Partagez | 
 

 The sky's so blue next to you (FT. Isaac C. Reeves)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 29/03/2017 à Miami. J'ai posté : 110 Pointage : 530

MessageSujet: The sky's so blue next to you (FT. Isaac C. Reeves)   Mar 24 Avr - 1:31


The sky's so blue

C’est fou comme le temps peut passer à toute vitesse. Cela faisait déjà presque deux mois que Sue habitait dans l’appartement. C’était loin d’être une situation agréable. La dame avait la fâcheuse tendance de tout faire pour jouer avec le moral d’Isaac et Kaytlìn. Mais, surtout, de faire les choses à sa façon sans se soucier de ses colocataires. Depuis quelques semaines, avec son plâtre en moins, elle avait au moins la possibilité de s’enfuir du logement. Tout comme Isaac le faisait en passant de nombreuses heures au bureau. Pour sa part, la métisse n’aurait jamais pensé être aussi heureuse d’avoir des cours à l’université. Elle fuyait l’appartement en allant à l’université tôt et profitait de la bibliothèque plus qu’elle ne l’avait jamais fait. Étrange comme des études qu’on n’aime pas peuvent devenir tout d’un coup passionnante.

Ce matin-là, Kaytlìn se réveilla avec un message de sa mère sur son cellulaire. Elle lui souhaitait un joyeux anniversaire. La jeune femme ne s’était même pas rendu compte que cette journée était déjà arrivé. Avec les travaux de mi-session, en plus de ceux sur lequel elle avait eu du retard, les jours étaient simplement devenus des dates de remise de travaux, oubliant toutes autres occasions spéciales. En fait, sa fête tombait sur la journée idéale. Son professeur avait annulé le seul cours qu’elle avait. La brunette avait donc toute la journée rien que pour elle. Elle pourrait donc s’installer devant ce jeu vidéo qui lui faisait de l’œil depuis…
Une idée germa soudainement dans son esprit. Elle n’avait pas envie de passer sa journée de fête devant un écran, ni être seule, ni de ramasser l’appartement derrière Sue. Passé la journée loin des problèmes semblait une bien meilleure idée. En faisant des recherches sur les endroits à visiter dans le coin dès ses premiers mois à Miami, la métisse était tombée sur le site du parc national de la ville. La forêt lui semblait magnifique. On y trouvait de nombreuses plages et coin d’eau baignable avec même la possibilité de faire de la plongée. Mais, ce qui l’intriguait le plus, c’était le vieux phare. Le lieu lui paraissait idéal pour prendre de belles photos, pour faire de la recherche pour ses prochaines peintures et surtout prendre un bol d’air frais. Mais, elle n’avait aucune envie de s’y rendre seule. Si elle avait besoin de sortir de l’ambiance de l’appartement, Isaac méritait beaucoup plus qu’elle une pause de Sue. En plus, ils n’avaient rien pas fait d’activités ensemble depuis qu’ils avaient discuté dans cette salle de classe. Ce qui lui semblait étrange…

Sans prendre le temps de déjeuner, Kaytlìn téléphone à Joyce. Si quelqu’un connaissait l’horaire d’Isaac, c’était bien elle. L’assistante lui dévoila que la journée de l’homme d’affaire n’avait aucun rendez-vous important et qu’il avait fait réservé deux places dans un restaurent pour ce soir. L’attention la toucha. Mais, elle n’avait aucune envie de passer la soirée comme ils avaient l’habitude de le faire, puisqu’au final, ils ne se parlaient pas plus. Elle ne voulait pas non plus prendre la chance d’y rencontrer Sue. Les restaurant préférés d’Isaac était les mêmes que la dame, imaginait-elle. Kay prit donc quelques minutes pour expliquer son idée et Joyce l’assura qu’elle changerait l’horaire de travail d’Isaac. La brunette lui demanda de lui préparer également un sac contenant son appareil photo et un costume de bain. Pas question qu’elle touche à son précieux appareil sans sa permission. Et s’il ne l’apportait pas, elle allait l’entendre soupirer tout le trajet.

Une fois le tout planifier avec Joyce, Kay s’activa à préparer un repas froid à apporter et son propre sac. Elle prit son petit déjeuner en vitesse et s’habilla. Après avoir laissé un mot à l’intention de Sue (Nous serons absent et hors réseau pour la journée.), elle sauta dans l’autobus. Quelques minutes plus tard, elle franchisait les portes de la compagnie de publicité. Grâce à son badge de mannequin, elle put entrer sans trop de question dans les bureaux. La brunette alla immédiatement à la rencontre de Joyce. L’assistante lui confia le sac et lui indiqua où trouver le président. Traversant les couloirs, ses pas s’arrêtèrent dans le département d’impression. Le grand brun s’y trouvait, examinant une pile de feuille.

- Salut! Désolé de t’interrompre.

Kay s’approcha de lui, avec un sourire.

- Je suis venue te demander une faveur. J’aimerais que tu m’apportes au parc national. Il a l’air génial pour prendre de belles photos de nature et pour de nouvelles idées de peinture. J’ai pensé que ça serait agréable d’y passer ma fête pour changer des restaurants. Qu’en dis-tu?

Elle avait tout fait pour qu’il soit libre pour la journée mais s’il décidait de rester, elle ne l’empêcherait pas.  

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 27/03/2017 à Miami. J'ai posté : 410 Pointage : 1123

MessageSujet: Re: The sky's so blue next to you (FT. Isaac C. Reeves)   Mer 25 Avr - 1:09

ISAAC
&
KAYTHLIN
I never would've believed you if three years ago you told me I'd be here
Isaac s’ennuyait. La journée n’était pourtant pas tant différente de ce qu’il vivait semaines après semaines depuis l’arrivée de Sue. Seulement, aujourd’hui, la majorité des rendez-vous qui auraient pu avoir lieux n’adonnaient pas pour les promoteurs et, avril était un mois plutôt mort pour les défilés, la plupart des mannequins profitaient plutôt de ce temps calme pour prendre quelques jours pour eux. Les shooting étaient donc aussi très rare. L’homme d’affaire avait pris la liberté de poursuivre un projet moins urgent qui n’était prévu que pour juillet, soit la sortie du catalogue préférentiel d’haute couture pour l’automne. Les Reeves avaient l’habitude de mettre dans ce catalogue les découvertes de l’année, de présenter de nouveaux designers, mais surtout d’annoncer subtilement les défilés d’hiver sous un format plus lucratif. C’était un bon coup de publicité, raison pour laquelle cela revenait année après années. Ce qui angoissait Isaac, c’était qu’il avait dû choisir des photos pour présenter la toute nouvelle boutique d’Astrid et, comble du comble, le comité de sélection avait insisté pour qu’Isaac prenne des clichés de sa propre session de mannequinat. Cela donnait donc, d’une pierre deux coup, la chance de présenter Liberty Crawford Design, mais aussi de faire un gros plan sur le patron de la Reeves Corporation, Division Miami. Et s’il avait refusé, les responsables des autres divisions s’étaient rapidement prêté au jeu pour faire leur propre page dans le recueil en accord avec de nouvelle boutiques de Londres et de Nassau, ce qui avait empêché le grand brun de retirer cet article des planches d’impression.

C’est donc là qu’Isaac se trouvait. Debout, dans l’imprimerie, à détester le travail qui se trouvait dans ses mains. Faire les tests de couleur ne l’amusait guerre, mais comme son orgueil était en jeu… Parmi la pile de feuille, aucune ne lui convenait réellement. Il laissa glisser un soupir contenu, déjà à la recherche de solution quand de petits pas près de lui lui firent lever les yeux. Son visage afficha clairement la surprise qu’il avait de voir sa fiancée dans l’imprimerie. Ce n’était définitivement pas un hasard. Avec son retard pris dans ses cours universitaire, Isaac avait laissé son horaire de mannequinat blanc, en plus que la jeune fille n’avait techniquement jamais à mettre les pieds dans l’imprimerie. Quand la brunette le salua, Isaac se tourna immédiatement face à elle pour l’écouter, montrant d’ore-et-déjà qu’il était disposé à l’écouter. Après tout, c’était tout de même son anniversaire et Isaac ne désirait pas commencer la journée d’un mauvais pied s’il ne désirait pas miner leur sortie au restaurant qu’il avait prévu plus tard. Ils ne parlaient jamais réellement, mais s’il pouvaient ne pas se lancer des regards noirs durant tout le repas, c’était un bonus. L’homme aimait bien manger en paix, même si cette sortie avait pour unique but de souligner la fête de la jeune demoiselle. Et justement, c’était de cela sont elle venait lui parler.

Changer des restaurants? Isaac n’était pas certain de ce qu’elle voulait dire par là, surtout qu’il avait complètement omis de lui dire qu’ils iraient au restaurant ce soir-là. Ce n”tait pas pour lui faire la surprise, mais plutôt car le bahaméen n’avertissait jamais réellement lorsqu’il réquisitionnait la présence de sa fiancée.  Posant son regard sur Kaythlin, puis sur le sac qu’elle avait dans les mains, l’homme d’affaire compris que ce n’était pas tant une question. Il reconnaissait très bien son sac d’excursion, celui qu’il utilisait lorsqu’il sortait prendre des photos sur le terrain. C’était le seul sac suffisamment fiable pour que le photographe accepte d’y placer son précieux appareil avec d’autres objets. Bien évidemment, il était dans un étui, en plus de cela… Et si le tout se trouvait dans les mains de Kaythlin, c’était définitivement que Joyce avait été les chercher dans le placard barré de son bureau. Devait-il rappeler à son assistante qu’elle ne pouvait prendre ce genre de liberté sans lui en demander l’accord avant? ce qu’il avait dans ce placard était précieux pour son travail, ce qui expliquait qu’on n’y accédait qu’avec une clef n’existant qu’en trois exemplaire. Le sien, celui de Joyce et celui qui était serré dans les archives dans le cas où il faudrait en faire une nouvelle copie.

Malgré toute cette réflexion, Isaac ne se sentait pas d’humeur à confronter la jeune femme souriante qui se trouvait devant lui, l’air innocent. Peut-être était-ce cette légère proximité à laquelle Isaac s’était habitué en partageant la chambre de Kaythlin, mais il avait beaucoup plus de facilité à la voir évoluer autour de lui. S’il n’avait presque rien changé de ses habitudes, se réveiller et la voir avant toute chose chaque matin depuis de nombreuses semaines avait fait entrer la métisse dans sa bulle. Elle ne le dérangeait plus autant que les autres et pouvait librement entrer dans son espace et il ne se sentait pas l’obligation de se mettre sur ses gardes ou de la confronter. Cependant, il ne parlait pas plus de lui ou ne lui proposait pas plus d’activité. Ce changement ne concernait que sa propre aise dans sa relation et cela devait probablement être… presque invisible de l’extérieur. Bien sur, le fait qu’ils soient tous les deux très occupés avait aussi empêché plus de développement, puisque chacun travaillait de son côté.

-Cela te ferait plaisir?


La question était inutile et Isaac le savait. Disant cela, il s’approcha et emprunta le sac en cuir noir des mains de sa compagne pour l’ouvrir. Il y déposa la pile de document qu’il avait dans les mains, s’assurant d’y jeter un oeil si jamais il avait le temps pour un peu de travail. Y réfléchissant à deux fois, il tourna les talons et pris également deux autres dossiers dans un pigeonnier avant de les ajouter à son bagage. C’est à ce moment qu’il remarqua les étoffes pliées dans un sac, l’une de celles-ci étant clairement une serviette de plage.

-As-tu prévu autre chose pour la journée ou tu désires juste aller te promener là-bas?


Une serviette de plage, cela pouvait dire qu’ils allaient passer ailleurs pour faire un détour à une piscine privée, mais connaissant la jeune femme, il se doutait que ce n’était pas tout à fait son genre de plan. Son sac étant maintenant complet et fermé, le grand brun s’approcha de nouveau de la fêtée et, l’invitant à la suivre, il se dirigea vers la sortie. Ce ne fut qu’une fois qu’il dépassa l’accueil qu’il entendit un bruit de talon claquant sur le plancher derrière lui et une voix s’élevant.

-Monsieur Reeves!

S'immobilisant, Isaac se retourna pour voir Joyce lui faire un petit signe, lui demandant de l’attendre. Une fois à la hauteur du couple, elle poursuivit.

-Je vais faire transférer vos appels à mon bureau pour la journée.

Reeves, surpris, haussa un sourcil.

-Je me serait imaginé que c’était déjà fait.


Pointant le sac donc la bandoulière reposait sur son épaule, il lui fit comprendre d’une regard qu’il la savait coupable. La femme lui sourit, étrangement incertaine de la posture à adopter.

-C’est que quand j’ai su que vous vous absenteriez du travail aujourd’hui, je n’y croyais pas vraiment. Sur ce, bonne journée à vous. Et joyeux anniversaire, Miss Gallagher.

Sans plus, l’assistante retourna au travail. Sans un mot, le duo se rendit à la voiture d’Isaac qui était garée dans son stationnement réservé. Par principe, le gentleman ouvrit la portière à sa compagne avant de prendre lui-même place et d’allumer son GPS. Isaac avait déduit grâce aux maillots de bains qu’elle désirait aller à Biscayne et non à Everglades. Une fois la destination planifiée et qu’ils aient réussit à s’engager sur l’autoroute, Isaac desserra de nouveaux les lèvres.

-Joyeux anniversaire.


CODAGE PAR AMIANTE

_________________




Out of all these things I've done I think I love you better now
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 29/03/2017 à Miami. J'ai posté : 110 Pointage : 530

MessageSujet: Re: The sky's so blue next to you (FT. Isaac C. Reeves)   Dim 29 Avr - 2:22


The sky's so blue

Sa présence dans l’établissement sembla le surprendre. Ce qui n’était pas étonnant. Sauf pour ces contrats de mannequinat, Kaytlìn ne mettait jamais les pieds dans l’agence de publicité. Qu’elle soit ici prouvait qu’elle avait un but précis. Elle n’était pas surprise de le voir lui porté toute son attention. Présenter son idée comme une faveur était une méthode pour qu’il accepte plus facilement. Parce qu’elle savait qu’une promenade dans les bois n’était pas l’activité favorite d’Isaac. Le PDG était plutôt dans le style de personne qui utilise leur voiture pour se rendre au dépanneur à un coin de rue. Kay remarqua le regard du jeune homme sur les sacs qu’elle transportait. Peut-être qu’elle n’aurait pas du invoquer le restaurant, comme elle ne devait pas au courant. Mais, il avait surement deviné qu’elle s’était arrangée avec Joyce pour préparer l’expédition. Et il l’aurait deviné d’une façon ou d’une autre. La métisse garda son sourire. Simplement penser à cette journée loin de Sue la rendait joyeuse.

L’occasion était trop parfaite également pour passer un peu de temps seul avec lui. Depuis leur discussion, le sujet de leur nouvelle relation avait été invoqué seulement en sous-entendu. Ils passaient leur journée séparée, se sauvant chacun de leur côté pour évitant Sue. Le peu de temps qu’ils se côtoyaient, c’était au moment d’aller se coucher. Pendant les deux premiers jours, la brunette regrettait un peu sa suggestion. Une sensation de malaise la remplissait. Mais, elle s’était tranquillement habituée à sa présence. C’était presque devenu une habitude. Et sans réellement s’en rendre compte, cela l’avait rapproché de lui.

Sa demande fut renvoyée vers elle. Évidemment que cela lui ferait plaisir. Kaytlìn hocha simplement la tête avec un plus grand sourire pour être certaine d’être compris. Isaac se rapprocha d’elle pour prendre le sac que Joyce lui avait préparé. Il y déposa la pile de papiers qu’il tenait dans ses mains. Après un moment d’hésitation, il tourna les talons pour prendre de nouvelles piles et il les fourra de nouveau dans son sac. Le grand brun la questionna ensuite sur son plan de la journée.

- Simplement se promener là-bas pourrait prendre des semaines. Il y a de nombreuses activités sur place. Amplement de quoi remplir une journée.


Sac en main, Isaac lui fit signe de le suivre. Parcourant le chemin en sens inverse, ils se dirigèrent vers la sortie. Alors qu’ils dépassaient le bureau de l’accueil, un bruit de talon haut et une voix attirèrent leur attention. Joyce leur faisait signe de l’attendre. Une fois à leur hauteur, ils échangèrent une conversation de travail. Leur échange se termina par un souhait d’anniversaire de la part de l’assistante. Kay la remercia et la femme reprit son travail. C’est en silence qu’ils se rendirent à la voiture d’Isaac. Une fois le GPS programmé, ils se mirent en route. Ce n’est qu’une fois sur l’autoroute que la voix du grand brun remplit l’habitacle.

- Merci! Désolé d’avoir chamboulé ta journée.


Le sourire qu’elle lui fit signifiait clairement qu’elle n’était pas si désolé que ça. Surtout qu’elle avait fait attention pour ne rien interrompre d’important. Une soirée silencieuse dans un restaurant beaucoup trop chic ou une journée d’aventure dans les bois. Son choix était fait. Le trajet jusqu’au port prit une bonne heure. Une heure silencieuse. Débarquant de la voiture, Kaytlìn prit une grande respiration d’air marine. Cette odeur salé, il l’avait à l’appartement également. Ici, elle était plus forte. La jeune fille agrippa son sac avant de se diriger joyeuse vers une pancarte d’information. D’un rapide regard, elle comprit que le phare qu’elle espérait tant voir se trouvait de l’autre côté de la mer, sur une petite île. Se tournant vers Isaac, elle lui exposa le plan.

- J’avais pensé qu’on pourrait marcher un peu dans les sentiers, s’arrêter pour des photos et dessiner, dîner à la plage et peut être en profiter pour se baigner un peu. J’aurais vraiment aimé voir le vieux phare annoncé sur le site. Mais, je ne m’étais pas rendu compte qu’il se trouvait aussi loin. Dommage! Ça semblait tellement un bel endroit pour des photos ou des croquis.


Lui indiquant le plan et les descriptions, elle poursuivit.

- Toi, est-ce qu’il y a quelque chose qui t’intéresse?


Elle savait bien que rien ne l’intriguerait vraiment mais elle voulait prendre la peine de lui demander. Peut-être, peut-être y avait-il un endroit qui l’attirait…


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 27/03/2017 à Miami. J'ai posté : 410 Pointage : 1123

MessageSujet: Re: The sky's so blue next to you (FT. Isaac C. Reeves)   Dim 29 Avr - 10:35

ISAAC
&
KAYTHLIN
I never would've believed you if three years ago you told me I'd be here

Le voyage en voiture fut silencieux, comme a leur habitude. L'heure passa rapidement pour Isaac qui aimait conduire et qui n'en avait pas si souvent l'occasion. Lorsque l'homme d'affaire stationna enfin sa voiture, ils semblaient être a des lieux de la ville. Le parc était bien isolé des gratte-ciel. A la suite de sa compagne, il attrapa son sac-il était hors de question qu'il prenne la chance de passer cette journée sans son appareil photo et les dossiers qu'il avait amené – et se plaça derrière sa guide pour mieux observer la pancarte par-dessus elle. La description de la journée n'avait rien d'extraordinaire, mais l'idée de marcher autant ne plaisait pas plus que cela au photographe. Marcher, se baigner… toute une journée? Il ne savait pas si suivre la métisse avait été une si bonne idée, toutefois il acquiesça et confirma l'idée de la jolie londonienne.

-On fera ce qui t'intéresse.

Alors qu'il tentait de contenir ses commentaires desillusionnés, un icône attira son regard sur le plan. Un traversier? C'était tout de même logique puisqu'une partie du parc se trouvait sur une île. Mais d’une pierre, deux coups, Isaac pouvait passer deux heures de sa journée sur le traversier pour éviter de marcher sans relâche et Kaythlin voyait le fameux phare qu'elle venait de mentionner. Pourquoi pas. Aussi, le grand brun passa son bras par dessus l'épaule de la demoiselle pour aller poser son doigts sous la description du traversier. Il s'agissait en fait de petits bateaux pour une quinzaine de personne sur lesquels il était possible de louer un siège ou même un allé-retour.

-On a le temps d’y aller.

Par cela, il voulait bien sur dire qu'il allait payer la location, qu'ils allaient probablement passer la journée la bas et qu'il esperait marcher le moins possible, mais tout ça , ses lèvres ne le mentionnerent pas. Il se contenta plutôt s'ajuster son sac sur son épaule et de regarder un peu plus loin pour visualiser où il devait se rendre pour discuter avec un conducteur de ces bateaux. Aussi, ce ne fut pas bien long qu'il prit le chemin qui indiquait la direction vers le bord de l'eau. S'il ne voyait rien d'ici, il trouverait certainement une fois au bord de la mer. Il ne s'inquièta pas que Kay le suive, certain qu'elle aussi devait vouloir avancer. Alors que les minutes s’éternisaient sur le chemin de la berge, Isaac chercha quelque chose a dire pour faire preuve de bonne volonté. Après tout, il n'avait presque rien dit et, sil se plaisait dans le silence, il savait que sa compagne était bien plus volubile. Il commença donc avec les bonnes nouvelles.

-Un logement doit se libérer a côté du notre le mois prochain. Je pense le louer pour que Sue puisse y habiter.

Il réfléchis un instant, incertain de ce qu'il devait préciser ou non.

-Comme son médecin refuse de lui enlever son refus d'habiter seule, elle pourrait au moins habiter dans un endroit a part.

Il fallait le dire. S'il habitait plus longtemps avec sa mère, Isaac risquait de ne pas être capable de rentrer chez lui sous peu. De plus, elle avait commencé a vouloir le faire sortir dans des soirées mondaines avec lui pour trouver une prétendante. Il y avait certainement quelques chose que la dame n avait pas compris dans la situation de son fils. Isaac se mordit la lèvre avant de terminer sur une note un peu plus enthousiaste : de là, ils apercevait la mer et, bien vite, quelques embarcations sur le bord.

-Je vais voir pour trouver un bateau-traversier.

Isaac disparut. Quand il revint quelques minutes plus tard, c'était pour proposer a la jeune femme de le suivre. Comme il avait accepté de payer les frais entiers de la traversée, il était inutile d'attendre que d'autres touristes se joignent a eux pour partir. C'est ainsi qu'ils rejoignirent un vieux monsieur qui leur présenta son embarcation. C'était un joli voilier avec un pont ayant facilement l'espace pour une dizaine de personne. L homme aux cheveux grisonnant salua Kaythlin, puis les fit embarquer. Dès les premières minutes, le grand brun se perdit dans la vue des vagues et de la mer. C'était joli et paisible. Il avait presque envie de sortir son appareil photo, mais il savait qu'il avait l heure devant lui pour le faire. Il s'approcha donc de la métisse, assise a l'avant du pont. Il prit place a côté d’elle, respirant doucement l'air salé.

-Tu n'as pas le mal de mer?

C'était bon signe. Isaac apprécierait de faire un prochain défilé en croisière, soit des événements de quelques jours entièrement sur l'eau. Il avait a peine commencé la paperasse, mais cela faisait un moment qu'il y pensait et il était certain que c'était le pas a faire pour faire un événement plus marquant pour la division de Miami. Si Kaythlin était a l'aise sur l'eau, il pouvait déjà la compter comme mannequin pour le défilé. De fil en aiguille, sa pensée retournait vers le travail et il retint un soupir en pensant aux sélections de mannequin a venir. Il détestait cotoyer autant de mannequin.
CODAGE PAR AMIANTE

_________________




Out of all these things I've done I think I love you better now
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 29/03/2017 à Miami. J'ai posté : 110 Pointage : 530

MessageSujet: Re: The sky's so blue next to you (FT. Isaac C. Reeves)   Mar 15 Mai - 14:41


The sky's so blue

Après avoir exposé les activités de la journée auxquels elle avait pensé, Isaac lui fit une réponse digne de lui. Ils feraient ce qui l’intéresserait. Il n’avait aucune opinion sur le plan de la journée. Du moins, pas qu’il souhaitait partager avec elle. Voulait-il dire qu’il voulait la laisser choisir à l’occasion de son anniversaire ou que rien ne l’intéressait vraiment? Maintenant habituée aux paroles vagues, elle ne chercha ni à deviner ce qu’il pensait au fond, ni lire entre les lignes. Kaytlìn porta plutôt son attention sur le panneau d’information. Regardant les différents points d’observation offerts à proximité, elle essayait de choisir le meilleur parcours dans le parc. Un bras passa par-dessus son épaule et pointa la description d’un traversier. La voix d’Isaac s’éleva dans son dos lui indiqua qu’ils avaient le temps de l’utiliser. Lisant les quelques phrase en diagonale, Kay apprit que le traversier offrait le transport vers l’île au phare sous réservation. Elle n’en avait fait aucune mais si Reeves disait qu’ils prendraient le bateau, elle n’avait aucun doute qu’ils allaient le faire.

Le grand brun ne perdit pas un instant pour se diriger vers les quais, là où ils trouveraient sans doute le bateau. La jeune fille lui emboita rapidement le pas. Elle ne voulait pas trop espérer mais la perceptive de voir ce fameux phare la rendait joyeuse. Le chemin qui les séparait de la berge allait encore prendre du temps. Mais, elle ne s’attendait pas à la distance accompagnée de paroles. Isaac lui annonça qu’un logement se libérait juste à côté du leur. Comme Sue ne pouvait pas encore sans surveillance, il pensait le lui louer pour qu’elle ait son endroit à elle. Quelle excellente idée! Sue serait bien mieux dans un endroit fait juste pour elle et Kaytlìn serait plus qu’heureuse de voir le moins possible la dame. Plus qu’un mois à partager l’appartement avec elle! Kay eut envie de commenter la nouvelle mais elle choisit de se retenir. Son trop plein d’enthousiasme pourrait déranger Isaac. C’était tout de même sa mère. Le jeune homme poursuivit en déclarant trouvé le bateau.

La jeune femme observa la mer que quelques minutes avant que son compagnon ne revienne. Elle le suivit jusqu’à la marina où les attendaient un voilier qui pouvait accueillir une dizaine de personne. Un vieil homme sympathique la salua avant de lui présenter son embarcation, tel un père fier de son enfant. Il les fit ensuite grimper à bord et le voilier ne tarda pas à quitter le port. Kaytlìn ne put s’empêcher d’aller s’installer à l’avant. L’odeur de la mer, le voilier fendant les vagues, l’île à l’horizon qui se rapprochait lentement… Elle se serait cru partit à l’aventure. Et c’était presque la vérité. Une aventure n’avait pas besoin d’être à l’autre bout de terre ou dans le fond d’une jungle. Isaac prit place à ses côtés après quelques minutes et s’inquiéta de son bien-être.

- Non, ca va! Je n’ai jamais vraiment eu le mal des transports, alors même si c’est ma première expérience sur ce genre de bateau, ça ne m’inquiétait pas. Comme tu as grandit aux Bahamas, ça ne doit pas être ton premier voyage sur l’eau.

Elle avait abordé un sujet sensible. Le passé d’Isaac, le faire parler de lui… Kay n’attendait aucune réponse à sa tentative de discussion. Toutes celles qu’elle avait faites dans ce sens avaient été perdues dans le silence. Son regard se perdit un peu dans la mer. Aux Bahamas, elle aimait bien faire des travaux sur la plage avec vue sur les vagues. En Floride, elle n’en avait pas encore eu l’occasion. Pourtant, elle ne pouvait s’empêcher de penser que les deux endroits ne se ressemblaient pas, même si c’était tous les deux de la mer. Ce n’était pas tout à fait la même odeur, ni le même décor tropical.

- C’est étrange quand même que la mer de Miami ne ressemble pas à celle des Bahamas. C’est tout de même de la mer, non?

Le commentaire s’était échappé de ses lèvres. Un commentaire étrange, surtout quand on n’était pas télépathe. Et elle ne tenta pas de se rattraper. Si ce début de conversation plus privé devait se terminer en silence, autant le remplir de commentaires étranges.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 27/03/2017 à Miami. J'ai posté : 410 Pointage : 1123

MessageSujet: Re: The sky's so blue next to you (FT. Isaac C. Reeves)   Ven 1 Juin - 1:56

ISAAC
&
KAYTHLIN
I never would've believed you if three years ago you told me I'd be here

Non, ce n'était pas son premier voyage sur l'eau. Isaac avait eu la chance de vivre de nombreuses croisières mondaines et avait pu tenter sa chance sur de plus petits bateaux pour prendre des photos de collections de plage ou pour des publicités plutôt estivales. Seulement, c'était la première fois qu'il s'y retrouvait sans raisons liées au travail. Il faisait si peu de choses en dehors de ses obligations que tous s'en seraient étonnés de  toute manière. Comme l'évidence planait, Isaac ne compris pas que Kaythlin lui posait une question et il prit pour acquis qu'elle affirmait qu'il avait déjà pris le bateau. Il garda donc le silence, hochant imperceptiblement la tête.  Il eut l'impression que sa compagne réfléchissait à voix haute lorsqu'elle évoqua la mer des Bahamas, mais il comprit rapidement qu'elle tentait de discuter pour passer le temps jusqu'à leur arrivée sur la petite île. Isaac ne se laissait habituellement pas attendrir par les conversations inutiles des mannequins qui tentaient de l'approcher ou de partenaires d'affaires qui s’aventuraient trop près de l'espace personnel du jeune Reeves. Seulement, a ce moment, la personne qui l'interpellait était une petite métisse aux yeux brillants qui avait tout de même réussit à l'arracher a son bureau, chose dont peu de gens pouvaient se vanter à ce jour. De plus, cela faisait de nombreuses semaines qu’il se demandait ce qu’il était censé faire de leur relation, de la proximités qu’ils avaient eue en de rares occasions, mais surtout de ce qui lui démangeait dans la poitrine lorsqu’il la croisait dans l’appartement après de nombreux jours à ne vivre que pour le travail. Malgré toute sa bonne volonté, il dut retenir un soupir avant de prendre part à la discussion. Et réfléchir à ce qu’il pouvait bien ajouter…

-C'est la même mer. Simplement, Miami est la berge d'un continent alors ce n'est pas la même chose qu'une archipelle… les Bahamas… flottent dans l'Atlantique.


Il se surprit à réfléchir un peu trop sérieusement à ce qu'il disait et, surtout, à en avoir un peu trop a dire. Les Bahamas lui manquaient tant? La question idiote résonnait au creux de son esprit et il regrettait même de se l’être posée en secret.  Isaac leva les yeux vers le large comme s'il tentait de repérer quelque chose. Bien sur, il ne semblait rien y avoir, mais il avait tout de même l'air satisfait lorsqu'il se tourna vers Kaythlin. Du doigt, il pointa le large.

-Par là, il y a Nassau. Elle fait partie de l'océan.


Bien sur qu'il y avait une grande pointe de nostalgie dans tout ce qu'il disait. Parler des Bahamas lui donnait un air songeur, presque nostalgique pour quiconque le connaissait - personnes qui n’étaient pas légion. L'homme d'affaire, quoi qu'il en dise, avait eu l'impression d'être déraciné. Il ne savait toujours pas s'il pouvait être bien ailleurs et, surtout, il ne savait pas s'il se sentirait chez lui un jour à Miami ou ailleurs sur le globe.Chose sure, quelque chose l’avait tout de même suivi depuis les Bahamas. Quelqu’un, plutôt. C’était peut-être une partie des raisons pour lesquelles Isaac se sentait plus près de sa fiancée. Elle lui rappelait probablement son île, en quelque sorte.Sans s’en rendre compte, il poursuivis, ce qui semblait naturel malgré le manque d’habitude.

-Initialement Adams vivait sur le continent, mais la Reeves Corporation avaient de la difficulté à  progresser. C’est en proposant les mêmes contenus, mais mis en place dans des paysages de Bahamas qu’il a été découvert comme publiciste. Les clients avaient envie d’exotisme. C’était quand même la fin des années 70, le collège de Bahamas venait à peine d’être fondé, les gens des grandes villes ne connaissaient pas bien l’endroit…

Le mélange intimiste qu'apportaient ces explications ne semblaient pas prendre beaucoup d’énergie à Isaac. C’était l’histoire de la compagnie. Il avait raconté les début de la Reeves Corp. des milliers de fois, sans exagération. La promotion d’entreprise passait toujours un peu par là. Adams Reeves avait exploité les Bahamas au bon moment dans l’industrie de commercialisation, point. Seulement, c’était également la raison pour laquelle Adams avait établis ses bâtiments aux Bahamas et, quelques années plus tard, la raison pour laquelle Sue était tombée enceinte.

Le silence aurait pu retomber, mais il n’en fut rien. Kaythlin voulait discuter et Isaac parlait de travail, rien ne pouvait mal aller dans ces conditions. Comme s’il proposait une conférence réduite, Isaac lui expliquait comment l’entreprise de son père s’était développée. L’engouement et l’intérêt de l’homme pour son sujet était palpable. À ce moment précis, il avait l’air sociable, charmant, engagé. Il décrivait d’ailleurs de façon très imagée, comme s’il parlait d’un décors mis en scène. Seulement, il parlait de produit du temps, des premières installations, des premiers contrats. Il remonta ainsi jusqu’aux année 2000. Ils voyaient alors la berge de l’île au loin. Elle apparaissait doucement. Sans s’arrêter, il entra dans le vif de ses premiers contrats, se rendant à peine compte qu’il parlait de lui…

- En 2005, Adams a eut ce contrat pour une entreprise locale, le Harbour’s Edge. Ce n’est pas très gros, mais le bâtiment est construit sur des pilotis sur l’eau. Je ne me rappelle pas pourquoi Sue m’avait apporté là-bas, mais j’avais pris des photo avec mon cellulaire et le photographe de la Reeve’s avait décidé de me montrer comment marchait le sien puisque Adams était occupé à… à calmer Sue. Étonnamment, on arrivait à peine à différencier ses photos des miennes et c’est l’une des mienne qui s’est retrouvée dans les revues promotionnelles. C’était une erreur, mais ça a été suffisant pour qu’Adams m’envoie me faire former en photographie, puis de fil en aiguille m’initie dans la compagnie et me fasse intégrer des études en affaire…

-Jeune homme?

Isaac sursauta légèrement, non parce qu’il ne s’attendait pas à ce que le marin lui adresse la parole, mais surtout car il ne s’attendait pas à se faire appeler “jeune homme”. C’était pour le moins rare, aussi il répliqua de sa voix neutre qui n’avait pas pris de temps à revenir.

-Isaac Reeves. Oui?

Le grand brun voyait bien aux petits yeux plissé de leur conducteur alors qu’il scrutait la berge que quelque chose le tracassait. Aussi, il se leva et s’approcha pour pouvoir discuter plus aisément. Cela ne prit pas de temps avant qu’il comprenne la situation. L’homme lui expliqua que les quaies étaient pleins et qu’il lui était impossible d’accoster avec le voilier. Il lui offrit gentiment le choix de faire demi-tour ou de les débarquer à plus ou moins quelques mètres de la berge, là où l’eau serait assez basse pour qu’ils n’aient pas à nager. Faire demi-tour tenta amèrement à Isaac, mais un coup d’oeil à sa compagne le convainquit de tenter sa chance sur les plages. Il ne se dérangera pas à répéter puisque Kaythlin devait avoir entendu d’où elle était. Il s’en approcha seulement, alors qu’uen voix retentissait à nouveau derrière lui.

-On sera là dans quelques minutes. Rendu à la plage, vous feriez bien de descendre d’abord pour prendre la demoiselle dans vos bras. Vous-même en aurez au dessus de la taille.

Un malaise bien évident dans ses traits, Isaac ne commenta pas. Il s’assit plutôt, regardant la terre ferme approcher. C’était beau, très beau. C’était presque dommage qu’il était contrarié et ne pouvait en profiter pleinement. Les minutes se noyèrent et bientôt le voilier s’immobilisa non-loin d’une plage. Sur les indications du marin, le Bahaméen s’apprêta à passer par dessus la rambarde, retirant au moins son veston noir pour aucune bonne raison sachant que l’ensemble irait certainement à la poubelle a son retour.. Il descendit dans l’eau juste à temps pour ne pas se concentrer sur leur conducteur qui se permettait de commenter la situation.

-C’est presque dommage pour votre sur-mesure… Bon! A votre tour, mademoiselle!

D’en bas, Isaac pouvait sentir l’eau entrer dans ses souliers et tremper ses vêtements. La sensation était désagréable par son caractère inhabituel, mais aussi par le froid saisissant de la mer. Une fois ses talons bien ancrés dans le sable, il tendit les bras pour signifier qu’il était prêt. Il vit bien sur Kaythlin descendre, mais il n’eut pas le temps de comprendre ce qui se passait ensuite : l’eau salé envahissait déjà sa bouche. Si ses réflexes l’obligèrent d’abord à sortir sa tête de l’eau, cela ne prit qu’une seconde avant qu’il tende la main pour ramener la métisse vers lui. Sachant qu’elle avait mentionné ne pas pouvoir faire de sport, il craignit immédiatement qu’elle ne sache pas nager et qu’avaler de l’eau déclenche une crise d'asthme.Il la prit dans ses bras du mieux qu’il put pour s’assurer qu’elle puisse respirer hors de l’eau, soit en enroulant les cuisses de la jeune femme autour de ses propres hanches, en passant ses bras autour d’elle et en posant ses paumes sur son dos. L’affolement passa enfin lorsqu’il comprit que la londonienne respirait bien, mais il resta silencieux, fixant son visage en attendant qu’elle lui confirme de vive voix que tout allait bien. C’est plutôt des notes graves qui coupèrent l’air  de sur le bateau.

-Pardon! Je l’ai laissé aller trop vite… eumh… voulez-vous vos sacs, maintenant? Je ne les feraient pas tomber dans l’eau, eux.

Un rire gras coupa cette intervention et Isaac dut fermer les yeux pour calmer les commentaires acerbes qui montaient en lui. Il avait besoin que cet homme lui donne son sac -sec, car son appareil photo était à l’intérieur - mais aussi qu’il vienne le chercher le soir-même. Il n’était  donc pas sage de le mettre en rogne. L’homme d’affaire se promit de régler ce cas plus tard. D’une voix mal assurée, lui qui n’était pas habitué aux rapprochements, il s’adressa à sa compagne pour lui demander de se tenir d’elle-même. Levant le bras, il agrippa la sangle de leurs sacs. Le vieux monsieur aurait surement profité de l’occasion pour faire un dernier commentaire, mais le visage intransigeant du jeune Reeves dut lui couper l’envie. Il leur souhaita donc simplement bonne journée et leur rappela qu’il passerait en fin de soirée.

Isaac marcha juste assez longtemps pour avoir de l’eau à la mi-cuisse pour enfin aider Kaythlin a prendre pied au sol. Profitant de ses bras déchargés, il mis les deux sacs sur son épaule au lieu de les tenir à bout de bras, ce qui lui fit échapper un soupir de confort alors qu’il étirait son bras fatiguée. Il passa le plat de sa paume dans son visage, inconfortable des reste de sel qui lui collaient déjà à la peau.  

CODAGE PAR AMIANTE

_________________




Out of all these things I've done I think I love you better now
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 29/03/2017 à Miami. J'ai posté : 110 Pointage : 530

MessageSujet: Re: The sky's so blue next to you (FT. Isaac C. Reeves)   Mer 13 Juin - 23:33


The sky's so blue

Comme elle s’y attendait, la discussion qu’elle tentait de commencer s’envola dans l’air. Tant pis. Peut-être qu’un jour elle réussirait à échanger un peu avec lui… Pour l’instant, s’il n’était pas prêt à discuter, elle n’y pouvait rien. Plongeant le regard vers l’horizon, la tête de Kaytlîn se remplit de réflexions qu’elle ne put s’empêcher de partager à voix haute. Entendre le vide quand elle avait de la compagnie était désagréable pour la jeune femme. Elle était restée beaucoup trop souvent seule dans sa chambre d’hôpital pour ne pas profiter de parler avec les gens autour d’elle.
La voix d’Isaac s’éleva pour répondre à son commentaire. C’est vrai qu’elle n’avait pas pris la peine de le noter. Miami faisait partit d’un continent et les Bahamas étaient un ensemble d’îles. La mer avait beau être la même, l’atmosphère y était différente par son emplacement. Isaac regarda le large un instant, puis se tourna vers elle satisfait. Du doigt, il lui indiqua la direction vers laquelle se trouvait Nassau, la capitale des Bahamas. C’était quand même étrange de penser qu’il y avait à peine deux ans, elle était assise sur les bancs de l’université de cette grande ville. Un moment de sa vie où elle fuyait comme la peste cet Isaac Reeves. Maintenant, elle partageait un appartement avec lui…

L’indication de son camarade fut rapidement suivi par une longue explication. En fait, non. À sa surprise, Kay eut plutôt droit à une histoire. L’origine de la Reeves’s Corporation. Ce n’était définitivement pas dans un de ses sujets de discutions favorites. Tout ce qui touchait le monde des affaires ne l’intéressait pas vraiment. Autant celle gérait par son père que celles des autres. Pourtant, elle écouta avec attention la description d’Isaac. Cette histoire avait beau être celle de la compagnie de son père, elle en apprenait beaucoup plus sur lui en ce moment que toute les discutions qu’ils pouvaient avoir eu par le passé. Et lentement, l’origine de la Reeves’s Corporation se transforma par l’histoire d’une partie du passé d’Isaac. Du moins, comment il en était venu à devenir photographe. Kaytlìn était tellement concentré sur leur conversation qu’elle ne portait plus vraiment attention à ce qui se passait autour d’elle. L’île se rapprochait pour finalement prendre tout la place dans l’horizon. Elle sursauta d’ailleurs quand le marin s’adressa à eux.

D’un rapide coup d’œil, elle crut deviner que quelque chose n’allait pas. Isaac choisit de se rapprocher de leur conducteur pour comprendre la situation. Kay choisit de rester assise sur son banc. Elle ne pourrait pas aider plus qu’Isaac de toute façon. De sa position, elle réussit tout de même à entendre le problème. Le port était plein et, comme leur bateau n’était pas prévu sur les quais, une place ne se libérait pas avant un moment. Les solutions possible : faire demi-tour ou s’approcher le plus possible de la berge pour qu’ils puissent nager sans peine. Pendant un instant, la métisse aurait parié sur la première solution. Elle n’imaginait pas Isaac se mouiller pour parcourir les quelques mètres qui les séparaient de la plage. Pourtant, il retourna s’asseoir à ses côtés sous les dernières indications du marin. Isaac devrait la prendre dans ses bras puisque le niveau d’eau lui passerait par-dessus la tête. Un malaise facile à détecter passa sur le visage du jeune homme. Kay ne rajouta rien. Le malaise s’était étendu vers elle comme s’il s’agissait d’une maladie.

Une fois le voilier approché le plus près possible, le vieux marin fit signe aux aventuriers que le moment était venu. Il y alla même de quelques recommandations pour le débarquement. Retirant son veston avant de s’exécuter, le grand brun se laissa glisser le long du bateau. Le voir à moitié dans la mer, avec son complet de marque, c’était étrange à voir. D’ailleurs, le conducteur ne put s’empêcher de faire un commentaire avant de lui indiquer que c’était son tour. D’en bas, Isaac leva les bras en signe d’accord. Kaytlìn s’assit sur le bord du bateau et le marin la retient par la taille pour contrôler sa descente. Mais, sans qu’elle arrive à savoir comment, elle arriva dans l’eau beaucoup plus vite que prévue, tellement rapidement en fait qu’elle se retrouva la tête totalement plongé dans la mer. Surprise, elle n’avait pas eu le temps de prendre une bonne respiration. Tentant de son mieux de se diriger vers la surface malgré son étonnement, une main la saisit. Des bras la ramenèrent rapidement hors de l’eau, guidant ses jambes autour de ses hanches. La jeune femme déposa ses mains sur les épaules d’Isaac pendant qu’il la retenait dans le dos. Les pouffes d’air lui firent le plus grand bien. Le regard du Bahamien la fixait, la questionnant silencieusement sur son bien-être. Comme elle s’apprêtait à ouvrir la bouche, le marin s’adressa à eux, y allant même du rire gras. L’agacement fut visible sur le visage de sa bouée vivante. Plus cette aventure s’étirait, plus elle se demanda si tout ceci était une bonne idée.
D’une voix presque hésitante, le photographe lui demanda de se tenir à lui d’elle-même. Kay se retenu avec plus de force avec ses jambes et enroula plutôt ses bras autour de son cou. Isaac attrapa leurs sacs, puis le marin leur souhaita une bonne fin de journée. L’homme d’affaire marcha une bonne distance avant de remettre la métisse sur ses pieds. À ce niveau, elle pouvait se débrouiller d’elle-même. Parcourant les derniers mètres, ils mirent enfin les pieds sur la plage. Kaytlîn poussa un soupir de soulagement. Elle aimait bien l’eau mais jamais elle n’aurait pensé préférer le sable alors qu’elle se trouvait si près de la mer. Le sel qui lui collait sur la peau et les vêtements était désagréable, du moins, quand l’intention n’était pas la baignade.

Un regard à Isaac lui suffit pour voir que s’il appréciait un peu le voyage au début, maintenant ce n’était plus le cas. Observant les alentours, elle repéra des cabines de douche sur la plage. Leur vue lui donna une idée. Du moins, une proposition qu’Isaac pourrait approuver.

- Il y a des cabines là-bas. On va pouvoir se changer et se débarrasser d’un peu de sel. Ensuite, on pourrait dîner. C’est peut-être un peu tôt mais il me semble que ce serait le bon moment.

Une fois sa suggestion approuvé, Kaytlìn récupéra son sac et se dirigea vers la cabine réservée aux dames. Après une douche rapide, elle enfila son maillot de bain. Dans le lavabo, elle rinça ses vêtements et alla les étendre du mieux qu’elle put autour de la cabine. Avec un peu de chance, il aurait suffisamment sécher à la fin de leur repas. La métisse choisit un coin de la plage pour étendre une couverture de pique-nique. Attendant la venue de son camarade, elle sortit les différents plats qu’elle avait apportés au milieu de la couverture. Une fois prête et Isaac installé, elle l’invita à se servir.

- J’ai préparé des sandwichs à la salade de poulet, une trempette de légumes et du fromage. Il y a aussi des bouteilles d’eau et du thé froid. Une salade de fruit en dessert. J’espère que ça t’ira…



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 27/03/2017 à Miami. J'ai posté : 410 Pointage : 1123

MessageSujet: Re: The sky's so blue next to you (FT. Isaac C. Reeves)   Lun 2 Juil - 18:07

ISAAC
&
KAYTHLIN
I never would've believed you if three years ago you told me I'd be here
L'homme d'affaire voyait rapidement sa bonne humeur, son calme, mais surtout sa patience s'émietter peu à peu. S'il avait accepté cette sortie pour faire plaisir à la fêtée, il ressassait maintenant les mille raisons pour lesquelles ils auraient simplement dû se rendre au restaurant comme il l'avait prévu au départ. Ses vêtements détrempés lui tiraillant la peau alors qu'il avançait enfin sur la plage le dérangeaient outre mesure et sa peau picotait déjà, irritée par le sel marin. Son regard n'allait pas plus loin que sur lui-même, pestant silencieusement en observant son pantalon ruiné. La voix douce de sa compagne s'éleva toutefois à ce moment, l'obligeant à lever les yeux. Effectivement, un peu plus loin se trouvait des cabines de plage. Ce n'était pas bien étonnant puisque cet endroit semblait particulièrement apprécié des touristes pour la plage de sable fin ; ils auraient au moins un endroit pour rincer leur épiderme. C'est pour cela que le jeune Reeves hocha la tête en signe d'accord avant d'ajuster à nouveau son sac sur son épaule. Sans un mot, il commença à se déplacer vers les minuscules installations de bois. Il prit un peu de temps pour bien se rincer et frotter sa peau pour faire partir le sel, puis enfin pour placer moindrement même si aucun miroir n’était à sa disposition. Il ne tenta même pas de sauver son veston : il savait que même un nettoyeur de grand renom ne pourrait redonner le lustre au grain de son complet. C’est pour cela qu’il le jeta, mais rinca tout de même son pantalon et sa chemise blanche. S’il devait retourner a Miami, ce ne serait toute de même pas en maillot de bain. Abîmé ou pas, il lui fallait au moins porter quelque chose au retour. En passant la porte de bois, il vit que Kaythlin étendait ses effets ici et là, ce qu’il tenta de faire également.

Le bahaméen à l’humeur grise rejoint sa camarade une fois qu’il eu terminé. Il remarqua qu’elle avait cuisiné et il dû d’abord se forcer à ne pas scruter la plage en vue d’un possible restaurant. De toute manière, s’il y avait des restaurant sur place, ce ne serait certainement pas des 5 étoiles, mais plutôt des petites localités familiales. Du moins, c’était logique selon lui après avoir navigué une heure pour se rendre à cet endroit. Le menu que Kay lui évoqua n’était pas si mal non plus. Personne ne pouvait se plaindre de manger des crudités et de la salade de fruit, c’était même très convenable. Type cocktail. Il ne manquait que les mises-en-bouche et le champagne, ce dont il se passerait sans mal, lui qui aimait si peu l’alcool. Le grand brun pris donc place sur la couverture de l’autre côté du repas. Il avait eu suffisamment de proximité avec la londonnienne pour les heures à venir, il n’était pas pour s’asseoir à côté d’elle. Il était encore ambivalent concernant ses actions envers la jolie métisse : tout semblait saccadé entre eux. Hot and cold. Sinon qu’ils dormaient ensemble depuis l’arrivée de Sue à Miami, leur relation était encore au calme plat - et cela Isaac n’avait rien contre. Il était même plus à l’aise ainsi. Et s’il pensait parfois à des possibles rapprochement, la façon dont c’était arrivé cett fois avait été trop soudaine pour lui. Il se pencha donc pour se servir de la salade de fruit. C’était peut-être le dessert, mais il avait peu faim et la gorgée d’eau saline qu’il avait avalé lui avait donné plus soif qu’autre chose. Il devait retrouver un semblant de bonne humeur. Le silence qui régnait depuis maintenant de nombreuse minutes, ou plutôt depuis qu’ils avaient commencé à manger, serait insoutenable s’il devait durer toute la journée. Et le caractère d’Isaac - il le savait- pouvait être pire que cela et comme le but n’était pas de gâcher l’anniversaire de la jeune femme…

-Par quoi voulais-tu commencer? Te promener, ou peut-être dessiner?

D’une manière ou d’une autre, lui allait trimballer son appareil photo un peu partout et tenter de décrocher quelques clichés utilisables pour le travail. Il n’y avait que cela à faire, mais il était tout de même heureux de voir le potentiel de l’endroit : il devrait être capable de rentabiliser sa journée.

-Peut-être qu’on devrait seulement se promener en attendant de trouver un endroit intéressant pour des prises de vues. Tu veux faire de la recherche pour tes toiles, c’est ça?


S’il avait pu mettre un peu de soleil dans sa voix, mais il n’en fit rien. La neutralité qui faisait sa marque de commerce envahissait à nouveau la conversation qu’il entamait. Sans rien ajouter, il termina son repas et attendit que sa compagne fasse de même, puis il commença à ramasser les plats pour ranger le pique-nique. Il tendait la main vers les couverts lorsqu’il s’arrêta en plein geste pour laisser la brunette poursuivre le sien. Comme ils ramassaient tous les deux, leur main se serait touché, mais il avait arrêté son élan à temps. Décidant de la laisser terminer, il se leva, en pleine réflexion. Pourquoi était-il toujours aussi distant? Ce n’était pas qu’il n’appréciait pas Kaythlin, c’était peut-être l’habitude. La sécurité du geste. Mais le lointain souvenir d’une étreinte dans un bureau de l’université refit surface à ce moment, sorti de nul part, et le déstabilisa un peu plus. Cela ne dura que quelques secondes, mais ce fut suffisant pour qu’il soit embêté. Rapidement, tout le pique-nique fut serré dans un sac, alors que lui s’affairait à plier et à ranger les vêtements à leur tour.

Les deux aventurier d’un jour prirent donc le chemin du phare qui ne semblait pas si loin. C’était évidemment le premier attrait de l’endroit, mais aussi une prise de vue qui serait plus qu’intéressante pour chacun d’eux. Après avoir traversé quelques mètres, Isaac prit la parole tout en regardant droit devant lui.

-Kaythlin. Qu’est-ce que tu attends de moi?


Il se permit de baisser vers elle un regard interrogateur, attendant sa réponse. Après quelques secondes silencieuses, il ajouta tout de même quelques précisions.

-Qu’est-ce que tu attends de notre relation?


Il ne savait pas quoi faire pour diminuer la distance. Pour se sentir plus à l’aise de se rapprocher d’elle. Pour cesser de s’assurer de ne jamais la toucher le soir lorsqu’il dormait à ses côtés ou encore de ne pas retirer sa main lorsqu’il s’apprête à la toucher par inadvertance. S’il lui parle un peu plus qu’avant, il semblerait que rien ne soit réellement un couple chez eux. Est-ce que cela lui suffisait ou est-ce qu’elle désirait seulement respecter l’habituel rayon d’espace personnel que l’homme d’affaire gardait toujours autour de lui?


CODAGE PAR AMIANTE

_________________




Out of all these things I've done I think I love you better now
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 29/03/2017 à Miami. J'ai posté : 110 Pointage : 530

MessageSujet: Re: The sky's so blue next to you (FT. Isaac C. Reeves)   Jeu 19 Juil - 0:08


The sky's so blue

L’invocation du menu qu’elle avait préparé ne reçût aucun commentaire. Pour Kaytlìn, c’était un bon signe. Ce n’était probablement pas aux goûts plus raffinés d’Isaac mais le lunch semblait assez acceptable pour ne pas recevoir de critiques ou de moue. Autre symbole encourageant, le grand brun s’était assis au bout de la couverture. Kay n’hésita pas bien longtemps avant de commencer à se servir. Relevant sa tête, avec un peu de tout dans son assiette, elle remarqua qu’Isaac s’était servit uniquement de la salade de fruits. Elle n’en fit pas de cas, déjà simplement heureuse qu’il ne râle pas pour trouver un casse-croute sur l’île. Kay avait un doute qu’elle n’y aurait trouvé que de la nourriture du type “Fast-food“. Le genre même de nourriture qu’elle préférait éviter pour ne pas s’attirer des ennuies de santé.
Le repas se passait en silence mais la jeune fille n’en était plus étonnée. Elle s’habituait tranquillement à ces moments de calme que semblaient favorisés Isaac. L’asiatique avait encore un penchant pour combler le mutisme par des paroles mais elle avait appris à faire des compromis aux côtés du jeune homme. Principalement si elle voulait éviter que le naturel revienne aux galops entre eux. Kaytlìn fut donc légèrement surprise quand il tenta d’apporter un sujet de conversation. C’était surtout une demande d’information, un questionnement sur le plan de l’après-midi, mais c’était tout de même un début de discussion.

- Oui, je cherchais de nouvelles inspirations de décors pour mes toiles. La plage est intéressante mais je peux avoir une vue semblable à partir de Miami. Se promener semble la meilleure option. On pourrait peut-être emprunter le sentier menant au vieux phare et choisir un chemin différent pour le retour.

Les paroles se turent aussi vite qu’elles étaient arrivées. Une fois qu’elle eut terminé son repas, la jeune fille jeta un coup d’œil à son compagnon. Constatant que son assiette était vide, elle en conclue bien vite que le lunch était finit. Kay entreprit donc de ramasser les plats et les couverts. Isaac l’aida un moment avant de finalement se lever. Terminant de ramasser les derniers vestiges du pique-nique, le grand brun s’occupa de ranger leur vêtements. Maintenant prêt pour explorer l’île, ils empruntèrent le sentier menant au phare. Kaytlìn avait déjà hâte de le voir en vrai. Bien sur, elle aurait pu simplement utiliser des photos à titre de référence. Mais, elle avait apprit dans ses cours d’arts que rien ne valait voir quelque chose de ses propres yeux. Rien ne disait qu’elle accrocherait sur le même détail que le photographe. Chaque artiste avait sa propre vision.
Après avoir marché quelques mètres, la voix d’Isaac s’éleva. Soit il essayait de lui faire plaisir pour sa fête, soit il venait de se trouver une inspiration de bavard… Les paroles prirent quelques secondes avant de se rendre à son cerveau. Le bahamien ajouta de la précision à sa question. Ce qu’elle attendait de leur relation? Voulait-il vraiment savoir ce qu’elle pensait alors qu’il était celui qui s’exprimait le moins des deux? Elle croyait être celle qui avait été la plus clair en ce qui concernait leur relation. Il faut croire qu’elle ne l’avait pas été assez aux goûts de Reeves… ou qu’il était tout aussi perdu qu’elle dans cette nouvelle situation. Elle avait l’habitude d’être franche parce qu’elle avait appris que la vie pouvait facilement ternir sur un fil… Mais, cette nouvelle intimité la déstabilisait. Kay prit une minute pour bien regrouper ses pensées. Elle évita par contre de regarder dans sa direction. Sachant que si elle croisait son regard, elle perdrait ses mots.

- Je… je croyais qu’après notre discussion à l’université, c’était plus clair… Pourtant, j’ai l’impression que chaque fois qu’on avance de quelques pas, on recule de deux mètres l’instant suivant. Je suis loin d’avoir de nombreuses expériences dans ce genre de relation et je me sens un peu perdu dans tout ça. Mais, j’aimerais seulement qu’on continue d’avancer, même si c’est à petits pas…

Elle n’avait pas besoin que leur relation évolue au pas de course… Simplement qu’elle change. Ils avaient tout le temps pour s’habituer à ce nouveau point de vue…. En fait, peut-être pas. La pensée de l’obligation de mariage lui revient en tête. Ne restait-il pas moins d’un an avant la fameuse date d’échéance que son père avait mis sur le nouveau contrat? Peut-être voudrait-il qu’ils foncent un peu plus s’ils voulaient la modifier avant ce moment…

- On pourrait déjà commencer par essayer d’avoir une belle promenade malgré l’incident de ce matin… et malgré que mon idée a modifié tout ton plan de journée…

Elle finit par lui adresser un petit sourire. Malgré le délai, elle préférait y aller un pas à la fois, pour éviter devoir repartir de zéro…


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 27/03/2017 à Miami. J'ai posté : 410 Pointage : 1123

MessageSujet: Re: The sky's so blue next to you (FT. Isaac C. Reeves)   Mar 24 Juil - 16:28

ISAAC
&
KAYTHLIN
I never would've believed you if three years ago you told me I'd be here
Isaac écouta silencieusement la réponse de Kaythlin, sans un mot. Elle avait bien raison sur un point : chaque pas qu’ils faisaient pour se rapprocher les menaient un autre pas en arrière. Lui-même avait beaucoup de difficulté à rester constant lorsqu’il s’agissait de ses sentiments envers la jeune femme, mais aussi concernant l’intimité qu’ils devraient construire pour améliorer leur relation. Malgré le fait qu’Isaac n’en soit pas à sa première fiancée, il avait rarement été réellement attaché à ces dernières sinon Brooke. De plus, Brooklyn et Kay étaient à des miles l’une de l’autre. La première était une jeune mannequin prometteuse, fille d’entrepreneur et portant un caractère trempé pour les affaires. Sa fiancée actuelle était plutôt une fille ordinaire sans grand projets ni empire sur les épaules, et malgré son caractère plutôt imprévisible, elle donnait l’impression à Isaac de ne pas faire de vague au quotidien. Deux mondes à part et Reeves avait encore cette tendance à s’éclipser dès que le sérieux gagnait la situation. Ce faisant, il se retrouvait presque aussi inexpérimenté que sa compagne face à leur dilemme. Les demandes de la jeune Gallagher n’étaient pas énormes. Au contraire, l’homme d’affaire fronça un sourcil. il aurait aimé plus. Il aurait aimé qu’elle l’oriente dans un plan d’objectifs, dans quelque chose de tangible, mais peut-être était-ce sa vision de planificateur qui le poussait à vouloir quelque chose de trop clair? Le sourire que la métisse lui fit qui fit conclure qu’elle n’avait rien de plus à demander. Il se retint de soupirer. Ils n’avançaient pas.

-S’il ne fallait jamais modifier mes plans, rien ne serait possible.

Le grand brun passa une main dans ses cheveux pour les repousser en arrière : la chaleur le gagnait et son front était humide.

-Je n’ai jamais de journée de libre. Je n’ai pas non plus l’intention de planifier des journées vides, je ne penses pas avoir l’énergie de rester à l’appartement pour ne rien faire. Mais...

C’était inimaginable. La seule pensée de perdre du temps précieux le déstabilisait. Pourquoi rester sur son divan alors qu’il y avait tant à faire? Il finirait par travailler tout de même sur sa tablette ou sur son portable, faire des appels, mais le tout de la maison.

-...Mais si tu as des journées comme celle-ci que tu veux planifier, tu peux m’en parler d’avance, aussi. Je ne pourrais pas toujours improviser comme aujourd’hui, mais je peux réserver du temps pour faires des activités qui nous intéressent.


Il ne devait pas y avoir légion d’activités qui intéressent à la fois les deux adultes, mais peut-être qu’avec un peu de recherche ce serait possible d’en découvrir quelques unes. On éliminait d’emblée le sport, ce qui diminuait encore la liste, mais Isaac n’avait pas la tête à chercher de toute manière. Il ne savait pas ce qu’il y avait à faire… des musés existaient, des galeries d’art. Tant de choses qui ne les rapprochaient pas du tout. L’idée lui vint ensuite en tête qu’il ne la connaissait pas tant. Il savait qu’elle aimait les choses pour enfant, l’art et qu’elle ne pouvait pas faire de sport. C’était peu et imprécis. Dans une élan par lequel il espérait la comprendre un peu mieux, il se lança.

-Qu’est-ce que tu aimes? Pas en général, précisément. Qu’est-ce que je devrais savoir sur toi?


Peut-être était-ce trop direct, mais Isaac n’avait jamais vraiment l’intention de prendre du temps pour récolter les informations qui l’intéressaient. Il préférait aller droit au but. Apprendre. Comprendre. La marche avaient semblé plus courte que prévue, car déjà, ils voyaient quelques briques du phrase se distinguer au loin.

CODAGE PAR AMIANTE

_________________




Out of all these things I've done I think I love you better now
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 29/03/2017 à Miami. J'ai posté : 110 Pointage : 530

MessageSujet: Re: The sky's so blue next to you (FT. Isaac C. Reeves)   Jeu 9 Aoû - 0:42


The sky's so blue

Sa réponse ne sembla pas le satisfaire totalement. Ça, ou le soleil le dérangeait. En y pensant bien, Isaac ressemblait plus à quelqu’un qui passait tout son temps derrière un bureau que toute une journée au plein air. Elle le savait déjà en planifiant cette journée mais elle n’avait eu aucune envie de passer une soirée dans un restaurant chic avec de longs silences comme compagnie. Au moins ici, il y avait autre chose à faire que se regarder dans le blanc des yeux et manger… Ils pouvaient se parler, de tout et rien… D’ailleurs, ils étaient bien avancés sur ce point. Kaytlìn ne s’était pas du tout entendu à ce genre de conversation. Mais, c’était nécessaire… Leur relation ne pourrait pas évoluer sinon.

Les modifications de son horaire qu’elle avait organisé ne l’avaient pas dérangé. Elle comprenait qu’il devait changer régulièrement ses plans pour le travail mais les modifier pour aller randonner dans les bois, c’était autre chose. La suite la prit par surprise. Si elle souhaitait faire une activité de ce genre dans le futur, Kay avait simplement à le prévenir d’avance. Évidemment, cela devait être quelque chose qui les intéressait tout les deux. Ce détail était le plus difficile à trouver. De ce qu’elle connaissait d’Isaac, ils n’avaient pas beaucoup de point en commun…

La question suivante s’était naturellement incrustée. Kaytlìn pensa que si elle avait été la première à demander, elle n’aurait peut-être jamais eu de réponse. Isaac avait toujours de la difficulté à parler de lui. La métisse réfléchit un moment. Dire ce qu’elle aimait lui semblait facile mais nommer des choses utiles pour trouver une sortie lui paraissait plus complexe.

- Et bien, tu sais déjà que j’aime écouter des films et jouer à des jeux vidéo. Je fais de la peinture mais j’aime aussi le dessin. Dans les expositions ou les marchés, je préfère les objets artisanaux, les fait-main. Ça donne un aspect unique. Même si c’est le contraire de ma passion pour le cinéma, j’adore être dehors. Quand je peux, je vais peindre ou dessiner dans des parcs. Je marche beaucoup. Sinon, j’aime découvrir de nouvelles endroits, de nouvelles activités, même si ça ne semble pas rejoindre mes goûts. J’avais bien aimé essayer le patin à glace.

Le phare avait commencé à apparaître au début de son énumération. Comme ils avaient continué de marché pendant qu’elle parlait, il était maintenant beaucoup plus près. Elle se doutait qu’il ne répondrait pas ou que leur but serait maintenant trop près pour prendre le temps de répondre. Kay s’essaya tout de même.

- Et, est-ce qu’il y a des activités que tu aime en dehors de la photographie?


Le grand bâtiment blanc fut bientôt tout près. Haut de plusieurs mètres, il se tenait au bord de l’île. Juste devant lui, un quai de pierre devait anciennement accueillir les bateaux de pêches. Le vent de mer les accueillit dès qu’ils quittèrent la forêt. Kaytlìn admira le paysage, la façon dont le soleil faisait briller les vagues et les briques blanches du phare. Elle l’imaginait brillé la nuit sous un ciel étoilé.

- L’aventure en valait la peine. Le phare est vraiment magnifique!

La jeune femme jeta un regarde vers Isaac avec un sourire. Elle aurait bien sortir son calepin à dessin pour commencer à esquisser les idées qui lui venait en tête mais elle n’avait pas envie de s’y lancer aveuglement sans attendre l’avis d’Isaac.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 27/03/2017 à Miami. J'ai posté : 410 Pointage : 1123

MessageSujet: Re: The sky's so blue next to you (FT. Isaac C. Reeves)   Sam 11 Aoû - 0:44

ISAAC
&
KAYTHLIN
I never would've believed you if three years ago you told me I'd be here

L’homme d’affaire écouta silencieusement les précisions de sa compagne qui lui énumérait des choses qui, au grand étonnement d’Isaac, n’étaient pas bien loin de ce qu’il semblait déjà savoir. La seule surprise lui vint quand elle mentionna qu’elle avait bien aimé aller patiner. D’abord, car elle ne pouvait faire de sport- et il ne le savait que maintenant – mais aussi ca selon lui, cette expérience avait plutôt été un échec : ne se souvenait-il pas avoir eu quelques bleus sur le bas du corps à cause de ces fameux moments où ils avaient dû se rattraper dans la chute. Il était d’ailleurs en train de se remémorer ce moment lorsque Kaythlin revint à la charge avec ses propres questions. Ou plutôt, la même  question, mais pour lui. Il humidifia ses lèvres pour se donner le temps de placer ses idées une à la file de l’autre. Qu’est-ce qu’il aimait? Il avait beau réfléchir, si peu lui venait en tête.

-Outre la photographie.. Le sport. L’entrainement, surtout.


Rien d’autre ne lui venait en tête. Il aurait aimé donner plus, mais il se voyait devant une impasse. Quoi qu’il pense, uniquement le travail lui revenait constamment en mémoire. La paperasse, la mode, les rendez-vous dans des restaurants huppés. C’était sa vie.

L’objectif approchait et Isaac se tut pour mieux profiter de la vue. Heureusement qu’il en profita à ce moment, car une minute plus tard, il n’avait plus d’yeux pour le phare. « L’aventure en valait la peine. Le phare est vraiment magnifique! » À ces mots, Isaac se tourna vers Kaythlin. Elle regardait le monument comme si ça avait été un lieu magique. Il se perdit à observer son profil un instant, se demandant s’il désirait la prendre en photo ou tout simplement l’observer. Une seconde, le sentiment qui le partageait ressemblait à celui qu’il avait vécu au Japon. Sa fiancée adorait découvrir de nouvelles choses et Isaac découvrit à ce moment qu’il adorait quand elle découvrait de nouvelles choses. Quand la métisse se tourna vers lui, tout sourire, ses yeux atterrirent dans les siens. Devait-il être gêné? Non, tous deux savaient bien qu’ils partageaient des sentiments l’un pour l’autre. Un simple regard ne devait pas le gêner. Ou du moins, s’il ne pouvait même supporter de la regarder, ils avaient encore trop de chemin à faire avant… La date limite du contrat pour l’organisation du mariage lui revint en tête, brouillant son esprit au passage. Sans autre ressource, il ne put s’empêcher de détourner le regard, le laissant plutôt planer vers l’horizon. Il restait une seule et courte année. Pour se recentrer, il proposa plutôt de se mettre à la tâche.

-Je vais aller ajuster mon objectif.


Sur ces mots, il avança vers la berge et porta la main à son sac, en hâte de sortir son appareil et de prendre quelques clichés. Sans attendre, il mit un genou à terre pour s’affairer à mettre les bonnes lentilles sur son appareil, placer l’objectif, ajuster l’ouverture – bref tout faire pour ne pas se tourner à nouveau vers sa fiancée. À distance, il soupira doucement. C’était difficile pour lui de se mettre à jour avec leur nouveau statut, avec ses sentiments qu’il ne comprenait qu’à moitié, mais qui étaient partagés. En mode automatique, il prit des photos de paysages, du phare, des environs. Ses prises de vues lui semblaient fades. N’avait-il pas la tête à photographier? Jetant un regard par-dessus son épaule, il se rendit compte que Kay était maintenant bien installée, calepin à la main, et devait sans aucun doute esquisser le phare. Elle. C’était elle qu’il avait envie de prendre en photo. Sans s’approcher, de loin, il tenta de calibrer l’agrandissement de manière à ne pas déranger la jeune femme alors qu’il volait son profil. Ses lèvres s’étirèrent en un bref sourire : Il pourrait s’habituer à cette vie. Peut-être pas tout de suite, mais en faisant quelques efforts, il pourrait s’habituer à faire ce genre d’escapade avec la londonienne, si c’était pour profiter de ce sentiment qui lui tiraillait le creux de l’estomac. Doucement, photo après photo, il s’approcha. Éventuellement assez près de l’artiste, il passa la bandouillère par-dessus son épaule pour libérer ses mains. Il pensait d’abord se permettre d’aller regarder le croquis par-dessus l’épaule de Kaythlin, mais il freina dans son élan. Il n’aimerait pas être dérangé ainsi, il pouvait comprendre que ce n’était pas le bon moment. Aussi, il s’assit non loin et ferma les yeux pour se reposer. Une minute. Deux minutes. Quelque chose ne lui convenait pas. Il aurait aimé s’adosser contre Kaythlin, histoire de passer du temps près d’elle-même s’il ne faisait que relaxer, mais il ne voulait pas mettre un poids contre elle alors qu’elle était faite si frêle. Il s’invita plutôt à ses côtés et s’étendit, plaçant sa tête sur son sac dans lequel se trouvaient ses vêtements ruinés. C’est là qu’il s’endormit.

***

Quand Isaac ouvrit les deux, il était encore dans la même position et Kaythlin était toujours à ses côtés. Au ralentit, il sortit son téléphone de sa poche. Uniquement une trentaine de minutes avaient passées. Le grand brun s’assit, passa une main dans ses cheveux pour les replacer à peu près. Après tout, si elle n’était jamais éveillée lorsqu’il partait travailler, il dormait tout de même dans le même lit depuis quelques temps. Elle avait déjà vu ses cheveux en pagaille et son visage au réveil, il n’y avait pas d’orgueil déplacé à avoir.
Le vacancier prit une seconde à réaliser que s’il n’avait pas été dérangé par sa compagne, il serait encore en train de travailler à ce moment. Il était plutôt là, à se prélasser sur une île. Était-ce bien? Chose sure, s’il se sentait un peu coupable, il se sentait également très bien.

-J’aime aussi découvrir de nouveaux endroits avec toi. Winter Wonderland. Le Japon. Ici. J’aime le visage que tu fais.


CODAGE PAR AMIANTE

_________________




Out of all these things I've done I think I love you better now
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 29/03/2017 à Miami. J'ai posté : 110 Pointage : 530

MessageSujet: Re: The sky's so blue next to you (FT. Isaac C. Reeves)   Aujourd'hui à 0:54


The sky's so blue

Malgré le phare qui se rapprochait, Kaytlîn eut tout de même le temps d’avoir une réponse, une courte réponse. L’entrainement n’allait pas être une bonne piste pour leur trouver une activité commune… De ce côté-là, ses possibilités étaient limitées. À moins que le yoga pouvait être compté comme un entrainement aux yeux d’Isaac. Mais, elle était loin d’y croire. Côté sport, elle pouvait bien sur en faire un peu mais ces choix étaient peu nombreux. Ceux qui lui venaient en tête n’étaient surement pas ceux qu’aimeraient Isaac. Son attention dut vite distraite par la magnifique structure qui était apparut devant eux.

Le paysage, le phare, l’ambiance avec les bruits de la mer, les idées commençaient déjà à envahir son esprit. Il ne lui manquait plus qu’un crayon pour tenter des reproduire le plus d’idées possible sur papier ou, au moins esquisser le phare et son environnement dans le plus angle possible. Le regard toujours dirigé vers le phare, elle s’adressa à Isaac. Toutes leurs péripéties pour se atteindre leur but avaient valut le coup. Elle retomberait bien en bas du bateau pour voir cette merveille. Elle détacha finalement son regard de la structure pour se tourner vers lui avec un sourire. L’échange de regard ne dura qu’un court instant avant que le grand brun replonge vers le spectacle. Il proposa ensuite de se mettre à la tâche.

Il s’éloigna vers la berge pour préparer son appareil. De cet endroit, il allait pourrait prendre un cliché du phare dans tout sa hauteur. Kay le regarda s’éloigner un instant. S’il fallait qu’ils se séparent pendant quelques instants pour que leur sortie ensemble fonctionne, elle était bien prête à le faire. Peut-être que ce serait aussi plus facile pour eux de cette façon de s’habituer l’un à l’autre. Sortant de ses pensées, la métisse finit par sortir son calepin et son étui. Elle installa la couverture utilisée pour le pique-nique dans un coin qui lui permettait d’avoir une bonne vue d’ensemble. Assise sur le sol, le crayon à peine poser sur la feuille, le monde autour d’elle sembla disparaître un instant. Concentrée à mettre sur papier toutes les idées que lui inspirait le lieu ou simplement un croquis du paysage, elle ne porta plus vraiment attention à ce qui n’attirait pas ses yeux d’artiste. Elle sentit la présence d’Isaac à ses côtés que lorsqu’il s’assit près d’elle. Comme il resta là, sans parler, la jeune femme continua ses coups de crayons. Quelques minutes passèrent et Isaac finit par utiliser son sac en guise d’oreiller et s’étendre à côté d’elle. Kaytlìn avait finit par connaître la capacité de s’endormir en un éclair de son compagnon et le geste lui tira un sourire.

Pendant une dizaine de minutes, le bruit du crayon sur le papier ne s’interrompit pas. Puis, il y eu un moment d’hésitation. Un regard sur le dormeur… Une page du carnet tourné et des nouveaux coups de crayon qui s’étaient trouvé un nouveau model. Mais, bientôt, son sujet improvisé s’agita. Kay tourna rapidement la feuille pour éviter d’être prise su le fait. Isaac s’assit pendant qu’elle tentait de poursuivre son art autour du phare. Où en était-elle déjà? La berge ou l’idée d’un port fantastique où trônait un phare de style steampunk? La voix d’Isaac s’éleva à ses côtés. Il aimait découvrir de nouveaux endroits avec elle… ou plutôt le visage qu’elle avait devant ses découvertes. Le commentaire la fit rougir. C’était son impulsivité qui lui apportait souvent ce genre de réaction. Peut-être aussi son manque d’expérience de vie la faisait s’extasier comme un enfant devant ce que d’autre avait vu des milliers de fois. Mais pour une fois, elle n’était pas dérangée par ce côté de sa personnalité.

- Il faudra donc trouver notre prochaine destination… Je pourrais peut-être faire une recherche à notre retour. Les alentours de Miami doivent avoir pleins de secrets à explorer.

Le séjour près du phare tirait à sa fin. Isaac ne semblait plus avoir de photos à prendre et ses dessins étaient assez complets, du moins pour des croquis. Kay ramassa toutes ses affaires, attendant qu’Isaac se lève pour mettre la couverture dans son sac. Réfléchissant à la suite, elle se rappela les photos qu’elle avait vues sur internet. Un des sentiers avait un passage fait que de ponts reliant deux bouts de l’île ensemble. Les images ne montraient souvent que les ponts mais elle devinait que la vue de la mer à cet endroit devait être magnifique, tout comme celle de l’île. Le plan du parc lui avait donné une idée d’où pouvait se trouver ce sentier. Elle était persuadée de pouvoir s’y rendre sans trop de problème. L’île ne comptait pas tellement de sentiers alors le chemin à emprunter était facile à deviner.

- J’ai repéré un autre endroit à voir. Un sentier de ponts. Je suis certaine qu’il se trouve par là.

Dans l’intention de guider Isaac à sa suite, Kaytlìn l’attrapa par la main pour le forcer à suivre. Elle aurait pu le relâcher une fois qu’ils avaient emprunté le bon sentier, qu’ils ne pouvaient plus vraiment se perdre avant le prochain croisement. Mais, elle n’avait pas l’envie de se débarrasser de ce contact. Et il semblait que lui non plus. C’est main dans la main qu’ils atteignirent la destination suivante. Le fameux chemin de pont ne se prêtait pas vraiment au dessin mais Kay était simplement satisfaite d’avoir pu voir ce point de vue du parc. Après quelques clichés de la part d’Isaac, ils reprirent la route. Mais, le temps venait à manquer. Il fallait tout de même compter le voyage de retour en bateau. Au port, la métisse enfila au moins ses shorts avant de grimper dans l’embarcation qui les ramenait au continent.

Le voyage de retour se fit en silence. Pas un de ses silences pesant, désagréable. Un silence simplement là, relaxe. La voiture se stationna dans le souterrain, le moteur fut coupé. C’était évidemment le moment d’en sortir et de regagner l’appartement… Là où les attendait surement Sue… Prête à briser le peu de bonne entente qu’ils avaient réussit à créer, à saper leur moral… Avant de descendre du véhicule et d’entrer dans cet atmosphère pourrit, Kay souhaitait garder un bon souvenir de la journée. Autant faire comme si elle s’était terminée maintenant.

- Merci de m’avoir accompagné. Surtout d’avoir accepté de changer tes plans à la dernière minute. J’ai passé une super journée d’anniversaire.

Se penchant par-dessus la console, la métisse déposa un baiser sur la joue d’Isaac avant de se glisser hors de l’auto. Elle s’éloigna vers l’ascenseur d’un pas qu’elle voulait régulier… Au final, elle marchait un peu trop sèchement, pendant qu’elle tentait de calmer les battements de son cœur… Avait-elle pensé apprécier son impulsivité plus tôt? Elle en en doutait en ce moment…


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé le : 27/03/2017 à Miami. J'ai posté : 410 Pointage : 1123

MessageSujet: Re: The sky's so blue next to you (FT. Isaac C. Reeves)   Aujourd'hui à 2:44

ISAAC
&
KAYTHLIN
I never would've believed you if three years ago you told me I'd be here

Si le retour se fit en silence, c'est qu'Isaac était fatigué, mais aussi qu'il n'avait plus rien a dire. Ou du moins, rien ne lui venait en tête alors il abandonna simplement et profita du calme. Ce n'était pas désagréable. C'était plutôt reposant. Isaac était pourtant loin d'avoir l'esprit creu : il était déjà en train de planifier sa journée du lendemain, mais cela était loin de le stresser. Il y reflechissait calmement, zen. Après avoir suivis l'autoroute, passé tous les feux de circulation et garé la voiture, Isaac éteignit le moteur. Il ne s'attendait pas a ce que la jeune femme a ses côtés brise le silence et encore moins a recevoir ce baiser sur la joue. Sa compagne se glissait hors de la voiture tandis que lui était encore bien assis dans son siège, se demandant comment devait prendre cette « fuite » alors que deux secondes plus tot, elle lui avait mentionné avoir apprécié sa journée. Il la laissa aller, regardant ses pas fouler le sol du stationnement alors que lui-même s'extirpait de sa bagnole. Le brun se surpris à se dire qu'il aurait profité d'un baiser plus long, mais il était un peu trop tard pour cela. A demi-conscient qu'il ratait une opportunité, se prétextant qu'il la verrait a nouveau une fois a l'appartement, il ouvrit plutôt son cellulaire pour faire quelque téléphones et profiter de la solitude que lui procurait cet endroit pour ce faire. Il devait s'occuper de la location de l'appartement adjacent pour Sue…

***

Le temps avait passé lentement, mais le jour du déménagement de Sue était enfin arrivé. Isaac s'était assuré que la femme n'en sache rien jusqu'à la veille, alors que tous ses nouveaux meubles et effets personnels aient été installés dans l'appartement d'à côté pour l'inviter seule au restaurant et lui annoncer la nouvelle. Cela se passe mieux que prévu. Il semblait que Sue aussi était épuisée de la colocation, étant plutôt habituée d'avoir tout son espace a elle… et surtout de ne pas avoir à conserver autant de proximité avec « l'intrus » que son fils s'obstinait à garder avec lui. De nombreuses fois, elle avait tenté de convaincre son enfant unique qu'il n'était pas du genre a s'attacher a des femmes, encore moins a des femmes simples comme Kaythlin, mais il avait balayé les insinuations du revers de la main. Après tout, sa relation avec sa fiancée était de plus en plus fluide. S'ils ne faisaient que peu de choses ensemble, il échangeaient plus normalement et acceptaient un peu plus de proximité.
Ainsi, quand Sue ferma la porte de l'appartement derrière elle en emportant sa dernière valise, Isaac poussa un soupir de soulagement. Enfin. Pourtant, maintenant qu'elle était partie, l'homme d'affaire s'inquiétait un peu que la maison ne soit trop calme. Après tout, sa compagne et lui interagissaient très peu dans l'enceinte de la demeure par concernation vis-a-vis la présence de la quinquagénaire. Serait-ce semblable même si elle n'était plus là ? Après tout, même avant son arrivée, les deux fiancés interagissaient très peu.
Tournant les talons, le brun se rendit dans la chambre de Kaythlin pour ramasser ses derniers effets qui trainaient dans la pièce dans le but de les rapatrier dans ses propres quartier. D'une même lancée, il remis la chambre a son image. Neutre, sombre, efficace. Si Sue n'avait pas changé le mobilier de place, l'organisation était tout de même a refaire. Quand Isaac eut donné un moindre sens a tout cela, qu'il remis le reste de son réaménagement au lendemain en se promettant de revoir les choses a replacer avec la femme de ménage, il sorti enfin dans le salon. Kaythlin s'y trouvant, il entama un debut de conversation

-Je vais laisser mon bureau a sa place pour ce soir. Les déménageurs le replaceront demain.


Sachant pourtant qu'il n'avait rien changé dans la chambre de sa fiancée le temps qu'il avait partagé son lit, il se permis de demander si elle avait besoin d'aide de son côté.

-Fais moi savoir si tu as besoin d'eux pour replacer tes affaires.

Sans plus la déranger, le jeune Reeves emprunta la salle de bain pour se doucher et se préparer a aller dormir. Il n'était pas nocturne et ne le deviendrait probablement jamais -ce pourquoi le coucher du soleil a l'extérieur sonnait ses dernières minutes de la journée.


CODAGE PAR AMIANTE

_________________




Out of all these things I've done I think I love you better now
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: The sky's so blue next to you (FT. Isaac C. Reeves)   

Revenir en haut Aller en bas
 
The sky's so blue next to you (FT. Isaac C. Reeves)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» San Jose Sharks && Columbus Blue Jackets (2)
» Blue max
» 03. Pink or blue, there the moment to know
» Oh Jhonny, si tu savais. [East Blue, rang C, Révolutionnaires, Aide & Elimination]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Miami dans sa splendeur :: Coconut Grove-
Sauter vers: