Partagez | 
 

 When i'm gone [Lincoln]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 02/09/2018 à Miami. J'ai posté : 29 Pointage : 0

MessageSujet: When i'm gone [Lincoln]   Lun 3 Sep - 23:34


Tu viens de débarquer dans ce bar comme un cheveux sur la soupe. Normalement tu ne serais pas supposé t’y trouver, mais tu avais l’impression dlêtre suivis par Avery. Alors pour le semer t’es entré au premier endroit que t’as croisé. Ton coeur battant à la planche dans ta poitrine, t’essaies de reprendre ton souffle. Les gens autour de toi te regardent bizarre, il y a même quelqu’un qui te rentre dedans alors qu’il regarde ailleurs. «  Hé !  » Dis-tu pour lui faire signe que tu te trouvais là. L’homme en question se retourne et te vois. « Désolé ! » Tu replaces tes vêtement et lève finalement les yeux vers lui. « Ah bah putain d’merde ! LENNOX ! » Tu fronces les sourcils le regard un peu perplexe. « Euh .. on s’connait ?» Finis-tu par dire alors que tu tentes de savoir qui il est ce mec. Tu as du mal à mettre un prénom sur sa tête mais tu le sais que tu l’as déjà vu quelques part, mais où ? « Bordel ! Faut qu’il te voit ! Sinon il ne me croira pas. » Cette soirée allait-elle finir un jour c’était rendu n’importe quoi. Tu tentais de fuir Avery et là tu te retrouvas en compagnie d’un gars que tu ne connais pas.  « Qui ? » Une main derrière ta nuque -mal à l’aise tu tentes de regarder dans ce bar. Tu ne connais personne. Il t’agrippe par le bras et t’entraine vers sa bande de copain. T’es  pas certain de trouver la situation drôle. Tout ce que tu voulais en réalité c’était de rentrer chez toi et avoir la sainte paix.  Tu suis donc le gars que tu sembles connaitre puis il s’arrête devant cette beauté. Ton coeur s’arrête et d’un coup une vague de chaleur te traverse le corps. Jamais tu te sens nerveux, mais là devant lui t’as tu mal à tenir en place. Tu hésites entre foutre le camp - prendre le risque qu’Avery t’attrape ou rester là le contempler et avoir l’air idiot. Tu crois vraiment que tu préfères avoir l’air idiot. T’as foutu le camp un soir comme ça parce que tu en avais marre de jouer avec lui. Enfin d’être « sa pute » comme tu lui as si bien dis. Non seulement à ce moment là tu étais fou amoureux de Lincoln mais t’étais aussi un dopé impulsif. Tu ne pensais à rien et tu agissais sur le coup de l’émotion. « Je .. » Dis-tu un coup figé devant lui. « J’y allais .. j’reste pas mais écoute bonne soirée hen .. ! » Tu te pinces finalement les lèvres mal à l’aise. Et s’il t’en voulait toujours d’avoir foutu le camp. Es-tu prêt à te disputer là, ici dans ce bar avec lui. Comme si ta vie n’allait pas encore assez mal.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 03/09/2018 à Miami. J'ai posté : 30 Pointage : 0

MessageSujet: Re: When i'm gone [Lincoln]   Mar 4 Sep - 0:04



Lennox & Lincoln

I breathe out now and we fall back in

Il n’y avait aucun doute : cette soirée, Lincoln l’avait attendue avec impatience. Depuis qu’il s’était fiancé, il ne s’était que très peu investi dans tout ce qui avait un lien avec le mariage. Pour peu dire, sa future femme s’occupait de tout : Les couleurs, les salles, l’église, et il en passait. Ça lui allait. Ne pas s’en mêler éviterait des dispute, d’autant plus qu’il n’avait rien à faire de savoir à quoi ressembleraient ses centres de tables. Mais cette soirée, sa soirée d’enterrement de vi de garçon, il y tenait. C’était un peu tôt : le mariage avait lieu 6 mois plus tard. Seulement, son best man et son cousin avaient décidé que ce n’était jamais trop tôt pour célébrer. Peut-être manquaient-ils tous de raisons pour sortir depuis un moment.. qu’à cela ne tienne. Sa vie de garçon, il l’enterrerait à toutes les semaines d’ici le grand jour s’il le fallait, puis toute l’année qui suivrait s’il le fallait. Seulement, ce soir c’était LE SOIR. Le fait était qu’il savait déjà qu’il ne rentrerait pas coucher, et si jamais la vie faisait qu’il ne rentrait pas demain non plus… eh bien soit. Lever le coude était son fort, de toute manière et sa copine passait ses soirée avec ses demoiselles d’honneur a réinventer les plans de table pour une énième fois. S’il pouvait ne pas être la pendant que la jeune femme lui répétait pour la 15e fois que ce serait plus facile s’ils n’avaient pas à aménager un espace pour la chaise roulante de son grand-père. Elle n’avait qu’à le porter jusqu’à la table d’honneur si elle voulait lui retirer sa chaise. À cette pensée, le grand homme ne put s’empêcher de rire. Il lui souhaitait presque mentalement que sa traine ne soit pas trop longue…. Il se souhaitait surtout que cette robe s’attachait avec une fermeture éclair. Il n’avait aucune envie de délacer un corset pendant un quart d’heure  le soir de ses noces. Cette soirée se devait d’être mémorable, ainsi que la semaine de lune de miel qui suivrait. Après tout, le couple prenait plutôt rarement leur pied dernièrement. Madame était trop stressée et épuisée des préparations. Leurs moments d’intimité étaient fades. Sans goût.

Avant de sombrer dans une mauvaise humeur et se laisser gâcher sa soirée, Lincoln leva le bras pour demander une nouvelle bière en terminant d’un trait celle qu’il avait déjà dans les mains. La conversation tournait autour d’un possible road trip dans un autre État pour mieux profiter d’une autre soirée « sans que personne n’en sache jamais rien. » C’était les mots d’un de ses collègue du gym. Pas une mauvaise idée, pensa-t-il en souriant à pleine dent. Lincoln regardait l’autre homme, assis sur le dossier d’une banquette, expliquer qu’il connaissait un hôtel bien reconnu pour ses expériences inoubliables…

Puis il entendit une autre voix s’élever et couper le récit en cours. « Hey, r’gardez qui j’ai trouvé! Sale coïncidence, hein?!» Il y a ces fois où on se retourne, certain d’avoir vu un visage familier du coin de l’œil, pour se rendre compte qu’il s’agit d’un pur inconnu. Mais cette fois, la vague d’impression ne quitta pas Lincoln. Plus il découvrait ce visage, plus ses impressions étaient fermes. Tangibles. Et ça ne pouvait pas être l’alcool. « Je .. J’y allais .. j’reste pas mais écoute bonne soirée hen .. ! » Pourquoi si tôt? Le grand brun n’arrivait pas encore à décider parmi la vague d’émotion qui le submergeait s’il était surpris, en colère ou même complètement zen que Lennox se trouve devant lui. Peut-être avait-il trop tourné l’idée dans sa tête que c’était impossible qu’il ne le revoit jamais que le karma s’était occupé de lui faire cette sale farce le soir où il soulignait son mariage prochain. Est-ce que cela avait de l’importance? Non.

-Non.. non, soit pas pressé. C’est … c’est une belle soirée.

Il n’était pas sensé le prononcer, ce « non », mais c’était sorti tout seul. Se rattraper s’est fait le plus naturellement possible. Une belle soirée. Et puis quoi encore? Quelle belle excuse qui ne valait rien dire du tout. Le fait était que quelque chose en lui, une plaie qu’il aimait ignorer, semblait s’être fissurée. Il n’était pas prêt à le voir partir. Plutôt que cela, il aurait préféré ne pas le voir… il ne savait plus. Mais il était trop tard. Le plus sérieux du monde, Lincoln s’est simplement glissé plus loin sur sa banquette.

-Poussez-vous, on a une tête de plus.

Qui sait si Lennox se serait assis, mais Marshall – le cousin de Lincoln et celui qui avait ramené l’intrus au groupe – le poussa en avant d’une tape un peu trop prononcée dans le dos.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 02/09/2018 à Miami. J'ai posté : 29 Pointage : 0

MessageSujet: Re: When i'm gone [Lincoln]   Mar 4 Sep - 0:06


Ton coeur a fait quelques bons lorsque tes yeux ont croisés les siens. Franchement après toutes ces années tu n’aurais jamais osé imaginer le revoir. Tu croyais l’avoir semé celui-là aussi. Toi et tes histoires d’amour merdique. Pourquoi faut-il toujours que ce soit compliqué. T’es donc là, devant lui à te demander ce qui serait le mieux. Tu as surtout envie de prendre tes jambes à ton coup et t’en aller une fois de plus, sauf que contrairement à toi il semble plutôt serein.  Tu as l’impression que ta présence ne le dérange pas tellement et pourtant c’est de ta faute si tu vous en êtes là. Tu l’as laissé en plan parce que tu en avais marre d’être sa marionnette. Toi et ton impulsivité vous avez tout plaqué, le groupe, tes amis et le seul gars que tu as réellement aimé. Personne n’a su être à sa hauteur. Cela t’as fait du mal lorsqu’il t’a fait comprendre que vous deux ce ne sera pas plus que physique. Tu ne l’as toujours pas accepté et pourtant même si tu es en colère contre lui, tes sentiments refont surface. À croire que l’amour est plus fort que tout.  Mal à l’aise, tu tentas de reculer d’un pas en insistant sur le fait que tu quittais l’endroit. C’était un risque très élevé pour toi. D’abord parce que tu ne le reverrais peut-être plus et ensuite parce qu’il y a ton ex qui te suit à la trace dehors. « Non.. non, soit pas pressé. C’est … c’est une belle soirée. » Tu haussas les sourcils surpris. Une belle soirée ? Peut-être pour lui mais pas pour toi. Tu secouas la tête et marmonna. « J’crois pas non.. Enfin pas pour moi. » C’étais plus fort toi, enfin ça toujours été plus fort que toi. Tu n’as jamais filtré tes paroles. De toute façon,  tu ne lui en devais pas vraiment d’explications. Il ne connaissait pas ta vie et tu ne connais pas la sienne non plus.

«Poussez-vous, on a une tête de plus.  » Tu regardas la scène légèrement perplexe puis sentis une main heurter ton épaule. Tu pris donc place sur la banquette – tout près de Lincoln. Tu avais envie de le foudroyer du regard. Tu ne te sens pas du tout à ta place ici avec ces garçons que tu ne connais pas.  Tes mains sur tes genoux, tu souffles avant de te retourner vers Lincoln. Tu fixes puis tu attends que les autres gars discutent ensemble. « À quoi tu joues ? T’sais que t’es loin d’être drôle.. » Dis-tu alors que t’es coincé entre le dit cousin et Lincoln. Tu serres un peu les dents avant de détourner le regard pour être certain que ton ex dérangé ne soit pas entré dans ce bar.  C’était un bon endroit pour te cacher, mais être ici à cette table te laissais un peu trop à le vue du monde. Juste de penser qu’il pourrait te trouver et faire un fou de lui te donnais des frissons dans le dos. Tu croises donc tes bras sur ta poitrine une fois que tu es certain de ne pas voir Avery « J’espère au moins que tu vas me payer un verre pour m’infliger cette torture. »  Dis-tu sur un ton plutôt provocant  avec un petit air boudeur. C'était carrément ça de la torture. Tu ne pouvais pas lui sauter au cou, tu ne pouvais pas le toucher, ni même l'embrasser comme autrefois. C'était de ta faute et ça tu le sais. Si tu n'avais pas réagis sur un coup de tête peut-être que ce ne serait pas aussi froid pour vous deux. N'empêche que même si ta tête semble dire que c'est déraisonnable d'avoir envie de lui, l'envie est plus forte que tout. Tu dois t'abstenir, parce que franchement tu ne peux pas t'attendre à être pardonné après cinq ans d'absence. Les choses changent, même toi tu as changé. « Et j'espère aussi tu me diras ce que vous êtes en train de fêter, faudra que je fasse comme tout le monde pour me mettre dans l'ambiance.. » Pour ça, t'es pas convaincu toi même que tu arriveras à avoir du plaisir. T'as rarement l'air faux, ton expression est souvent trop visible.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 03/09/2018 à Miami. J'ai posté : 30 Pointage : 0

MessageSujet: Re: When i'm gone [Lincoln]   Mar 4 Sep - 0:07



Lennox & Lincoln

I breathe out now and we fall back in

Lincoln fit semblant de ne pas entendre quand Lennox maugréa que ce n’était pas une bonne soirée pour lui. il avait toujours été bon pour ça, se plaindre. Et Linc avait toujours été bon pour ça, feindre de ne pas entendre… mais il n’avait pas bien calculé ses intentions. Son ancien ami se retrouvait maintenant pressé contre lui du à l’étroitesse des banquette et le contact n’avait rien de naturel comme ça l’aurait été autrefois. Même sans le regarder, le jeune Fairfield savait qu’il n’y avait aucune aise dans les pupilles de son ami d’enfance, ce que sa voix lui confirma. « À quoi tu joues ? T’sais que t’es loin d’être drôle.. » À ces mots, Lincoln s’est tourné vers lui pour répondre - mais cette proximité était encore plus dérangeante lorsqu’ils étaient face à face, créant un décalage entre cette façade et sa réponse. Lennox ne le regardait déja plus, scrutant plutôt les environ.

-Je ne joue à rien, détend-toi.  Ça fait juste un bail…


“Ou deux bails...” pensait-il. Calcul rapide, cela faisait maintenant 5 ans depuis leur fameuse dispute. À ce moment la, le guitariste était certain qu’une fois leur colère passée, Lennox reviendrait. Peut-être pas à la roulotte, mais peut-être qu’après quelques jours il aurait pu se rendre à un lieux de répétition ou même venir cogner chez lui. Il y avait cru. Ou, en fait, il n’en avait jamais douté. Mais le grand brun avait dû piler sur son orgueil lorsqu’il avait compris que son amant s’était barré pour de bon. Et mourir en dedans, sans que personne n’en voit rien. Ça l’avait brisé que Nox le laisse, mais jamais il ne l’aurait avoué. À qui il aurait pu le dire de toute manière : il avait tout fait pour garder leur relation sous silence, ce qui avait tué ce petit bonheur au final. Lincoln tentait de supprimer tout ça de son esprit, cet effervescence de sentiments passés, alors qu’il scrutait le visage de son voisin de table. Ce visage, si… ou plutôt, cette bouche qui lui faisait déja la moue. « J’espère au moins que tu vas me payer un verre pour m’infliger cette torture. » C’est à ce moment que ça s’est ouvert en lui et qu’il ne put s’empêcher de fendre un grand sourire. Cette attitude boudeuse, provocatrice. Ce qui rendait Lennox si attrayant et impossible à atteindre à la fois.

-Autant que tu vas en prendre. J’t’les paies.

Il ne pris pas le temps de se poser la question deux fois.  Déjà, il s'essoufflait par dessus le vacarme ambiant. La main en l’air, seul le pouce replié dans sa paume, il faisait signe à une serveuse qui passait non-loin. C’était ce qui faisait que Lincoln et sa bande étaient presque toujours à cet endroit : les serveuses se déplaçaient et eux n’avaient pas à se lever pour aller chercher leurs consommations au comptoir.

-Lesly, quatre!


En se tournant à nouveau vers son ancien amant, Linc reçu sa question comme un charbon chaud. « Et j'espère aussi tu me diras ce que vous êtes en train de fêter, faudra que je fasse comme tout le monde pour me mettre dans l'ambiance.. » Un petit malaise grimpa en lui. Il aurait du lui dire ce qu’il se passait, mais c’est une toute autre chose qui coula de ses lèvres. Comme s’il était pris en défaut… Comme s’il le trompait. C’était stupide. 5 ans, ce n’était pas rien. L’eau avait coulé sous les pont et le jeune homme pouvait être fier d’être fiancé à une jolie demoiselle. Il aurait du lui dire avant que ce soit quelqu’un d’autre qui le fasse.

-Laisse. Pour l’instant, l’évènement, c’est qu’ta soirée est sur mon bras.


Et pour dire, c’était le bon moment pour faire le beau parleur : Lesly, la serveuse, venait tout juste de déposer les quatre bières devant eux. Elle en ouvrit une pour Lennox une fois qu’elle eut confirmé que Lincoln n’avait effectivement pas terminé celle qu’il avait déjà entamée, puis disparu pour aller chercher une nouvelle commande pour d’autres hommes de la table. Le physiothérapeute voyait un silence s’étendre et il savait que ce n’était pas sa son avantage. S’il ne voulait pouvoir classer ses pensées avant que Lennox ne prenne la poudre d’escampette, il valait mieux qu’il s’active. De toute manière, il n’y avait pas grand chose à faire. Lui, il était fiancé. Et Lennox était probablement casé avec quelqu’un ou il roulait encore sa bosse à gauche et à droite. La jalousie lui monta un instant à la poitrine, sachant pourtant bien que c’était lui qui allait se marier et pas l’inverse. Comment pouvait-il encore être aussi possessif?

-Qu’est-ce que tu deviens?

Il l’aurait peut-être su, mais un autre de ses amis cria - définitivement presque saoul et manquant peut-être d’une part d’inhibition - pour attirer son attention. « Avoir su que ça t’rendrait tranquille comme ça, on aurait dit à Marshall d’le ramener d'où il vient le nouveau v’nu. Il t’a calmé plus vite qu’Emily l’aurait fait! » Esclaffement général. Sauf que Lincoln, lui, n’avait pas envie d’en rire. Il le fit quand même d’un rire qui arrivait presque à ne pas sonner faux.

-Prend l’temps de dégriser, le jeune, tu tofferas pas ton weekend.

Il s’humecta ensuite les lèvres, baissant les yeux vers sa bière avant d’en boire une grande gorgée. Les yeux d’autant plus rageux de ne pas être seul avec Lennox, de ne pas pouvoir discuter comme il lui plairait, il se tourna à nouveau vers cet invité imprévu.

-Je disais donc, qu’est-ce que tu deviens?



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 02/09/2018 à Miami. J'ai posté : 29 Pointage : 0

MessageSujet: Re: When i'm gone [Lincoln]   Mar 4 Sep - 0:07


« Je ne joue à rien, détend-toi.  Ça fait juste un bail… » C’est vrai que ça fait un bail, mais tu as quand même l’impression que ça ne fait pas si longtemps que ça. Tu te souviens de ce soir-là comme si c’était hier. Le plomb que tu lui as sauté, tu serais porté à dire que c’était pour une connerie mais pour toi c’était quelques choses de très important. Tu croyais que vos sentiments étaient réciproques mais ce n’était pas vraiment le cas. Toi, surtout tu étais prêt à beaucoup plus alors que lui de seulement se montrer en publique ça le répugnait. Tu te demandes encore si c’était toi le problème ou si c’était plutôt votre relation. C’était un secret et ça devait rester secret. T’es pas certain d’ailleurs que ce soir ces copains ne seraient pas surpris de savoir qui es réellement. « Me détendre ? » Tu secoues la tête. « J’crois pas, va falloir que tu te fasses convaincant pour que ça arrive. » Finis-tu par dire en croisant tes bras sur ton torse. Tu prends une grande respiration puis essaie de te calmer. Surtout parce que tu sais que tu n’es pas sorti de là. Déjà l’alcool coule à flot et vous deux vous savez que tu ne résiste pas longtemps à l’alcool.  Y’a que ça que tu n’as pas vraiment lâché. Tandis que les drogues dures, pour toi c’est terminé. Un peu de mari pour t’aide à créer, mais sans plus. Il ne faudrait pas qu’il  t’arrive quoi que ce soit de grave par contre parce que tu n’es pas certain que tu résisterais. Retomber dans cet enfer te serait facile.  Ton regard se promène un peu partout dans la pièce puis revient sur Lincoln. Cet air boudeur que tu avais l’habitude de prendre avec lui vient de ressurgir.  Sauf que tu fronces les sourcils en voyant l’expression de ton ancien amant. « Autant que tu vas en prendre. J’t’les paies. » Tu lèves les yeux et serre ton torse un peu plus fort. « Tu t’fous de ma gueule là ? »  Lui demandes-tu avant d’ajouter : « J’suis pas là pour venir me saouler la gueule, mais plutôt parce qu’on me l’a imposé. » Le ton de ta voix n’a pas changé. T’es toujours aussi grognon, mais sais-tu peut-être que ce verre t’aidera à te calmer – te détendre. Ce n’est pas dans ton habitude d’être aussi bouché du cul.

Tu regardes Lincoln commander à boire et en moins de deux tu te retrouves un verre à la main. Tu bois le nectar puis sans plus attendre tu lui demandes ce qu’ils sont en train de fêter. Tu veux savoir et ce même si ce n’est pas ce que tu veux entendre. Ça ressemble à de la folie, mais tant qu’à être assis aussi près de lui tu préfères savoir à quoi t’attendre. « Laisse. Pour l’instant, l’évènement, c’est qu’ta soirée est sur mon bras. » Tu penches la tête sur le côté et réponds : « Je suis capable de me payer à boire seul si c’est un problème, j’suis pas pauvre et démuni. » Avant oui, mais aujourd’hui tu vis un peu de tes œuvres. Tu écris, tu peints au point de pouvoir afficher dans une galerie d’art. Tu t’impressionnes toi-même. Jamais tu n’aurais cru cela possible et pourtant t’es connu dans le domaine de l’art. Bon tu n’as pas connu ta pleine ascension mais quand même, t’es populaire. « Qu’est-ce que tu deviens?  » Te demande-t-il. Tu le regardes, mais tu détournas le regards pour regarder son copain qui fait des siennes. « Avoir su que ça t’rendrait tranquille comme ça, on aurait dit à Marshall d’le ramener d'où il vient le nouveau v’nu. Il t’a calmé plus vite qu’Emily l’aurait fait! » Tout le monde se met à rire, sauf toi et Lincoln. T’as envie de comprendre ce qu’il vient de lui dire. Bon t’es pas si con que ça, tu l’as comprit qu’il a une femme dans sa vie, autrement qui ce serait cette Emily.  Tu regardes Lincoln. « Emily.. Je vois. » Tu n’as pas besoin d’en dire plus. « Je disais donc, qu’est-ce que tu deviens? » Tu secoues la tête et te mets à rire. « Ah s’te plait petite licorne, fais pas semblant que ça t’intéresse. » Petite licorne, tu lui disais ça pour le faire rager avant. Comme toi, il a ce petit surnom qui te fais sortir de tes gons. Serais-ce une petite vengeance – c’est évident.  Tu agrippes ton porte-monnaie dans les poches de ton jeans laisse un billet sur la table. « J’sais pas ce que dirait Emily si elle savait que j’existe et surtout que je suis assis dans ce bar avec toi.. » Dis-tu en te mordillant la lèvre. Tu es provoquant et dérangeant, mais ça toujours été comme ça entre vous deux. Vous vous cherchez et vous trouvez. Vous êtes l’eau et le feu.  « Dégages. » Dis-tu à Marshall assit tout près de toi. Tu te lève d’un bon puis te dirige vers la porte, avec beau de mal. Putain ce qui peut y voir du monde dan ce bar.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 03/09/2018 à Miami. J'ai posté : 30 Pointage : 0

MessageSujet: Re: When i'm gone [Lincoln]   Mar 4 Sep - 0:08



Lennox & Lincoln

I breathe out now and we fall back in

Plus les secondes passaient et plus Lincoln voyait bien que le Lennox en face de lui n’était pas un mirage : un caractère aussi princesse, il n’aurait pas pu se l’inventer lui-même. Demander un verre, se faire proposer le dit verre, puis se défendre de ne pas être démuni et qu’il n’avait pas besoin de se faire payer ses consommations. C’était littéralement tourner en rond. C’était facile à comprendre : il devait être encore en colère après Linc, même après 5 ans. 5 ans, ce que sa rancune pouvait être longue. L’ancien guitariste des All4NOX, pour sa part, préférait passer par dessus ça. Lennox avait été une grande partie de sa vie et il ne pouvait juste le tasser du revers de la main maintenant qu’il était sous ses yeux. Impossible. Il alla jusqu’à faire le sourd d’oreille à la mention d’Emily, sachant que ce n’était pas un sujet à aborder avec son vieil ami, mais ce dernier le nota tout de même.  «Emily.. Je vois. » Lincoln fit comme si rien ne s’était dit, répétant plutôt sa question, mais c’était trop tard.  « Ah s’te plait petite licorne, fais pas semblant que ça t’intéresse. » Le surnom même lui fit rouler les yeux et soupirer grassement. Il n’y avait rien qu’il ne pouvait dire pour que Lennox s’assoit tranquille à leur table et discute? Juste un soir? Juste quelques minutes? Pourquoi il devait encore tenter de le provoquer… peut-être pensait-il que cela le libérerait plus rapidement et que Lincoln lui dirait franc et dur de déguerpir. Ce qu’il pourrait faire. Ses réflexion s’arrêtèrent là, coupée par un autre commentaire pour le moins déplaisant. « J’sais pas ce que dirait Emily si elle savait que j’existe et surtout que je suis assis dans ce bar avec toi.. » Le grand brun dû détourner les yeux, incapable de soutenir ce regard qui éveillait en lui trop de souvenir. Si ce n’avait été de ce sous entendu et de ses mimiques qu’il n’avait pas délaissé - ces lèvres qu’il mordillait alors que Lincoln devait faire attention de s’en tenir loin - peut-être que Lennox se serait fait dire de reprendre son chemin. Mais il avait eu ce don de faire monter ce sentiment amour-haine qui brûlait maintenant le thorax du futur marié, ce sentiment qui rendait avait fait que Lincoln s’était toujours présenté encore -encore- et encore - au rendez-vous quand lui et son ancien amant se donnaient rendez-vous à l’époque. Il aurait pu y mettre fin, se trouver un donzelle, clore l’histoire. Il aurait dû. Cependant, LEnnox avait été sa belle démence, sa dépendance.  Le jeune Fairfield entendit son vieil ami dire à Marshall de se pousser et il le regarda s’éloigner sans bouger. Une minute. Puis deux. Le temps de terminer sa bière en trois gorgées… Puis il dû étouffer un juron. Pourquoi il ne pouvait pas juste rester assis et laisser cet emmerdeur partir? Marshall, qui s’était assis une minute plus tôt, lui offrit des yeux ronds lorsque Lincoln appuya sa paume sur son épaule, lui intimant de se relever.

-Pousse-toi. ... j’vais pisser.


C’était visible qu’il était en colère. Quel mauvais comédien il faisait. Heureusement, la seule personne qui connaissait Lennox à cet endroit était le dit cousin. Les autres ne feraient peut-être pas la connexion entre ce départ et son humeur. Peut-être. Lincoln se mentait à lui-même, se dirigeant réellement vers les salles de bains en jetant un coup d’oeil par dessus la foule grâce à sa grandeur. D’ailleurs, faire le tour via le mur pour se rendre aux facilités lui donna droit à un chemin beaucoup plus accessible et par le fait même à une vue sur son ancien amant qui atteignait l’entrée. Un autre juron. En quelque enjambée, il déplaça le monde qu’il y avait à tasser de ses larges épaules et se rendit à côté de Nox. L’attraper par l’épaule pour qu’il se retourne n’était peut-être pas le geste le plus convivial du monde, mais c’était le seul qui passa par l’esprit. De son ton bourru, à la limite de l’accusation, il se permis de jeter ses pensées sur son vieil amant.

-T’as pris pour habitude de te pousser sans avertir, ou c’est qu’avec moi que ça te prend?


Ses yeux étaient bien plantée dans ceux de Lennox, comme un avertissement. Il ne le laisserait pas partir comme ça.

-Tu demande une bière et tu te casse? C’est d’savoir que je suis casé qui t’fais chier?



Bien sur, il descendit de deux ton pour poursuivre sa phrase, sachant très bien que tout le monde l’entendait autour… Et qu’il ne voulait pas ça.

-Tu pensais quoi? T’es pas parti un mois, Lenny. Ça fait 5 ans.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 02/09/2018 à Miami. J'ai posté : 29 Pointage : 0

MessageSujet: Re: When i'm gone [Lincoln]   Mar 4 Sep - 0:08


Tu t’es levé de cette banquette sans demander la permission à qui que ce soit. De toute façon ça ne t’es jamais arrivé de demander la permission. Toi, tu fais ce que tu veux quand tu le veux. Ce n’est pas nouveau. Tu t’éloignes donc de la table en passant dans cette foule de monde. Ton humeur est mauvaise. Cette rencontre, ces petits détails que tu n’aurais jamais dû savoir, tout ça te met à l’envers.  Ça te fait chier de savoir que Lincoln n’est pas seul et ce même si toi aussi tu as refait ta vie de ton côté. Bon côté cœur, on ne peut pas dire que t’as de la chance. Tu es tombé sur un tas de mec un peu dérangé, va savoir peut-être que tu cherches un peu les problèmes comme si c’était un cris de détresse pour qu’il te revienne. Mais comment pouvait-il savoir alors que c’est toi qui as foutu le camp. T’es ridicule Lennox. Tu agis sans même penser aux conséquences de tes actes. Tu l’as perdu parce que tu l’as voulu. Tu as laissé ton caractère de merde prendre le dessus sur toute ta vie en entier alors maintenant assumes tes actes et arrêtes de faire chier tout le monde.  Sur ton chemin tu pousses un mec, puis un autre. T’es presque arrivé à la sortie mais tu sens une main sur ton épaule. Tu fais volte-face et tombe nez à nez avec Lincoln. « T’as pris pour habitude de te pousser sans avertir, ou c’est qu’avec moi que ça te prend? » Te dit-il alors que tu le fixes à ton tour.  « Tu demande une bière et tu te casse? C’est d’savoir que je suis casé qui t’fais chier? » Tu pousses la main de Lincoln puis grogne. Est-ce que vous devez vraiment avoir cette conversation ici et maintenant ?   « J’ai plus soif et j’ai d’autre chose à faire.  »Réponds-tu esquivant littéralement la fin de sa phrase. Il ne voit pas que tu te sauves d’Avery mais aussi de lui. Il devrait le savoir depuis le temps que tu prends toujours la poudre d’escampettes quand ça ne fait pas ton affaire.

« Tu pensais quoi? T’es pas parti un mois, Lenny. Ça fait 5 ans. » Te dit-il alors que te recule d’un pas. Tu fronces les sourcils et répond rapidement : « M’appelle pas comme ça t’as perdu le droit de le faire . » Ta mâchoire se crispa et tu t’approchas de lui pour lui faire face. «J’ai pas demandé à passer la soirée avec toi .. C’est ton imbécile de cousin qui m’a trainé jusqu’à toi. » Tes yeux dans les siens, tu sens ton cœur battre tellement fort dans ta poitrine que t’as l’impression qu’il finira par sortir seul.  L’histoire c’est que tu pourrais tout donner pour passer la soirée seul avec lui – juste un soir, juste une nuit pour le retrouver. Malgré tout ça il t’a manqué, il te manque énormément. « D’ailleurs toi.. qu’est-ce que tu fous là ? Tu m’cours après.. 5 ans plus tard ? Tu trouves pas que ta réaction est un peu tardive ?» T’as cette attitude qui fais chier la plus part du monde. « C’était  y’a 5 ans  qu’il fallait que tu le fasses, pas après avoir refait ta vie. » On dirait que t’as toujours le mot pour venir piquer. Si c’était Lincoln qui t’aurais dis un truc pareil avec l’attitude que tu adoptes, ton poings serait probablement parti tout seul « Pourquoi tu m’colles au cul alors que t’as une poule qui t’attends chez toi.. Qu’est-ce que tu me veux. » Dis-tu en le repoussant. Ça t’énerves qu’il ait encore cette emprise sur toi. Tu te sens faible devant lui parce que t sais pertinemment que s’il pose ses lèvres sur les tiennes tu ne résisteras pas. Ta tête te dirait que ce n’est pas une bonne idée, alors que ton corps lui réagirait au quart de tour. Tu l'aimes, tu l'as toujours aimé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 03/09/2018 à Miami. J'ai posté : 30 Pointage : 0

MessageSujet: Re: When i'm gone [Lincoln]   Mar 4 Sep - 0:09



Lennox & Lincoln

I breathe out now and we fall back in

Quand Lennox lui dit qu'il avait perdu le droit de l'appeler Lenny, le grand brun leva un sourcil. Il n'avait jamais pensé qu'il y avait des conditions : il était peut-être le seul a l'appeler comme ça, mais il n'y avait pas matière a signer un contrat. Surtout qu'il ne l'appelait que Nox d'ordinaire sauf quand… sauf quand ils étaient seuls et que son -autrefois- amant fasse tout pour le faire suer. Il était d'ailleurs toujours aussi bon dans la matière a ce qu'il voyait. Toujours le mot pour le piquer . «J’ai pas demandé à passer la soirée avec toi .. C’est ton imbécile de cousin qui m’a trainé jusqu’à toi. » Lincoln ne pu qu'inspirer profondément pour faire passer cette boutade. C'était vrai, mais Lennox n'avait pas refusé de s'asseoir avec eux. Si, un peu, mais il avait quand même pris place et demandé a boire. Il aurait pu rester, mais le voilà encore a fuir… un goût de déjà vu lui pris a la gorge. Lincoln restait muet, ses yeux creusant plutôt ceux de son opposant : sa bouche lui semblait sèche tant les mots lui manquaient. . « D’ailleurs toi.. qu’est-ce que tu fous là ? Tu m’cours après.. 5 ans plus tard ? Tu trouves pas que ta réaction est un peu tardive ?» Il l'écouta lui reprocher a demi-mot d'avoir refait sa vie, il l'écouta mentionner Emily -qu'il savait pourtant qu'il aimait- comme d'un catin qu’il aurait ramassé sur le trottoir. Mais rien de cela n'avait d'importance en ce moment. Il ne voulait pas que Nox disparaisse. Le jeune fiancé haussa les épaules, tentant désespérément d'avoir l'air calme er désintéressé alors que son interlocuteur grugeait délibérément ses nerfs.

-Pourquoi maintenant… ?

Pourquoi maintenant? Il aurait aimé se poser la question. Il aurait aimé y refléchir. Il aurait aimé ne pas avoir a s'expliquer aussi.. mais la réponse était toute évidente. D'un ton ressemblant presque a la boutade d'un adolescent réticent, d'un désinvolture pour laquelle il était reconnu, il prononça ces mots qui, en fait, le brisaient juste a les prononcer.

-Maintenant je sais que tu es capable de ne pas revenir.


Lincoln ne voyait pas la différence qui aurait du se produire en 5 ans. Il aurait donné beaucoup pour juste lui glisser un clin d'œil et aller l'attendre dans leur roulotte pour aller se « reconcilier" sur l'oreiller. Los Angeles lui semblait si près, un instant. Il aurait aimé que ce soit aussi simple car lorsqu'il tentait de comprendre la pression dans sa poitrine, il n'avait pas l'impression que quoi que ce soit avait changé en lui… il était plus vieux. Lennox aussi. L'eau avait coulé sous les ponts, mais il se sentait comme le gamin de 18 ans qui  avait toujours hâte de descendre de la scène et de quitter le party pour aller gouter a ces lèvres qui l'envoutaient encore aujourd'hui. Il avait envie de quitter le party. Il avait envie de tendre le bras pour attraper son ancien amant et s'assurer qu'il ne disparaîtrait pas. *Je ne suis pas encore certain que je suis prêt a ce que tu ne revienne pas.*  C'était ce que sa tête hurlait. Il devait pourtant se faire une idée. Il était fiancé, il avait réellement refait sa vie.

-Et puis, soit c'est moi qui t'colle au cul, soit c'est toi qui  fairee mine de rester, mais qui se barre... Ca depend du point de vue. Mais, c’que j’te veux?

Trop d'images. A censurer.

-J'veux juste qu'on puisse prendre une bière, relax, pis jaser sans que tu fasses ta diva.


Un mensonge. Gros comme le bras… ou pas.  Voulait vraiment discuter avec lui, mais son corps réagissait a l'onde qui émanait du corps de Nox sans même lui toucher. Lincoln se serait menti a lui-même s'il avait tenté de le nier. Mais simplement ne pas l'exprimer serait suffisant. Linc avait voulu faire un geste vers son compagnon, mais il se retracta, comme s'il ne savait pas si le toucher le brulerait. Un nouveau soupir. Passant une main dans ses cheveux pour le decoller de sa nuque du a la chaleur de l'endroit, le jeune Fairfield déposa une dernière offre.

-Si les gars te mettent mal a l'aise, j'peux caller off une heure : le temps d'une bière ou deux. On parlera de c’que tu veux… ou de rien. On peut rester plantés ici et tu te barrera après. J'veux dire… merde! Lennox. Comme si c'était incroyable qu'on se tombe dessus comme ça, après tant d'temps.

Comme si ce n'était pas une tentation assez cruelle, un soir où il devait celebrer son mariage a venir. C'était ce qui devait s appeler le karma..

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 02/09/2018 à Miami. J'ai posté : 29 Pointage : 0

MessageSujet: Re: When i'm gone [Lincoln]   Mar 4 Sep - 0:09


T’essaie de t’en aller, mais Lincoln te retient. Toi qui aurait cru qu’il n’allait jamais te suivre – comme il y a cinq ans. « Pourquoi maintenant… ? Maintenant je sais que tu es capable de ne pas revenir.  » Tu haussas les sourcils de surprise. Tu te serais attendus à n’importe quelles des raisons, mais pas celle-là.  Toi qui croyais n’avoir aucune importance à ces yeux, te serais-tu trompé il y a cinq ans ?  Tu doutes maintenant, mais te voilà aussi hésitant face à lui. T’as envie de partir  parce que tu sais que ton cœur sera torturé. Que ses yeux posés sur toi te rendront faible.. Tout comme tu as envie de rester justement pour sentir de nouveau sa présence tout près de toi. Tu es fou de lui, tu l’as toujours été et c’est d’ailleurs pour ça que tes autres relations n’ont jamais durées. La seule personne qui ait toujours compté pour toi c’était Lincoln. « Tu voulais pas d’moi, pas de nous Linc, j’allais pas rester là à t’attendre. » Dis-tu finalement sur un ton sec. En fait tu serais resté là à l’attendre toute ta vie s’il l’aurait fallu mais t’as fait le mauvais choix. T’es parti sans regarder derrière toi pesant que ton départ allait provoquer une réaction,  sauf que ce fut carrément le contraire. Il n’a jamais réagit et en plus couronner le tout il s’est trouvé une poulette. Bordel, ce qu’il peut te faire lui avec sa belle gueule.. Tu voudrais tellement être à sa place à elle ou ça aurait dû être toi.

«Et puis, soit c'est moi qui t'colle au cul, soit c'est toi qui  faire mine de rester, mais qui se barre... Ca dépend du point de vue. Mais, c’que j’te veux?  J'veux juste qu'on puisse prendre une bière, relax, pis jaser sans que tu fasses ta diva. » Tu ne peux t’en empêcher  mais tu te mets à rire face à sa remarque. « La diva pourrait bien t’envoyer sur les roses aussi. » Dis-tu en soupirant. Il faudrait que tu arrêtes de lui résister puisque tu le sais intérieurement que tu veux prendre une bière avec lui. T’as envie de discuter de tout et de rien avec lui comme si vous ne vous étiez jamais quitté. Sauf que tu as peur. Tu as peur qu’il te retienne un peu plus. T’as peur de redevenir son amant.. T’as peur de visiter son lit une nouvelle fois. Tu sais pertinemment que les retrouvailles seront époustouflantes, cela toujours été hors du commun avec Lincoln de toute façon. Et puis y’a cette attraction entre vous deux qui fait battre ton corps dans ta poitrine.  Il tape si fort que t’as l’impression qu’il finira par en sortir.  «  Si les gars te mettent mal a l'aise, j'peux caller off une heure : le temps d'une bière ou deux. On parlera de c’que tu veux… ou de rien. On peut rester plantés ici et tu te barrera après. J'veux dire… merde! Lennox. Comme si c'était incroyable qu'on se tombe dessus comme ça, après tant d'temps.  » Ajoute t’il alors que tu tentes désespérément de lui résister. Il doit faire exprès, quoi qu’en même temps il a raison. Après toutes ces années vous avez fini par vous revoir. Peut-être est-ce un signe, ou peut-être pas.  « Okay.. c’est bon arrête j’en ai assez entendu ! Une bière.. une seule ! » Tes paroles n’étaient pas froides, mais directes. « Sauf qu'on reste pas ici.. j’suis pas d’humeur à regarder tes potes se saouler la gueule et se trouver drôle. Je t’attends dehors. »  TU fais signe du revers de la main à Lincoln d’aller prévenir ses copains et toi tu sors à l’extérieur. TU t’allumes une cigarette et t’appuies contre le mur de béton tout près de toi. Tu inspires la fumée nerveux de voir ton ex passer tout près de toi et nerveux de savoir que Lincoln te rejoindras. Heureusement il ne prit pas trop de temps mais le sourire en coin tu regardas ton portable. « Pas trop tôt.. au fait il te reste exactement cinquante-quatre minutes à cette heure que tu m’accordes.. » Tu jettes ta cigarette un peu plus loin et dépose tes mains dans les poches de ton jeans avant de te mettre à marcher direction l’autre petit pub que t’as l’habitude de fréquenter. « Tu viens ?  » Dis-tu en haussant les sourcils et marchant à reculons.

Tu t’avances vers le petit pub tout près d’où vous étiez et tu y entres. Tu fais signe à la serveuse que tu connais bien de vous apporter deux bières comme à ton habitude avant de te glisser sur la banquette au fond du pub. Tes mains sur la table qui jouent ensembles, tes yeux rivés sur celles-ci -  tu hésites avant de dire quelques choses. « Tu tenais vraiment à prendre cette bière ou tu l’fais par politesse. » Il faut le dire, toi comme lui ne vous attendiez pas vraiment à vous croiser, pas ce soir en tout cas. Toi qui fuyait ton ex, lui qui fêtait tu ne sais quoi. Vous auriez pu vous croiser à tout moment, mais c’est ce soir que c’est arrivé. « Parce qu’on ne va pas se le cacher, ni moi, ni toi on s’attendait à ça, pas vrai ? » Dis-tu en relevant les yeux pour le regarder.  Tu lui souris doucement avant d’agripper ta bière sur la table. « Le hasard doit bien faire les choses.. ou peut-être pas.. » Tu prends une gorgée toujours en le regardant, comme si tu le défiais, ou que tu essayais de lire en lui. Y’a u truc de pas net, d’ailleurs pourquoi n’a-t-il pas voulu te dire ce qu’il fêtait avec ses potes. Tu te pinces donc les lèvres hésitant. « .. enfin j’dis ça parce que je me dis tout dépend de Evènement  fêté ce soir. » Tu veux savoir et tu dois savoir. Tu doutes que ce ne sera probablement pas ce que tu crois, que tu seras probablement triste et voir même en colère de l’apprendre et ce même si tu te doutes que ça un rapport avec Emily.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 03/09/2018 à Miami. J'ai posté : 30 Pointage : 0

MessageSujet: Re: When i'm gone [Lincoln]   Mar 4 Sep - 0:09



Lennox & Lincoln

I breathe out now and we fall back in

S’il avait été franc avec lui-même, Lincoln se serait avoué qu’il ne pensait pas avoir une moindre chance que Lennox lui donne cinq minutes pour discuter. Après tout, il était parti. Probablement que s’il était parti, c’était qu’il avait bien réfléchis à ce qu’il voulait. Mais voilà, malgré tout son orgueil, il avait suivi son ancien amant jusqu’à la porte. D’ailleurs, il avait déjà un soupir au bord des lèvres en entendant la réponse du jeune homme. « Okay.. c’est bon arrête j’en ai assez entendu ! » Il eut les yeux un peu ronds quand la suite vint.  « Une bière.. une seule ! Sauf qu'on reste pas ici.. j’suis pas d’humeur à regarder tes potes se saouler la gueule et se trouver drôle. Je t’attends dehors. » Comme figé de voir son offre acceptée, Linc attendit que son ami lui fasse signe du revers de la main avant de bouger, puis de se diriger vers la table de ses amis. Il s’y rendit un peu comme un robot, incertain de ce qu’il allait dire. Comment peut-on se pousser de son propre enterrement de vie de garçon sans éveiller des soupçons, ou même sans tuer la fête? Une fois à la table, il eut un blanc.

-Je vais faire un tour, je reviens…

Tous étaient tant occupés à boire et à se perdre dans leurs discussions qu’ils firent à peine attention à lui. Il eut, tout au plus, droit à quelques hochements de tête. Il fit quelques pas en direction de la sortie, s’arrêta une seconde. Et s’il ne revenait pas..? Il secoua la tête, ses longs cheveux oscillant de droite à gauche. Non, c’était impossible qu’il ne revienne pas. Évidemment, ça n’avait aucun sens. Reprenant son chemin au travers des saoulons qui trainaient sur la piste de danse, le grand brun pu enfin prendre la porte. La bouffée d’air froid qui le frappa à sa sortie eut tôt fait de lui faire comprendre ce qu’il était en train de faire. Il donnait  littéralement dans l’idiotie : Même s’il se répétait sans cesse qu’il était bien avec sa future-femme et que c’était stupide de croire qu’il retomberait dans le même cercle vicieux que lui et Nox s’étaient autrefois créé. Ces idées s’arrêtèrent nettes quand ses yeux se déposèrent sur Lennox, appuyé contre un mur à fumer sa top. « Pas trop tôt.. au fait il te reste exactement cinquante-quatre minutes à cette heure que tu m’accordes.. » Lincoln eut un sourire en coin avant de prendre le pas derrière son compagnon qui l’invitait à le suivre vers un autre pub non loin. Un instant, il avait l’impression d’avoir 20 ans et d’en être à ses premières virées au bar. Avec Lennox.

Le presque-trentenaire fut surpris de voir que Lennox semblait être un habitué alors que ce pub était bien près de celui où lui-même allait toujours. À quelques pas l’un de l’autre, ils auraient pu se croiser n’importe quand. Mais ce n’était pas arrivé. Il dut d’ailleurs faire un visage plutôt confus lorsque son interlocuteur lui demanda s’il voulait prendre une bière par politesse.

-Je ne suis pas les gens jusqu’à l’extérieur d’un bar par politesse.


Quand son vieil ami lui parla de cette rencontre imprévue, ce fut un peu comme s’il lui demandait s’il n’avait pas fait exprès de le revoir? Comment pouvait-il bien s’imaginer ce genre de choses? S’il avait pu le revoir, Lincoln l’aurait fait bien avait aujourd’hui. Spécifiquement pas aujourd’hui. Seulement, le sourire de Lennox vint contrebalancer le sentiment d’inconfort du sportif, l’apaisant.  « Le hasard doit bien faire les choses.. ou peut-être pas.. » À le voir pincer les lèvres, Linc savait que quelque chose le tiraillait. Il eut rapidement réponse à son interprétation quand l’autre revint à la charge. «  .. enfin j’dis ça parce que je me dis tout dépend de l’évènement  fêté ce soir. » Le futur-marié n’avait pas le cœur à parler d’Émily. Juste penser prononcer son nom devant Lennox – de même que l’inverse serait tout aussi dérangeant – une boule se formait sous sa pomme d’Adam. Il rattrapa plutôt le coup d’un air naturel, cherchant encore à éloigner le sujet. Sa bière dans le creux de sa paume, il la porta à ses lèvres avant de finalement la déposer sans y boire.

-Ou peut-être pas, effectivement. Tu sais qu’on se trouvait dans des bars à peine loin l’un de l’autre…? Je veux dire, tu es clairement à l’aise ici et moi je suis toujours dans le bar où on s’est croisé plus tôt. On aurait pu se voir ça fait des lustres. Enfin, je veux dire, si ça fait un temps que tu es ici…

Linc n’avait pas envie de gaspiller son heure.  Il était certain qu’ils pouvaient avoir mille autres sujets à discuter plutôt que celui-là. Prenant enfin une gorgée de sa bière, il fit rouler le nectar sur sa langue quelques secondes avant de l’avaler et d’expirer bruyamment.

-J’ai littéralement déménagé ici pour les études quand le band s’est séparé…


*Et quand tu es parti* Cette pensée se fit douleur dans son abdomen et il dut se faire violence pour ne pas perdre ce sourire mitigé qui flottait naïvement sur ses lèvres. Mais le sourire disparu quand même. Son regard détaillait minutieusement l’étiquette de sa bière en guise d’excuse pour éviter celui de son compagnon. Lincoln passa sa langue sur ses dents, incertain de vouloir une réponse à sa question. Il se maudissait déjà de ne pas avoir cherché à la bonne place sans même savoir s’il connaissait l’existence du havre de Lennox.

-Et toi? Tu étais parti où?


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 02/09/2018 à Miami. J'ai posté : 29 Pointage : 0

MessageSujet: Re: When i'm gone [Lincoln]   Mar 4 Sep - 0:14


« Je ne suis pas les gens jusqu’à l’extérieur d’un bar par politesse. » Tu viens de t’installer sur cette banquette où t’as l’habitude de poser tes fesses. Ta bière en main t’essaie de ne pas avoir l’air insistant mais c’est plus fort que toi. Tu as envie de savoir ce qu’il fêtait dans ce bar, tu as besoin de savoir.  Il te manque, comme c’est fou et de le voir tout près de toi ce soir c’est de la folie. Après toutes ces années il aura fallu que vous vous revoyiez dans un bar comme ça par hasard. Toi qui tentais de fuir un de tes ex fou allié, il aura fallu que tu te retrouves nez à nez avec ton ancien amant secret. Ton cœur bas à tout rompre dans ta poitrine. T’as envie de le serrer dans tes bras mais tu t’accordes cette limite. Tu ne dois surtout pas faire ça. Tu sais que ton cœur fléchira. Déjà que tu sens ton corps faible, mais aussi ton cœur. Tu l’aimes, tu l’as toujours aimé et c’est probablement pour ça que toutes tes relations amoureuses ont foirées.  Tu prends donc une gorgée de ta bière puis tu te mets à parler du destin, comme si t’étais philosophe, c’est des conneries tout ça. Tu t’sens spirituel ou c’est Lincoln qui te rend nerveux – t’en sais rien. « Ou peut-être pas, effectivement. Tu sais qu’on se trouvait dans des bars à peine loin l’un de l’autre…? Je veux dire, tu es clairement à l’aise ici et moi je suis toujours dans le bar où on s’est croisé plus tôt. On aurait pu se voir ça fait des lustres. Enfin, je veux dire, si ça fait un temps que tu es ici…» Tu te racles la gorge et te pinces de nouveau les lèvres. Est-ce que tu as envie de parler avec Lincoln de ce que devient ta vie sans lui, t’es pas certain. Alors tu ne fais qu’hocher la tête quelques secondes. « Mouais.. ça fait un moment que j’suis ici. » Avoues-tu.  C’est toi qui es parti, tu ne devrais pas avoir peur de tes agissements. Après tu ne lui pas vraiment de comptes rendu sur ta situation, c’est lui qui ne voulait pas de toi.

T’as le droit de filtrer tes paroles, après tout lui il le fait bien. Ça doit faire au moins trois fois que tu lui poses la même question et qu’il l’esquive. Bon t’es pas mieux puisque tu aurais probablement fait pareil, enfin tu feras probablement pareil pour le reste de la conversation. Surtout par rapport au fait que tu ne devais pas te trouver dans ce bar, enfin ce n’était pas ça l’idée comme de fuir un monstre. T’es pas du genre à avoir peur de qui que ce soit, mais ton ex, il t’a fait du mal au point de t’amocher bien comme il le faut. Normalement il a une injonction, mais il ne la respecte pas vraiment. Il passe sont temps à te suivre, te torturer psychologiquement, tout comme physiquement. Il n’en a rien à foutre de la loi, alors que toi t’as les jetons de sortir de chez toi. Tu te sens constamment suivis.  « J’ai littéralement déménagé ici pour les études quand le band s’est séparé… » Tu relèves les yeux pour regarder ton ami, puis les baisses aussitôt. Si le groupe c’est séparé c’est un peu de ta faute. Toi et la popularité, ça t’as rendu un peu débile. Au point ou ta santé en a pris un coup et que t’as dû aller en désintox, mais ça c’est une des choses que tu ne diras pas pour le moment à Lincoln. « Je vois.. »  Tu te racles la gorge.  « C’est de ma faute si ça planté, je le sais, mais n’en parlons pas .. enfin c’est inutile de tourner le fer dans la plaie. » Pour ça tu as des remords. Si à ce moment tu aurais eu les idées claires, peut-être que tout ça ne serait pas arrivé. Si t’as côte de popularité n’avait pas été aussi élevé, peut-être n’aurais-tu pas perdu la tête. « Et toi ? Tu étais parti où ? » Tu frissonnas juste d’y penser. « T’as pas envie de savoir ou tu n’sauras pas.. j’hésites là.  » Dis-tu doucement l’air honteux. En cure c’était là que tu étais, enfin ça t’as pris deux fois avant d’arriver à tes fins, mais voilà maintenant t’es sobre. Tu ne t’en tiens qu’à une bière ou deux une fois de temps en temps. Tu relèves les yeux puis le regarde. « En tout cas, j’ai eu une sacré surprise .. enfin si j'pex dire ça comme ça.. »  Toi qui s’attendais à le revoir t’as été surpris de ne plus jamais le revoir. « Mon départ m’a fait comprendre bien des choses.. »  Est-ce que tu dois expliquer de long en large ce que tu penses  ? Et puis merde, autant lui dire ce que tu penses une fois pour de bon avant de reprendre la fuite. « J’croyais que tu tenais un minimum à nous, mais en fait t’en avais rien à foutre. Tout ce qui comptait pour toi à l’époque c’était de calmer tes pulsions.. »  Tu prends une gorgée de ta bière. « Y’a jamais eut de sentiments, ça toujours été que physique pour toi.. c’est ça ? » Tu te mets à rire nerveusement. « T’sais quoi c’est pas grave, pas besoin de répondre. Tu m’as laissé partir y’a cinq ans, j’ai donc déjà eu ma réponse. » Tu te mordilles la lèvre. T’aurais peut-être dû tourner ta langue plusieurs fois avant de parler, tu oups, tu sais pas comment faire. Toi tu dis les choses comme elles sont sans passer par dix miles chemins. De toute façon il fallait que tu saches et surtout que tu crache le morceau. Tu te doutes que sa soirée n’était pas celle que tu croyais mais toi, alors que tu l’as devant toi t’as pris tout ton courage pour lui dire ce que tu en penses. Il fallait bien que vous ayez une discussion sur le sujet après toutes  ces années non ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 03/09/2018 à Miami. J'ai posté : 30 Pointage : 0

MessageSujet: Re: When i'm gone [Lincoln]   Mar 18 Sep - 11:26



Lennox & Lincoln

I breathe out now and we fall back in

Lennox prenait le blâme pour la séparation du groupe et, pour ainsi dire, c’était presque ça. Bien sur qu’ils auraient pu continuer à 3, ou trouver un nouveau 4e membre… le fait était que personne n’avait vraiment l’impression que ça aurait pu continuer sans lui. Ou plutôt, le band existait à cause de lui, et les 3 autres n’étaient que des “side dishes” car il ne pouvait pas jouer de tous les instruments en même temps, chanter et faire ses backvocals. C’était inhumain. Mais le groupe avait existé parce que Nox avait du talent et parce que les quatre adolescent qu’ils étaient avaient besoin d’alcool et de plaisir. C’était de sa faute si le band avait existé. Mais ça, Linc ne le mentionna pas. Il se contenta de changer de sujet, poser la question qui le tiraillait. « T’as pas envie de savoir ou tu n’sauras pas.. j’hésites là.  »   Aujourd’hui, il s’en fichait un peu de le savoir ou non, mais il y a 5 ans, il aurait donné pas mal pour ne pas faire le tour des places où il aurait pu trouver Nox, une par une. En vain. Il aurait donné pas mal pour se faire dire où il était. Mais au fond, Linc avait juste pensé qu’il était encore en ville, attendant qu’il parte pour ressortir et profiter de la vie. Le grand brun se gardait de dire ces reproches : il ne voulait pas non plus détruire ses minces chances de discuter avec Lennox maintenant qu’il avait réussis à prendre 5 minutes avec lui. «En tout cas, j’ai eu une sacré surprise .. enfin si j'peux dire ça comme ça.. Mon départ m’a fait comprendre bien des choses.. » Un coup d’oeil à sa montre. Le temps passe. Peut-être qu’il lui accorderait plus d’une heure. Une heure et quelques poussière, en espérant un peu. L’homme s’attendait à quelque chose comme quoi leur relation n’était pas ce qu’il attendait, que leur séparation lui avait fait du bien. Il écoutait, inspirant doucement pour accuser le coup qui devait venir. Et qui ne vint pas du sens qu’il s’attendait. La rage passa comme un brouillard dans les pupilles noires de Lincoln.  « T’sais quoi c’est pas grave, pas besoin de répondre. Tu m’as laissé partir y’a cinq ans, j’ai donc déjà eu ma réponse. » Non, il répondrait à ça. C’était quoi cette merde que Lennox lui donnait sur cet air nonchalant? Comme s’il n’avait pas sa part. La voix de Linc était beaucoup plus dure qu’il ne l’aurait espéré, mais les mots coulèrent seuls.

-J’avais quoi, 5 minutes? 5 minutes pour comprendre que toi, tu t’poussais pour de bon? J’devais comprendre que c’te fois là, dans toutes les fois où t’a fais ta diva, c’était sérieux? Le temps que je comprenne, puis le temps que je me rende compte que tu r’viendrais pas toi-même, t’étais d’jà plus là.


Il expira bruyamment, un peu essoufflé de sa tirade, mais il poursuit quand même, plus doucement cette fois.

-Je peux comprendre que j’aurais pu faire quelque chose avant d’aller m’inscrire pour la fac, mais je devais deviner que, si je te trouvais, tu m’reprendrais? Avec toutes les groupies que tu avais déjà pour prendre ma place?

Lincoln enfila une courte gorgée de sa bière pour traiter sa gorge sèche et son esprit durcit par la frustration qui s’accumulait. Il dévisagea Lennox quelques secondes, les sourcils froncés, avant de soupirer sèchement.

-Et quand je t’ai cherché, t’étais où? J’ai pas envie d'le savoir, mon cul. J’ai fait le tour de cette putain de ville. T’étais où?


Qu’est-ce que Lincoln espérait? Une réponse? À ce point de leur conversation, il ne savait même plus s’il avait encore envie d’entendre quoi que ce soit. Il devrait juste retourner au bar pour terminer son enterrement de vie de garçon, puis rentrer remettre sa tête en ordre dans sa petite vie tranquille.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 02/09/2018 à Miami. J'ai posté : 29 Pointage : 0

MessageSujet: Re: When i'm gone [Lincoln]   Mer 3 Oct - 0:38


« J’avais quoi, 5 minutes? 5 minutes pour comprendre que toi, tu t’poussais pour de bon? J’devais comprendre que c’te fois là, dans toutes les fois où t’a fais ta diva, c’était sérieux? Le temps que je comprenne, puis le temps que je me rende compte que tu r’viendrais pas toi-même, t’étais d’jà plus là.  »  Tu croisas tes bras sur ton torse. Il n’avait pas totalement tord. T’aurais pu le prévenir que tu n’allais pas revenir, mais ne même temps c’est ce que tu voulais. Tu aurais aimé qu’il court après toi. Tu aurais aimé qu’il te montre un minimum d’intérêt autre que physique, mais tu voilà tu t’es trompé. «  Je peux comprendre que j’aurais pu faire quelque chose avant d’aller m’inscrire pour la fac, mais je devais deviner que, si je te trouvais, tu m’reprendrais? Avec toutes les groupies que tu avais déjà pour prendre ma place? » Tu te mis à rire, appuya des coudes contre la table puis le fixa. « T’as jamais rien compris hen ?  J’en avais rien à foutre de ces groupies. Je les utilisais pour te faire réagir Linc’. Arrête de faire l’autruche bordel c’est toi que je voulais ! Alors oui .. t’aurais dû comprendre que je t’aurais repris.  » Finis-tu par dire avant de caller ta bière et d’en commander une autre. T’allais en avoir de besoin. Tu le sens. Malgré cette conversation un peu tendu t’arrives tout de même à regarder Lincoln droit dans les yeux. T’es sincère. Tu le voulais lui et personne d’autre. Il aurait dû comprendre à l’époque que tes agissements étaient plutôt comme de la provocation pure et dure. T’aurais aimé le voir réagir lorsque tes lèvres se posaient sur celles d’une jolie fille.  Tu voulais être sien. T’en avais rien à foutre de ton rôle de chanteur populaire et beau gosse. Tu t’es seulement prêté au jeu pour la popularité du groupe, mais aussi parce que tu aurais cru dur comme fer que Lincoln aurait fini un minimum jaloux.

Tu reçus ta deuxième bière que tu tins comme si ta vie en dépendait. « Et quand je t’ai cherché, t’étais où? J’ai pas envie d'le savoir, mon cul. J’ai fait le tour de cette putain de ville. T’étais où? » Tu levas les yeux en l’air avant d’ajouter : « C’est quoi t’as envie de me faire pleurer en me disant que t’as fais le tour de la ville ? Pas aujourd’hui petite licorne. » Tu le provoque une fois de plus. On dirait que tout ce que tu veux c’est que votre conversation explose, que vous vous retrouviez l’un à l’autre collé dans ces cabines de toilettes dégueulasse à vous réconcilier. T’aurais au moins eut une victoire gâché la journée qu’il aura demain. Tu pourras hanter ses pensées, qu’il ne cesse de penser à toi. Tu ne sais quel évènements il fêtera, mais une chose est sûre c’est que ta présence aura probablement changé des choses à l’intérieur de lui. On dit que les vieux démons du passé peuvent refaire surface. Tu calas ta bière d’un trait puis déposa rageusement ton buck sur la table de bois. « En cure Lincoln. J’étais en cure ! T’es content maintenant ?  Soulagé ? Et ouais.. Rassures-toi je vais bien aujourd’hui. » Bon y’a un fou qui passe son temps à te torturer l’esprit te traquer mais ta santé elle va bien.  « Alors.. Maintenant que j’ai répondu à ta foutu question. Tu vas t’arrêter de détourner le sujet et m’dire pourquoi t’étais dans s’foutu bar ! Allez j’ai tout vu tout entendu ça doit pas être la mort.. » Dis-tu en te laissant retomber dans la banquette du pub.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 03/09/2018 à Miami. J'ai posté : 30 Pointage : 0

MessageSujet: Re: When i'm gone [Lincoln]   Lun 8 Oct - 22:13



Lennox & Lincoln

I breathe out now and we fall back in

Lincoln tentait de rester zen alors que la conversation pesait de plus en plus lourd sur le passé qu’il n’avait pas tant espéré déterrer. Il aurait voulu discuter du présent avec Lennox, apprendre où il en était, ce qu’il devenait. Son but n’avait pas vraiment été de retourner à leurs vieux démons. …Le rendre jaloux? Linc avait surtout cru que c’était complètement naturel que le chanteur de son groupe préfère rouler des pelles à de jolies femmes. Après tout, lui, il aurait aimé préférer ça. Il aurait aimé que les baisers de Lennox ne lui reviennent pas en tête, brouiller son esprit. Il jeta un œil en oblique à la serveuse qui vint donner une autre bière à son interlocuteur. Il hésitait à terminer la sienne. En prendre une autre. Prendre un risque. « C’est quoi t’as envie de me faire pleurer en me disant que t’as fais le tour de la ville ? Pas aujourd’hui petite licorne. » Non, il était seulement en colère de se faire reprocher de ne pas être venu le revoir alors qu’il avait passé ce temps à fouiller leurs lieux préférés de fond en comble, un par un, et se faire dire sans relâche qu’il cherchait pour rien. Et puis, est-ce que ce surnom était absolument nécessaire? Lennox savait bien quel point il trouvait ça agaçant de se faire appeler ainsi. Simplement pour ne pas grincer des dents, il plaqua le goulot de sa bière sous sa canine et laissa couler sur sa langue une grande rasade. Il était si facile de mettre Lincoln en colère lorsqu’on savait s’y prendre… et il était chose sure que Nox avait toujours su s’y prendre avec lui, pour déclencher une colère comme pour l’apaiser sur l’oreiller.

Les mots du grand brun durent quand même faire leur chemin, car après avoir terminé sa consommation, son ancien amant répondit enfin à sa question. Pour ainsi dire, Linc ne se serait jamais attendu à cette réponse. Il déglutit, se demandant s’il aurait pu le trouver dans de telles conditions, mais n’eut pas le temps de se sentir bien mal. L’insistance de Lennox lui permettait de passer par-dessus sa culpabilité avant même qu’elle ne soit naissante. Content? Soulagé? Oui. Ce mec avait dû pâtir suffisamment en cure pour compenser pour le mal que Lincoln avait eu. Probablement. Le physio allait tenter de faire la paix, avant que tout cela dégénère, mais Lenny revenait, insistant. « Alors.. Maintenant que j’ai répondu à ta foutu question. Tu vas t’arrêter de détourner le sujet et m’dire pourquoi t’étais dans s’foutu bar ! Allez j’ai tout vu tout entendu ça doit pas être la mort.. » C’était donc pour cela qu’il avait craché le morceau? Il voulait tant savoir? L’ennui passa encore une fois dans les pupilles du grand brun. Puis le froid. S’il voulait à ce point le savoir, pourquoi pas. Il ne serait pas celui qui s’en mordrait le plus les doigts… du moins, si Lennox était bien certain de ne plus avoir de sentiments, tout irait bien.

-Mon enterrement de vie de garçon. Je vais me marier.


Il laissa tout couler d’une voix si neutre, si platonique, cherchant plutôt dans l’iris du mec sur la banquette devant lui un quelconque signe de surprise. De mécontentement. Peut-être un brin de regret? Pour ainsi dire, n’importe quoi ferait l’affaire. Emily était la fille la plus géniale qu’il connaisse et pourtant, en ce moment, il aurait donné beaucoup pour qu’elle soit une fille comme les autres, une fille qu’il pourrait facilement laisser derrière. Sans savoir pourquoi il s’expliquait, il poursuivit, mais sa voix se fit plus faible.

-Quand que suis revenu de L.A. … pendant que tu étais en cure, j’ai rencontré Émily. On est ensemble depuis, ou presque.

Comme dans un espoir de te faire dire qu’il n’était pas en faute et que Lennox aussi avait refait sa vie, il osa demander.

-Et toi? Qu’est-ce que tu deviens?


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 02/09/2018 à Miami. J'ai posté : 29 Pointage : 0

MessageSujet: Re: When i'm gone [Lincoln]   Dim 21 Oct - 1:14


« Mon enterrement de vie de garçon. Je vais me marier.  » Tu croyais que tes sentiments pour Lincoln s’étaient estompés avec le temps, mais son annonce te fit le même effet qu’un coup de poignard au cœur. « Ah.. » Tu t’étais probablement trompé, ou peut-être parce que t’as toujours su intérieurement que Lincoln c’est l’homme de ta vie. Tu l’as aimé et tu l’aimes toujours, comme un fou. C’est d’ailleurs pour ça que tu n’arrives pas à avancer dans la vie, que tes histoires d’amour c’est toujours de la merde. Tu n’arrives pas à te l’enlever de la tête. C’est fou que ce l’amour peut faire, mais bon. Tu réalises à quel point t’as été con ce soir-là de foutre le camp. T’as été con de croire qu’il t’aurait suivis. Tu t’es tiré dans le pied seul, tout simplement parce que t’as une foutu tête de cochon et que t’arrives pas à contrôler ta colère. T’es con.  Tu ne fis qu’hocher la tête puis en te pinçant les lèvres. Qu’est-ce que tu pouvais bien dire de toute façon. « Quand que suis revenu de L.A. … pendant que tu étais en cure, j’ai rencontré Émily. On est ensemble depuis, ou presque.  » Tes yeux rivés sur ta bouteille de bière presque vide, tu tentais d’éviter son regard. Tu ne pu cependant pas t’empêcher de pouffer de rire. « C’est évident.. je n’étais plus dans tes pattes. Tu étais libre comme l’air.. Tant mieux pour deux. » Finis-tu par dire froidement.  Tu n’es pas content pour eux, en fait tu voudrais bien ce soir foutre la pagaille dans sa tête, mais t’es pas aussi méchant, ou peut-être que si ? Mais en réalité, à quoi tu pensais ? Que tout redeviendrais comme avant alors que vous vous croisez pour la première fois après autant d’année ?

Tu terminas ta bière d’un coup sec puis regarde ton ami, ton ancien amant sur le point de se marier.  « Et toi? Qu’est-ce que tu deviens? » Te demande-t-il alors que tu ne penses qu’à foutre le camp.  Tu soupires puis hausses les épaules. « Rien,  je me fais chier dans la vie autant qu’en amour. » Tu ne vas tout de même pas lui parler de ton ex un peu pas mal beaucoup dérangé, mais ta phrase en disait quand même long.  Tu regarde Lincoln un instant puis tu te lèves de la banquette pour aller t’asseoir tout près de lui. Tu le regardes directement dans les yeux puis lui demande.  « J'dois savoir. C’est vrai que tu m’as cherché ? Que tu m’as attendu ?  Et ne me mens pas s'te plait. » Tes yeux ne le quittent pas une seule seconde. Tu deviens impatient. T’as envie de savoir ce qui ce passe avec lui. T’as envie de savoir si ce soir surtout ce sera la dernière fois que tu le croiseras. « T’as pas idée à quel point j’ai rêvé, espéré ce moment Linc. » Tu te mordilles la lèvre inférieure nerveusement puis baisse les yeux. « J’arrive pas à croire que t’es là devant moi depuis tout ce temps .. » T’as envie de le serrer dans tes bras. Ta colère contre lui s’est presque toute dissiper T’as besoin de lui, t’as besoin de lui dire tout ça, « .. sauf que j’crois que c’est l’heure pour moi de rentrer chez moi.. Parce .. parce que .. Tu vas te marier. » Tu restas là un moment à le regarder, à voir ce qu’il allait te dire. À voir sa réaction, puis tu te relevas hésitant. En vrai tu n’avais pas envie de t’en aller.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: When i'm gone [Lincoln]   

Revenir en haut Aller en bas
 
When i'm gone [Lincoln]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Miami dans sa splendeur :: Coconut Grove-
Sauter vers: