas ses lames. Ah bien... comme ça je serais moins embêté de trouver comment la couvrir. 

 Un malaise flottait dans l'air alors elle alla chercher deux bières et m'en tendit une. Avant de me parler de la jeine femme.

- Ya que moi qui sait ou elle est. Personne d'autre au poste ne sais. Je sais prendre mes précautions.

 Je pris une rasade quand ellee parla de Mia. Je secouai la tête tristement.

 -Non je n'ai rien. Mais je fais attention si c'est ce qui t'inquiète. Je me prends jamais le même chemin, je vérifie avant d'entrer chez-moi ou même avant de partir. 

 Je la vis pensive, perdue dans ses pensées. Je lui fis tourner la tête vers moi pour qu'elle me regarde et la tirer de ses rêveries. 

 - Moi aussi ça m'inquiète de la savoir aussi silencieuse. Mais je te promet que je fais attention.
Revenir en haut Aller en bas
Becky Reeves
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 18/02/2018 à Miami. J'ai posté : 400 Pointage : 945

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   Ven 14 Déc - 22:15

Tout le temps ou je du me tenir tranquille, je m'étais posé des questions sur John. J'avais apprit très jeune à ne faire confiance à personne et encore moins au policiers. J,avais toujours été méfiante envers tout le monde, c'était un mode de vie, mon mode de vie. Même Lucio avait mis un temps de malade avant que je ne commence à lui confier mon garage en ayant l'esprit tranquille. Il m'avait prouvé de nombreuse fois qu'il était fiable, mais encore aujourd'hui, je me méfiais par moment. Je me retrouvai donc à le fixer du regard en m'interrogeant à nouveau sur lui lorsqu'il ce montra inquiet à mon égard. Je fini par mon montrer rassurante avant de replonger dans son regard. Ce rendait-il compte d'à quel point le seul fait d'être ici pouvait être dangereux? D'à quel point je pouvais être un danger pour lui et pour sa carrière? D'à quel point être avec un flic pouvait être dangereux pour moi? Ce voir était déjà un jeu dangereux, le trouver aussi attirant était dangereux et le laisser trop m'approcher serait me brûler douloureusement. Voulant dissiper le malaise, j'allai nous chercher chacun une bière avant de lui parler de notre protégée, pour finalement lui parler de Mia.

- Bien. Sois très prudent ce n'est pas normal chez elle de ce montrer aussi calme.

Elle manigançait quoi maintenant? Avait elle quitté la ville? Mieux était-elle morte? J'étais perdue dans mes pensées à tenter de comprendre ce qu'elle pouvait bien préparer lorsque John me fit tourner la tête vers lui, me promettant de faire attention. Mon regard ce perdit dans le sien un long moment, me perdant complètement dans ce noir de nuit si profond.

- Je ne voudrais pas non plus qu'il t'arrive quelque chose...

J'avais à peine murmurer, perdue dans ses prunelles sombre. Je ne devais pas le laisser m'approcher de trop près, c'était jouer avec le feu, mais dieu que ce feu était attirant...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le chat et la souris - John   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le chat et la souris - John
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 8Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Je suis le chat, Jack la souris et toi Jenna ? [Pv: Jenna et Jack]
» Le Chat et la Souris. Et le Poulet.
» [Moment fort 17] : Quand le chat dors les souris dansent
» Le chat et la souris
» Quand le chat n'est pas là, les souris dansent... OU PAS !! [Pv Bulle et Flamme]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chronosphère :: passer - futur - alternatif :: Changeons notre histoire!-
Sauter vers: